Selon la bio de leur label, les SINS OF THE DAMNED sont une véritable institution au Chili, pays pourtant fertile en Metal extrême. Mais lorsqu’on défend et distribue un groupe, autant s’enthousiasmer, et cet élan de la part de Shadow Kingdom est tout à fait légitime au regard de la qualité de production de ce quatuor qui depuis sa création, s’évertue à remettre au goût du jour d’anciennes modes d’agression. Vous l’avez compris, c’est encore la nostalgie qui va s’imposer cet après-midi, et avec ces sept morceaux, les chiliens comptent bien vous faire plier sous le poids de leur approche vintage, lourde comme une enclume, et rapide comme un dragster lancé pleine bourre. Concrètement, les SINS OF THE DAMNED se sont formés il y a six ans, à Santiago, et ont depuis lâché pas mal de formats sur le marché. Trois démos entre 2014 et 2016 (une répétition, Declaration of War et Death’s All Around You), toutes en DIY mais consolidées d’un soin professionnel, avant de partager des faces avec CRIME, autre combo du cru, puis de concentrer leur boulot sur une compilation, Chronicles of Disgrace en 2017. Un parcours plein donc pour ces pourfendeurs de Metal tiède et édulcoré, qui ont trouvé en Shadow Kingdom le parfait partner in crime, le seul à même de propager leur bonne parole en version longue-durée. Et c’est ainsi qu’au mois d’avril dernier, les deux parties se sont félicitées de la parution de ce Striking the Bell of Death, qui de son titre évoquait pas mal d’images assez fortes.

Ce qui n’empêche pas le cas chilien d’être épineux. Défini par une mention générique de Speed Metal, ces quatre mercenaires du Metal le plus incorruptible (Maot - guitare, Razor - guitare/chant, Noisemaker - basse et Tyrant - batterie) s’adonnent plus volontiers aux joies généralistes du Speed/Thrash légèrement Black sur les bords, mais pas trop pour ne pas sombrer dans le chaos. S’adressant aux fans de RAZOR, WHIPLASH, EXCITER, ou DEATHROW pour les plus anciens, et aux mordus de DESASTER, GOSPEL OF THE HORNS, DEATHHAMMER, et BARBARIAN pour les petits nouveaux, ce premier LP fait montre d’une rage et d’une hargne assez confondantes, et nous convertit aux plaisirs sadiques et recommandables du Speed des années 80, celui-là même que les brésiliens allaient transformer en Thrash/Death bestial, et que les américains/canadiens et anglais ont gardé concentré pour ne pas pencher du côté bruitiste où ils menaçaient de glisser. D’une belle intensité, ces sept morceaux ne prennent pas de gants, et rappellent à quel point la première vague Speed/Thrash de la période 85/86 a joué un rôle primordial dans le développement de la scène extrême de la même époque. On y retrouve ces riffs perpétuellement saccadés, ces rythmiques échevelées et puissantes, et évidemment ce chant possédé, apportant cette petite touche de BM que la vague old-school affectionne tant. Et si l’ensemble de sa linéarité pourra rebuter les plus ouverts, on se prend facilement cette mandale dans la tronche en tendant l’autre joue, tant le tout hume bon la violence bon enfant, l’occultisme paillard et l’envie de bousculer les codes sans briser les règles.

Production parfaite pour le genre, guitaristes qui ne triment pas dans le vide, bestialité de surface pour enfilade en profondeur, tout est mis en branle pour provoquer un headbanging ininterrompu. On se laisse emporter par ce formalisme qui ne détourne jamais la tête de son objectif, et même si ces chansons donnent le sentiment d’avoir déjà été entendues des dizaines de fois, l’exubérance dont font preuve les quatre musiciens fait vraiment du bien. Et peu importe que les six véritables morceaux (« Striking the Bell of Death » est une intro) se ressemblent tellement qu’on est bien incapable de les différencier, puisque là n’est pas le but. Le but, le seul, est de s’éclater comme des bêtes au son d’un Metal de la mort qui empeste la joie, ou l’inverse, et de savourer cette tranche de vie chilienne comme un retour aux sources. Malgré les arguments mis en avant par leur maison de disques, les SINS OF THE DAMNED n’apportent rien de neuf à une tendance qui domine depuis plus d’une décennie, et se contentent de piocher dans les glorieuses et furieuses 80’s de quoi alimenter leur inspiration. Leur atout se trouve ailleurs, dans cette facilité à pervertir des mélodies séduisantes de vocaux bestiaux et de rythmiques marteau-pilon, et à permettre aux plus impressionnables de s’autoriser un écart extrême sans déroger à leur philosophie. L’ombre d’un WHIPLASH encore plus bourrin qu’à l’origine est palpable, tout comme l’est le parrainage d’un RAZOR vraiment pas content, et au bout du compte, le temps passe sans que l’on s’ennuie, malgré le timing étiré des morceaux.

En tendant bien l’oreille, on s’aperçoit que la culture des chiliens ne se limite pas au plus vicieux, et qu’ils ont bien assimilé les tierces de la NWOBHM, et les assertions harmoniques de MAIDEN. Certes, ceci se note plutôt en filigrane, puisque l’ambiance générale est à la débauche, mais on comprend qu’une certaine finesse sous-jacente empêche le groupe de se fondre dans la masse des cramés du bulbe, sans pour autant excuser les nombreuses répétitions et autocitations. Mais bien que finalement, on passe l’éponge sur ces quelques approximations, on garde le recul nécessaire pour conseiller aux SINS OF THE DAMNED d’aérer un peu leurs compositions, et de se reposer parfois sur un mid-tempo moins marquant, mais qui permettra aux chansons les plus rapides de se mettre en avant autrement qu’en étant systématiquement imposées. Sans faire sonner les trompettes de Jéricho, ce Striking the Bell of Death reste un solide effort de Speed teinté de BM light que les plus affamés dévoreront sans attendre. Mais la prochaine fois, il ne faudra pas tabler sur une fringale inévitable pour tirer son épingle d’un jeu que l’on ne connaît que trop bien.

