Hour of the Summoning

Transcendence

20/04/2018

Blood Harvest

Au vu des conditions météo relativement désastreuses, qui nous privent d’un printemps qu’on pressentait pourtant précoce, un petit réchauffement climatique/musical s’impose. Histoire d’attiser le feu de la passion dans votre petit cœur de metalleux en pleurs, je vous offre une vingtaine de minutes en compagnie de barbares américains, qui n’ont visiblement pas entendu parler de l’énergie nucléaire, et qui continuent d’empiler les stères de bois et les kilos de charbon pour faire turbiner leur poêle à décibels. Mais sus aux métaphores triviales, puisque l’affaire est en tous points sérieuse, et ouvrons donc le débat d’une des dernières productions Blood Harvest, qui continue de contaminer les bacs virtuels de ses sorties rebelles, et célébrons comme il se doit le second EP des californiens de TRANSCENDENCE. Et que ce nom de baptême fut bien choisi, tant ces sauvages nous transcendent de leurs sonorités passéistes et de leur approche fondamentalement brutale d’un Death/Thrash fatal. Puisant leur inspiration dans les égouts les plus infâmes de la bestialité, ce quintette (Tom Patmore - chant, Miguel Perez & Michael Alvarez - guitares, Chris Gonzales - basse et Richard Guerrero - batterie) développe depuis 2014 une forme très rudimentaire de Death à l’ancienne, visiblement sous influence des plus grands maîtres américains et suédois du genre. Nous avions déjà pu faire leur connaissance à l’occasion de la sortie de Morbid Reality, leur premier EP il y a quatre ans, qu’ils avaient fait suivre d’une démo, Altar Of Disease, avant de marquer une longue pause histoire de solidifier leur line-up. C’est donc solides comme le morbide qu’ils nous en reviennent, les crocs acérés et le scalpel aiguisé, histoire de disséquer une tranche d’histoire brutale, en plongeant leur mains sanglantes dans la boîte de Pandore du Death le plus putride et glauque de la création.

Et sans hésiter, je leur remets la palme du revival grave du mois, tant ce Hour of the Summoning pue la mort à dix lieues à la ronde. Entre des guitares sourdes mais aux riffs en déliquescence, une rythmique un peu pataude qui marque bien les temps, et un chant absolument immonde à faire passer les SUFFOCATION et autres INCANTATION pour de gentils fabulateurs de maternelle, le bilan est joyeux et plaisant, et nous ramène aux glorieux temps du défrichage du genre. Sorti préalablement en version digitale fin 2017, ce second chapitre court trouve donc une seconde jeunesse putréfiée grâce aux bons soins accordés par le label suédois, qui se fend pour l’occasion d’une superbe édition tape tout ce qu’il y a de plus roots, qui ne fait que conférer à cette sortie le cachet vintage qu’elle mérite. Ainsi déroule l’inspiration, d’écrasement brutaux à la suédoise en accélérations soudaines à la floridienne, pour quatre morceaux taillés dans le muscle qui ressuscitent les tendons les plus solides des morceaux de barbaque de l’époque charnière 80’s/90’s. On y retrouve le souffle morbide des GRAVE, UNLEASHED, et le sens de l’ironie mortifère des AUTOPSY, pour une ballade dans les recoins les moins éclairés d’une morgue municipale, encombrée par des cadavres non identifiés. Véritable incitation à la nécrophilie musicale, cet EP est une gigantesque bourrasque old-school qu’on inhale à plein poumons, et qui les laisse empestés d’une odeur de charogne en décomposition. Pourtant, et au-delà de cette brutalité gravissime de surface, le quintette de Los Angeles sait aussi faire preuve de finesse, notamment au niveau de la structuration des compositions, qui rappellent parfois le meilleur ENTOMBED et le MORBID ANGEL le plus fourbe (« Damned In Eternity »).

Des auspices qui inspirent, pour un hospice qui respire, et qui laisse s’échapper de ses geôles les plus renfermées de véritables malades mentaux, ayant depuis longtemps renoncé à suivre le cours du temps pour se rappeler de celui de leur jeunesse. Bien que localisés en Californie, les TRANSCENDENCE ont dû traverser pas mal d’états pour faire étape en Californie et en Nouvelle-Orléans, et nous exhibent fièrement leurs cicatrices de voyage dès l’entame abyssale « Hour of The Summoning », qui juxtapose sans complexe une atmosphère chargée de pourriture à un riff purement SLAYER dans l’ouverture. De là découle une suite parfaitement logique, élaborée à base de science instrumentale plus fine qu’il n’y paraît, et de petits ornements vocaux de plantigrade tout à fait charmants. Sans jouer l’originalité à outrance, « The Nocturnal Dwelling » nous ramène aux plus grandes heures de la série B Death des glorieuses années, et lâche quelques blasts histoire de nous contaminer, avant de ramener les débats sur le terrain de la pesanteur et de l’horreur. Se permettant même de toiser les plus grands fossoyeurs de l’histoire lorsque leur ambition égale leur déraison (« Mutilating Accursed Souls », modèle de tension progressive pour vilénie maladive atavique), ces cinq dépeceurs de l’extrême nous offrent donc une poursuite d’aventures en tout point passionnante, et symptomatique d’une vague old-school qui puise sans cesse dans ses origines de quoi entrevoir l’avenir d’un partenariat valide avec une entreprise de pompes-funèbres locales. Un véritable délice immonde pour les oreilles, et un appel d’offre pour un futur longue-durée qu’on espère aussi peu casher que ce Hour of the Summoning qui rattrape de ses échos torrides les manquements d’un printemps qui se fait attendre. Sauf que le printemps version TRANSCENDENCE n’est pas consacré à admirer les petites fleurs pousser, mais plutôt à caresser des macchabés en train de pourrir dans un fossé. Mais chacun ses loisirs après tout…


