"Jus de cadavre dans un festival de Hardcore !?" Qui l'eut cru ? Même pas moi-même pour tout vous dire ! Le chevelu, metalleux jusqu'au bout des orteils au milieu des coreux... Eh bien oui, pourquoi pas ! Le Superbowl Of Hardcore de Rennes était l'occasion parfaite pour rencontrer "l'autre" tribu, le cousin, le style que je regarde de loin, du coin de l’œil. Mais que je ne connais pas vraiment pour être honnête. Alors c'est parti pour 2 jours de Mosh sévères et de pit enflammés !

Avant de commencer, je préfère vous prévenir que je ne connais pas vraiment le jargon du Hardcore et autres noms de "danses" typiquement Hardcore, donc désolé d'avance si des puristes me lisent ! Idem à part 2 ou 3 gros noms je ne connais pas les groupes présents à l'affiche... En tout cas ce fest est l'occasion parfaite pour une immersion totale dans le monde du Punk/Hardcore.

Nous voici donc au Jardin Moderne de Rennes pour cette cinquième édition du Superbowl Of Hardcore. Le premier pour moi. Le festival affiche complet depuis plusieurs jours. Le lieu est très pratique pour l'organisation d'un tel événement, situé en pleine zone industrielle, les voisins ne nous dérangeront pas... La salle est entourée d'un lopin de terre qui accueille les stands de nourritures ainsi que des barnums et tables pour se restaurer. Galettes complètes / saucisses, crêpes (Hardcore ou pas, on est en Bretagne !), et un stand vegan aussi... A noter aussi la présence de bons stands de merchandising pour les groupes, un disquaire bien fourni en vinyles et un stand de Tattoo.

Une organisation au poil durant tout le week-end, un public déchaîné, et le mot est faible (on y reviendra...), de la bonne musique. Tout était réuni pour que l'événement reste gravé dans les mémoires... Et ce sera le cas !

Un immense merci à Brice Retout pour les photos (créditées), suivez-le sur son Facebook !


Vendredi 30 mars

Cette première journée ressemble plus à un concert classique qu'à un festival. En effet les hostilités commencent à 20h et il n'y a que 4 groupes ce soir. Mais quels groupes... C'est en grosse partie pour eux que je me déplace : ARKANGEL et BORN FROM PAIN. Quasiment les seuls groupes à l'affiche que je connaissent en fait ! Mais commençons par le début.

Les Normands de NUISIBLE ont donc la tâche d'ouvrir ce Superbowl 2018. Premier groupe, premier coup de cœur. En même temps ils jouent un Hardcore très métallique. Grosses mosh-parts bien lourdes très classiques, mais surtout gros riffs de bûcherons 100% Metal. Il y'a même du blast-beat... Et le groupe revendique en effet des influences très diverses (et même Black Metal...). Je ne suis donc pas trop perdu pour le moment musicalement parlant ! Une bien bonne entrée en matière pour moi, et pour le public très présent et déjà chaud bouillant. Pas vraiment habitué au pit de Hardcore, je me dis que ça risque d'être vraiment très très violent pour certains concerts durant le week-end...

On enchaîne avec les parisiens de FOREST IN BLOOD, je ne connais pas le groupe pourtant formé en 1998 mais les coreux eux les connaissent. On sent même un certain respect dans la salle, des fans chantent les paroles des morceaux, etc... En même temps 20 ans d'existence, c'est pas mal. Là encore je ne suis pas trop perdu, même si on navigue plus profondément dans le Hardcore pur jus. Mais des relents Thrash assez présents et bien efficaces me fond accrocher à mort à la musique proposée. Le pit est encore un peu plus chaud et FOREST IN BLOOD fait bien monter l'ambiance (partage de la scène et d'une bouteille de rhum avec le public, etc...).

