Midnight Empire

One Desire

22/05/2020

Frontiers Records

Trois ans pile ou presque après leur émergence sur la scène Hard-Rock mélodique/AOR, les finlandais de ONE DESIRE reviennent pour nous offrir la suite de leurs aventures, via un second LP aux ambitions clairement affichées. Devant à la base intégrer les bacs en avril, l’album a vu sa sortie décalée d’un mois eu égard à la situation sanitaire actuelle, mais ce délai n’entamera en rien l’enthousiasme des fans à l’écoute de cette nouvelle pièce d’orfèvrerie mélodique. Pour rappel, le groupe a été fondé par le batteur Ossi Sivula en 2012, rejoint petit à petit sur son navire par le guitariste Jimmy Westerlund de Los Angeles, le chanteur Andre Linman (STURM UND DRANG) et le bassiste Jonas Kuhlberg (Paul DI´ANNO, CAIN´S OFFERING, MYGRAIN). Le line-up n’a d’ailleurs pas bougé depuis le premier LP, et c’est donc un groupe en pleine osmose que nous retrouvons aujourd’hui, prêt à conforter son statut de valeur montante finlandaise. On le sait, les norvégiens, suédois, et finlandais prennent le style très au sérieux, et composent toujours de véritables chansons telles qu’on les concevait dans les années 80, lorsque le Hard-Rock mélodique et l’AOR trustaient les premières places des charts. Mais ce qui distingue aussi les musiciens nordiques de leurs autres homologues européens ou américains, c’est cette façon d’ancrer la tradition dans un contexte plus moderne, pour ne pas se contenter de recopier des recettes trop éprouvées. Ainsi, Midnight Empire ne fait pas exception à la règle, et transpose dans un langage musical contemporain les anciens idiomes en vogue il y a trente ans, que ce soit en termes de composition ou d’enregistrement. Et c’est ainsi qu’un titre comme « After You’re Gone » s’ingénie à transposer BON JOVI et 220 VOLT dans un décorum du vingt-et-unième siècle, avec un son gonflé et une énergie propre au nouveau siècle. Un délice donc, mais aussi la reconnaissance d’un art qui ne supporte pas l’approximation.

Après avoir tourné avec succès en compagnie de H.E.A.T ou ECLIPSE en Europe, et avoir figuré à l’affiche de quelques festivals, les finlandais sont donc aujourd’hui rodés, et prêts à débouler sur le monde avec leur musique euphorique, hautement mélodique, mais indéniablement puissante. Deux ans pour peaufiner dans les moindres détails ce Midnight Empire ont largement suffit à la formation pour atteindre la perfection déjà suggérée par One Desire, et il n’est guère surprenant de constater que ce second tome est inattaquable autant dans la forme que dans le fond. Sans avoir changé d’un iota leur approche ou leur optique, les finlandais continuent sur leur lancée, soignant la moindre note et le moindre arrangement pour proposer au public des chansons riches et pleines, symptomatiques du talent des finlandais pour ce genre de Crossover global. On retrouve donc avec plaisir le talent immense de Jimmy Westerlund, jamais avare de petites trouvailles sublimant des structures simples, mais aussi le timbre chaud de la voix de Linman, qui sans en faire trop, trouve toujours le ton juste et la note précise. Bien sûr, rien de révolutionnaire dans cette musique qui reprend à la virgule près les préceptes immuables des styles qu’elle aborde, mais la satisfaction d’écouter des chansons difficilement perfectibles, souples, ne reléguant pas la puissance à l’arrière-plan pour nous engluer dans un sentimentalisme de bas étage. On savoure une fois ce postulat assimilé des perles comme « Godsent Extasy » reprenant à son compte la séduction du Hard-Rock californien de la fin des eighties pour le mettre en application dans les salles finlandaises, rappelant la magie éphémère des SHARK ISLAND, dont le « Paris Calling » est encore gravé dans toutes les bonnes mémoires.

