Puisqu’on est dans les splits depuis ce matin, autant y rester, le format est confortable. Laissez-moi donc vous présenter un très bel objet, dispo dans une splendide édition vinyle vert fluo, aux deux pochettes et faces partagées par des groupes d’outre-Rhin.

D’un côté de la rondelle, les HELLKNIFE, de l’autre, les TACHELESS, pour une grosse demi-heure de tir de barrage Crust, D-Beat, Death et Grind made in Germany.

Autant dire que l’affaire, en tant que vinyle de bon ton, tourne rond, et que ses sillons exsudent d’une violence toute allemande, payant toutefois son tribut aux influences anglaises du style. Mais avant d’en parler plus précisément, laissez-moi vous introduire les forces en faction.

A gauche, les originaires de Mannheim, HELLKNIFE, formés en 2015, et déjà responsables d’un 7’’ éponyme sorti en décembre 2015.

Le quintette (Ralf – chant, Mark & Peter – guitares, Markus – basse et Alex – batterie) nous offre donc six tranches de vie Crust’n’Roll, dans la plus grande tradition d’un DISCHARGE trempé dans les eaux scandinaves d’un TOTALITÄR, et n’ayant pas oublié toute l’influence qu’il a pu avoir sur des combos comme EXTREME NOISE TERROR, dont les allemands se rapprochent quand même pas mal.

Pas de méprise, ça bourrine grave et ça cartonne dans les grandes largeurs, sans marquer de pause ou supporter un quelconque ralentissement. S’il est certain que les riffs sont globalement inscrits dans une même tonalité, la puissance rythmique écrasante et le chant Death de Ralf abattent un boulot Crust/D-beat phénoménal, qui nous permet de passer outre les grosses similitudes qui entraînent les titres dans un même marigot boueux. Et oui, c’est presque un compliment.

Pas vraiment de détail à traiter de côté, si ce n’est évoquer ces fréquentes crises de blasts qui dynamitent un schéma préétabli, ou ces passages en mid salement efficaces qui nous font dodeliner de la tête. Notons aussi quelques motifs de guitare en circonvolutions, des dissonances assez éparses et bien troussées, et quelques mélodies discrètes (« Doosmday Night »), qui nous catapultent dans un univers Crust/Death pénétrant et glauque au demeurant.

En somme, un bilan largement positif pour une horde de sauvages qui ne conçoivent le Crust et le Grind que sous leurs aspects les plus bruts et agressifs. Ce qui est exactement ce qu’on vient chercher lorsqu’on écoute de l’extrême germain. Ça tombe bien.

De l’autre face, nous retrouvons les TACHELESS, de Ruhrpott, qui n’évoluent pas vraiment dans le même créneau, tout en partageant des vues avec leurs collègues du jour. La carrière du quatuor (Mandrax – voix, Micha – guitare, Itak – basse et Zyn – batterie) est beaucoup plus ancienne, puisque la première trace discographique présente sur leur Bandcamp date de 2007, avec le EP As Man Among Wolves.

Admettons-le tout de suite, il existe beaucoup plus de différences entre eux et les HELLKNIFE que de points communs, même si l’approche du Hardcore le plus frondeur reste bloquée sur un excès de violence assumée. De ce côté-là du split, le Grind semble roi, et le son est surtout beaucoup plus froid. L’épaisseur se transforme en sècheresse parfois proche d’un Death sardonique (« Untrustworthy »), et la production a tendance à alléger les guitares pour les faire plus vibrer que gronder.

Mais l’ambiance, si elle se veut un poil moins épaisse n’en est pas moins brutale, et le joli équilibre trouvé entre le Death, le Grind et le Crust est assez intéressant. Les titres sont beaucoup plus courts que ceux de leurs camarades de vinyle, et se rapprochent même parfois d’un hardcore classique, toutefois malmené par une double grosse caisse très excitée («Advertising A Rebellion »).

Mais les TACHELESS ne sont pas là juste pour frôler le mur du son, et en version lente, ils restent très convaincants et relativement malséants, comme en témoigne le gravissime et lancinant « Premature Downfall », seul segment à se frotter aux trois minutes imposées.

On pense alors à un Darkcore un peu fluet, qui dégénère soudainement en Grind bien frappé, lui-même secoué de pulsions Crust bien agitées. Les allemands nous ramènent donc assez souvent vers les origines du Grind made in England, avec cette production si sèche qui fricote avec le fantôme des regrettés RIGHTEOUS PIGS, en bien plus puissante, bien que le spectre d’INFEST peut aussi être invoqué au détour d’un couloir mal éclairé (« Shit Stained And Spreading Fear »).

Une petite dose de Hardcore’n’Roll pour faire bon ton, sur une intro au groove béton (« Complacent Bastards »), et un final carton (« How Society Unravels »), pour neuf tranches de chaos libre et expansif, surfant sur toutes les vagues extrêmes de l’océan Core.

Outre le fait que ce vinyle magnifique décorera à merveille vos étagères déjà bien encombrées, ses pistes révèlent le meilleur du Crust/Grind allemand, au travers de deux groupes se complétant avec flair. Certes, j’en conviens, l’ensemble reste éminemment bourrin, mais quelques finesses d’interprétation et de réguliers changements de ton nous évitent la monotonie d’une attaque bidon, se contentant de recycler les mêmes thématiques jusqu’à l’abandon.

Deux faces, vertes, deux pochettes, noir et blanc, pour un disque à dix euros qui les vaut largement. Vous n’allez quand même pas jouer les radins éhontés passant à côté du meilleur Core de nos voisins à l’accent guttural charmant ?

