Selon la bio de leur label, les SINS OF THE DAMNED sont une véritable institution au Chili, pays pourtant fertile en Metal extrême. Mais lorsqu’on défend et distribue un groupe, autant s’enthousiasmer, et cet élan de la part de Shadow Kingdom est tout à fait légitime au regard de la qualité de production de ce quatuor qui depuis sa création, s’évertue à remettre au goût du jour d’anciennes modes d’agression. Vous l’avez compris, c’est encore la nostalgie qui va s’imposer cet après-midi, et avec ces sept morceaux, les chiliens comptent bien vous faire plier sous le poids de leur approche vintage, lourde comme une enclume, et rapide comme un dragster lancé pleine bourre. Concrètement, les SINS OF THE DAMNED se sont formés il y a six ans, à Santiago, et ont depuis lâché pas mal de formats sur le marché. Trois démos entre 2014 et 2016 (une répétition, Declaration of War et Death’s All Around You), toutes en DIY mais consolidées d’un soin professionnel, avant de partager des faces avec CRIME, autre combo du cru, puis de concentrer leur boulot sur une compilation, Chronicles of Disgrace en 2017. Un parcours plein donc pour ces pourfendeurs de Metal tiède et édulcoré, qui ont trouvé en Shadow Kingdom le parfait partner in crime, le seul à même de propager leur bonne parole en version longue-durée. Et c’est ainsi qu’au mois d’avril dernier, les deux parties se sont félicitées de la parution de ce Striking the Bell of Death, qui de son titre évoquait pas mal d’images assez fortes.

Ce qui n’empêche pas le cas chilien d’être épineux. Défini par une mention générique de Speed Metal, ces quatre mercenaires du Metal le plus incorruptible (Maot - guitare, Razor - guitare/chant, Noisemaker - basse et Tyrant - batterie) s’adonnent plus volontiers aux joies généralistes du Speed/Thrash légèrement Black sur les bords, mais pas trop pour ne pas sombrer dans le chaos. S’adressant aux fans de RAZOR, WHIPLASH, EXCITER, ou DEATHROW pour les plus anciens, et aux mordus de DESASTER, GOSPEL OF THE HORNS, DEATHHAMMER, et BARBARIAN pour les petits nouveaux, ce premier LP fait montre d’une rage et d’une hargne assez confondantes, et nous convertit aux plaisirs sadiques et recommandables du Speed des années 80, celui-là même que les brésiliens allaient transformer en Thrash/Death bestial, et que les américains/canadiens et anglais ont gardé concentré pour ne pas pencher du côté bruitiste où ils menaçaient de glisser. D’une belle intensité, ces sept morceaux ne prennent pas de gants, et rappellent à quel point la première vague Speed/Thrash de la période 85/86 a joué un rôle primordial dans le développement de la scène extrême de la même époque. On y retrouve ces riffs perpétuellement saccadés, ces rythmiques échevelées et puissantes, et évidemment ce chant possédé, apportant cette petite touche de BM que la vague old-school affectionne tant. Et si l’ensemble de sa linéarité pourra rebuter les plus ouverts, on se prend facilement cette mandale dans la tronche en tendant l’autre joue, tant le tout hume bon la violence bon enfant, l’occultisme paillard et l’envie de bousculer les codes sans briser les règles.

Production parfaite pour le genre, guitaristes qui ne triment pas dans le vide, bestialité de surface pour enfilade en profondeur, tout est mis en branle pour provoquer un headbanging ininterrompu. On se laisse emporter par ce formalisme qui ne détourne jamais la tête de son objectif, et même si ces chansons donnent le sentiment d’avoir déjà été entendues des dizaines de fois, l’exubérance dont font preuve les quatre musiciens fait vraiment du bien. Et peu importe que les six véritables morceaux (« Striking the Bell of Death » est une intro) se ressemblent tellement qu’on est bien incapable de les différencier, puisque là n’est pas le but. Le but, le seul, est de s’éclater comme des bêtes au son d’un Metal de la mort qui empeste la joie, ou l’inverse, et de savourer cette tranche de vie chilienne comme un retour aux sources. Malgré les arguments mis en avant par leur maison de disques, les SINS OF THE DAMNED n’apportent rien de neuf à une tendance qui domine depuis plus d’une décennie, et se contentent de piocher dans les glorieuses et furieuses 80’s de quoi alimenter leur inspiration. Leur atout se trouve ailleurs, dans cette facilité à pervertir des mélodies séduisantes de vocaux bestiaux et de rythmiques marteau-pilon, et à permettre aux plus impressionnables de s’autoriser un écart extrême sans déroger à leur philosophie. L’ombre d’un WHIPLASH encore plus bourrin qu’à l’origine est palpable, tout comme l’est le parrainage d’un RAZOR vraiment pas content, et au bout du compte, le temps passe sans que l’on s’ennuie, malgré le timing étiré des morceaux.

