Voici l’heure de la chronique purement informative, tant la sortie de ce CD aurait pu/dû s’accompagner d’une simple notule. Je ne prétends pas convaincre les réfractaires à la cause en digressant sur le cas très pointu des SATANIC WARMASTER, encore moins faire changer d’avis les passionnés, tant les finlandais ont acquis au travers des années un statut culte qu’ils méritent largement. Mais pourquoi le pluriel alors même qu’un seul homme se cache derrière ce nom, lui-même se dissimulant derrière le pseudo de Werwolf depuis presque vingt ans. Non, la carrière de la bête ne remonte pas à hier, et le mini-scandale entourant la sortie de Strength & Honour non plus, puisque cet album phare et détonateur a vu le jour en 2001, et se posait comme base du renouveau du Metal noir finlandais. Depuis, pas mal d’eau a coulé sous les ponts, les accusations d’accointances avec le NSBM aussi, alors contentons-nous de parler de cette musique unique, aussi abrasive que le froid de décembre sur une peau nue en plein milieu d’une forêt enneigée. SATANIC WARMASTER, c’est une certaine conception passionnée du True Black, celui qui fait hurler les convertis de la première heure, et qui fait bien marrer les évolutionnistes, qui n’y voient qu’une pauvreté de ton découlant d’une incompétence instrumentale crasse. Je ne rentrerai certainement pas dans ce débat, me contentant aujourd’hui de vous parler de cette énième sortie du concept finlandais, qui devrait ravir les collectionneurs, mais aussi représenter une porte d’entrée non négligeable pour ceux qui ne sont pas encore familier avec cet univers.

Sortie en multiple format par Werewolf Records, cette compilation au titre à rendre folle de jalousie Fiona Apple est donc un bon résumé des dernières années du groupe, et recoupe pas mal de choses, permettant de faire un peu de ménage dans la discographie du groupe. We Are The Worms That Crawl On The Broken Wings Of An Angel (A Compendium Of Past Crimes) n’est donc pas le survol exhaustif que tout fan était en droit d’attendre, mais un réel effort de concision qui donne refuge aux nombreux titres parus sur les splits du groupe (à l’exception de ceux partagés avec ARCHGOAT, VOTHANA et CLANDESTINE BLAZE), ainsi que sur d’autres compilations plus isolées. Vous retrouverez donc un parcours qui couvre un beau terrain temporel, remontant jusqu’au simple de 2003 publié en collaboration avec KRIEG, jusqu’à la période plus récente des alternances avec TOTENBURG, en passant par beaucoup d’autres étapes qui constituent une fois assemblées une carrière plus qu’honorable, entièrement dévouée à la cause d’un BM râpeux et orageux, sachant toutefois s’accommoder d’arrangements plus riches. Difficile toutefois de parler d’un produit qui ne fédèrera pas grand monde en dehors du cercle très restreint des afficionados du bonhomme, autrement qu’en en chantant les louanges ou en en soulignant les travers. Si les amateurs de tradition sauront se satisfaire de l’excellence du traitement réservée à cette sortie, qui propose donc pas moins de seize morceaux pour une heure et quart de musique, les autres continueront sans doute d’ignorer l’histoire de Lauri Penttilä, qui approche doucement de la quarantaine, et qu’on n’imagine pas autrement que dans son costume d’apparat clouté et cuiré.

