Quels sont les ingrédients indispensables à l’élaboration d’un bon disque de Hard Rock mélodique tirant méchamment sur l’AOR ? La ou les réponses semblent évidentes, et s’articule(nt) autour de figures imposées que tout le monde connaît. D’abord, des compositions qui font les yeux doux aux radios qui ne les diffusent plus depuis la fin des années 80. Ensuite, une technique instrumentale au-dessus de tout soupçon histoire d’agrémenter la facilité de quelques ornements riches. Une production parfaite et pas trop aseptisée, mais pas non plus trop abrasive pour ne pas rebuter les plus sensibles. Et bien sûr, une connaissance encyclopédique du sujet qui permet de piocher dans le répertoire des références les plus marquantes, pour essayer d’en reproduire la magie, ou au contraire d’éviter le plagiat trop évident. Dans le créneau, on sait que deux ou trois labels se partagent les bons morceaux, Frontiers d’abord, mais aussi AOR Heaven, les deux indépendants les plus farouchement attachés à ce mode d’expression et qui nous inondent année après année de disques qui font office de pierres angulaires. Et puis, si l’on vise l’exhaustivité, un équilibre parfait entre séduction et agression, histoire de contenter à peu près tout le monde. En prenant en compte ces paramètres, je crois pouvoir affirmer que le second longue-durée des allemands de DEVICIOUS remplit tous les critères précités, malgré deux handicaps assez lourds à assumer au départ. D’abord, la (les) nationalité(s), l’AOR trouvant ses défenseurs les plus acharnés du côté des USA ou des pays nordiques, et ensuite, la paternité d’un label moins exposé que les deux géants habituels. Mais malgré ces deux points qui pourraient laisser le groupe à la traîne d’une production toujours plus abondante, Reflections s’avère un redoutable album du cru, qui a trouvé l’équidistance parfaite entre mélodies souples et puissance de souffre, et nous offre dix compositions presque parfaites, qui sous des atours homogènes jouent la diversité, tout en sachant pertinemment qu’un refrain hautement mémorisable reste l’arme la plus efficace pour se défendre contre la concurrence.

DEVICIOUS est un groupe cosmopolite, constitué d’un chanteur serbe (Zoran Sandorov), d’Alex Frey, bassiste, compositeur et producteur, du guitariste Radivoj Petrovic, du claviériste Dennis Kunz, et du batteur Lars Nippa. Union internationale entre l’Allemagne, l’Espagne et la Serbie, DEVICIOUS n’est pas totalement inconnu de la scène mélodique, puisque son premier album a été distribué l’année dernier par Pride & Joy Music, autre label bien connu pour ses inclinaisons délicates. C’est ainsi que Never Say Never a révélé quelques mois plus tôt un combo soudé dans l’amour des structures fluides et des refrains homériques, et autant dire que ce Reflections ne fait qu’enfoncer le clou et nous présenter des musiciens au potentiel certain et affirmé, dont le professionnalisme ne fait que se renforcer. Produit par Alex Frey lui-même, car on n’est jamais mieux servi que par, ce longue-durée est de ceux qui se situent dans une excellente moyenne, et qui refusent de trop tremper leur inspiration dans le passé pour ne pas sonner comme un énième produit vintage hautement dispensable. Et même si à l’écoute de plusieurs morceaux, des images nostalgiques affluent à la mémoire des tympans, on sent que le quintet souhaite rester ancré dans sa propre époque, sans occulter l’importance d’œuvres publiées dans les années 90 et 2000. On pense évidemment aux écoles scandinave et norvégienne, à cette différence près que les allemands/serbes/espagnols ne nous inondent pas de synthés gluants, et éloignent leur musique d’une sorte de Synth-Hard très à la mode ces derniers temps. On pense plus volontiers à une version personnelle et synthétique des travaux de HAREM SCAREM, W.E.T, ECLIPSE, HARDLINE, le tout emballé dans une prestation globale au-dessus de tout soupçon, qui n’aurait pas oublié sur le bord de la route les anciens trips west-coast qu’on racontait sur les FM américaines entre 83 et 89.