En tendant bien l’oreille, on s’aperçoit que la culture des chiliens ne se limite pas au plus vicieux, et qu’ils ont bien assimilé les tierces de la NWOBHM, et les assertions harmoniques de MAIDEN. Certes, ceci se note plutôt en filigrane, puisque l’ambiance générale est à la débauche, mais on comprend qu’une certaine finesse sous-jacente empêche le groupe de se fondre dans la masse des cramés du bulbe, sans pour autant excuser les nombreuses répétitions et autocitations. Mais bien que finalement, on passe l’éponge sur ces quelques approximations, on garde le recul nécessaire pour conseiller aux SINS OF THE DAMNED d’aérer un peu leurs compositions, et de se reposer parfois sur un mid-tempo moins marquant, mais qui permettra aux chansons les plus rapides de se mettre en avant autrement qu’en étant systématiquement imposées. Sans faire sonner les trompettes de Jéricho, ce Striking the Bell of Death reste un solide effort de Speed teinté de BM light que les plus affamés dévoreront sans attendre. Mais la prochaine fois, il ne faudra pas tabler sur une fringale inévitable pour tirer son épingle d’un jeu que l’on ne connaît que trop bien.

    

Titres de l’album :

                          1.Striking the Bell of Death

                          2.They Fall and Never Rise Again

                          3.Take the Weapons

                          4.The Lion and the Prey

                          5.The Outcast (Sign of Cain)

                          6.Victims of Hate

                          7.Death's All Around You

Facebook officiel


par mortne2001 le 29/07/2019 à 14:18
75 %    104

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Lee Aaron

Power, Soul, Rock N' Roll – Live in Germany

Aphrodite

Lust and War

Freternia

The Gathering

Urkraft

Our Treacherous Fathers

Monarque

Jusqu’à la Mort

Black Star Riders

Another State Of Grace

Sacral Night

Ancient Remains

Kryptos

Afterburner

Immortal Bird

Thrive On Neglect

Korn

The Nothing

Damim

A Fine Game Of Nil

Kobold

Masterpace

Warvictims

The Horse and Sparrow Theory

Dead Heat

Certain Death

Void King

Barren Dominion

The New Death Cult

The New Death Cult

Axxios

Beneath the Blood Red Sky

Reality Suite

Awaken

Beastmaker

Eye of the Storm

Slaughtbbath

Alchemical Warfare

Death Feast Open Air 2019

Mold_Putrefaction / 19/09/2019
Brutal Death Grind

Dopethrone + Wormsand

RBD / 12/09/2019
Doom

DISOWNING, Interview avec Butcher (chant)

youpimatin / 10/09/2019
Death Metal

Photo-report MOTOCULTOR FESTIVAL 2019

Jus de cadavre / 08/09/2019
Motocultor

Concerts à 7 jours

+ Electric Shock + Praying Mantis

21/09 : Jas'rod, Pennes Mirabeau (13)

Belenos + Griffon + Nydvind

21/09 : Salem, Le Haillan (33)

Darkenhöld + Bovary + Eternal Hunt

21/09 : Secret Place, St Jean De Védas (34)

Kadinja + Tranzat + Juggernautt

21/09 : Espace Le Goffic, Rennes (35)

Krassier + Frekkr + Conquerors

21/09 : Dropkick Bar, Reims (51)

Evil Invaders + Warkunt + Disgorged Foetus

21/09 : Maison Du Temps Libre, Rolampont (52)

Deficiency + Fractal Universe + Destinity

21/09 : ThÉÂtre De La MÉdiathÈque, Freyming (57)

Warfaith + Mortuary + Dust In Mind

21/09 : Salle Désiré Granet, Anould (88)

Flush!! + Xbreak Outx

26/09 : L'ambuscade, Lyon (69)

Elyose + Ancient Bards

26/09 : Le Gibus, Paris (75)

Mars Red Sky + Lysistrata + It It Anita

27/09 : La Nef, Angoulême (16)

Pictured + Evilness + Gengis

27/09 : Le Spot, Spézet (29)

A Very Sad Story + Cleaver

27/09 : Le Dropkick, Reims (51)

Vola + Arch Echo + Rendezvous Point

27/09 : Hard Rock Café, Lyon (69)

Misþyrming + Vortex Of End + Darvaza

27/09 : Le Gibus, Paris (75)

Bliss Of Flesh + MÖhrkvlth + Vosegus

28/09 : Espace Leo Ferre, Brest (29)