Impossible de remettre en cause la passion d’un bonhomme qui ne s’est jamais démentie depuis la fin des années 90, et qui n’a fait que perpétrer les enseignements et les dogmes violents qu’on trouvait déjà énoncés en totalité sur Strength & Honour, même si de légères évolutions se sont faites remarquer. Vous en trouverez d’ailleurs trace ici, puisque plus de dix ans séparent les plus vieux morceaux des plus récents, mais le fil d’Ariane qui les relie est suffisamment solide pour que la cohérence vous en saute aux yeux. Disponible en trois versions, l’une dématérialisée, l’autre en superbe double vinyle 180 grammes, noir ou blanc transparent, la dernière en CD gatefold ou jewel case, We Are The Worms That Crawl On The Broken Wings Of An Angel (A Compendium Of Past Crimes) est donc un bien bel objet que les fans vont se procurer d’urgence, sous peine de voir son prix monter en flèche dans les années à venir. Musicalement, la sècheresse de ton est palpable, mais les mélodies ne sont pas pour autant aux abonnées absentes, comme en témoigne la superbe « Intro », disposée à mi-parcours, mais autant avouer que le reste du répertoire se complait dans une véhémence absolue, et une noirceur opaque maintenue. Les titres sont plus ou moins longs, certains se veulent même progressifs dans leur approche (« Where Eternity Awaits », que BURZUM et DISSECTION auraient pu composer un soir plutôt grognon), mais l’optique globale est claire, déclarer une guerre éclair au BM modéré et dilué, pour affirmer encore plus une assise et des positions prises à l’orée d’une carrière aux mécaniques bien huilées que rien n’est venu enrayer. La machine tourne donc à plein régime, et on se surprend à écouter les titres les uns après les autres sans déplaisir, bien au contraire, réalisant toute l’importance de ce groupe sur la scène finlandaise et d’Europe du Nord. Peu peuvent se permettre de se comparer à SATANIC WARMASTER en termes de productivité et d’intensité, et cette compilation vient à point nommé le prouver, et remettre quelques pendules à l’heure du passé.

Un groupe qui a rarement laissé indifférent, mais qui se montre à la hauteur d’une légende qu’il a été le seul à construire, et qui trouve aujourd’hui un relief condensé qu’il mérite largement. De quoi se mettre au goût du jour et rattraper un possible retard de production, l’homme n’étant pas avare de sortie sous formats légion. Mais impossible de ne pas craquer face à une juxtaposition d’ultraviolence s’incarnant dans la vitesse et la lourdeur pesante, et bénéficiant d’un des sons de guitare les plus écorchés au monde. Merci donc à Werewolf Records pour cette session de remise à niveau, et gageons que Werwolf ne tardera pas à donner de ses nouvelles inédites, en participant à un nouveau split, ou en nous lâchant un LP que l’on attend depuis Fimbulwinter, paru il y a maintenant trois années.


Titres de l'album:

  1. Satan's Race
  2. Hold On To Your Dreams
  3. March Of The Legion Werwolf
  4. Six Million Tears
  5. Taistelukenttien Kärsimykset
  6. A Hymn for the Black Empire
  7. The Chant of the Barbarian Wolves
  8. Intro
  9. Nameless Sacrifice
  10. Dead Light of a Lost Star
  11. Massacre
  12. Where Eternity Awaits
  13. The Burning Eyes of the Werewolf
  14. The Majesty Of Wampyric Blood
  15. Lords and Tyrants
  16. Black Metal Death

Bandcamp officiel


par mortne2001 le 20/12/2017 à 14:01
75 %    458

Commentaires (1) | Ajouter un commentaire


Jus de cadavre
membre enregistré
20/12/2017 à 17:04:36
Je ne me suis jamais penché sur ce groupe... et c'est pas faute d'en entendre parler pourtant ! Et dire qu'ils ont failli jouer au Hellfest il y'a quelques années :D !
Très bonne chro en tout cas !

Ajouter un commentaire


Divide

From Seed to Dust

Soul Grinder

The Prophecy of Blight

Silverstage

Heart n’Balls

Surgical Strike

Part of a Sick World

Annihilator

Ballistic, Sadistic

Scratches

Rundown

Mass Worship

Mass Worship

King Legba

Back From The Dead

Liturgy

H.A.Q.Q.

