Kingdoms Disdained

Morbid Angel

01/12/2017

Silver Lining Music

On attend toujours trop de ceux qui ont tout inventé, ou presque. Aucune complaisance, encore moins de compréhension ou d’ouverture d’esprit pour ceux ayant marqué l’histoire d’un pentagramme au fer rouge. Et quelle autre légende du Death Metal aurait pu essuyer une telle pluie de crachats de haine et de jets de bile fielleuse que MORBID ANGEL, qui selon la croyance publique, a osé le coup du pire album de sa carrière il y a six ans maintenant. On peut rapidement revenir sur le sujet, mais Illud Divinum Insanus a été conspué au-delà du raisonnable parce qu’il avait tenté le doigt d’honneur ultime à la plèbe Death, qui attendait de son prophète sacré autre chose que ce mélange de Techno, d’Indus et de Death à la petite semaine. Pourtant, et comme j’aime jouer les avocats du diable, j’avais dit du bien de cet album, en le prenant pour ce qu’il était. Un formidable pied de nez aux convenances et à la coutume, et surtout, une façon de s’extirper d’une condition un peu trop figée d’icône incontournable. Certes, son Death n’était pas des plus inspiré, mais les accès de fièvre technoïdes m’avaient séduit de leur caractère outrancièrement grotesque, et se résumaient à merveille par ce « Too Extreme ! » au point d’exclamation qui voulait en dire beaucoup. Trop sans doute, et les fans se ruèrent sur le baudet déjà salement malmené au niveau de la croupe à force de se prendre des coups critiques sans pitié. De ce postulat passé de départ présent, qu’étions nous en droit d’attendre de la part d’une créature électron libre, si ce n’est un retour plus qu’urgent dans le giron d’une musique extrême certes, mais moins condescendante envers la fanbase de toujours ? Rien en effet, et c’est exactement ce que ce dixième album studio nous fournit. Car Kingdoms Disdained est un LP de Death, et rien d’autre. Alors, les rageurs se réjouiront de cette volte-face, mais les plus exigeants se sentiront une fois encore lésés par le maître Trey qui a cette fois-ci joué la carte de l’horreur de la facilité la plus débilitante. Car un simple album de Death puissant et concassant de la part des inventeurs d’une excroissance floridienne aussi hideuse que celle qui piétinait les sillons d’Altars Of Madness ou Covenant est loin d’être suffisant. Nous étions en droit d’attendre une épiphanie de violence, et nous n’assistons qu’à une débauche de brutalité convenue, qui peine à exploser à nos visages médusés. Et c’est peut-être ça qui est impardonnable finalement. Ne pas avoir tenté le coup du retour en grâce totale en prenant les risques nécessaires pour nous permettre d’y croire une fois encore, comme il y a presque trente ans…

Exit donc David Vincent, et retour au bercail du hurleur/bassiste Steve Tucker, absent depuis Heretic, que l’on retrouve avec un plaisir non feint. Saluons aussi Scott Fuller (ANNIHILATED, ERRORGEIST) qui dès l’entame de l’album démontre son potentiel via un compressé « Piles Of Little Arms » qui a dû rassurer ceux dont le poil s’était hérissé en 2011 à la découverte du LP honni et renié. Mais aussi rassurant soit ce morceau d’intro, il est aussi la démonstration que le MORBID ANGEL 2017 a renoncé à toute ambition, et s’est décidé à rentrer dans le rang pour de bon, histoire de faire plaisir à des fans qui finalement, n’aiment pas que leurs héros dévient de leur route si bien tracée. Si l’on reconnaît la guitare de Trey qui comme d’habitude emprunte des accents ésotériques, on a du mal à retrouver l’essence même d’un trio capable de tellement plus que ce Death tirant sur le brutal, à peine digne des meilleurs instants de CANNIBAL CORPSE décidé à apprendre les tablatures de NILE. Et « D.E.A.D » confirme cette mauvaise impression, avec sa double grosse caisse en tir de barrage ininterrompu ne faisant preuve d’aucune finesse, et rentrant en accord avec des standards Deathcore que les Floridiens devraient conspuer. Si la technique parvient quand même à s’insérer avec discrétion tout en se faisant remarquer, si les dissonances chéries sont tapies dans l’ombre, l’inspiration semble résonner d’un téléphone débranché tentant de capter les échos d’un au-delà du passé qui peine à se souvenir de ce qu’il a représenté. Du Death OK, mais rien que ça, et pas plus. Et MORBID peut donner beaucoup plus, tout le monde le sait, depuis les premières démos. Alors pourquoi s’être satisfait de cette attaque frontale qui finalement, ne fera pas plus de blessés qu’un pavé lancé par un inconnu après avoir pris le soin de prévenir tout le monde de son geste ? Il est certain qu’après la déconvenue que nous avons déjà abondamment abordée, ce Kingdoms Disdained s’incarnera comme la bouée de sauvetage que tout le monde attendait, tout du moins, comme la résurgence d’une créature parfaitement illustrée par une pochette qui ne cache rien de son contenu, en se montrant graphiquement allusive quant aux débordements qu’elle est censée incarner. Et si de temps à autres, nous retrouvons quelques éléments du groupe que nous avons connu (le rythme lourd de « Garden Of Disdain », les inserts techniques en chausse pied de « Architect And Iconoclast », la grandiloquence en mode ultraviolence du final orgiaque « The Fall Of Idols »), le constat est sans appel, et à l’image de la production de l’ancien membre Erik Rutan qui nivelle tout par l’excès, et transforme la bête en machine sans âme, qui se contente de piétiner tout ce qui se dresse sur son chemin, d’une façon excessive et surtout, peu probante. Autant dire que la démonstration tourne à la dérision, tant on a l’impression d’une armée qui canarde au NSV-12.7 une cabane de pêcheur accusé de contrebande de truites sauvages. Impressionnant dans la forme, mais assez lénifiant dans le fond.

