Les compilations, ça pue. Comme la morue. Et la plupart du temps, soit nous avons droit à un collage à la hâte des meilleurs titres d’un groupe, que l’on connaît déjà par cœur, soit à un assemblage disparate de morceaux hautement dispensables qu’on nous refourgue sous l’étiquette bénie « d’inédits », qui auraient mieux fait de le rester. En partant de là, pourquoi donc m’épancher sur un cas précité, sans avoir l’impression de perdre mon temps et de passer pour un faisan ? Simplement parce qu’un sampler des POWER TRIP est bien plus qu’un simple scrapbook destiné à exhiber des ébauches mal terminées et à peine digne de figurer en annexe d’une biographie vite torchée. En fin amateur de la chose Thrash et Crossover, POWER TRIP fait évidemment partie de mon tableau d’honneur. Avec deux LP sous le manteau, les originaires de Dallas, Texas, qui ne se lèvent qu’à 1PM, ont plus ou moins redéfini les contours du genre, tout du moins les ont adapté à une époque qui ne peut plus se contenter de succédanés. Nul n’a pu oublier l’agression gaillarde de Manifest Decimation ou les attaques de rapace de Nightmare Logic, alors à l’heure de mettre les pendules à, il me semble de bon ton de préciser que cet Opening Fire- 2008-2014 pourrait bien incarner la quintessence d’un ensemble qui n’a retenu que les meilleures leçons des patrons. Lesquels ? Toujours les mêmes évidemment, les SUICIDAL, EXCEL, DEMOLITION HAMMER, D.R.I, IRON REAGAN, VIO-LENCE, et surtout les LEEWAY (quand réhabiliterons-nous ce groupe essentiel que tout le monde semble avoir oublié ?), qui trouvent chez les texans un écho formidable à leurs enseignements. Et cette compilation reste la meilleure occasion de vous familiariser avec l’un des groupes les plus attachants de notre nouveau siècle…

Alors, me direz-vous, pourquoi nous jeter sur cette offrande lorsqu’on connaît déjà les deux longue-durée du groupe sur le bout des baskets ? Parce que justement, on en trouve aucune trace ici, mais plutôt un témoignage vif et acculant des débuts du groupe, avec l’accumulation de quelques pièces assez difficiles à trouver aujourd’hui. Car Opening Fire- 2008-2014 comme son nom l’indique ne se veut pas survol exhaustif d’une carrière encore jeune, mais bien ajout à une œuvre qui prend des allures de bible du Thrash contemporain. Mais foin des mystères, et recensons avec la manière les pépites que vous pourrez y dénicher. Sur ce « nouvel » album se trouvent donc des témoignages du passé, en l’occurrence quelques formats pas vraiment dépassés. Dans l’ordre ou pas, s’y retrouvent accolés le premier EP éponyme, "Hammer of Doubt" version 2010, de la compilation America’s Hardcore, et l’intégralité des The Armageddon Blues Session de 2014. Soit une grosse demi-heure de bonheur, à base de rythmiques en fureur et de riffs tout en épaisseur. De quoi agréablement passer le temps, et réaliser que ces tarés sont probablement ce qui est arrivé de mieux au Crossover depuis le premier album des LEEWAY et le séminal The Joke’s On You d’EXCEL. Un peu mélange des CRUMBSUCKERS et de D.B.C dans l’esprit, Opening Fire- 2008-2014 vous permet en outre de découvrir une facette plus cachée des POWER TRIP, via des morceaux certes connus par les fans, mais plus abscons pour les non-initiés.

Et ce qui frappe à l’écoute de ce puzzle onze pièces, c’est évidemment son énorme qualité. Doté en outre d’un son vraiment spacieux et enrobé, il permet de comprendre pourquoi ce quintette (Riley Gale, Blake Ibanez, Chris Ulsh, Nick Stewart et Chris Whetzel) est devenu en dix ans une véritable référence pour les passionnés. En toisant la concurrence avec des titres relégués en deuxième division d’une production déjà dense, les texans affirment leur suprématie, et nous renvoient au meilleur de ces années balbutiantes durant lesquelles le Hardcore et le Metal semblaient enfin trouver un terrain d’entente. Ridiculisant au passage tous les faux alter-ego trop concentrés sur leur nostalgie pour espérer avancer, les POWER TRIP avec cette série B s’affirment encore plus comme les leaders d’un mouvement auquel ils appartiennent par défaut, mais qu’ils conchient sans crise d’ego. Car ici, aucun segment n’est dispensable, et tous sont autant de pierres ajoutées à l’édifice de la colère transgenre, comme le démontre avec une emphase impressionnante le tube de l’extrême « Armageddon Blues », qui nous prend aux tripes pour nous proposer un ultime trip. Pas étonnant dès lors que les malandrins aient opté pour un patronyme faisant référence aux divins LUDICHRIST, puisqu’ils en atteignent le niveau sans forcer, mais juste en se reposant sur leurs propres qualités. Des riffs gigantesques, une rythmique élastique qui ne rechigne pas à quelques pirouettes, et un parfum Hardcore très prononcé, spécialement sur le chant, qui pourtant n’occulte pas le virage purement Thrash de guitares en permanence en nage. Mais si vous n’étiez pas déjà conscient de cela, « Divine Apprehension », le premier titre vous en fera une brillante démonstration, et vous fera pénétrer un monde où le Crossover est une véritable religion, dispensée par des prêtres défroqués qui pourtant en vénèrent les principes les plus figés. Plus qu’une musique, c’est un état d’esprit, qui vous chasse les idées Mosh pour les remplacer par des principes Hardcore, balayant Thrash pour nettoyer Fast, et accumulant les coups de génie comme les coups d’accélérateur (« Suffer No Fool », un son à décoiffer le chauve Scott Ian, et à réveiller l’esprit des DISCHARGE, sans toucher au Crust)…