Alea Jacta Est + Stinky + Wank For Peace

28/09 : Le Rex, Toulouse (31)

Blood Ages + Pray Manticore + From Dusk To Dawn

28/09 : Ecole Des Filles, L'isle-bouzon (32)

Pictured + Evilness + Gengis

28/09 : La Fontaine De Brocéliande, Saint-péran (35)

Fange + Grist + Verdun

28/09 : Molodoï, Strasbourg (67)

Malkavian + Warband + Shut The Fuck Up

28/09 : Rock'n'eat, Lyon (69)

Temple Of Baal + Archgoat + Au Champ Des Morts

28/09 : Le Petit Bain, Paris (75)

Furies + Nemost + No Return

28/09 : Salle Claude Pouillet, Evry-gregy-sur-yerres (77)

Monarch! + Vouna

28/09 : L'hélice, Toulon (83)

Photo Stream

Derniers coms

1) Inutile de dire que ce report et une fois de plus hyper complet.
Cela devient vraiment lassant d'écrire ça à chaque fois mec...
2) "Pour manger, c’est soit des frites, soit une part de pizza"
QUOÛÛÛAH ?!?!
Pas de stands vegano-pakistanais sur ce genre de fest ? Imp(...)


1) JTDP + 1.
2) "Un spectateur un peu plus chaud que les autres passe par-dessus la barrière suite à un slam qui tourne mal et s'écrase juste devant la scène ! la volée qu'il a pris le mec !"
Donc si j'ai bien suivi, un spectateur passe par dessus les barrières (involontairement qu(...)


Bah vu qu'Exodus est plus en moins en stand-by tant que Holt n'en a pas fini avec Slayer, Altus a bien raison de réactiver Heathen. Perso c'est une excellente nouvelle, qui sera encore meilleure si je parviens à voir le groupe live.


Des piges Heathen, le mec est dans Exodus aujourd'hui je savais pas que ça tourné encore.


Et bien, une chronique de Freternia, si je m'attendais à ça! J'avais en effet totalement perdu de vu ce groupe, disparu des radars et visblement peu regretté. A l'époque (et cela ne nous rajeunit pas), j'avais été emballé par le côté épique du 1er album, mais j'avais trouvé le second part(...)


Bravo pour ce report exhaustif. Sur ce genre de festival je suis certain que je me calerais plutôt sur les têtes d'affiche, si j'y allais. Elles sont plus de ma génération (je confirme en passant que Decapitated a été un groupe majeur alors) et je trouve que les vieilles écoles étaient plus (...)


Cela a été corrigé, ce sera bien le 2 mai à Toulouse, un samedi.


"Pendant ce temps là le batteur de KORPSE fait un slam, et une nana vomit à côté de moi, parfait" xD !

Sinon excellent report Mold, comme d'habitude. Tu m'impressionne à tout voir / tout retenir comme ça ! Le gros kiff sur Waking tu m'as tué ;)


Excellent album ! Plus dynamique que le précédent tout en gardant cette lourdeur et cette hargne si caractéristiques du groupe !


merci beaucoup pour ce report, concis et précis...et merci de faire suivre l'actualité du brutol jusqu'à Roazhon...
Et enfin cimer pour Smat's...
ROM1 - KDS CREW


Hihi, je savais que c'était fait pour toi... :-D


Cette affiche... J'en rêvais... ... ...


@kairos +1 !


Cool report, comme d'hab' ! Et toujours intéressant de retracer l'historique musical d'une ville ;-)


Si Scott Wino ne peut plus se défoncer en paix, ou va le monde !


DEMONIAC, c'était génial. Surtout le second et troisième album. La suite avec DRAGONFORCE m'avait un peu dépité...


Bah c'est fou car je pensais justement à la future tournée européenne de THE OBSESSED très tôt ce matin et me demandais donc où en était ce brave Wino avec ces anciens soucis scandinaves.
Bah me voilà (malheureusement !) renseigné sur le sujet…
Salauds de norvégiens ! Depuis (...)


Bah ce qui est le plus dingue avec cette immondice qu'est DRAGONFORCE, c'est que ce groupe est né des cendres de DEMONIAC... Jamais compris ça quand on voit la merveille qu'était "Prepare for war".
Comme quoi, il faut de tout pour faire un monde...


Mon dieu c'te pochette ?!?!
Le père Joël nous avait pourtant habitué à bien mieux merde…
On se croirait ici en main avec un album de Synthwave bas de gamme bon dieu de dieu.


Attention le site du Bikini annonce la date à Toulouse le 20 mai. C'est un mercredi, veille de l'Ascension.