Heavy mélodique ? Au vu de l’ampleur de la production et de la densité de l’œuvre, le terme ne semble ni incongru ni galvaudé. Le quatuor parvient toujours à trouver l’équilibre entre agressivité instrumentale et douceur des mélodies, cédant parfois à la tendresse sans perdre de sa sincérité. Ainsi, « Through The Fire » suggère que l’influence de WINGER n’est pas passée à la trappe du temps, avec ces guitares toujours aussi emphatiques qui subliment une texture de base nivelée. Les soli de Jimmy Westerlund sont toujours aussi précis et efficaces, n’utilisant que les notes nécessaires en évitant la démonstration, et son jeu n’est pas sans évoquer Jake E Lee ou Reb Beach, tandis que sa précision en acoustique confère au morceau la souplesse dont il a besoin. Une conception de la ballade en demi-teinte donc, qui s’écarte des excès de romantisme des eighties pour prendre en compte la lucidité de l’époque. Et avec des morceaux possédant tous leur personnalité propre, ONE DESIRE signe un album varié, aux ambiances modulées, très professionnel mais aussi terriblement spontané, toujours à la frontière de l’AOR et du Hard Rock (« Heroes »). Les titres sont tous conséquents, avec la barre des cinq minutes régulièrement franchie, et pourtant, les idées ne manquent pas, que ce soit en termes d’intros qui tamisent la lumière ambiante, ou de couplets qui offrent des crescendos vers des refrains parfaitement irrésistibles (« Rio »). On en vient à s’interroger sur la marge de progression possible d’un groupe qui semble déjà avoir atteint son propre sommet, et imposé sa griffe entre agressivité assumée et souplesse harmonique (« Battlefield Of Love », le son de la rythmique est tout bonnement hallucinant). On pense parfois aux reprises ou au style propre de THE LOCAL BAND, mais c’est évidemment le nom de H.E.A.T qui s’impose au moment des comparaisons, et de toute cette scène du nord sous les feux des projecteurs depuis plus d’une décennie.

Le tout s’écoute donc d’un trait, sans jamais provoquer la moindre lassitude, les tubes s’enchainant avec une grâce bluffante, entre chorus contagieux et énergie globale furieuse. « Killer Queen », confirme que l’inspiration ne se tarit pas malgré les cinquante minutes globales, alors que le final « Only When I Breathe » ose une conclusion quelque peu synthétique, symptomatique des accointances old-school de la formation. Une fois encore, le label italien Frontiers a accordé sa confiance aux bons musiciens, et peut se prévaloir d’un catalogue aux proportions dantesques. Avec Midnight Empire, ONE DESIRE prouve qu’il est bien plus qu’un groupe à ajouter à une liste de références déjà longue, et bien l’un des représentants les plus crédibles et particuliers de cette vague finlandaise de combos plongés dans le passé. Un album qui aurait fait les beaux jours des charts américains de la fin des eighties, mais qui aujourd’hui, incarne la perfection de la traduction d’un passé magique dans un présent moins typique qu’il n’en a l’air.              

                                                                                                    

Titres de l’album :

                           01. Shadowman

                           02. After You’re Gone

                           03. Down And Dirty

                           04. Godsent Extasy

                           05. Through The Fire

                           06. Heroes

                           07. Rio

                           08. Battlefield Of Love

                           09. Killer Queen

                           10. Only When I Breathe

Site officiel

Facebook officiel


par mortne2001 le 21/05/2020 à 17:20
88 %    475

Commentaires (1) | Ajouter un commentaire


JérémBVL
membre enregistré
22/05/2020, 08:49:51
Encore un chef-d'œuvre !

Ajouter un commentaire


Derniers articles

From This Day Forward

mortne2001 10/09/2020

...And Justice For All

mortne2001 08/09/2020

Slayer + Megadeth 2011

RBD 05/09/2020

Manifest Decimation

mortne2001 31/08/2020

Opeth 2006

RBD 29/08/2020

Widespread Bloodshed/Love Runs Red

mortne2001 24/08/2020

Concerts à 7 jours
Tags
Photos stream
Derniers commentaires
LeMoustre

Un certain côté Toxik/Realm, pour sûr. Ca speede bien sur ce titre. Curieux de découvrir ce groupe qui m'a l'air intéressant, pas bien loin d'un Sacral Rage, tiens.