D’autant plus que les deux groupes s’expriment en anglais. Alors, quelle excuse allez-vous invoquer ?


Titres de l'album:

  1. Hellknife - Final War
  2. Hellknife - Mirror of Disgust
  3. Hellknife - Head to the Storm
  4. Hellknife - Like Monuments
  5. Hellknife - Decimated to Ashes
  6. Hellknife - Doomsday Night
  7. Tacheless - The Hopeless & The Insane
  8. Tacheless - Untrustworthy
  9. Tacheless - Advertising A Rebellion
  10. Tacheless - Premature Downfall
  11. Tacheless - Further Down The Rabbit Hole
  12. Tacheless - Shit Stained And Spreading Fear
  13. Tacheless - Subordination
  14. Tacheless - Complacent Bastards
  15. Tacheless - How Society Unravels

Hellknife Bandcamp

Tacheless Bandcamp



par mortne2001 le 27/07/2017 à 14:01
72 %    259

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Vertex

Scalable

This Gift Is A Curse

A Throne Of Ash

Thornbridge

Theatrical Masterpiece

Spectrum Orchestrum

It's About Time

Ares Kingdom

By The Light Of Their Destruction

The End Machine

The End Machine

Vitriol

Chrysalis

Altar Of Oblivion

The Seven Spirits

Inculter

Fatal Visions

Venom Prison

Samsara

Sammy Hagar

Space Between

Final Cut

Jackhammer

Eivør

Live In Tórshavn

Burning Rain

Face The Music

Sisters Of Suffocation

Humans Are Broken

Jack Slamer

Jack Slamer

Misery Index

Rituals of Power

Black Oak County

Theatre of the Mind

Helium Horse Fly

Hollowed

Mgła - Revenge - Doombringer // Paris

Mold_Putrefaction / 19/05/2019
Death Metal

Dead can Dance

RBD / 19/05/2019
Darkwave

NETHERLANDS DEATHFEST IV / Tilburg, Pays-Bas

Jus de cadavre / 16/05/2019
Death Metal

Tour-Report ACOD (support Cradle Of Filth / Avril 2019)

Jus de cadavre / 14/05/2019
Death Black Metal

Concerts à 7 jours

Photo Stream

Derniers coms

"Kickback reviens ! Ils sont devenus tous mous..."


@Sphincter : ah bah mec ton com fait plaisir à lire ! Autant je ne suis pas un adepte du pit à tout prix autant, quand tu dis que les gens se prennent trop au sérieux, c'est tellement vrai ! Genre si ça se met à bouger un peu trop selon certains dans la fosse, tu as l'impression d'être une bê(...)


Pour l'anecdote en sortant de la salle (opération qui prend un certain temps lorsqu'on a eu la bonne idée de se mettre un peu devant dans un Petit Bain plein comme un œuf) mes voisins s'émerveillaient de n'avoir "jamais vu'" un concert de Black qui bouge autant...

Enfin ça m'a fait(...)


Ça fait belle lurette qu'on se fait chier en concert de "Black Metal"...
En bon suceur de Deathlike Silence, tout le monde se la joue trop sérieux avec la mentalité no mosh et oublie le côté no trend. Et MGŁA s'est l'archétype du très bon groupe de studio qui ne sert à rien sur scène(...)


ouais c'est clair ça tabasse toujours autant, et comme a chaque sortie je me demande si un jour ils vont revenir en europe...


C'est sûr qu'avec une pochette comme cela, on a tout de suite envie d'acheter l'album...


Très sympa, j'aime beaucoup !


C'est pas tous les jours qu'un aussi bon album est chroniqué sur Metalnews, ne boudons pas notre plaisir. Un bon 8.5/10 pour ce thrash war metal.


On ne peut plus classique, mais toujours aussi efficace...


Merci pour le report, vieux Jus, ça donne presque envie :)
On se retrouve à DisneyHell en Juin


Exactement le même avis que toi concernant REVENGE et MGLA sur scène !
Pour le public amorphe, à mon avis il devait y avoir pas mal de Hollandais dans la salle :D !


La reprise Autumn Sun est de Deleyaman...le nom du groupe est mal écrit dans l'article ;)


Je te rassure : le "désormais" n'existe pas pour moi puisque je n'ai jamais aimé Korn et consorts (hormis durant ma prime adolescence... donc au temps jadis).


Par contre, Lisa, elle est malade ou quoi ? A la vue des vidéos sur YT, on dirait qu'elle a pris 30 kilos.


Merci pour ce papier, DCD fait partie des grands, et j'imagine les poils se hérisser aux sons de "Xavier" ou l'intemporel "Anywhere...". Ca a dû être de grands moments.


Ce qu'il faudra donc retenir de cette discussion de bon aloi entre Satan et JDTP, c'est que le terme Néo Metal (qui est effectivement une des influences flagrantes de ce groupe) est désormais perçu de façon totalement péjorative...
Intéressant non ?


Autant pour moi !
Ce que j'aime bien dans le projet, c'est qu'on a un peu l'impression de déconner entre potes de longue date.


Alors dans mon esprit ce n'était pas du tout du second degré en fait. C'est une des influences principales du groupe (parmi de nombreuses autres), c'est pourquoi j'ai choisi cette dénomination.
Quoiqu'il en soit je suis absolument d'accord avec toi, c'est carrément bien fichu et d'une inc(...)


"La voix, sa voix, est là, toujours hostile, semblant parvenir du plus profond des enfers. Elle est intacte, unique"
Tout est dit mec !


Je trouve ça un peu sévère de qualifier ça de "néo métal". Car même si le côté humoristique ferait penser à un truc sans prétention, ça reste quand même plutôt bien fait.