Obnoxious Futuristic Vision

Leprosy

16/10/2020

Prc Music

Lorsqu’on s’adonne aux joies du Death Metal, et qu’on choisit le patronyme très connoté de LEPROSY, on s’expose évidemment à une attention particulière. Mais soyez tranquilles, puisque ces canadiens n’ont pas choisi ce nom pour répéter l’histoire déjà écrite par Chuck, ne versant pas dans le Death à tendance Gore de ce célèbre second LP qui aujourd’hui encore fait figure de référence. Non, à l’image de SADUS ou ATHEIST, LEPROSY surfe sur la vague séparant le Techno Thrash du Techno Death, et nous propose avec son premier LP un mélange fort intéressant, et en tout cas significatif d’un potentiel technique indéniable et d’une envie créative au-dessus de la moyenne. On retrouve cependant dans leur musique des traces patentes du DEATH des années 90, lorsque Chuck décidait de placer la technique au même niveau que la brutalité, mais pour autant, les originaires de Sherbrooke ne sont pas de simples imitateurs ou des suiveurs de bas étage. Leurs morceaux sont riches, plein d’idées, de plan efficaces et d’accélérations brutales, le tout sous couvert d’une approche sinon élitiste, du moins précieuse. Fondé en 2015, le quatuor a patiemment attendu son heure pour se révéler à la face du monde, osant un premier EP en 2017 (Mind Scan), avant de se replonger dans le travail pendant trois ans pour accoucher de ce futuriste Obnoxious Futuristic Vision. Archétype même de l’album terriblement bien pensé, ce premier effort s‘ancre de lui-même dans la mouvance nineties du Techno Death/Thrash, se rapprochant des premiers jets de MESHUGGAH, GORGUTS, sans en atteindre la violence. Et à dire vrai, en dehors de la voix très connotée du chanteur, l’instrumental évoque plus volontiers un Thrash très fin et élaboré, plus qu’un Death à la violence ouverte.

Débordant d’ambitions, le combo québécois fonce dans le tas dès l’ouverture de l’album, et met l’humilité de côté pour dévoiler sans gêne son potentiel. On sent dès « Metal Man » que les cousins maîtrisent leur sujet dans les moindres détails, et tout le potentiel d’Obnoxious Futuristic Vision est résumé en six minutes et quarante secondes. Riffs qui se succèdent à bonne vitesse, mélodie insérée au chausse-pied dans des plans rythmiquement imparables, tendance à faire appel au plus efficace du Thrash pour proposer des transitions fluides et accrocheuses, le cocktail est revigorant, et l’inspiration plurielle. On se prend donc au jeu dès les premières minutes, et LEPROSY trouve toujours les bons arguments pour nous convaincre de le suivre. Niveau production, le son paraît assez daté, semblant émaner de l’orée des années 90, avec cette batterie sonnant parfois un peu trop synthétique, mais les instruments bénéficient d’un mixage très aéré qui laisse une place conséquente à la basse, qui roule et n’amasse pas mousse en intro de « Cryonic ». La recette est connue, l’approche classique, mais tout fonctionne parfaitement, les rouages étant huilés avec précaution pour qu’aucun grain de sable ne vienne ralentir la machine. En optant pour des morceaux longs et développés, les québécois ont pris un risque assez dangereux, mais ils s’en sortent haut la main grâce à un talent de composition certain, qui leur permet de lier les plans avec facilité. « Back from the Dead » impose par exemple l’arythmie avant de se lâcher dans un accès de violence formalisé par des blasts fermes avant de repartir sur la voie d’un Techno-Death de première catégorie qui a très bien assimilé les enseignements d’un Thrash ambitieux.

