Striking the Bell of Death

Sins Of The Damned

03/04/2019

Shadow Kingdom Records

Selon la bio de leur label, les SINS OF THE DAMNED sont une véritable institution au Chili, pays pourtant fertile en Metal extrême. Mais lorsqu’on défend et distribue un groupe, autant s’enthousiasmer, et cet élan de la part de Shadow Kingdom est tout à fait légitime au regard de la qualité de production de ce quatuor qui depuis sa création, s’évertue à remettre au goût du jour d’anciennes modes d’agression. Vous l’avez compris, c’est encore la nostalgie qui va s’imposer cet après-midi, et avec ces sept morceaux, les chiliens comptent bien vous faire plier sous le poids de leur approche vintage, lourde comme une enclume, et rapide comme un dragster lancé pleine bourre. Concrètement, les SINS OF THE DAMNED se sont formés il y a six ans, à Santiago, et ont depuis lâché pas mal de formats sur le marché. Trois démos entre 2014 et 2016 (une répétition, Declaration of War et Death’s All Around You), toutes en DIY mais consolidées d’un soin professionnel, avant de partager des faces avec CRIME, autre combo du cru, puis de concentrer leur boulot sur une compilation, Chronicles of Disgrace en 2017. Un parcours plein donc pour ces pourfendeurs de Metal tiède et édulcoré, qui ont trouvé en Shadow Kingdom le parfait partner in crime, le seul à même de propager leur bonne parole en version longue-durée. Et c’est ainsi qu’au mois d’avril dernier, les deux parties se sont félicitées de la parution de ce Striking the Bell of Death, qui de son titre évoquait pas mal d’images assez fortes.

Ce qui n’empêche pas le cas chilien d’être épineux. Défini par une mention générique de Speed Metal, ces quatre mercenaires du Metal le plus incorruptible (Maot - guitare, Razor - guitare/chant, Noisemaker - basse et Tyrant - batterie) s’adonnent plus volontiers aux joies généralistes du Speed/Thrash légèrement Black sur les bords, mais pas trop pour ne pas sombrer dans le chaos. S’adressant aux fans de RAZOR, WHIPLASH, EXCITER, ou DEATHROW pour les plus anciens, et aux mordus de DESASTER, GOSPEL OF THE HORNS, DEATHHAMMER, et BARBARIAN pour les petits nouveaux, ce premier LP fait montre d’une rage et d’une hargne assez confondantes, et nous convertit aux plaisirs sadiques et recommandables du Speed des années 80, celui-là même que les brésiliens allaient transformer en Thrash/Death bestial, et que les américains/canadiens et anglais ont gardé concentré pour ne pas pencher du côté bruitiste où ils menaçaient de glisser. D’une belle intensité, ces sept morceaux ne prennent pas de gants, et rappellent à quel point la première vague Speed/Thrash de la période 85/86 a joué un rôle primordial dans le développement de la scène extrême de la même époque. On y retrouve ces riffs perpétuellement saccadés, ces rythmiques échevelées et puissantes, et évidemment ce chant possédé, apportant cette petite touche de BM que la vague old-school affectionne tant. Et si l’ensemble de sa linéarité pourra rebuter les plus ouverts, on se prend facilement cette mandale dans la tronche en tendant l’autre joue, tant le tout hume bon la violence bon enfant, l’occultisme paillard et l’envie de bousculer les codes sans briser les règles.

Production parfaite pour le genre, guitaristes qui ne triment pas dans le vide, bestialité de surface pour enfilade en profondeur, tout est mis en branle pour provoquer un headbanging ininterrompu. On se laisse emporter par ce formalisme qui ne détourne jamais la tête de son objectif, et même si ces chansons donnent le sentiment d’avoir déjà été entendues des dizaines de fois, l’exubérance dont font preuve les quatre musiciens fait vraiment du bien. Et peu importe que les six véritables morceaux (« Striking the Bell of Death » est une intro) se ressemblent tellement qu’on est bien incapable de les différencier, puisque là n’est pas le but. Le but, le seul, est de s’éclater comme des bêtes au son d’un Metal de la mort qui empeste la joie, ou l’inverse, et de savourer cette tranche de vie chilienne comme un retour aux sources. Malgré les arguments mis en avant par leur maison de disques, les SINS OF THE DAMNED n’apportent rien de neuf à une tendance qui domine depuis plus d’une décennie, et se contentent de piocher dans les glorieuses et furieuses 80’s de quoi alimenter leur inspiration. Leur atout se trouve ailleurs, dans cette facilité à pervertir des mélodies séduisantes de vocaux bestiaux et de rythmiques marteau-pilon, et à permettre aux plus impressionnables de s’autoriser un écart extrême sans déroger à leur philosophie. L’ombre d’un WHIPLASH encore plus bourrin qu’à l’origine est palpable, tout comme l’est le parrainage d’un RAZOR vraiment pas content, et au bout du compte, le temps passe sans que l’on s’ennuie, malgré le timing étiré des morceaux.

En tendant bien l’oreille, on s’aperçoit que la culture des chiliens ne se limite pas au plus vicieux, et qu’ils ont bien assimilé les tierces de la NWOBHM, et les assertions harmoniques de MAIDEN. Certes, ceci se note plutôt en filigrane, puisque l’ambiance générale est à la débauche, mais on comprend qu’une certaine finesse sous-jacente empêche le groupe de se fondre dans la masse des cramés du bulbe, sans pour autant excuser les nombreuses répétitions et autocitations. Mais bien que finalement, on passe l’éponge sur ces quelques approximations, on garde le recul nécessaire pour conseiller aux SINS OF THE DAMNED d’aérer un peu leurs compositions, et de se reposer parfois sur un mid-tempo moins marquant, mais qui permettra aux chansons les plus rapides de se mettre en avant autrement qu’en étant systématiquement imposées. Sans faire sonner les trompettes de Jéricho, ce Striking the Bell of Death reste un solide effort de Speed teinté de BM light que les plus affamés dévoreront sans attendre. Mais la prochaine fois, il ne faudra pas tabler sur une fringale inévitable pour tirer son épingle d’un jeu que l’on ne connaît que trop bien.