Non, tout n’est pas mauvais sur Kingdoms Disdained, et foncièrement, rien ne l’est d’ailleurs. En termes de Death Metal moderne, l’album s’approche même d’une dangereuse perfection. Entre les coups de fouet au pied de Scott Fuller aptes à ridiculiser toute la clique des frappeurs Techno Deathcore de la création, le chant d’outre-tombe de Steve Tucker, et les piqûres sournoises de Trey, le compte est bon, mais justement, sonne trop rond pour être honnête. On a vraiment le sentiment que le trio (enfin surtout Azagthoth, qui contrairement à la croyance collective était en très grande partie responsable d’Illud Divinum Insanus) a voulu remettre les pendules à l’heure six heures et soixante-six minutes après la débâcle presque annoncée, en bombant le torse pour se faire passer pour encore plus brutal qu’il ne l’a jamais été. Sauf que ce qu’on a toujours adoré chez MORBID ANGEL, c’est la complexité, la dualité, celle qui oppose la finesse de la musique classique transposée dans un contexte extrême, et celle d’un extrême tout sauf classique qui faisait tomber les barrières, et « anoblissait » le genre. Ici, tout est à prendre au premier degré, et de la part d’un groupe lambda, j’aurais salué l’effort de véhémence vraiment impressionnant, mais qui tombe à vide lorsqu’on sait qui en est responsable. Ces rythmiques qui s’essoufflent de ne jamais le reprendre, ces riffs qui tournent à vide en cherchant désespérément une porte de sortie occulte qu’ils ne trouveront jamais, ces patterns de batterie débités comme à la parade et qui finalement, ne sont pas plus aiguisés qu’un couteau à dents laissé sur la table. En 2011, on pouvait critiquer l’orientation, c’était justifiable. On pouvait démonter l’opposition entre Death subtil mais pas forcément gracile et Techno-Indus de débiles qui s’agitent sur une piste de danse pour hémiplégiques. Mais on ne pouvait pas ignorer le culot, et l’indécence du propos, encore moins son impolitesse dans la créativité. Ici, tout est ultra efficace mais linéaire, tout est fondamentalement puissant, mais stérile dans le refus de s’éloigner de la facilité. Une catharsis pour certains, les fans les plus bornés, une perte de temps pour les autres, qui s’attendaient à vibrer et non à trembler à cause d’un sol malmené par les coups répétés portés. Certes, une fois de temps en temps, on y croit, pour quelque secondes, comme sur les premières de « For No Master », mais rien ne dure…

On attend toujours trop de ceux qui ont tout inventé, ou presque. Mais parfois, souvent, le trop est l’ennemi du bien, et par-delà le mal. Admirateur de Nietzsche, Trey aurait dû en relire les ouvrages. Ici, Der Übermensch a usé des stéroïdes pour gonfler sa musculature. En résulte une démonstration en développé-couché qui laisse pantois, mais qui n’est admirable que pour la performance physique.