De la puissance donc, des claviers en contrepoint, la recette fait rage et table de loi depuis le premier effort éponyme d’un certain BON JOVI, mais des traces de HAYWIRE et de BRIGHTON ROCK peuvent aussi être décelées de çà et là, tout comme des éléments qu’on piochait dans certains chapitres écrits par les PINK CREAM 69. Inutile donc de s’attendre à de la guimauve qui colle aux dents et les carie, puisque l’optique générale sait amplifier une distorsion virile, à peine nuancée de chœurs collégiaux et de chorus à reprendre à pleins poumons en voiture. Des tubes, et un sacré paquet puisque le LP en est truffé, sans temps mort, et avec le minimum de crises sentimentalistes pour cœurs brisés par un amour gâché. Le Hard Rock s’en trouve donc grandi, et pas uniquement utilisé comme caution pour justifier d’un perfecto bien huilé, même si avec une moyenne de cinq minutes par morceau et d’une heure globale (avec les titres bonus), DEVICIOUS n’a pas forcément joué la facilité. On retrouve donc des idées d’un titre à l’autre qui semblent avoir été adaptées pour ne pas sonner trop similaires, mais en restant critique et honnête, je dois avouer que sous des atours classiques, ce second LP fait montre d’un bel esprit harmonique soutenu par une base instrumentale solide. Premier point d’accroche, le travail accompli à la guitare par Radivoj Petrovic, qui se fait plaisir en lâchant des soli convaincants et flamboyants, et qui dynamise des morceaux qui parfois versent dans une moyenne confortable qu’un peu d’imprévu permet de sublimer (« Hungarian Girl », le genre de morceau qui mal dosé aurait pu donner une soupe trop diluée). Autre point fort, des arrangements ludiques et atypiques, qui rapprochent certains moments plus calmes de la scène Pop-Rock des eighties, dans l’optique des GO WEST pour trouver un exemple parmi tant d’autres (« Flying »). Pas mal de diversité dans la logique donc, et des chansons qui s’incrustent dans la tête, grâce à un talent créatif naturel, mais aussi à une production en modèle du genre, qui arrondit la basse sans l’empêcher de fouetter.

On la retrouve à plein régime sur le teigneux « Saturday Night », hymne à ces soirées passées à se délecter d’un bar-band du côté de Berlin ou de Madrid, mais aussi en support d’un clavier très Dance-Pop sur le hit « Never Let You Go », avec Åge Sten Nilsen (AMMUNITION, WIG WAM) en support. Je pourrais évidemment argumenter sur chacune des entrées, toutes présentant les caractéristiques les plus symptomatiques de l’optique, mais je préfère vous laisser découvrir quel titre vous correspond le mieux parmi ce marché qui ne laisse personne dupe de la passion des cinq musiciens. J’avoue un petit penchant pour « Run Together » qui m’a gentiment rappelé au souvenir des DARE, de MAGNUM et d’ECLIPSE, à cause de cette intro pomp aux claviers briqués, et de ce refrain aussi contagieux qu’un amour d’été. Mais comme les dix morceaux sont autant d’hommages à un Hard-Rock de grande classe qui a su rester populaire sans virer populiste, chacun trouvera son chat sur le balcon pour faire un joli sourire à la voisine de l’appartement du fond. Reflections est donc le genre de LP qui donne bonne mine, que l’on écoute de préférence en voiture pour aller rejoindre ses potes ou sa fiancée, et qui contient suffisamment de tubes pour ne pas qu’on voie le temps passer.        

                      

Titres de l'album :

                        01. Long Way Home

                        02. Never Let You Go (Feat. Åge Sten Nilsen)

                        03. Understand

                        04. Desire

                        05. Hungarian Girl

                        06. Flying

                        07. Saturday Night

                        08. We’re Dying

                        09. Run Together

                        10. Feel The Heat

Site officiel

Facebook officiel


par mortne2001 le 27/04/2019 à 14:42
80 %    257

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Scratches

Rundown

Mass Worship

Mass Worship

King Legba

Back From The Dead

Liturgy

H.A.Q.Q.