    

Titres de l’album :

                          1.Striking the Bell of Death

                          2.They Fall and Never Rise Again

                          3.Take the Weapons

                          4.The Lion and the Prey

                          5.The Outcast (Sign of Cain)

                          6.Victims of Hate

                          7.Death's All Around You

Facebook officiel


par mortne2001 le 29/07/2019 à 14:18
75 %    334

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Derniers articles

Jon _ interview d'un homme multi-facettes

Simony 23/11/2020

Interview

Future World

mortne2001 23/11/2020

From the past

Voyage au centre de la scène : les fanzines

Jus de cadavre 22/11/2020

Vidéos

Rammstein 2005 (Volkerball)

RBD 16/11/2020

Live Report

At The Mill _ Live Stream Performance

Simony 07/11/2020

Live Report

Dahey OWM

Simony 01/11/2020

Interview

Fear Factory + Misery Index 2006

RBD 28/10/2020

Live Report
Concerts à 7 jours
Saor + Borknagar + Cân Bardd 01/12 : Le Petit Bain, Paris (75)
Saor + Borknagar + Cân Bardd 02/12 : Le Rex, Toulouse (31)
Tags
Photos stream
Derniers commentaires
el bifflardo

 une decourverte qui fait prezir ... toudoum tss

25/11/2020, 09:35

Gargan

Juste un running gag avec un commentaire précédent, d'où le gif. Ils ont joué en live avec Mgla ceci dit hehe

25/11/2020, 08:57

Bones

Le délire ! 26 ans plus tard, retrouver un vieux dessin signé bibi dans l'un des fanzines de cette vidéo !  Une sombre merde dont j'étais hyper fier à l'époque.

24/11/2020, 23:14

RBD

Jolie plongée nostalgique dans cet univers des premiers passionnés, plus libre que celui des premiers magazines bien que certains s'en rapprochaient dans la forme. Les fanzines faisaient le lien au sein des scènes locales d'un même secteur, à une &eacut(...)

24/11/2020, 23:01

Yolo

Aucun rapport avec Dark Funeral. Décidément tu nous les auras toutes faites toi.

24/11/2020, 21:23

Yolo

Aucun rapport entre MGLA et Deus Mortem. Sérieux...

24/11/2020, 21:15

Simony

Ah non là DEUS MORTEM associé à MGLA, je ne pense pas qu'ils soient dans la même optique du Black Metal. DEUS MORTEM c'est plus MARDUK et compagnie qui les branche. Excellent groupe à la discographie difficilement discutable lorsque l'on aime c(...)

24/11/2020, 18:08

Humungus

Au vu de l'attrait de certains pour le bazar, je colle une oreille sur ces deux extraits :Mais c'est que c'est du tout bon ça bordel !!!J'ai donc poussé un peu plus mes investigations en écoutant le premier album et second EP : Pas mal du tou(...)

24/11/2020, 16:17

Humungus

POMAH je vous aime.

24/11/2020, 16:05

Humungus

D'accord avec toi L'Apache concernant l'attrait des pochettes.Cela m'a d'ailleurs fait penser dans le style décalé des jaquettes, le format et la rareté de la chose à ce que peut nous pondre TODESSTOSS.Sinon, du coup, j'ai &e(...)

24/11/2020, 16:04

Zorg

Super label, et super discours. Franchement, c'est un de mes labels préférés de par leur éthique qui transparait dans les propos tenus.

24/11/2020, 13:31

Gargan

Black metal, Pologne. Déjà, ça sent bon. Un paquet de clones de Mgla depuis quelques temps, on sent effectivement une influences mais l'ambiance semble propre au groupe, à voir sur album. 

24/11/2020, 08:59

L'Apache

Ah ouais ? Moi je les trouve trop stylées ! Et il y a une vraie singularité dans leur artworks. 

24/11/2020, 08:40

Kerry King

L'album est excellent, digne des belles heures de Asphyx.

23/11/2020, 23:57

POMAH

J'avais vraiment aimé cet album à sa sortie, le seul point "pas" vraiment négatif à l'époque c'était ce chant pas vraiment affirmé, j'aurais aimé qu'il soit plus imposant lors de cette rééditi(...)

23/11/2020, 19:34

POMAH

+1 Humungus, c'est incroyable comment se groupe à bercé pas mal de mes années. Ils avaient un vrai talent de composition. 

23/11/2020, 19:28

Jus de cadavre

Y en a des trucs à écouter en cette fin d'année !

23/11/2020, 18:22

JTDP

@RBD : merci pour cette précision. Je me disais bien aussi qu'elle lui ressemblait étrangement...

23/11/2020, 14:05

RBD

L'illustration a été retouchée après reprise de celle de l'album "Y" du groupe Suisse Borgne (Black Indus bien malsain), qui est sorti un peu plus tôt dans l'année, pendant le confinement.

23/11/2020, 13:24

Humungus

AAAAAAAAAAAAHHHHHH !!! !!! !!!IRON MAN PUTAIN !!! !!! !!!Groupe de Doom aussi essentiel à mon sens que SAINT VITUS, PENTAGRAM ou autre TROUBLE !Achat obligatoire.

23/11/2020, 10:46