25/09/2020, 20:38

Hammer Pils

15 pesos c’est pas donné, même si je comprends qu’ils doivent remplir la gamelle à la fin du mois surtout dans leurs pays où tu n’a ni assurance santé, ni chômage.... Mais à la limite plutôt qu’un streaming qui sera vite(...)

25/09/2020, 19:08

Sphincter Desecrator

"Trois concerts en "live stream" filmés en studio"... Sauf que pour moi, s'il n'y a pas de public, ce n'est pas un concert. CQFD.Ceci dit, le contexte est particulier, et je comprends cette recherche d'un nouveau format, s(...)

25/09/2020, 18:54

Moshimosher

Perso, en ces temps difficiles, ça ne me choque pas... Maintenant, faut voir les conditions du streaming, les difficultés du groupe et des individus qui le composent, et l'impact que ça peut avoir sur tout ce qui n'est pas ce streaming mais se rapporte au groupe... (...)

25/09/2020, 18:27

Kairos

@satantu te trompe je pense, c’est bien les bonnes prestations de cradle qui se compte sur les doigts d’une main. je ne les ai vu que 2 fois sur scene mais je confirme que cradle en live, c’est problématique.Cradle a été conspué pend(...)

25/09/2020, 17:44

Oliv

oui c’est   plus un soutien au groupe qu’autre chose car des lives d’Obituary , t’en a un paquet sur YouTube 

25/09/2020, 17:29

Buck Dancer

Oui, bien cool !! 

25/09/2020, 16:29

Jus de cadavre

Pareil je trouve ça trop cher. Mais attention ce sont des ricains donc :- business is business (oui même pour du Death Metal)- aux États-Unis tu taf pas, t'a pas de revenu c'est pas comme chez nous... (pas de statuts d'intermintents là-bas) (...)

25/09/2020, 16:27

Simony

Merci Wolf88, bien vu !

25/09/2020, 15:58

Simony

L'objectif est d'en faire une mensuellement, donc oui ça devrait revenir.Merci et content que ça vous plaise.

25/09/2020, 15:48

Wolf88

Bonjour,Ce n'est pas Finlande mais à DanemarkBandcamp: https://septage.bandcamp.com/releasesFacebook: https://www.facebook(...)

25/09/2020, 15:26

Buck Dancer

Je ne payerais pas non plus pour ça, mais je suis curieux du troisième concert. 

25/09/2020, 15:08

Jefflonger

Très  belle chro, album varié et pourtant direct dans le pif

25/09/2020, 15:02

Kairos

Moi j’ai backé parceque les mag à kro, news et interviews n’ont plus vraiment beaucoup d'interêt a l’heure du net

25/09/2020, 14:10

Humungus

Marrant ce style d'ITW !A refaire.PS : Je plussoie concernant EROS NECROPSIQUE !

25/09/2020, 13:50

Arioch91

Perso j'attends de voir.J'adore la presse écrite et ne cherche même pas à la comparer à la filière webzines.J'adore les deux tout simplement.Maintenant, tout ce que j'espère, c'est un mag' d'un aut(...)

25/09/2020, 11:53

Bones

Je crois que dans l'idée du concert il y a aussi une recherche d'expérience, de souvenir (et bien sûr le soutien à un groupe ou la volonté de découverte). Mais derrière un live payant en streaming je n'ai la sensation d'aucune pl(...)

25/09/2020, 11:25

Nehemah

Pour ma part je suis plus nuancé. Ca me dérange pas de soutenir, en ces temps difficiles, un groupe qui a bercé mon enfance. L'idée est excellente, je pense qu'ils se sont simplement trompés avec le prix. Pour 5 euros, j'y allais direct.

25/09/2020, 11:06

Bones

Juste pour l'anecdote : il y a 15 jours j'ai récupéré pour peanuts (15 balles) les 38 premiers numéros d'Hard Rock Magazine comme neufs. Pour le fun je me suis plongé dans la lecture de cet ancêtre de la presse française :  eh bi(...)

25/09/2020, 10:03

grinder92

D'autant que l'équipe qui rédige le mag, c'est pas des lapins de 6 semaines... Ils revendiquent de la qualité et perso, j'ai envie d'y croire... projet soutenu / préco faite.

25/09/2020, 08:41