Obscure

Darkness Must Prevail

Beyond The Void

Ex Nihilo Nihil

Bütcher

666 Goats Carry My Chariot

Stormrider

What Lies Within

Coffin Rot

A Monument to the Dead

Merging Flare

Revolt Regime

Sepultura

Quadra

Decarlo

Lightning Strikes Twice

Jorn Lande

Heavy Rock Radio II - Executing The Classics

Abisme

As Fear Falls In

Those Darn Gnomes

Calling Whitetails to a Tuned Bow

Norman Shores

De L'ombre Surgit La Lumière

Wolfbrigade

The Enemy : Reality

The Odious

Vesica Piscis

Kirk Windstein

Dream in Motion

Stolearm

RBD / 17/02/2020
New Wave

Pastor of Muppets

RBD / 12/02/2020
Brass Band

J'irais Mosher chez vous ! Episode 2 : Indonésie

Jus de cadavre / 08/02/2020
Asie

Incite + Skaphos

RBD / 04/02/2020
Black Death Metal

Concerts à 7 jours

Lindemann

21/02 : L'olympia, Paris (75)

+ Neptrecus + Manzer

22/02 : L'auditorium, Laval (53)

Photo Stream

Derniers coms

Et bien moi je prends ça comme une putain de bonne nouvelle !
Deux PRIESTs pour le prix d'un, que demander de plus ?!
Hâte de voir ça en live...


Comme vous je vais me pencher sur cet album. Par contre je n'ai jamais bouder ke groupe lors de ses prestations live. Leur chanteur est un très puissant frontman


C'est très bon


En effet pas mal du tout dans le genre. Même si déjà entendu 1000 fois. Plus Grave que Grave !


Ca sent vraiment la fin du bal, là.


Le pire la dedans, c'est que tout le monde serait d'accord pour qu'il dise stop. Mais malgré son statut de star, ses thunes etc... Il ne sait faire qu'une chose, c'est chanter sur scène. Dans ce sens, la célébrité c'est moche. Ozzy est mort vive ozzy !


Excellente nouvelle ! Hâte de les voir à Toulouse avec Holt.


Merci pour la réponse Simony. Et donc, rien de bien méchant apparemment, un petit bizutage !
En même temps dans Death, comme les musiciens changeaient tout le temps ou presque, tout le monde était toujours le petit nouveau.


100 % d'accord avec la chronique !!


Magnifique chronique. Chapeau l'artiste !


D'après les différentes rumeurs et témoignages, James Murphy a été la cible de nombreuses blagues de la part de Chuck notamment, le syndrome du p'tit nouveau quoi !


"Pas un mot dans la presse française." Pas étonnant, mais peut-être pas plus mal au final.
J'imagine le truc : "Il y a 50 ans le rock métal naissait avec le premier album de Black Sabath et son chanteur ozi osborn star de télé réalité. Mais les fan de métal ne sont pas méchant, comme(...)


@ Living Monstrosity : excellent, on sent le bon souvenir ;)


Pas un mot dans la presse française. J'ai juste vu dans le journal barcelonais "La Vanguardia" un long article sur l'histoire du Heavy Metal à partir de ce disque, truffé d'erreurs au milieu d'analyses générales pas trop mal vues.


J'allais posé la même question ?!


"...subi l'humour particulier du reste du groupe." : c'est à dire ?


Déjà 30 balais ! Merci pour ce coup de projecteur !

Je suis en 5ème et et me souviens d'un pote au collège qui m'annonce que le nouveau Death vient de sortir. On est pré-boutonneux mais déjà accros à ce nouveau son depuis la découverte d'Altars of madness ou Leprosy.
Le m(...)


Quand Iron Maiden prend des ecstas !


nos pulsions les moins inavouables ... donc les plus avouables ?
(oui y en a qui lisent les chroniques ^^)
et oui ... à presque 50 ans on écoute encore du metal extrême ... parce que c'est bon !


Excellent !