Les furieux belges d'ARKANGEL entrent ensuite en scène. La légende du Hardcore européen est en place, mais sans bassiste pour ce soir. Celui-ci veille un membre de sa famille malade. ARKANGEL, eux je connais. Leur album Dead Man Walking, m'a giflé sauvagement quand je l'ai découvert il y a quelques années. Et c'est certainement un des albums de Hardcore que j'ai le plus écouté. Alors ARKANGEL, c'est très très méchant. Un chant assez original plus proche d'un KICKBACK que d'un HATEBREED qui fait des merveilles. Baldur le hurleur n'en fait pas des tonnes comme certains frontman Hardcore. Il est même assez statique sur scène, mais quand il hurle tu ne vois plus que lui. Il se sort littéralement les tripes. La musique du groupe est de plus assez sombre, du moins bien plus haineuse que beaucoup de groupes Hardcore. Encore une fois on note beaucoup de clin d'oeil au Metal le plus intense. SLAYER plane en permanence au dessus des riffs tranchants des Belges et le résultat est ultra efficace. A la batterie ça cogne sévère, on voit carrément les baguettes faire du copeau de bois sur les cymbales ! Le pit est en feu cette fois-ci, mais il y a tellement de monde dans la salle que les mosheurs ne peuvent pas s'en donner à cœur joie. On note quelques chevelus dans la fosse, qui ne s'y sont pas trompés avec ce Hardcore qui parle autant au metalleux qu'au coreux. Un concert énorme d'un groupe qui mérite entièrement sa réputation de casseur de dents et de légende du Hardcore. Excellent tout simplement. ARKANGEL is your enemy...

Ouch, difficile de passer après ça ! Les Hollandais de BORN FROM PAIN, ne s'en font pourtant pas. Leur frontman est l'opposé de Baldur, il arpente la scène de gauche à droite comme un lion en cage. Discours costauds, gros bras, etc... Des vrais Tough Guys quoi ! Voilà l'image que je me faisais d'un groupe de Hardcore traditionnel. Et je ne suis pas déçu : le public est en furie et le pit à feux et à sang. Là c'est réellement dangereux je pense de s'y aventurer si on ne connait pas les codes du Hardcore. D'ailleurs je n'y vais pas ! Mais je me délecte du spectacle. Ça vole de partout, les mecs passent de la scène au pit en quelques secondes, les bras et les jambes passent à ras des visages des autres mosheurs. Beaucoup de monde par terre aussi, mais comme dans les concerts Metal, les gens se relèvent les uns les autres. Et heureusement ! En tout cas voilà mon premier vrai pit de Hardcore dans un vrai fest de Hardcore, et je peux aisément dire que nos "petits" mosh-pit dans les concerts Metal extrêmes font bien pâle figure à coté de ceux-ci... La violence elle est là ! Musicalement le gang Hollandais donne bien sûr dans le traditionnel, pas de grosse surprise, c'est du Hardcore à 100%. Quelques passages un peu plus mélodiques me laissent de marbre par contre (limite Metalcore j'ai trouvé), mais ils ne sont pas nombreux. 

On ressort de la salle en sueur, il fait forcément très chaud là-dedans ! Et nous regagnons nos lits douillets en attendant la journée de demain ! 


Samedi 31 mars

De retour au Jardin Moderne pour cette seconde et dernière journée du festival. Les portes ouvrent plus tôt aujourd'hui et la bagarre commence dès 17h. Cette journée sera, je ne vais pas vous le cacher, très arrosée : on dort sur place et on est chaud pour s'éclater. Donc certains détails m'auront sûrement échappés ! De plus je ne connais pas un seul groupe à l'affiche (mis à part 25 TA LIFE, de nom). 

Nous entrons dans la salle pour le concert des parisiens de WORST DOUBT. Nous avons hélas loupé les show de SHOOT FIRST et surtout des Rennais de MANTYS tout juste reformés pour le Superbowl. Une autre fois ! Bon, WORST DOUBT, ça rigole pas. Le groupe formé en 2014 balance un Hardcore/Metal bien violent et malsain. Une fois de plus ce coté Metal retient parfaitement mon attention et le concert passe à toute vitesse. Chant bien haineux, énorme son, agressivité toute métallique et pas de leçon de morale comme certains groupes Hardcore en raffolent. Voilà la recette, et ça me plait ce genre de musique ! Très bonne découverte.

Worst Doubt (photo : Brice Retout)

Je rate lamentablement NESSERIA, dont on m'a souvent vanté la qualité, pour cause d'apéro et je suis de retour pour HARM DONE. Les Nantais dont on parle beaucoup en ce moment (et en bien) j'ai l'impression, propose un Hardcore / Powerviolence bien efficace. Je ne suis pas fan du chant en mode Powerviolence, mais il faut avouer qu'il y'a de l'énergie à revendre sur scène. Musicalement, ça ne fait pas mine du tout et nos 4 nantais assomment le public à grands coups de Mosh bien sauvages. Ah oui je ne vous en ai pas encore parlé, mais le pit est déchaîné, encore pire qu'hier... Il va y avoir des bleus dimanche matin.

