13 Fullmoon Nights of Loneliness

Moonworshipper

 

Autoproduction

Avec une pochette pareille, on est en droit de s’attendre à un truc un peu Indie sur les bords, genre Pop lo-fi truffée de références à la culture bis américaine des années 80, les college radios, le minimalisme des années 2000, un mélange entre TORTOISE et Lana DEL REY. Le mec en polo blanc bien repassé, la belle montre en avant-plan, la symbolique un peu ésotérique pour attirer les fans de la Kabbale, le background automnal, avec en cadeau bonus cryptique, un nom qui évoque les adorateurs de la lune et les amateurs d’horoscope dans les pages des magazines féminins. Depuis que la culture mainstream s’est approprié les codes les plus underground, on peut s‘attendre à tout de sa part, mais une fois n’est pas coutume, c’est l’inverse qui s’est produit, et l’underground qui a chapardé aux maîtres graphistes leur art du contrepied. Et c’est même de France que viennent ces musiciens qui cachent bien leur jeu, malgré la longueur de l’unique piste qu’ils présentent. Fondé je-ne-sais-quand par je-ne-sais-qui, déjà sorti l’année dernière à compte d’auteur et repris en 2020 par Hypnotic Dirge Records, 13 Fullmoon Nights of Loneliness, première œuvre format moyen des MOONWORSHIPPER, est une preuve de professionnalisme hautement perfectible, mais terriblement attachante. Agencé comme une unique litanie, mais décomposé en plusieurs chapitres d’humeurs différentes, cet EP est de ceux qu’on écoute et dont on se souvient. Mais par pitié, avant de vous l’injecter, ne lisez pas les différentes bios proposées par le groupe. Sinon, vous serez persuadés à tort d’écouter de l’ :

ULTRAVIOLENT

SUICIDAL

DOOM

BLACK

METAL

Hors, si certaines des composantes employées ci-dessus font en effet partie intégrante du résultat final, MOONWORSHIPPER est tout sauf un groupe de DSBM lambda, arcbouté sur ses obsessions maladives, et frappant une unique corde pour en tirer un riff répétitif et souffreteux sur fond de hurlements à la SHINING. Mais on peut prendre cette auto-catégorisation comme un pied de nez, à l’image de cette pochette qui ne révèle en rien ce qu’elle cache. Et Noémy, de Solstice Promotion, qui prendre en charge la nouvelle réédition 2021 de cet EP nous envoie elle sur des chemins beaucoup plus complexes, parlant de Pop, de Jazz, de Trip-Hop, de BO, et même d’avant-gardisme. Et si l’attachée de presse exagère aussi dans l’énumération, elle est plus proche de la vérité que le groupe lui-même. Et en définitive, et heureusement serais-je tenté de dire, la musique émanant de 13 Fullmoon Nights of Loneliness est beaucoup plus obscure que n’importe quelle description, tout en évitant le piège ténébreux de l’avant-garde libre.

MOONWORSHIPPER ne donne donc pas dans l’avant-garde, mais reste libre dans ses options. En choisissant de mixer le Doom le plus funèbre mais allégé de ses turpitudes de souffrance, le Black Metal par à-coups, la Dream Pop versant abordable et légèrement lo-fi, le quatuor ose donc un agencement pour le moins culotté, et nous présente un visage séduisant. Et le voyage sous la lune que le groupe propose n’en est que plus charmant, même pour ceux qui ne sont pas nyctalopes et qui se heurtent aux branches. Je parlais d’une piste unique découpée en plusieurs chapitres et plusieurs ambiances, et c’est exactement ce qui vous attend tout au long de ces vingt-quatre minutes. Passant d’une violence Doom à une virulente charge BM, pour mieux imposer la lenteur et le charme d’une Pop éthérée et - il est vrai - subtilement jazzy, MOONWORSHIPPER joue à cache-cache avec nos nerfs, et ose une nuit un peu différente.

Mais là encore, comme il convient de ne pas vous laisser leurrer par cette pochette ou ce style lâché par provocation, ne vous laissez pas duper par la première partie de l’EP. L’entame, grossière et mal agencée, donne le sentiment d’écouter un très mauvais groupe de Doom/Black, avec cette voix féminine mal employée, et cette alternance un peu gauche. Le reste est heureusement beaucoup plus singulier et personnel, et surtout, mieux équilibré, et la longue piste s’achève même dans une mélancolie Pop/Doom particulièrement séduisante. Le groupe est d’ailleurs beaucoup plus convaincant lorsqu’il s’éloigne des schémas brutaux les plus lénifiants, d’autant que la production ne met pas vraiment en valeur la lourdeur et la puissance. Les passages les plus éthérés, et les moins connectés au Metal sont donc les plus convaincants, et j’espère sincèrement que l’emphase sera mise dessus à l’avenir. Car en tant que groupe de DSBM, MOONWORSHIPPER n’est pas très crédible, encore trop tendre et convenu, et six pieds sous terre sous les références les plus nobles du genre.  

Mais en apprenant que 13 Fullmoon Nights of Loneliness n’est que la première partie d’une trilogie conceptuelle, nous pouvons nous attendre à pas mal de surprises. Bonnes si possible.                