Aussi intelligent qu’il n’est efficace, ce premier LP est un modèle du genre, combinant les aspirations du progressif et l’immédiateté d’un Metal sans compromission. Les soli, dissonants et modulés nous ramènent aux grandes heures de Fredrik Thordendal, les déviations jazzy en moins, tandis que le chant, sorte de talon d’Achille, reste sur un registre rauque et uniforme qui n’est pas sans rappeler les CEREBRAL FIX. Mais en quatre morceaux et vingt-cinq minutes de musique, le groupe plante son décor apocalyptique et dystopien, et nous entraîne dans ses histoires qui n’expirent pas l’espoir. Le spectre du PESTILENCE dominé par Patrick Mameli flotte aussi dans les couloirs de l’inspiration, même si les LEPROSY sont plus volontiers Thrash que Death, ce que « Mindscan » prouve de ses guitares plus posées et de son rythme plus régulier. En milieu d’album, le quatuor pose donc ses valises, temporise avec des titres plus concis, et offre une respiration bienvenue dans ce déluge de note et de plans rythmiques complexes. Ce qui ne signifie aucunement que la technique est remisée au placard, mais la puissance de « New Genetic Pattern » permet enfin de headbanguer plus de quelques secondes, avant que la machine ne se relance. Et elle se relance avec encore plus d’emphase via « Transplanting the Brain » qui ose enfin une exubérance plus marquée. Effets vocaux, thèmes plus imposants, ce morceau est parfait pour affronter la dernière partie d’une œuvre qui jusqu’à présent vise le sans-faute, avant que LEPROSY ne reprenne son schéma tactique avec plus de morgue.

Certains auront peut-être du mal avec ce côté clinique qui empêche certaines idées de vraiment nous transcender, mais tout le monde s’accordera du potentiel de musiciens qui n’ont pas privilégié le catéchisme au solfège. Et comme pour offrir à ce premier jet la conclusion qu’il mérite, les guitaristes se livrent alors à une joute en solo explosive sur « Virtual Life », passant en revue toutes les techniques de jeu pour nous dérouler un panorama d’anticipation digne d’un film sci-fi inventif. « Virtual Life » referme alors avec beaucoup d’énergie ce premier et surprenant LP, qui place les LEPROSY dans le peloton de tête des formations techniques old-school. Belle découverte donc, qui trouve un très juste équilibre entre le Death, le Thrash et le Heavy, le tout traité façon CORONER/ATHEIST/PESTILENCE, mais avec une touche personnelle indéniable.    

             

                                             

Titres de l’album:

01. Metal Man

02. Cryonic

03. Back from the Dead

04. Born in Nuclear Waste

05. Mindscan

06. New Genetic Pattern

07. Transplanting the Brain

08. Travellers of the Time

09. Virtual Life


Facebook officiel

Bandcamp officiel



par mortne2001 le 23/08/2021 à 17:38
80 %    547

Commentaires (1) | Ajouter un commentaire


RBD
membre enregistré
23/08/2021, 22:01:21

Il semblerait qu'ils aient modifié leur nom en "Leprosys".

Ajouter un commentaire


Derniers articles

Fuzz in Champagne - épisode 1

Simony 26/10/2021

Live Report

Fange + Pilori + Skullstorm

RBD 25/10/2021

Live Report

Voyage au centre de la scène : SUPURATION

Jus de cadavre 17/10/2021

Vidéos

Déluge + Dvne

RBD 29/09/2021

Live Report

Blood Sugar Sex Magik

mortne2001 25/09/2021

From the past

Benighted + Shaârghot + Svart Crown

RBD 22/09/2021

Live Report

Use Your Illusion I & II

mortne2001 18/09/2021

From the past

Witchfuck : le contre-pouvoir en Pologne

Simony 14/09/2021

Interview
Concerts à 7 jours
Tags
Photos stream
Derniers commentaires
pierre2

Ca transpire en effet le Napalm !!! 

28/10/2021, 08:03

Stench

En fait, cette remarque sur les pochettes, c'est ce que je me disais souvent à propos des groupes signés chez Holy records. Autant musicalement c'était souvent excellent, novateur ou au moins original, autant les pochettes étaient souvent plus que moyennes. C(...)

27/10/2021, 17:25

Gargan

Les deux premiers sont absolument indispensables et subhuman vaut quand même le détour.

27/10/2021, 10:19

Nubowsky

Les dates annoncées en France pour l’année prochaine en font peut être partis ! 