    

Titres de l’album :

                          1.Striking the Bell of Death

                          2.They Fall and Never Rise Again

                          3.Take the Weapons

                          4.The Lion and the Prey

                          5.The Outcast (Sign of Cain)

                          6.Victims of Hate

                          7.Death's All Around You

Facebook officiel


par mortne2001 le 29/07/2019 à 14:18
75 %    135

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Airbourne

Boneshaker

The Deathtrip

Demon Solar Totem

Shadow Limb

Burn Scar

Denner's Inferno

In Amber

Sorcery

Necessary Excess of Violence

Voyager

Colours In The Sun

Cyhra

No Halos In Hell

Mur

Brutalism

Nocturnal Breed

We Only Came for the Violence

Work Of Art

Exhibits

Deceitome

Flux of Ruin

Risen Prophecy

Voices from the Dust

Desolation

Screams of the Undead

Une Misère

Sermon

Aro Ora

Wairua

White Mantis

Sacrifice Your Future

Hatred Dusk

Hatred Dusk

Diocletian

Amongst the Flames of a Burning God

Maïeutiste

Veritas

Alunah

Violet Hour

Birds in Row

RBD / 13/11/2019
Emocore

The Murder Capital + Whispering Sons

RBD / 07/11/2019
Gothic Rock

MORTUARY, Interview avec Patrick (Chant) et Jean-Noël (Basse)

youpimatin / 05/11/2019
Brutal Death Metal

Nesseria + Stuntman

RBD / 01/11/2019
Hardcore

Concerts à 7 jours

+ Father Merrin + Clegane

17/11 : Le Do It Yourself, Lille (59)

Photo Stream

Derniers coms

J'ai acheté Metallian il y a quelques mois. Des années que je n'avais acheté un magazine papier. J'y ai lu 3 ou 4 interviews corrects (les groupes que j'aime). Ce torchon, bien fichu, a toujours le chic pour interviewer les groupes les plus nazes de la scène métal. Il empeste toujours l'extensi(...)


S'il n'y avait que l'alcool hein...


Hard Force, Hard N Heavy et Hard Rock mag c'était de la bombe dans les années 90.

Rock Hard c'était genial dans les années 2000.

Aujourd'hui Rock Hard et Metallian sont les survivants et fond le minimum je trouve, mais vu qu'il n'y a plus que eux...


Je comprends pas ce qu'il fou, il commence à jouer pour aller ensuite dans le public WTF...

Ca va mal.


Ouais une grosse pensée pour l'équipe qui tourne avec lui et qui subi cela, c'est vraiment triste.


Une vidéo du naufrage... https://www.youtube.com/watch?v=uYzzyxDHkc0


Les mags étrangers, lisant difficilement l'anglais, tu comprendras que je m'en cogne avec une certaine force.

Oui j'ai connu Noise Mag', du temps d'Alex Citram mais je préfère RockHard, même si sa ligne éditoriale penche il est vrai trop sur un certain Hard Rock provenant d'Austral(...)


Ça n'étonnera personne. Ça devait bien arriver un jour. J'ai pas vu d'image mais apparemment il serait carrément tombé de la scène... franchement c'est une bonne chose, c'était au delà du pathétique sur scène (déjà au Motoc l'année dernière). En espérant qu'il soigne vraiment son turb(...)


Ah ben faut pas être trop difficile, à mon humble avis, surtout si on compare avec les mags étrangers (purée, z'avez lu Deaf Forever, Legacy mag, voire en France Noise mag, bien plus complet, même si ça cause pas de metal exclusivement loin de là ? C'est autre chose, niveau qualité et conten(...)


Non, du tout. Les deux groupes se partagent la couverture, c'est tout.


Trust a fait un truc avec Airbourne j'ai pas suivi ?


Je suis fan de ce mag' pour plusieurs raisons, même si je reconnais le côté soft de bien des groupes et un certain penchant virant parfois à l'obsession pour AC/DC (que je n'aime pas particulièrement).

Mais pour peu qu'on ne soit pas un die hard de Metal Extrême (y a Metallian pou(...)


J'avais arrêté Rock Hard pendant un certain temps pour cette raison ("mou du genou" dans sa ligne éditoriale) mais au final j'y reviens de temps en temps maintenant, car justement pour les découvertes plus "soft" c'est tout de même pas mal. Et je trouve encore de la passion dans ce mag...


Pas forcément. Le nom du mag a toujours été RockHard. Il ne vise pas le même public que Metallian.

Moi ça me va à 100 %


Je ne suis pas sûr que ce soit de la HM-2 sur le 1er album. Tout ce qui passait au Sunlight n'avait pas toujours ce son caractéristique (Tiamat et Grave par exemple ;-) )


Ouais c'est bourré de feeling ce morceau je trouve. Cette légende (si ce n'est LA légende) du sludge n'empêche ce mec ! Et ce look de loubard qui va bien :D !


@stench: Je fais encore un paquet d'échanges à l'étranger, l'underground s'arrête pas à ta région, voir à la France :)
Tu parles de split tapes de VACARME?


Le premier extrait est vraiment intéressant, Kirk en a encore dans le ventre !


La date prévue à Barcelone dans la première version de cette tournée a carrément sauté. Ils doivent être dégoûtés.


"Pas de date pour la France".....