                                                                                                                                            

Titres de l’album:

01. 13 Fullmoon Nights of Loneliness


Facebook officiel

Bandcamp officiel


par mortne2001 le 15/01/2021 à 17:42
75 %    184

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Derniers articles

Benighted + Shaârghot + Svart Crown

RBD 22/09/2021

Live Report

Use Your Illusion I & II

mortne2001 18/09/2021

From the past

Witchfuck : le contre-pouvoir en Pologne

Simony 14/09/2021

Interview

Voyage au centre de la scène : CATACOMB

Jus de cadavre 29/08/2021

Vidéos

LA CAVE #6 : une sélection d'albums Metal Extreme

Jus de cadavre 20/08/2021

La cave

Suffocation 2014

RBD 09/08/2021

Live Report

SWAMP TERROR : La bête des marais !

Simony 16/07/2021

Interview

Palavas Surfers

RBD 16/07/2021

Live Report
Concerts à 7 jours
Tags
Photos stream
Derniers commentaires
Kerry King

Vieille bonne époque, rien a voir avec le collège d'aujourd'hui, on a tous commencé avec le hard rock et differentes vagues, mais pour sauver notre héritage va falloir commencer par plus fort !Mon fils sera bercé des sa naissance part du Death e(...)

24/09/2021, 01:05

Humungus

Moshimosher + 1.

23/09/2021, 17:28

Moshimosher

Necromantia avec une seule basse, c'est plus vraiment Nécromantia... dommage...

23/09/2021, 16:08

Orphan

Et je trouve le titre de grande classe

23/09/2021, 15:28

Orphan

Excellente news !20 ans plus tard, il y a toujours un moment dans l'année où je me réécoute ANCIENT PRIDE

23/09/2021, 15:21

metalrunner

Super version James a la pêche bravo pour ces petits concerts  a prix casse .

23/09/2021, 11:41

Humungus

Alors !J'ai enfin pris le temps d'écouter tout cela cher Jus de cadavre (car j'ai moi aussi de mon côté des trucs en attente à ouïr...). Et autant le dire tout de suite, je ne connaissais aucuns groupes de ta sélection.Alors c&ap(...)

23/09/2021, 11:37

Kerry King

En 2021 plus aucun intérêt de taper sur Metallica, on leur a taper dessus suffisamment comme ils l'ont mérité sur les 20 dernières années.Voyons maintenant ce groupe comme le pondeur de 5 albums majeur de l'histoire, d'une certaine no(...)

23/09/2021, 10:30

Humungus

OUHLALALALA !!! !!! !!!J'l'avais pas vu arrivé celle-là !Le titre est lambda. Malheureusement pas de retour au "vrai son NECROMANTIA".Hâte tout de même d'entendre l'album complet...

23/09/2021, 09:44

Humungus

On peut taper allégrement sur ces mecs (moi le premier), mais ce genre d'initiative "retour aux sources et aux fans", y'a quasi qu'eux qui le font...

23/09/2021, 09:38

Bones

Je me rends compte que j'ai visionné ça comme si j'avais retrouvé un vieil objet familier dans ma cave, analysant si l'humidité avait eu prise dessus, cherchant (et trouvant) les points de rouille... Ca fait bizarre de voir ces mecs prendre autant de rid(...)

23/09/2021, 07:50

Le Z président

A boire et à manger sur ces deux disques, mais le sentiment d'avoir le dernier groupe de rock ingérable, capable de tout et de tous les excès et débordements, malgré les moments musicaux plus romantiques parmi les instants plus sauvages. 

22/09/2021, 21:24

Le Z président

N'en déplaisent aux haters, Swansong est le dernier album véritablement sincère du groupe. Depuis la reformation, Carcass fait du fan service à tout va et je trouve cela très malhonnête. Comme Petrozza qui continue Kreator car c'est une source de(...)

22/09/2021, 21:18

FOUR POUR TOUS

ça cachetonne sec depuis trop d'années, en d'autres temps, on t'aurait foutu tout ça dans une oubliette.

22/09/2021, 21:14

RBD

Ca c'est inespéré ! Le groupe s'était séparé il y a longtemps déjà et je ne pensais plus jamais en entendre à nouveau parler autrement qu'au passé.

22/09/2021, 11:25

Arioch91

C'est Australien ? J'boycotte !!!  

22/09/2021, 08:54

Bones

J'irai faucher sur vos tombes.

22/09/2021, 07:27

Bones

3ème écoute intégrale. Des moments vraiment excellents sur cet album. J'y trouve une fraîcheur et une richesse dans les riffs que je n'osais même pas espérer. Il y a vraiment chez Bill Steer une patte complètement inimitable, une aisance &a(...)

21/09/2021, 23:14

RBD

Plein de bonnes vidéos à prévoir, cool !

21/09/2021, 22:13

RBD

Tous les metalleux de cette époque ont dû faire cette expérience, Bones. En tout cas je me souviens assez bien des clivages dans mon bahut de garçons (cette particularité grossissait encore le phénomène). Bon, les fans des Gun's et de Sepultura(...)

21/09/2021, 21:52