Glow On

Turnstile

27/08/2021

Roadrunner Records

Surprenant. Voici en substance le premier qualificatif venant effleurer l'esprit à l'écoute de ce nouvel opus de TURNSTILE. Après avoir commis un véritable hold up il n'y a guère que 3 ans avec un « Time & Space » aussi jubilatoire que délicieux, l'attente de ce nouvel album des natifs de Baltimore, dans le Maryland, s'est avérée intenable pour son public et même au-delà. Il faut dire que les prestations scéniques du groupe sont apocalyptiques, tant en festival qu'en salle à capacité réduite, terrain de jeu idéal où la saveur brute et sans concession du groupe se déguste le mieux. TURNSTILE a su prouver avec son deuxième album sa capacité à rassembler les chapelles, hardcore, bien entendu, puisque c'est bien cette scène dont il est issu, mais également une frange plus ample du public, allant des aficionados de musique électrique au sens le plus large du terme, jusqu'aux hipsters les plus caricaturaux en passant par les petits jeunes en mal de sensations fortes. Il faut dire que son approche et sa conception du hardcore ratisse large, n'hésitant jamais à pousser le curseur de la mélodie et des vocaux chantés relativement loin. Sur ce « Glow On » fraîchement paru, le vocaliste Brendan Yates et ses potes semblent avoir voulu élargir davantage encore leur audience, inconsciemment ou non.
Remarquable dès le titre d'ouverture, le groupe a souhaité privilégier une vision très aérienne et synthétique de son œuvre, une impression confirmée par la suite des morceaux s'enchaînant sans difficulté particulière. L'utilisation de machines, synthétiseurs ou filtres vocaux, s'entremêle à des percussions tantôt discrètes, tantôt franchement assumées. Mais toujours cette volonté farouche de ne jamais trop s'éloigner de sa base même s'il ne devient pas déraisonnable de qualifier désormais la musique de TURNSTILE de punk/hardcore... popisant. Ça y est, le mot est lâché ! Les réfractaires et autres intégristes du mouvement hardcore vont sans doute crier au scandale et à la trahison, si bien qu'il n'est pas impossible de découvrir un tout nouveau public, plus abondant et plus jeune encore, lors des shows à venir, voyant les old timers déserter le pit. Pourtant, à bien y réfléchir, si un groupe de hardcore de la dernière génération peut s'enorgueillir d'incarner le renouveau du genre sur des fondamentaux directement empruntés à la tradition, TURNSTILE figure sans aucun doute parmi l'élite des prétendants, en en devenant même son plus digne représentant. Car la formation du Maryland n'est jamais vraiment parvenue à s'inscrire durablement dans une case prédéfinie, bien trop étroite pour son talent, son esprit non-étriqué et son panache. Alors c'est entendu, les morceaux de ce nouvel album paraissent différents, et le sont d'une certaine manière, mais il faudrait se poser en véritable héros de la mauvaise foi pour prétendre voir dans ces nouvelles compositions un condensé de titres bas de gamme. La puissance des rythmiques est bien là, fait le job, la voix de Yates affiche une couleur artistique de plus en plus étoffée et luxuriante, et l'apport synthétique se fond dans l'édifice de manière bien moins abrupte que certains veulent bien l'admettre. La prise de risque est malgré tout très importante pour TURNSTILE avec cette approche des plus surprenantes, laquelle ne sera pas forcément synonyme d'échec individuel et commercial. A-t-on reproché à un SHELTER d'adoucir quelque peu sa musique au milieu des années 90, devenant ainsi une petite « attraction » MTV à l'époque de « Beyond Planet Earth » (1997), voyant le clip de « Whole Wide World » tourner de manière récurrente sur la chaine américaine ? Un virage déjà largement amorcé à l'époque de l'album précédent,« Mantra » (1995) – remember « Civilized Man » ou « Here We Go », lesquels avaient suscité appréciations et réactions diversement approuvées. TURSNSTILE semble vouloir s'inscrire dans cette dynamique, celle de faire progresser son œuvre, son approche musicale singulière et sa production alambiquée, sans forcément renier ses racines, son sceau indélébile sur la scène hardcore moderne. Pour les plus réfractaires à l'évolution, et Dieu sait s'ils sont nombreux, notamment au sein de la scène hardcore, ils pourront toujours se contenter des AGNOSTIC FRONT, HATEBREED et autres MADBALL, lesquels resservent inlassablement la même formule depuis une bonne vingtaine d'années, au bas mot, et dont l'intérêt s'amenuise à chaque nouvelle sortie, à l'image de leurs prestations scéniques respectives. De son côté, TURNSTILE a les deux pieds bien ancrés dans le présent tout en incarnant pleinement son rôle de probable futur candidat aux plus hautes fonctions de la scène mondiale. Evolution ne rime pas forcément avec trahison. Probité et sincérité, en revanche, le font davantage avec distinction.
Une nouvelle fois, « Glow On » ne se résume pas à ses machines, ses boucles ou ses effets sur les voix. Il s'agit d'une œuvre complète à laquelle il faut laisser du temps, afficher une réelle volonté de pénétrer son for intérieur, de l'apprivoiser en faisant preuve d'abnégation pour en découvrir toutes les variables et la profondeur. Un très bon album, désarçonnant de prime abord, mais d'une opulente richesse, quoi qu'en pensent certains. 