Obscure

Darkness Must Prevail

Beyond The Void

Ex Nihilo Nihil

Bütcher

666 Goats Carry My Chariot

Stormrider

What Lies Within

Coffin Rot

A Monument to the Dead

Merging Flare

Revolt Regime

Sepultura

Quadra

Decarlo

Lightning Strikes Twice

Jorn Lande

Heavy Rock Radio II - Executing The Classics

Abisme

As Fear Falls In

Those Darn Gnomes

Calling Whitetails to a Tuned Bow

Stolearm

RBD / 17/02/2020
New Wave

Pastor of Muppets

RBD / 12/02/2020
Brass Band

J'irais Mosher chez vous ! Episode 2 : Indonésie

Jus de cadavre / 08/02/2020
Asie

Incite + Skaphos

RBD / 04/02/2020
Black Death Metal

Concerts à 7 jours

Neptrecus + Manzer + Nokturn Gorgon

22/02 : L'auditorium, Laval (53)

Visions Of Atlantis + Chaos Magic + Morlas Memoria

27/02 : Le Grillen, Colmar (68)

+ Putrid Offal + Sublime Cadaveric Decomposition

28/02 : Le Bistrot De St So, Lille (59)

Photo Stream

Derniers coms

Ah et puis Sieur Simony, je n'ai pas pu attendre votre fameux crédit à si faible taux...
Ma pré-commande est déjà passée.


Titre plus que prometteur en effet !


Après quelques minutes de recherche sur la toile, voici ce qu'il y a réellement dans cette fameuse box :
"Vinyl Features:
+ Mud-Green / Black Marbled Vinyl
+ Gatefold Jacket
+ A1 Size Poster (~23.4" x 33.1")

Box Set Includes:
----------------------
(...)


@Blind :
Ah ah ah !!! !!! !!!
Ton intervention (très gentille au demeurant...) m'a laissé perplexe quelques secondes avant de me rendre compte que tu avais mal compris mon propos : N'ayant pas vu de descriptif de ladite box et ne m'étant donc fié qu'aux photos de NUCLEAR BLAST, je ne(...)


@Humungus: Les patches ce sont les bon vieux écussons à coudre sur ta veste en jean ou ton cuir (ou comme le faisait le lycéen que j'étais au début des années 2000 sur ton sac à dos Eastpack).


T'as ça aussi sur le label d'origine Metal Blade. Bon morcif, déjà que le EP contient un sacré titre, ils ont gardé leur sens de la composition, les gaziers. Hâte d'avoir ça en mains.


"J'vous ai d'jà dit que j'prêtais d'l'argent à des taux pas dégueulasses ?"


La pochette, c'est un peu ce qui reste sous mon cerisier à une certaine période.


Rooohhhlala !!!
Je viens de voir qu'il y avait actuellement chez NUCLEAR BLAST une preorder pour une box collector de ce futur album avec double vinyles + double CDs + drapeau + slipmat + patchs (autocollants ?)…
Pas bon pour mes finances tout ça bordel !


Dommage que ce soit loin de chez moi...


Miam miam !!!


Si mais il a quitté le groupe entre l'enregistrement et la sortie, d'où son absence dans le clip, même si, je te le concède, si Jean Noel avait été présent dans le clip, ça n'aurait pas été déconnant non plus.


C'est le Ptiot qu'on voit à la basse? C'est pas Jean Noel qui a enregistré l'album?


Et bien moi je prends ça comme une putain de bonne nouvelle !
Deux PRIESTs pour le prix d'un, que demander de plus ?!
Hâte de voir ça en live...


Comme vous je vais me pencher sur cet album. Par contre je n'ai jamais bouder ke groupe lors de ses prestations live. Leur chanteur est un très puissant frontman


C'est très bon


En effet pas mal du tout dans le genre. Même si déjà entendu 1000 fois. Plus Grave que Grave !


Ca sent vraiment la fin du bal, là.


Le pire la dedans, c'est que tout le monde serait d'accord pour qu'il dise stop. Mais malgré son statut de star, ses thunes etc... Il ne sait faire qu'une chose, c'est chanter sur scène. Dans ce sens, la célébrité c'est moche. Ozzy est mort vive ozzy !


Excellente nouvelle ! Hâte de les voir à Toulouse avec Holt.