Au vu des conditions météo relativement désastreuses, qui nous privent d’un printemps qu’on pressentait pourtant précoce, un petit réchauffement climatique/musical s’impose. Histoire d’attiser le feu de la passion dans votre petit cœur de metalleux en pleurs, je vous offre une vingtaine de minutes en compagnie de barbares américains, qui n’ont visiblement pas entendu parler de l’énergie nucléaire, et qui continuent d’empiler les stères de bois et les kilos de charbon pour faire turbiner leur poêle à décibels. Mais sus aux métaphores triviales, puisque l’affaire est en tous points sérieuse, et ouvrons donc le débat d’une des dernières productions Blood Harvest, qui continue de contaminer les bacs virtuels de ses sorties rebelles, et célébrons comme il se doit le second EP des californiens de TRANSCENDENCE. Et que ce nom de baptême fut bien choisi, tant ces sauvages nous transcendent de leurs sonorités passéistes et de leur approche fondamentalement brutale d’un Death/Thrash fatal. Puisant leur inspiration dans les égouts les plus infâmes de la bestialité, ce quintette (Tom Patmore - chant, Miguel Perez & Michael Alvarez - guitares, Chris Gonzales - basse et Richard Guerrero - batterie) développe depuis 2014 une forme très rudimentaire de Death à l’ancienne, visiblement sous influence des plus grands maîtres américains et suédois du genre. Nous avions déjà pu faire leur connaissance à l’occasion de la sortie de Morbid Reality, leur premier EP il y a quatre ans, qu’ils avaient fait suivre d’une démo, Altar Of Disease, avant de marquer une longue pause histoire de solidifier leur line-up. C’est donc solides comme le morbide qu’ils nous en reviennent, les crocs acérés et le scalpel aiguisé, histoire de disséquer une tranche d’histoire brutale, en plongeant leur mains sanglantes dans la boîte de Pandore du Death le plus putride et glauque de la création.

Et sans hésiter, je leur remets la palme du revival grave du mois, tant ce Hour of the Summoning pue la mort à dix lieues à la ronde. Entre des guitares sourdes mais aux riffs en déliquescence, une rythmique un peu pataude qui marque bien les temps, et un chant absolument immonde à faire passer les SUFFOCATION et autres INCANTATION pour de gentils fabulateurs de maternelle, le bilan est joyeux et plaisant, et nous ramène aux glorieux temps du défrichage du genre. Sorti préalablement en version digitale fin 2017, ce second chapitre court trouve donc une seconde jeunesse putréfiée grâce aux bons soins accordés par le label suédois, qui se fend pour l’occasion d’une superbe édition tape tout ce qu’il y a de plus roots, qui ne fait que conférer à cette sortie le cachet vintage qu’elle mérite. Ainsi déroule l’inspiration, d’écrasement brutaux à la suédoise en accélérations soudaines à la floridienne, pour quatre morceaux taillés dans le muscle qui ressuscitent les tendons les plus solides des morceaux de barbaque de l’époque charnière 80’s/90’s. On y retrouve le souffle morbide des GRAVE, UNLEASHED, et le sens de l’ironie mortifère des AUTOPSY, pour une ballade dans les recoins les moins éclairés d’une morgue municipale, encombrée par des cadavres non identifiés. Véritable incitation à la nécrophilie musicale, cet EP est une gigantesque bourrasque old-school qu’on inhale à plein poumons, et qui les laisse empestés d’une odeur de charogne en décomposition. Pourtant, et au-delà de cette brutalité gravissime de surface, le quintette de Los Angeles sait aussi faire preuve de finesse, notamment au niveau de la structuration des compositions, qui rappellent parfois le meilleur ENTOMBED et le MORBID ANGEL le plus fourbe (« Damned In Eternity »).

Des auspices qui inspirent, pour un hospice qui respire, et qui laisse s’échapper de ses geôles les plus renfermées de véritables malades mentaux, ayant depuis longtemps renoncé à suivre le cours du temps pour se rappeler de celui de leur jeunesse. Bien que localisés en Californie, les TRANSCENDENCE ont dû traverser pas mal d’états pour faire étape en Californie et en Nouvelle-Orléans, et nous exhibent fièrement leurs cicatrices de voyage dès l’entame abyssale « Hour of The Summoning », qui juxtapose sans complexe une atmosphère chargée de pourriture à un riff purement SLAYER dans l’ouverture. De là découle une suite parfaitement logique, élaborée à base de science instrumentale plus fine qu’il n’y paraît, et de petits ornements vocaux de plantigrade tout à fait charmants. Sans jouer l’originalité à outrance, « The Nocturnal Dwelling » nous ramène aux plus grandes heures de la série B Death des glorieuses années, et lâche quelques blasts histoire de nous contaminer, avant de ramener les débats sur le terrain de la pesanteur et de l’horreur. Se permettant même de toiser les plus grands fossoyeurs de l’histoire lorsque leur ambition égale leur déraison (« Mutilating Accursed Souls », modèle de tension progressive pour vilénie maladive atavique), ces cinq dépeceurs de l’extrême nous offrent donc une poursuite d’aventures en tout point passionnante, et symptomatique d’une vague old-school qui puise sans cesse dans ses origines de quoi entrevoir l’avenir d’un partenariat valide avec une entreprise de pompes-funèbres locales. Un véritable délice immonde pour les oreilles, et un appel d’offre pour un futur longue-durée qu’on espère aussi peu casher que ce Hour of the Summoning qui rattrape de ses échos torrides les manquements d’un printemps qui se fait attendre. Sauf que le printemps version TRANSCENDENCE n’est pas consacré à admirer les petites fleurs pousser, mais plutôt à caresser des macchabés en train de pourrir dans un fossé. Mais chacun ses loisirs après tout…