Facebook officiel


Liste des titres

1– Mystery
2– Blackout
3– Don't Play
4– Underwater Boi
5– Holiday
6– Humanoid/Shake It Up
7– Endless
8– Fly Again
9– Alien Love Call
10– Wild WRLD
11– Dance-Off
12– New Heart Design
13– T.L.C ( Turnstile Love Connection)
14– No Surprise
15– Lonely Dezires



par AlexXxis le 06/10/2021 à 16:12
85 %    359

Commentaires (3) | Ajouter un commentaire


Zobi
@54.37.73.113
07/10/2021, 08:00:05

cool


totoro
@89.227.213.201
12/10/2021, 12:44:19

Excellent groupe, excellent disque ! C'est du Hardcore Pop ou de la Pop Hardcore mais ces mecs savent écrire des tubes !


mortne2001
membre enregistré
13/10/2021, 11:55:17

Et on va à la ligne de temps en temps monsieur AlexXxis???? 

TU VEUX NOUS FAIRE SUFFOQUER, C'EST CA??????

Ajouter un commentaire


Derniers articles

Voyage au centre de la scène : SUPURATION

Jus de cadavre 17/10/2021

Vidéos

Déluge + Dvne

RBD 29/09/2021

Live Report

Blood Sugar Sex Magik

mortne2001 25/09/2021

From the past

Benighted + Shaârghot + Svart Crown

RBD 22/09/2021

Live Report

Use Your Illusion I & II

mortne2001 18/09/2021

From the past

Witchfuck : le contre-pouvoir en Pologne

Simony 14/09/2021

Interview

Voyage au centre de la scène : CATACOMB

Jus de cadavre 29/08/2021

Vidéos

LA CAVE #6 : une sélection d'albums Metal Extreme

Jus de cadavre 20/08/2021

La cave
Concerts à 7 jours
Tags
Photos stream
Derniers commentaires
Humungus

OUHLALALALA !!! !!! !!!Incontestablement une des news de l'année ça !!!Achat sans écoute !!!

19/10/2021, 09:28

Wildben

Entre cette triste nouvelle et le décès du bassiste de Bukowski, ça a vraiment été une journée de merde pour notre scène au sens large.

19/10/2021, 07:07

Moshimosher

J'apprends la nouvelle ici-même... Quel gâchis ! RIP...

18/10/2021, 23:37

Bones

Elle apparaît sur The Principle Of Evil Made Flesh. Je l'ignorais.  Bien triste fin, quoi qu'il en soit. :-(

18/10/2021, 23:08

sofs

Des loups dans les chiottes. Très fin comme nom de groupe...La musique est à l'avenant: bien chiasseuse.

18/10/2021, 21:19

Humungus

Bah merde !!!J'étais loin d'imaginer que quelqu'un comme ça faisait parti des victimes...(Oui, je sais, c'est une phrase à la con mais c'est tellement vrai)J'écoute du HAGALAZ' RUNEDANCE depuis la fin des 90s et s(...)

18/10/2021, 20:27

RBD

Ses multiples projets ne s'adressaient pas beaucoup à moi mais ce n'était pas une inconnue. Quand j'ai vu ça hier soir, je suis resté incrédule un petit moment.

18/10/2021, 18:47

Jus de cadavre

Pareil, le choc. L'album Frigga's Web a énormément tourné chez moi. Quelle tristesse.

18/10/2021, 18:45

Pomah

Épisode trop court, y'a encore tellement de chose à dire sur ce groupe fabuleux. 

18/10/2021, 16:47

Raumsog

A sa décharge il produit des oeuvres assez différentes (tout en restant un bon disciple de Beksinski quand même) mais les groupes ne semblent vouloir de lui qu'une seule chose : un gros bonhomme de 300 mètres de haut avec une serviette sur la tête (et des tou(...)

18/10/2021, 16:46

Pomah

Elle aura bercé pas mal de mes nuits d'automne, notamment avec Volven. C'est quand même con de mourir comme çà. RIP

18/10/2021, 16:41

Simony

Je ne sais pas si c'est lui mais cela ressemble étrangement à celle de Mirror Reaper de BELL WITCH ou celle de Walk Beyond the Dark de ABIGAIL WILLIAMS, de même du dernier NECROGOD et effectivement ça commence à se voir...

18/10/2021, 15:09

KRONEMBOURG

Remarque, mourir assassiné c'est très BLACK METAL ! non je plaisante, quel manque de bol.... RIP

18/10/2021, 13:44

Satan

Une des plus tristes nouvellles de l'année assurément...

18/10/2021, 12:16

Buck Dancer

Mariusz Lewandowski ( j'imagine que c'est lui la pochette) est très doué, mais il devient comme AC/DC. On ne change pas une formule qui marche! 

18/10/2021, 11:11

piem

NOMED du Nord !! mais alors au nord de la Loire

18/10/2021, 10:31

Simony

Je suis d'accord, rencontrer les bonnes personnes au bon moment ne suffit pas, faut-il encore pratiquer une musique intéressante et personnelle ce qui est le cas pour SUP / SUPURATION.

17/10/2021, 12:31

Kerry King

https://www.blabbermouth.net/news/kerry-king-on-his-post-slayer-project-it-will-be-fking-good/Le pere King parle de son projet justement. 

15/10/2021, 23:04

afarf

bof 

15/10/2021, 21:01

Humungus

C'est plus ce que c'était c'est sûr, amis cela reste du UNLEASHED pur jus..."D'après les deux extraits, j'ai l'impression que le groupe s'assoupli alors qu'il gagnerait à se durcir"CLAIR !!!

15/10/2021, 09:05