Malignant Reality

Replicant

10/09/2021

Transcending Records

J’avais laissé tomber le Death Metal il y a très longtemps, dans les années 90, me disant que le style commençait à méchamment tourner en rond depuis son émergence dans les années 80. Mais en prenant un peu de recul sur mes chroniques, je me suis rendu compte que le genre représentait une bonne partie de mes analyses…Ce paradoxe savoureux en dit plus long qu’il n’y parait sur mon esprit de contradiction, et m’a conforté dans ma dualité pénible. Mais autant avouer que le sens de la nostalgie est en grande partie responsable de cet état de fait, les groupes osant casser le moule old-school se faisant de plus en plus rares et donc, par extension, encore plus appréciables. C’est ainsi qu’alerté par un journaliste/musicien franco/belge bien connu des amateurs de variétés chantantes, je me suis rapproché des américains de REPLICANT, dont j’ignorais jusqu’à l’existence, pour écouter leur second longue-durée : bonne pioche, puisque Malignant Reality est une sacrée bouée de sauvetage dans le marasme ambiant de recyclage permanent.

REPLICANT, fondé il y a sept ans à New Brunswick, New Jersey, aime les choses symétriques. Deux EP’s, deux albums, deux splits. Avec ça, tout est clair, sauf une chose, et pas des moindres : leur direction artistique. Après avoir jeté une oreille bienveillante sur l’introductif Negative Life, fort bien reçu par la faune Death internationale, je n’ai donc pas été surpris outre mesure par l’optique choisie sur Malignant Reality. Je n’ai pas non plus été étonné que les trafiquants de Transcending Obscurity aient adopté le bébé en question, qui s’adaptera très bien à leur garderie familiale.

Dans les faits, et assez simplement, ces trois méchants/grognons (Mike Gonçalves – chant/basse/guitare), Pete Lloyd – guitare, transmission à haute fréquence, James Applegate – batterie) définissent leur tendance comme étant du Dissonant Death, ce qui dès le premier morceau est difficilement contestable. Et pour la faire courte, autant dire qu’une collusion dans l’espace entre VOÏVOD, NOCTURNUS et MORBID ANGEL produirait un chaos proche de certains de leurs morceaux. Pour autant, les musiciens ne se vautrent pas dans la luxure stridente pour le plaisir de nous écorcher les oreilles : à la lisière du Death progressif et technique, leurs structures sont fascinantes, et nous entraînent loin dans le temps sans jouer le passéisme à outrance.

Amateurs de riffs francs et de direction ferme, passez votre chemin. Ici, tout est plus ou moins biaisé selon les options, mais en tout cas, aucun titre ne joue la franchise Death telle qu’on peut la connaître depuis la scène de Floride et de Stockholm. Se rapprochant parfois de nos héros nationaux PROTON BUUST ou SUP, tout en proposant un nombre impressionnant de plans catchy et d’accélérations purement Thrash, les REPLICANT incarnent une sorte de pendant maléfique et morbide à RUSH, et osent s’écarter des sentiers battus sans s’adresser uniquement aux élitistes du manche et des baguettes. Dans son rôle de bateleur, Mike Gonçalves (DISCORD, PUTRASCENSION, VOIDSCAPE, WINDFAERER, ex-DEATH BY NAMES, ex-ENGORGED ANAL TUMOR, ex-GRIMUS, ex-PAINTED RUST, ex-SKIES DEVOURED, ex-BINARY CODE, ex-SOME FAT KID FROM CALI, ex-SPORADIC SUICIDE) fait preuve d’une belle fermeté vocale, mais aussi d’une dextérité assez impressionnante à la basse, tissant des textures souples pour mieux nous attraper dans son filet de soie.

Le parallèle avec l’araignée est tout sauf gratuit, puisque le trio se veut association de prédateurs altérant les sens et la réalité pour mieux dévorer leurs proies. Entre ces inclinaisons à la VIRUS sur « Rabid Future », pour lequel la basse et la guitare se dissocient totalement,  et ces attaques vicieuses en mid qui ne sont pas sans évoquer le VOÏVOD période Eric Forrest, sans oublier ces longues suites à tiroirs qui nous enferment à clé dans un univers parallèle (« Caverns Of Insipid Reflection »), REPLICANT se montre bien plus créatif et efficace que la majorité des groupes actuels qui préfèrent recycler de vieilles recettes sans chercher à les personnaliser. Sans aller jusqu’à affirmer que cette musique est tellement novatrice que vous en perdrez tous vos repères, j’affirme que l’art développé sur Malignant Reality offre une alternative délicieuse, agissant comme un puissant psychotrope n’entraînant pas d’effets secondaires indésirables.

Accélérations blastées au maximum, dualité vocale effective, stridences, dissonances, feedback en permanence, la route est longue, tortueuse, dangereuse, d’autant que le voyage titille les cinquante minutes de marche escarpée. Si les plus véloces partiront à vive allure avec leur lourd sac à dos (« Death Curse »), les plus malins adopteront un pas plus prudent pour ne manquer aucun détail. Car les finesses et fioritures ne manquent pas sur cet album qui fait montre d’une maturité incroyable dans l’audace. Et pas uniquement à cause de ce final homérique de près de neuf minutes, qui nous laisse sur une incroyable impression de plénitude artistique. « The Ubiquity Of Time », loin de jouer l’ubiquité, propose de s’embourber dans un Death malsain et nauséeux, rendu encore plus tendu et cauchemardesque par la voix de Gonçalves, aux intonations acides, singeant les dérangements mentaux de Christian Fetish en mode Doom/Death digne du MORBID ANGEL le plus pesant.