Harm Done (photo : Brice Retout)

Les Anglais de BACK DOWN qui jouent un Hardcore à l'Américaine ne font pas dans l'originalité, mais sont comme beaucoup de groupes de ce fest, très efficaces sur scène. Même chose pour les (encore) Anglais de LIFE BETRAYS US. A noter que ces derniers sont en tournée avec d'autres groupes de cette affiche en ce moment.

Life Betrays Us (photo : Brice Retout)

Les Belges de SURGE OF FURY me mettent eux une bien jolie baffe, c'est un peu La Mecque du Hardcore la Belgique en fait... Et le public toujours aussi furieux se livre à fond comme toujours. Il y en a qui doivent être complètement rincés après un tel fest ! C'est un véritable sport qu'être coreux ! Si mes souvenirs ne sont pas trop embrumés, ça doit être à ce moment de la soirée (ou plus tôt ? Ou plus tard ? je ne sais plus !) qu'on voit un camion de pompier quitter, tous gyrophares allumés, le site du Jardin Moderne... Il fallait bien que ça arrive !

Surge Of Fury (photo : Brice Retout)

Le groupe de Detroit ANTE UP donne lui aussi de méchants coups de boutoirs au public du Superbowl avec un Hardcore on ne peut plus traditionnel qui sonne très... Américain ! Musicalement on pense un peu à HATEBREED je trouve, en plus agressif certainement... surtout au niveau du chant. 

Arrive enfin la tête d'affiche de cette édition, les Américains de 25 TA LIFE. Et ce sera la déception pour moi ! La seule du festival. J'en attendais probablement trop, mais je ne pense pas être le seul étant donné la baisse d'intensité dans le pit. Mais ça aura un avantage, puisque j'en profite pour aller au milieu de cette fosse qui m'a tant fascinée pendant 2 jours ! "Enfin !" me direz-vous (mais je n'ai plus 20 ans, pour ma défense !). Je ressors donc de ce concert déçu par le groupe du New Jersey, mais à vrai dire ce n'est pas grave du tout. Des volées on en a tellement pris ce week-end...

Les pompiers le samedi soir, des habitués du Superbowl !

La soirée se termine dans une très bonne ambiance bien alcoolisée avec une after-party organisée dans la salle. Et là, on rigole bien en voyant certains faire du 2 step sur du Eiffel 65 ! Fin de festival très bon enfant, donc. Je me suis amusé comme rarement en tout cas et je suis content d'avoir découvert un monde qui m'était un peu (beaucoup) étranger. Heureux aussi d'avoir pu assister à des Mosh-pit réellement très intenses, comme on en voit dans certaines vidéos sur le net. Voir les chanteurs donner le micro au public pour que celui-ci chante les paroles, les remerciements chaleureux des groupes absolument tous très contents de jouer ici, le public au taquet et très présent à tous les concerts, les copains, les apéros... Bref tout ça et tout le reste font que je n'oublierai pas ce Superbowl de sitôt ! 

Face To Face, l'asso qui organise peut-être fière de cette réussite et annonce déjà un Summerbowl Of Hardcore pour cet été au même endroit, avec GET THE SHOT comme premier groupe annoncé ! Ça promet encore ! MOSH !


par Jus de cadavre le 06/04/2018 à 07:45
   480

Commentaires (1) | Ajouter un commentaire


SimonRNHC
@80.215.7.18
07/04/2018 à 01:46:12
Bienvenue

Ajouter un commentaire


Venomwolf

Stormriding Power

Salems Lott

Mask of Morality

Lusaroth

Esquizofrenia

Tranzig

Tranzig

The Amorettes

Born to Break

Stortregn

Emptiness Fills The Void

No One Is Innocent

Frankenstein

Vahrzaw

Husk

Erotic Psycho

The Lost Boyz

Sentient Horror

The Crypts Below

Ross The Boss

By Blood Sworn

Snakefeast

In Chaos, Solace

Brutal Kraut

Brutal Kraut

Transcendence

Hour of the Summoning

Speedclaw

Beast in the Mist

Tracy Grave

Sleazy Future

Gygax

2nd Edition

Slavery Farm

Reborn

Salty Dog

Lost Treasure

Vomitor

Pestilent Death

Machine Head

RBD / 13/04/2018
Metalcore

Mercyless + Metrodon + Dying Hope

Jus de cadavre / 10/04/2018
Death Metal

Interview - Anne-Sophie Remy (ROOM ME)

mortne2001 / 06/04/2018
Dark Folk

Superbowl Of Hardcore Festival 2018

Jus de cadavre / 06/04/2018
Hardcore

Concerts à 7 jours

Weedeater

01/05 : Le Ferrailleur, Nantes (44)