Titres de l'album:

  1. Piles Of Little Arms
  2. D.E.A.D
  3. Garden of Disdain
  4. The Righteous Voice
  5. Architect and Iconoclast
  6. Paradigms Warped
  7. The Pillars Crumbling
  8. For No Master
  9. Declaring New Law (Secret Hell)
  10. From the Hand of Kings
  11. The Fall of Idols

Site officiel

par mortne2001 le 11/12/2017 à 17:10
68 %    743

Commentaires (8) | Ajouter un commentaire


Jus de cadavre
membre enregistré
11/12/2017, 19:20:14
Très, très bonne chronique... Je n'ai pas encore vraiment écouté l'album, mais c'est ce que je me suis dit. Ils ont fait un album pour "rassurer" et plaire aux fans... Et finalement n'est ce pas ça "se vendre" ?... Bref j'ai tout de même beaucoup aimé ce que j'en ai entendu, mais clairement on est dans le fan service...
Par contre le chant de Tucker : énorme :) !

Buck Dancer
@77.151.54.26
11/12/2017, 21:57:38
Pareil pour moi, j'ai pas encore assez écouté l'album pour donner mon avis, mais ça fait plaisir de retrouver Tucker et bravo au batteur, impressionnant, qui me fait "presque" oublier Sandoval.
Comme tu dis la prod est sous stéroïdes et c'est dommage pour les riff noyés sous le chant et la batterie.

Ce côté brutal et furieux n'est-il pas justement la surprise de cette album ? Morbid a rarement été aussi radical, peut-être sur Heretic l'autre album mal aimé du groupe, et en tant que fan c'est quand sa musique ce veut mystique, inquiétante ou trippante que j'adore Morbid, moins quand elle est simplement violente. Et une chanson comme DEAD ne ressemble a rien de ce qu'ils avaient fait avant.

Declaring New Law (Secret Hell) ressemble ausi à une petite piqûre de rappel a "Illud..."comme pour nous dire que cet album n'était pas une erreur de parcours.


Blind
membre enregistré
15/12/2017, 15:48:17
Très bonne chronique en effet et sans être aussi radical, Morbid Angel est le groupe de death qui m'a fait aimé le style, je suis assez du même avis dans le sens où ce nouvel album semble avoir été fait pour montrer que MA est encore un groupe à prendre au sérieux. Du coup ça tabasse et peut-être même trop quand on sait comment Trey Azaghtoth sait concilier violence, technique et musicalité. Limite un peu dans le vide. Quant à la prod, lors des premières écoutes au casque elle m'a limite fait mal à la tête.

Par rapport au mini-feuilleton avec le départ des 3/4 du line-up et le retour en grâce de Steve Tucker, on peut dire que le père Azaghoth a bien retourné sa veste, d'autant que j'avais lu dans une news qu'il voulait à l'époque, donc avant la sortie de "Illud Divinum Insanus", incorporer de la techno dans la musique de Morbid Angel. Donc tout mettre sur le dos de David Vincent a été plutôt dégueulasse.

Donc voilà ce nouvel album est bon, c'est sûr, et rassure dans le sens où MA veut encore jouer du death metal mais j'espère qu'ils ne s'entêteront pas dans la brutalité bête et méchante car ils sont tellement capables de beaucoup mieux.

PS: petit coup de gueule avec l'édition vinyle car il manque un titre, "Declaring New Law (Secret Hell)", et je ne comprends pas trop pourquoi.

mamakin
@78.192.38.132
16/12/2017, 10:19:45
Je ne vois pas le rapport entre les errances d'Illud et le très bon Declaring New Law (Secret Hell).
Pour le reste la prod est brute et sèche, à des années lumières des merdes modernes actuelles et ca me convient, même si ca tabasse trop pour certains.
Je préfère mille fois un Morbid Angel en roue libre que des groupes qui n'ont jamais rien inventé et pratiquent un Death Suédois ultra chiant porté aux nues et sur-noté ou des groupes de revival-thrash qui flirtent avec l'approximation et le ridicule.
Il n'en reste que cette année, cette sortie n'a que peu d'équivalents en Death Metal.