Du lourd à mettre dans la balance donc, et un album qui réconciliera les amateurs d’innovation avec un style qui fait du surplace vintage depuis quelques années. Loin des expérimentations d’un DODECAHEDRON, ou de l’introspection maudite de WOLVES IN THE THRONE ROOM, les REPLICANT osent le crossover taille XXL qui reste cohérent et accrocheur. La mission n’était pas gagnée d’avance, mais le résultat valait la peine des efforts fournis.

       

                                                                                                                                                                                                       

Titres de l’album:

01. Caverns Of Insipid Reflection

02. Relinquish The Self

03. Excess Womb

04. Death Curse

05. Coerced To Be

06. Rabid Future

07. Chassis Of Deceit

08. Dressed In Violence

09. Ektoskull

10. The Ubiquity Of Time


Facebook officiel

Bandcamp officiel


par mortne2001 le 06/10/2021 à 15:00
85 %    46

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Derniers articles

Voyage au centre de la scène : SUPURATION

Jus de cadavre 17/10/2021

Vidéos

Déluge + Dvne

RBD 29/09/2021

Live Report

Blood Sugar Sex Magik

mortne2001 25/09/2021

From the past

Benighted + Shaârghot + Svart Crown

RBD 22/09/2021

Live Report

Use Your Illusion I & II

mortne2001 18/09/2021

From the past

Witchfuck : le contre-pouvoir en Pologne

Simony 14/09/2021

Interview

Voyage au centre de la scène : CATACOMB

Jus de cadavre 29/08/2021

Vidéos

LA CAVE #6 : une sélection d'albums Metal Extreme

Jus de cadavre 20/08/2021

La cave
Concerts à 7 jours
Tags
Photos stream
Derniers commentaires
Humungus

OUHLALALALA !!! !!! !!!Incontestablement une des news de l'année ça !!!Achat sans écoute !!!

19/10/2021, 09:28

Wildben

Entre cette triste nouvelle et le décès du bassiste de Bukowski, ça a vraiment été une journée de merde pour notre scène au sens large.

19/10/2021, 07:07

Moshimosher

J'apprends la nouvelle ici-même... Quel gâchis ! RIP...

18/10/2021, 23:37

Bones

Elle apparaît sur The Principle Of Evil Made Flesh. Je l'ignorais.  Bien triste fin, quoi qu'il en soit. :-(

18/10/2021, 23:08

sofs

Des loups dans les chiottes. Très fin comme nom de groupe...La musique est à l'avenant: bien chiasseuse.

18/10/2021, 21:19

Humungus

Bah merde !!!J'étais loin d'imaginer que quelqu'un comme ça faisait parti des victimes...(Oui, je sais, c'est une phrase à la con mais c'est tellement vrai)J'écoute du HAGALAZ' RUNEDANCE depuis la fin des 90s et s(...)

18/10/2021, 20:27

RBD

Ses multiples projets ne s'adressaient pas beaucoup à moi mais ce n'était pas une inconnue. Quand j'ai vu ça hier soir, je suis resté incrédule un petit moment.

18/10/2021, 18:47

Jus de cadavre

Pareil, le choc. L'album Frigga's Web a énormément tourné chez moi. Quelle tristesse.

18/10/2021, 18:45

Pomah

Épisode trop court, y'a encore tellement de chose à dire sur ce groupe fabuleux. 

18/10/2021, 16:47

Raumsog

A sa décharge il produit des oeuvres assez différentes (tout en restant un bon disciple de Beksinski quand même) mais les groupes ne semblent vouloir de lui qu'une seule chose : un gros bonhomme de 300 mètres de haut avec une serviette sur la tête (et des tou(...)

18/10/2021, 16:46

Pomah

Elle aura bercé pas mal de mes nuits d'automne, notamment avec Volven. C'est quand même con de mourir comme çà. RIP

18/10/2021, 16:41

Simony

Je ne sais pas si c'est lui mais cela ressemble étrangement à celle de Mirror Reaper de BELL WITCH ou celle de Walk Beyond the Dark de ABIGAIL WILLIAMS, de même du dernier NECROGOD et effectivement ça commence à se voir...

18/10/2021, 15:09

KRONEMBOURG

Remarque, mourir assassiné c'est très BLACK METAL ! non je plaisante, quel manque de bol.... RIP

18/10/2021, 13:44

Satan

Une des plus tristes nouvellles de l'année assurément...

18/10/2021, 12:16

Buck Dancer

Mariusz Lewandowski ( j'imagine que c'est lui la pochette) est très doué, mais il devient comme AC/DC. On ne change pas une formule qui marche! 

18/10/2021, 11:11

piem

NOMED du Nord !! mais alors au nord de la Loire

18/10/2021, 10:31

Simony

Je suis d'accord, rencontrer les bonnes personnes au bon moment ne suffit pas, faut-il encore pratiquer une musique intéressante et personnelle ce qui est le cas pour SUP / SUPURATION.

17/10/2021, 12:31

Kerry King

https://www.blabbermouth.net/news/kerry-king-on-his-post-slayer-project-it-will-be-fking-good/Le pere King parle de son projet justement. 

15/10/2021, 23:04

afarf

bof 

15/10/2021, 21:01

Humungus

C'est plus ce que c'était c'est sûr, amis cela reste du UNLEASHED pur jus..."D'après les deux extraits, j'ai l'impression que le groupe s'assoupli alors qu'il gagnerait à se durcir"CLAIR !!!

15/10/2021, 09:05