Ne Obliviscaris + Virvum + Allegaeon

01/05 : Le Gibus, Paris (75)

Ne Obliviscaris + Virvum + Allegaeon

02/05 : L'autre Canal, Nancy (54)

Ne Obliviscaris + Virvum + Allegaeon

28/04 : Rock School Barbey, Bordeaux (33)

+ Ne Obliviscaris + Virvum

29/04 : Le Ferrailleur, Nantes (44)

Weedeater

30/04 : Le Farmer, Lyon (69)

Photo Stream

Derniers coms

oui c'est clair que les enfants dans un lieu comme la Secret, ça surprend toujours ! d'autant plus que le son était particulièrement fort ce soir la :-)
merci pour le report !


"En tout cas je me faisais la remarque qu'on voit de plus en plus d'enfants aux concerts."
Je trouve aussi ! Et même parfois tout devant à quelques centimètres du pit... Bon... après les papa veillent certainement au grain, mais ça fait drôle.


Vu sur scène avec Malevolent au Hellfest il y'a quelques années : ça envoyait du très lourd. Déchaîné le bonhomme !


Haille... C'est une vieille et grande figure de la scène, un type simple, vrai et adorable comme on le croirait pas vu la férocité de son répertoire. J'espère sincèrement qu'il va s'en tirer et continuer à vivre sa passion.


Chuis perdu...C'est qui la grosse tete en fait ?


Je ne connaissais pas ce groupe avant, ça joue hyper bien, y'a aussi du Nocturnus j'ai trouvé dans certains passages. Mais j'ai du mal avec le concept, une fois passé l'humour des titres comparable à ce que fait Cannabis Corpse.


merci !
Pour ma part j'ai été découragé par leur dernier album, même si je sais que c'est une valeur sure en live, faut bien faire un choix !
Partie remise !


Bordel le mec il vient pigner..on peut quand même donner son avis ! Si on te dit que c’est a chier c’est juste honnête.
T’en a qu’on une putain de grosse tete quand même !
Bon a part ça,Metrodon excellent mais j’etais la pour Mercyless.


Sur la période considérée, Napalm' est passé du grand classique fondateur à une véritable légende en enchaînant des albums de qualité autour d'un style définitivement balisé, tout en veillant à agrémenter chacun d'une ou deux expérimentations originales pour éviter la parfaite routine(...)


Fate, féminin de l'adjectif fat. Je reconnais, c'est un mot assez désuet maintenant, mais qui veut bien dire ce que je voulais dire.


https://hiazm.bandcamp.com/album/letters

Next LP from Gortaigh


New LP from Gortaigh: https://hiazm.bandcamp.com/album/letters

Poem and Sludge


Epique à souhait bordel !
Merci mortne2001 pour cette belle découverte.


Et ben putain !
Fait quand même bien mieux vivre en France hein...
(Malgré tout)


Jus de cadavre + 1 !
Très, très beau live report d'un groupe qui, à mon sens, est mort et enterré depuis 1999.


Excellent report! Merci bcp. Même s'il y a qques passages que je n'ai pas forcément compris...Ex: Une grande gueule agaçante et attachante, volontiers fate => fate?


Simony*


Aaaahhh !!!
Une pensée émue pour le Géant Vert !
Ça c'est cool Symony...
Autant pour lui que pour les fans...


Mercyless était en Bretagne pour d'autres dates. Ils ne sont pas venu de Mulhouse juste pour une date à Rennes (dans un rade qui en effet ne se prête pas bien à ça...). Mais c'est vrai que 30 minutes c'était beaucoup trop court...


Concert pathétique. Les groupes étaient bons, surtout Metrodon et bien entendu Mercyless mais l'organisation était à chier que ce soit au niveau de l'asso ou du bar (un troquet qui pue la pisse et le punk à chien). Faire venir des mecs de Mulhouse avec une telle réputation (j'adore Mercyless) (...)