A History of Nomadic Behavior

Eyehategod

12/03/2021

Century Media

Je crois que c’est la bonne période pour retrouver EYEHATEGOD. D’abord, parce que nous avons de bonnes raisons de haïr Dieu, et donc nous-mêmes. Ensuite, parce qu’un nouvel album du groupe sortant en plein chaos pandémique est une sacrée coïncidence qui n’en est pas une. Et puis, dernier point, sept ans depuis le dernier album éponyme suffisent largement pour que le groupe nous ai vraiment manqué. Alors, Bower et Mike ont remis le couvert, et Williams semble avoir laissé derrière lui ses ennuis de santé et son foie malade. Mais tous ces éléments constituaient le terreau fertile pour revenir plus remontés et désabusés que jamais sur l’humanité, alors, nous attendions beaucoup de ce A History of Nomadic Behavior, et son titre en pied de nez faisant référence à une époque pour le moment révolu de nos existences. Aujourd’hui, nous sommes condamnés à la sédentarité, et nous devons apprécier ce qui est juste sous nos yeux. Et qui n’est pas forcément plus agréable que ce que l’on ne voit qu’avec les jumelles de l’esprit. Sept ans ont-ils calmé les ardeurs néfastes et les odeurs nauséabondes de la Nouvelle-Orléans ? Pas vraiment, puisque la musique du groupe est toujours aussi maladive, et que ses relents agressent toujours autant les naseaux.

Nous pouvions compter sur la haine viscérale de Mike pour nous libérer l’esprit de toute contrainte euphorique ou optimiste, et sur la guitare de plus en plus grasse de Jimmy pour nous coller au sol Sludge le plus poisseux du marché. Nombreux sont les groupes ayant tenté de suivre les traces des originaires de la Louisiane, mais jusqu’à présent, personne n’a eu le pas aussi lourd et le regard aussi torve. Et en dehors des consommations massives d’alcool et de produits plus ou moins licites, on constate que les tripes d’EYEHATEGOD sont toujours aussi pourries, et que leur musique est toujours aussi laxative. On tremble de peur, on chie de trouille, mais tout ça est aussi cathartique qu’une attrition forcée aux Dieux de la réalité, un flingue d’anormalité sur la tempe.

Enfermés dans les studios HighTower Recording et Hypercube, les mecs n’ont pas lésiné sur le nauséeux et l’oppressant. On en prend acte sur l’infect « Current Situation » qui dépeint avec acuité une période de trouble vraiment déprimante, via une armée de dissonances, de stridences, et de dégueulis vocal à faire cauchemarder le gros Phil Anselmo. Loin de DOWN, Jimmy retrouve ses riffs les plus gras et gros, et lâche la vapeur comme un train qui déraille. Et plus qu’un album de plus pour la carrière du groupe, plus qu’une étape supplémentaire sur le chemin de la non-rédemption, A History of Nomadic Behavior est un aveu en forme de postulat : EYEHATEGOD est la Nola, mouvement qu’il a défini dans les grandes et petites lignes, et incarne l’avant-garde du Sludge/Hardcore le plus violent et oppressant du marché, sans avoir à forcer, en recyclant les mêmes idées malsaines, mais en les remettant au goût d’un jour vicié et blasé.

Les nouvelles compositions ne proposent évidemment rien de neuf, le combo haïssant plus que tout la compromission et l’évolution. On retrouve donc sur ce sixième crachat le même son qu’on aimait tant sur les premiers albums du groupe, et ces chansons inimitables, interchangeables, mais qui laissent des haut-le-cœur après ingestion auditive. Gnole méchamment fermentée, A History of Nomadic Behavior permet à Mike de s’en mettre plein le gosier verbalement, et de régurgiter sa haine avec une imprécision diabolique dans le phrasé. Ses mots sont toujours aussi désabusés et cruels, mais sa voix reste unique dans le créneau. « Built Beneath The Lies » nous prend d’ailleurs de front avec son faux rythme et ses lyrics éructés d’un gosier abimé par le temps, mais régénéré par une santé nouvelle chèrement acquise. Alors, pas question pour Mike de s’extasier sur la beauté de l’existence, mais bien d’en dénoncer les désillusions et l’inéluctabilité. On va tous crever, alors à quoi bon faire semblant pour faire plaisir aux psychiatres et aux médecins ?