Titres de l'album:

  1. Hour of the Summoning
  2. The Nocturnal Dwelling
  3. Mutilating Accursed Souls
  4. Damned in Eternity

Facebook officiel


par mortne2001 le 19/04/2018 à 17:51
85 %    222

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


The End Machine

The End Machine

Vitriol

Chrysalis

Altar Of Oblivion

The Seven Spirits

Inculter

Fatal Visions

Venom Prison

Samsara

Sammy Hagar

Space Between

Final Cut

Jackhammer

Eivør

Live In Tórshavn

Burning Rain

Face The Music

Sisters Of Suffocation

Humans Are Broken

Jack Slamer

Jack Slamer

Misery Index

Rituals of Power

Black Oak County

Theatre of the Mind

Helium Horse Fly

Hollowed

Bergraven

Det Framlidna Minnet

Skeletoon

They Never Say Die

Temple Balls

Untamed

Starchild

Killerrobots

Dead can Dance

RBD / 19/05/2019
Darkwave

NETHERLANDS DEATHFEST IV / Tilburg, Pays-Bas

Jus de cadavre / 16/05/2019
Death Metal

Tour-Report ACOD (support Cradle Of Filth / Avril 2019)

Jus de cadavre / 14/05/2019
Death Black Metal

March Of Ash And Rust

Simony / 11/05/2019
Black Metal

Concerts à 7 jours

Photo Stream

Derniers coms

Par contre, Lisa, elle est malade ou quoi ? A la vue des vidéos sur YT, on dirait qu'elle a pris 30 kilos.


Merci pour ce papier, DCD fait partie des grands, et j'imagine les poils se hérisser aux sons de "Xavier" ou l'intemporel "Anywhere...". Ca a dû être de grands moments.


Ce qu'il faudra donc retenir de cette discussion de bon aloi entre Satan et JDTP, c'est que le terme Néo Metal (qui est effectivement une des influences flagrantes de ce groupe) est désormais perçu de façon totalement péjorative...
Intéressant non ?


Autant pour moi !
Ce que j'aime bien dans le projet, c'est qu'on a un peu l'impression de déconner entre potes de longue date.


Alors dans mon esprit ce n'était pas du tout du second degré en fait. C'est une des influences principales du groupe (parmi de nombreuses autres), c'est pourquoi j'ai choisi cette dénomination.
Quoiqu'il en soit je suis absolument d'accord avec toi, c'est carrément bien fichu et d'une inc(...)


"La voix, sa voix, est là, toujours hostile, semblant parvenir du plus profond des enfers. Elle est intacte, unique"
Tout est dit mec !


Je trouve ça un peu sévère de qualifier ça de "néo métal". Car même si le côté humoristique ferait penser à un truc sans prétention, ça reste quand même plutôt bien fait.


https://necrokosmos.blogspot.com/2019/05/le-groupe-americain-sort-son-premier.html


"Autre phénomène à la mode bien ridicule est à mon sens le « Ghost bashing »"...
Bah excuses moi gars, mais si je n'aime pas GHOST et surtout ce qu'ils sont devenus désormais, crois moi bien que je ne vais certainement pas me faire prier pour le dire.
Je les ai vu pour la toute pr(...)


cool report !

peut etre aussi moins de monde car affiche avec au final tres peu de black comparé aux précédentes éditions j'ai l'impression,mais ca reste plutot bien fat comme affiche ! il va bien falloir que je me deicide a bouger mon boule en Hollande.


ca faisait longtemps que je n'avais pas ecouté Hate, et merdum ? c quoi c'truc tout mou


*que pour les marathoniens


Concernant la bière si il faut choisir oui la Jup c'est mieux que la kro mais bon... on a sans doute trop pris l'habitude des bonnes bières artisanales qu'on trouve partout aujourd'hui ;)
Sinon oui au début (et / ou bourré) la salle c'est un peu Poudlard : quand on prend un escalier on sai(...)


j'aime bien , un album ou on discerne chaque intrument. A retenir dans un coin de la tête pour cet été.


Je n'y étais pas cette année, mais effectivement, très, très bon fest que celui-ci.
- J'ai effectivement entendu dire par quelques comparses qui eux avaient fait le déplacement que c'était l'année où il y avait le moins d'affluence. Bizarre au vu de l'affiche toujours aussi bandante.


Très beau récit, merci ! Cela donne envie. Je ne suis pas étonné de l'apathie du public Néerlandais, il paraît que ce sont les pires à travers toute l'Europe pour ça. Mais cela n'empêche pas de profiter.


Merci pour le report, ça donne envie d'y aller ! :)


Oui la pochette est superbe.


C'est pas mal du tout oui comme BDM ! Et l'artwork tue !


Merci pour les coms ! Et merci Meuleu pour ces précisions !
J'ai voulu demander à l'orga combien ils avaient fait d'entrées, mais c'est pas du genre à répondre...