27/10/2021, 07:23

Humungus

Hâte ! Hâte ! Hâte !"Legion est considéré comme une pierre angulaire du Death Metal"...Legion EST une pierre angulaire du Death Metal !

27/10/2021, 07:20

Gargan

Bof, ce n'est pas une réédition qu'on attend.

27/10/2021, 07:20

Gargan

Vous pourriez peut-être organiser un pochettethon ?

26/10/2021, 22:04

Orphan

Raccord avec tout ce qui a été ditSeul Angelus tien la routeDissymmetry en 2019 faut oser quand meme...Ca me rappel des groupes comme ORPHANAGE, pleins de talent mais &agr(...)

26/10/2021, 12:35

LeMoustre

Clair que c'est pas leur point fort, les pochettes, la dernière étant particulièrement moche. A part celle du premier album, et à la limite Anomaly, par son côté épuré, beaucoup de mauvais choix, c'est vrai.Par contre la musi(...)

25/10/2021, 10:58

LeMoustre

Excellent disque, en effet

25/10/2021, 10:55

Humungus

"Imago" une pochette à sauver ?!?!Tous les goûts sont dans la nature, mais là tout de même... Le vieux "papillon-visage" digne d'apparaître sur une chemise all print vendu en foire du premier mai... ... ...Sincèrement, (...)

25/10/2021, 08:45

RBD

Colin Richardson est plus âgé. Sa première production Metal était si je ne me trompe l'EP de Napalm Death "Mentally Murdered" en 1989, et il avait déjà presque dix ans de carrière dans le Rock. La lassitude doit venir facilem(...)

24/10/2021, 23:46

Arioch91

Même pour la thune, Jeff Loomis ne devrait pas rester dans un groupe pareil, bordel !Avoir sorti des albums aussi classe du temps de Nevermore pour finir en second couteau chez Arch Enemy, putain la loose.C'est devenu un exécutant. Quel gâchis.

24/10/2021, 18:45

totoro

Super producteur effectivement, malheureusement passé de mode. C'est dommage. Un peu comme Colin Richardson, des mecs qui ont façonné le son d'une scène et qui tombent dans un oubli un peu ingrat. Même si les productions des deux ne vieillissent pas, je(...)

24/10/2021, 13:30

totoro

C'est assez vrai. "Room 7" avec lequel j'ai découvert le groupe est peut-être mon disque préféré de SUP, mais sa pochette est douloureusement ignoble. Quelques unes sont néanmoins à sauver, "Hegemony", "Angelus&quo(...)

24/10/2021, 13:26

totoro

C'est vrai que Loomis dans Arch Enemy, c'est un putain de gâchis... C'est doublement con car je suis persuadé que s'il participait à la composition, le groupe en sortirait grandi. Mais bon, c'est le truc de Mike Amott qui préfère resservi(...)

24/10/2021, 13:18

RBD

Fredrik Nordstöm est surtout connu pour avoir produit toute la scène mélodique suédoise en ordre de marche mais aussi collaboré avec de gros groupes de styles plus ou moins voisins comme Dimmu, Opeth, Old Man's Child, Septic Flesh, Powerwolf, Architects... m&(...)

24/10/2021, 13:17

totoro

Quel sacré bon disque !!! Je suis tombé dessus par hasard, je ne savais pas que le groupe existait encore. Je suis passé directement de "The Stench Of The Swelling" avec Arno Strobl à celui-ci et me suis pris une énorme claque. L'électro Sy(...)

24/10/2021, 13:10

Simony

@Humungus / @Bones vous avez mis le doigt sur ce qui m'a freiné à succomber à ce groupe pendant de très nombreuses années. A chaque fois que j'entendais un titre, je me disais "Allez cet album, c'est l'occasion de découvrir" (...)

24/10/2021, 11:01

Bones

@ Humungus : Mais complètement ! à l'époque de la sortie d'Anomaly, je faisais du fanzinat dans un projet mort-né. J'ai reçu un exemplaire promo du digi : hallucination devant la nullité absolue de la pochette. Clairement il y a(...)

23/10/2021, 23:35