Titres de l'album:

  1. Hour of the Summoning
  2. The Nocturnal Dwelling
  3. Mutilating Accursed Souls
  4. Damned in Eternity

Facebook officiel


par mortne2001 le 19/04/2018 à 17:51
85 %    386

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Derniers articles

Licence to Kill

mortne2001 04/06/2020

Mood Swings

mortne2001 02/06/2020

Wintersun

JérémBVL 01/06/2020

Songs For Insects

mortne2001 30/05/2020

Solstice

mortne2001 28/05/2020

The Triumph Of Steel

JérémBVL 27/05/2020

The Gathering 2006

RBD 26/05/2020

End Of Society's Sanity

mortne2001 25/05/2020

Concerts à 7 jours
Tags
Photos stream
Derniers commentaires
Amazing Copy

Les Cro-Mags doivent être contents. :-)

06/06/2020, 20:48

Jus de cadavre

"Les premiers numéros sont parus fin 1992 et nous venons de sortir notre n°87 en février dernier."
Eh ben... Chapeau ! C'est ce qui s'appelle la passion.

06/06/2020, 12:39

RBD

Excellent ! Je les avais vus il y a dix ans pile, bonne claque de Sludge Stoner pur, propre, bourru et très en place, qui sortait pourtant des sentiers battus du style côté bayou ou côté asphalte.

06/06/2020, 12:19

KaneIsBack

Jamais vu le groupe en live, en grande partie à cause de leur réputation catastrophique. Mais j'adore sur album, et ce disque, malgré ses défauts, reste une de mes références (il faut dire qu'il fait partie des premiers albums que je me suis payé). Par contre, je tiens à dire ici haut et for(...)

05/06/2020, 21:41

poybe

Perso je les ai vus il y a une dizaine d'années à la coopé de Clermont (tournée avec Moonspell, Turisas et Dead Shape Figure (là j'ai du rechercher le nom du groupe ^^)), je n'en garde pas un mauvais souvenir. Le son était bon, la prestation correcte, sans être non plus transcendante ... j'av(...)

05/06/2020, 18:45

Hair-dressing Curiosity

@ Humungus :
:-)))))

N'empêche que pour ceux qui avaient biberonné aux 4 Horsemen dans les 80's, devoir subir des curetages du prose comme Load/Reload/St Anger... bordel ! la cicatrisation des sphincters a pris du temps. C'est un peu comme les rhumatismes, ça se réveille mêm(...)

05/06/2020, 17:05

Reading Bouquinerie

Naaa, c'est de la petite série, réimprimé par paquets de 12. :-D

Raaa n'empêche j'ai hâte de lire ça ! Ca va raviver des souvenirs !
(mode "vieux con", avec ses demo tapes sous le bras)

05/06/2020, 16:51

Lifting Catastrophy

J'en viens à penser que le récit d'un BON concert de Cradle ça permet finalement de démasquer à coup sûr un pseudo spectateur qui en fait ne les a jamais vus live. :-))))))




Non allez, pas tapé !! c'était juste pour faire du mauvais esprit. :-)))))

05/06/2020, 16:47

Goughy

Je n'ai que cet album et "Beauty", vu 5 ou 6 fois, toujours en festival ou "gros concert" dons ils n'étaient pas tête d'affiche, je n'ai jamais entendu pareille bouillie sonore pour aucun groupe, même du grind de squat.
On en parle parfois avec mon pote qui me dit que je ment, qu'on les a v(...)

05/06/2020, 15:57

Humungus

4ème réédition putain !?!?
Musso n'a qu'à bien se tenir !

PS : A quand dans la Pléiade ???

05/06/2020, 13:12

Humungus

Bah écoutes, j'ai fort bien fait de ne faire aucun commentaire hier soir car tu as (d)écrit en mille fois mieux qu'elle était mon ressenti sur le sujet...
Merci Professeur Hair-dressing Curiosity.

05/06/2020, 13:10

Hair-dressing Curiosity

Je pense que c'est un tout.
S'ils n'avaient pas à ce point retourné leur veste, il y aurait eu une meilleure acceptation du look, parce qu'ils avaient un tel capital sympathie et affectif avec le public que les fans auraient évoqué ça 6 mois plus ce serait passé crème.
Mais quand (...)

05/06/2020, 12:27

Reading Bouquinerie

maLin

05/06/2020, 12:20

Reading Bouquinerie

C'est main, je viens de me délester de 46 balles. :-))))

(merci MetalNews !!)

05/06/2020, 12:20

Arioch91

Excellent ouvrage que je recommande !

05/06/2020, 07:09

Humungus

Sachant que j'ai dû les voir 3 ou 4 fois, j'ai donc eu l'immense malchance de tomber à chaque fois sur une de leurs 5 mauvaises prestations live.

The Trve Humungus.

05/06/2020, 05:22

Satan

Deux choses :
1) C'est "Whore" en non "Wore".
2) De plus, c'est le nom de l'opus qui prend des petits points (au nombre de 5) et non le titre éponyme qui s'écrit d'une seule traite.
Désolé d'être pénible mais on se doit de respecter les chefs-d’œuvre jusque dans les moindr(...)

04/06/2020, 23:18

Satan

Il est parfaitement risible que l'argument number 1 de l'époque était "ils ont coup leurs cheveux". Ça en dit long sur le degré d'immaturité de bon nombre de métalleux malheureusement.

04/06/2020, 23:05

lolo

pas mal le chat planqué dans les gradins!

04/06/2020, 15:55

Humungus

"Age tendre et têtes de con" voulais-tu dire non ?

04/06/2020, 13:07