Jefflonger
membre enregistré
16/12/2017, 14:53:32
Très intéressante chronique et qui rejoint ce que j'ai entendu rapidement. Faire l'achat et laisser mûrir? peut être

Buck Dancer
@77.151.54.26
17/12/2017, 14:10:27
Mamakin, Declaring New Law se rapproche pour moi de l'indus, avec son côté répétitif et presque martial, et si tu mets la voix de Vincent dessus on est pas loin d'un morceau comme Destuctos sur Illud.

mamakin
@78.192.38.132
19/12/2017, 07:46:07
avec des se rapproche et des si...

mamakin
@78.192.38.132
19/12/2017, 07:46:50
heureusement que tu ajoute "pour moi" ;)

Ajouter un commentaire


Derniers articles

Fear Factory + Misery Index 2006

RBD 28/10/2020

Live Report

Antibody

mortne2001 19/10/2020

From the past

Les archives de la Mort 1984 - 1994

grinder92 14/10/2020

Livres

Livre TAPE DEALER / Chronique par David Martin

Jus de cadavre 11/10/2020

Vidéos

W.A.S.P, Bataclan 2012

grinder92 09/10/2020

Live Report

Demanufacture

Baxter 06/10/2020

From the past

Hanger Abortion

RBD 30/09/2020

Live Report

Night Of The Masks

Simony 26/09/2020

Live Report
Concerts à 7 jours
Tags
Photos stream
Derniers commentaires
mortne2001

Écouté et chroniqué pour Metalnews, la suite logique de leur premier EP, et un énorme album de Heavy. 

30/10/2020, 17:22

Hipparion33

Album écouté pour ma part , un bon album de Heavy comme je les aime . J'aime aussi la pochette.

30/10/2020, 17:10

Hipparion33

Du coup je me suis fait la discographie dans la foulée et j'adore aussi ce "Metal Revolution". C'est une belle découverte après tant d'années

30/10/2020, 17:08

hrm

.

30/10/2020, 14:12

LeMoustre

Hâte d'écouter l'album en entier

30/10/2020, 12:37

metalrunner

Du pur heavy avec des magnifiques solos..

30/10/2020, 12:06

Harry Klein

Quelle caisse claire incroyable - les 2 singles sont très bons, ça augure un chouette album encore - MACABRE <3  

30/10/2020, 10:44

Reg

Je suis complètement passé à côté, mais il n'est jamais trop tard ! Très bon titre en tout cas ;)

30/10/2020, 09:34

Kerry King

Ouais surtout que Asphyx il n'y a plus que Van Drunen de l'époque old school (et encore il restera a peine deux ans), et Soulburn plus que Eric Daniels, on a deux versions du groupe vu part les deux en fait. (et depuis Bagchus a lui lâché les deux).(...)

29/10/2020, 23:47

Satan

Skald... le Wardruna version "Lidl".

29/10/2020, 23:15

Kerry King

Légendaire !

29/10/2020, 18:53

Kerry King

Légendaire !

29/10/2020, 18:53

RBD

Moulburn (je ne résiste jamais au calembour, surtout quand il est nul) c'est même devenu de plus en plus sombre avec la reformation d'Asphyx, alors que cela avait commencé comme un produit de substitution après que le groupe principal venait de se sépar(...)

29/10/2020, 14:44

metalrunner

C est clair que the Legacy devait être leur album de chevet marrant pour une génération qui n a pas connu cette époque.

29/10/2020, 11:38

metalrunner

D ici la il peut se passer tellement de chose.

29/10/2020, 09:17

Baxter

Janvier étrangement ça encore le flop hélas. Tant que ce virus persiste dans la civilisation et sans un moyen miracle, hélas concert et autres ça sera encore pas avant quelques temps. 

28/10/2020, 22:30

Kerry King

En meme temps que le nouveau Soulburn, ah ah.Et Soulburn c'est comme Asphyx mais penchant vers le Black, double ration ! 

28/10/2020, 19:06

Humungus

AAAAAAHHH !!! !!! !!!En voilà une bonne news !!!

28/10/2020, 15:34

NecroKosmos

Oui, là aussi, groupe sous-estimé à l'époque. Trop violent pour les fans d'HELLOWEEN et trop soft pour les fans de KREATOR (comme RAGE, par exemple). Dommage car LIVING DEATH avait une empreinte qui lui était propre. Personnellement, j'adore surto(...)

28/10/2020, 09:50

NecroKosmos

Groupe original, totalement sous-estimé. Achat indispensable.

28/10/2020, 09:43