EYEHATEGOD se fout du virus, puisqu’il a toujours conçue la vie en tant que tel. Ce premier morceau entame donc les hostilités/retrouvailles avec l’habituel feedback, avant de sombrer dans les affres d’un Blues apocalyptique assez prophétique. Heavy comme personne d’autre ne peut l’être, et surtout pas BLACK SABBATH, EYEHATEGOD nous traîne dans les marais de la conscience et du je-m’en-foutisme avec une absence de classe totale, et éclabousse même notre âme de son fiel.

« The Outer Banks » poursuit sur la même voie de l’obscurantisme musical, en puisant dans le Doom de quoi faire avancer la locomotive. Une fois encore, Bower semble caler ses états d’âme sur les tonalités de ses riffs, et traîne sa misère comme tous les précurseurs conscients d’avoir atteint les limites depuis longtemps. Il y a encore une fois de tout pout tous les désaxés et les déracinés sur cet album, mais surtout, le poids de la terre porté par les épaules d’Atlas qui ressemble de plus en plus à un Achille aux pieds d’argile. Si les surprises éventuelles de nouvelles catastrophes sont évidemment nulles, nous retrouvons quand même avec plaisir le sadisme d’un groupe qui n’a jamais lâché l’affaire, et qui continue de jouer son style de prédilection avec toute la méchanceté lucide qu’on lui connaît. Mike, en voix, hurle comme une vieille sorcière, et rapproche encore l’ensemble d’un Hardcore vraiment maladif, comme si BLACK FLAG renaissait de ses cendres à la Nouvelle Orléans, pour découvrir un carnaval encore plus déprimant que celui du Hermosa Beach des années 82/83          

Dans la Louisiane d’EYEHATEGOD, on n’offre pas des colliers aux femmes pour qu’elles montrent leur poitrine. On pisse sur leur cadavre retrouvé dans les swamps, sans se demander comment la mort a pu frapper. Parce qu’on s’en cogne, la mort étant partout, et même dans les recoins les plus lumineux et groovy (« The Day Felt Wrong », du SOUNDGARDEN passé au prisme de l’indifférence la plus totale envers la mélodie).

Alors, que dire de neuf qui n’ait déjà été écrit à propos des cinq premiers albums du groupe ? Rien évidemment, puisque d’autres s’en sont chargé avec plus de talent que moi. Essayer de persuader le fan extrême épisodique du caractère essentiel d’EYEHATEGOD, revient à tenter de convaincre un indécrottable optimiste que la vie n’est qu’un tas de fumier même pas fertile qui ne laisse pousser aucun espoir. Alors, après tout, je m’en branle que vous écoutiez cet album ou pas, puisque vous y êtes confrontés tous les jours.

              

                                                                                                                                                                                                        

Titres de l’album:

01. Built Beneath The Lies

02. The Outer Banks

03. Fake What's Yours

04. Three Black Eyes

05. Current Situation

06. High Risk Trigger

07. Anemic Robotic

08. The Day Felt Wrong

09. The Trial Of Johnny Cancer

10. Smoker's Piece

11. Circle Of Nerves

12. Every Thing, Every Day


Site officiel

Facebook officiel


par mortne2001 le 28/03/2021 à 15:22
85 %    583

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Derniers articles

Hatebreed + Crowbar

RBD 18/06/2024

Live Report

Nostromo + Nwar

RBD 03/06/2024

Live Report

Dvne + My Diligence

RBD 29/05/2024

Live Report

Anthems Of Steel VI

Simony 24/05/2024

Live Report

Pessimist + Demiurgon

RBD 14/05/2024

Live Report

Voyage au centre de la scène : ARGILE

Jus de cadavre 12/05/2024

Vidéos

Mercyless + Nervous Decay + Sekator

RBD 08/05/2024

Live Report

Birds in Row + Verdun

RBD 02/05/2024

Live Report

Hexagon Doom Tour

Simony 29/04/2024

Live Report
Concerts à 7 jours
Tags
Photos stream
Derniers commentaires
Humungus

Je pense que DL100 causait du clip...Et là, on peut pas lui donner tort hein... ... ...

19/06/2024, 06:55

Gargan

Plutôt injuste comme commentaire, je m’attendais à qqch de super cheap alors qu’il n’en est rienet musicalement ça se tient (parfois même l’impression d’entendre du Alastis !).