Tout ça laisse songeur, et rien que de réaliser qu’un groupe peut égaler en qualité ses albums officiels par une simple compilation fourre-tout laisse rêveur…On pense d’ailleurs à la récente anthologie d’inédits de NAPALM DEATH, qui elle aussi explosait la croyance populaire pour déchaîner les enfers, et la comparaison est loin d’être anodine en soi…Deux groupes qui ont toujours refusé la facilité pour provoquer, agencer, muter, transformer, et ne pas se contenter de produire des œuvres certes d’excellence, mais au classicisme frisant l’indécence. Car si les POWER TRIP adulent le Crossover, ça ne les empêche nullement de le remettre à l’heure, et d’accentuer son côté Hardcore (« Brainwave »), pour mettre l’emphase sur son ADN Thrash (« Acid », si SUICIDAL et les LEEWAY s’étaient croisés, c’est ainsi que la confrontation aurait pu dégénérer). De fait, et loin du remplissage de derrière les fagots pourris, Opening Fire- 2008-2014 peut être considéré comme le troisième LP d’un groupe qui n’a pas fini de nous enthousiasmer. Presque des maîtres du monde, et encore si jeunes…Mais capable de parfumer une compilation pour distiller des effluves maison.


Titres de l'album:

    1.Divine Apprehension
    2.Suffer No Fool
    3.Brainwave
    4.This World (2014)
    5.Hammer of Doubt (2010)
    6.Armageddon Blues
    7.Lake of Fire
    8.The Evil Beat
    9.Acid
    10.Questions
    11.Vultures About

Bandcamp officiel

Facebook officiel


par mortne2001 le 15/05/2018 à 18:18
95 %    173

Commentaires (2) | Ajouter un commentaire


Jus de cadavre
membre enregistré
15/05/2018 à 20:21:45
Tu sens bien le groupe qui monte... quand tes démos et autres EP sont réédités sur une compil' et que t'as tout juste 10 ans d'existence...
Un futur grand du Thrash ? Certains diront que c'est déjà le cas je pense :)

Humungus
membre enregistré
16/05/2018 à 05:50:15
Tu penses bien mon pote !!!
Ma grande découverte Thrash/Crossover de ces dernières années.

PS : "Qui vous chasse les idées Mosh"...
Ah ah ah !!!

Ajouter un commentaire


Sadist

Spellbound

Prezir

As Rats Devour Lions

Septagon

Apocalyptic Rhymes

Blood Curse

Sorceress

Orion Dust

Legacy

Cult Leader

A Patient Man

Warkunt

Of Ruins And Agony

Dalkhu

Lamentation And Ardent Fire

Edremerion

Ambre Gris

Beer Breath

Story of a Decayed Life

Sacral Rage

Beyond Celestial Echoes

Eternal Rot

Cadaverine

Cancer

Shadow Gripped

Warrel Dane

Shadow Work

Zealotry

At the Nexus of All Stillborn Worlds

Heir Apparent

The View from Below

Hæster

All Anchors No Sails

Syd Kult

Weltschmerz

Which Witch Is Which

Which Witch Is Which

LIVE REPORT - TYRANT FEST 2018 - JOUR 2

Mold_Putrefaction / 05/12/2018
Black Metal

LIVE REPORT - TYRANT FEST 2018 - JOUR 1

Mold_Putrefaction / 04/12/2018
Ambiant

Tyrant Fest J2 [Photo Report]

Simony / 29/11/2018
Black Metal

Tyrant Fest J1 [Photo Report]

Simony / 25/11/2018
Black Metal

Concerts à 7 jours

+ Solstafir

11/12 : Les Abattoirs, Cognac (16)

Aura Noir + Obliteration + Vorbid

11/12 : Le Grillen, Colmar (68)

Solstafir

12/12 : Le Moloco, Audincourt (25)

Solstafir

13/12 : L'aéronef, Lille (59)

Revocation + Rivers Of Nihil + Archspire

15/12 : Le Petit Bain, Paris (75)

Photo Stream

Derniers coms

Pas mal du tout en effet ! Old-school, brutal, bas du front. Combo !


chro séduisante, bon morceau également, merci pour la découverte


Franchement meilleur que les dernières prod de Death Fr...


Humungus : +1
Ben oui, normal. Déjà assimiler "vegan" et "antifa" est hors sujet.
Soutenons UADA !


KaneIsBack + 1.


Nefarious + 1.


Non.


Cet album est absolument fantastique !!!


Ravi de lire un report sur Aura Noir


J'ai jamais vraiment écouté Cancer, pourtant je fais partie de cette génération des 90's qui a découvert( le death metal avec ces sorties majeures. Très efficace ce titre , va falloir que je rattrape quelques lacunes.


commandé


Le metal selon les Grammys... Vaste blague.


Candlemass c'est pourris depuis la première séparation des années 90...Avant c'était génial et sombre.


Rien d'autre a faire que d'aller au Botswana ?


Donc Ici on ne peut pas être anti-fa, et vegan sans être aussi une cible...


Les antifas sont effectivement aussi fascistes que ceux qu'ils dénoncent. Pitoyable histoire...


Si Jeff est aussi insipide dans MDB qu'il ne le fut dans Paradise Lost, ça promet de sombres catastrophes. Je me souviens encore de la manière dont il détruisait "As I die" sur scène...


Très très curieux d'entendre ça, surtout avec le retour de Langqvist.


Faut voir le résultat, je suis très méfiant avec CANDLEMASS qui n'a rien proposé de bandant depuis fort longtemps ! Mais sur le papier... oui c'est la classe ultime !


C'est exactement ce que je me disais... La classe !