18/06/2024, 22:28

Gargan

La pochette évoque un retour au sources, mais ça ne me fera pas oublier phantoms, qui reste indétrônable.

18/06/2024, 22:20

Kiss the Goat

Un renouveau dans ce qui se fait en français 

18/06/2024, 21:43

DL100

Ah ouais, quand-même... C'est hautement ridicule et pathétique là...

18/06/2024, 12:07

Gargan

Hmmm j'ai tendance à préférer cette version, c'est mal. J'ai le sentiment que c'est plus lisible et pêchu et - heureusement - le son des toms est préservé, le genre de détail qui devait persister. Vont-ils nous refaire le coup po(...)

17/06/2024, 09:04

RBD

C'est une bonne surprise. Kerry n'a eu évidemment aucun mal à bien s'entourer mais ses partenaires ont apporté une pêche supérieure aux derniers Slayer. Ce Thrash à fond est mieux inspiré que celui de "Repentless" sans(...)

16/06/2024, 18:58

Humungus

De ces deux extraits proposés, il ne ressort effectivement pas grand chose...En tous cas, beaucoup moins que sur la réédition de "Morbid visions" qui m'avait bizarrement beaucoup plu l'année dernière.En même temps, et je s(...)

16/06/2024, 08:52

Moshimosher

Franchement, très bonne surprise ! Et vraiment content pour eux qu'ils puissent continuer ! Malgré la vie, la mort continue et c'est bon !!! \m/

15/06/2024, 20:44

Arioch91

L'édition originelle est intouchable, avec un son qui lui est propre et qui l'identifie dès les premières secondes. Sans oublier ce son particulier des toms d'Igor, comme sur le Pleasure to Kill de Kreator.Avec ce réenregistrement, on est loin de (...)

15/06/2024, 19:42

Humungus

Ouais... ... ...Bah à l'écoute de ce titre, cela ressemble comme deux gouttes de foutre à NIFELHEIM hein.Et à du très bon NIFELHEIM qui plus est !De fait, étant über fan de ce groupe, j'attends cette galette avec impati(...)

15/06/2024, 09:11

Moshimosher

Bon, par contre, l'extrait me laisse dubitatif...

15/06/2024, 06:37

Moshimosher

En tant que grand fan, je suis partagé... mais bon, pourquoi pas ! Surtout que j'ai tous les albums d'Edge of Sanity (Until Eternity Ends compris) et une bonne moitié des Nightingale... donc, qui sait... s'ils sont aussi en digital, je pourrais me laisser tenter par c(...)

15/06/2024, 06:33

RBD

Les concerts ne sont qu'une partie de ce petit festival. La dernière fois il y avait des conférences, des "masterclass", un marché aux puces, etc. Ce n'est pas évoqué ici mais je m'attends à retrouver tout cela. La progra(...)

14/06/2024, 11:18

Gargan

Pas un groupe de métal « trad » pour des « états généraux », ça donne vraiment beaucoup d’envie et de crédibilité…

14/06/2024, 07:43

metalrunner

Merci pour la redécouverte Ravage in peace c est trop bon

13/06/2024, 20:13

LeMoustre

Oh la torgnole thrash !Ah oui on sent bien l'influence du Dark Fuckin' Angel période Don Doty a plein nez. Le tempo effréné, les vocalises dans l'esprit. Parfait Achat direct cash de chez cash.J'adore, tout a fait pile poil ma cam(...)

11/06/2024, 20:30

Arioch91

Écouté ce matin en mode découverte tout en bossant, pas l'idéal mais pas le choix.Au premier ressenti, j'ai pensé à un croisement endiablé entre le Darkness Descends de Dark Angel et le Pleasure to Kill de Kreator. On a connu pire (...)

11/06/2024, 12:28

Humungus

"System Shock est un sérieux prétendant au titre d’album Thrash de l’année"Itou mec !!! !!! !!!Pour ma part, je vois plus dans ce superbe album la patte des "Trois Grands Teutons" (KREATOR, DESTRUCTION &(...)

11/06/2024, 11:01

Jus de cadavre

La prod est une fois de plus monstrueuse, bordel il s'est fait attendre celui là !

11/06/2024, 08:49