Un samedi comme les autres, un temps clément, et un groupe de Thrash old-school entre les feuilles. Que pourrait-il m’arriver de mieux finalement ? D’autant plus que le groupe en question n’est pas du genre à bâcler le travail pour alimenter sa discographie et pourrir les colonnes des webzines. Formé en 2001 du côté de Cagliari en Sardaigne, ce quatuor (Antonio Sanna: guitare/chant, Fabio Sinibaldi: basse, Daniele Manca: guitare et Michele Sanna: batterie), a d’abord patienté jusqu’en 2009 pour nous offrir sa première démo (Coma), puis 2014 pour faire noter son premier longue durée (Mindless) par la presse internationale et juger par le public européen. Et c’est donc cinq ans plus tard que nous découvrons la suite de leurs aventures, sous la forme d’un nouveau long, qui a su gagner la confiance déjà accordée par Punishment 18 Records qu’on trouvait à la promotion de leur premier jet. Pas étonnant que ce label très actif ait souhaité continuer d’accompagner nos amis transalpins, puisque la qualité est encore une fois au rendez-vous de ce Disorder. Il risque d’ailleurs d’en causer dans votre organisme, spécialement si celui-ci est réceptif aux assauts antiques de la Bay Area et du Thrash en général, puisqu’il s’applique à en reproduire les symptômes pour en singer la maladie, à grand renfort de rythmiques véloces, de riffs féroces et de lignes de chant plutôt rosses. Et si d’aventure ce groupe vous était inconnu, son style et son rendu sont assez simples à visualiser auditivement. Tentez d’imaginer du SLAYER repris par un groupe allemand, et chanté par Bobby Ellsworth d’OVERKILL. Si vous y parvenez, alors vous aurez déjà bien assimilé ce qui vous attend sur le premier morceau « Cursed to Mankind », qui place les pions sur l’échiquier en envoyant valser le fou d’un headbanging acharné.

Citant comme influences SLAYER, METALLICA, OVERKILL, ANTHRAX, SEPULTURA, mais plus généralement les scènes US et germaine, COMA est pourtant bien plus qu’un simple combo vintage se contentant de recycler les plans de ses arrière-grands-parents. On sent dans l’attaque du mordant, des décisions plus modernes, et une envie de se rapprocher d’un Groove Metal actuel sans trahir les dogmes d’origine. Glissant parfois quelques allusions à la scène Néo Thrash/Death scandinave des années 90, Disorder est donc une affaire d’ouverture d’esprit, et de méchanceté peu diluée et accommodée. Toujours prompts à adopter les variations pour ne pas lasser, les italiens, dès la première moitié de leur second album montrent qu’ils ne sont pas de vulgaires faussaires, et empruntent dès « Ropes » des chemins de traverse, suggérant que le KREATOR du nouveau siècle aurait pu influencer les AT THE GATES et autres SOILWORK. Même sens de la mélodie dans la violence, même envie de frapper autrement qu’en collant de simples coups de boule, avec en sus des arrangements malins et de fréquents changements de tempo. C’est donc très futé, malgré une vitesse de croisière qui rappelle souvent le meilleur de la scène Thrashcore US et du mouvement plus fondamentalement Thrash allemand, et presque tout le temps inspiré, malgré un timing très concentré et des morceaux qui ne dépassent que très rarement les trois minutes et quelques.

Attention toutefois à ne pas voir de louanges déplacées dans mon discours. Si la variété est une carte maîtresse du quatuor, son originalité n’est toutefois pas des plus criantes. Il s’agit plutôt d’une sorte de Crossover à grande échelle que d’une appropriation des codes pour les transcender, et on sent clairement sur un titre comme « Blood Fades To Ice » que les COMA ont bien appris leurs leçons, et qu’ils les récitent à leur façon. Antonio Sanna, de sa voix très aigue et criarde pourra gêner ceux qui préfèrent les organes profonds et graves, mais son timbre s’adapte parfaitement à un instrumental qui fait feu de tout bois et qui montre des signes d’hystérie globale. D’ailleurs, lorsque le groupe se lâche et multiplie les pirouettes et figures, l’ensemble tient parfaitement en place et fait preuve d’une folie que l’on entend que très rarement (« Nightmare », la jonction entre la décennie des OVERKILL et celle des AT THE GATES, le tout sur un tempo qu’EXODUS n’aurait pas boudé). En gros comme en détail, un album qui sait qu’il n’a pas inventé la poudre, mais qui la fait parler avec efficacité et sagacité, en faisant preuve d’un flair indéniable dans les transitions, et en lâchant des riffs et des soli tous plus fédérateurs les uns que les autres. A tel point qu’on frise parfois le Techno-Thrash à la BELIEVER, sans sombrer dans les affres de la prétention équilibriste.

Instincts mélodiques à la TESTAMENT mâtiné de PANTERA qui reprend « Planet Caravan » (« Ascending to Disorder »), affolement soudain qui se rapproche du plus velu de la sidérurgie allemande (« FBH », on dirait presque le ASSASSIN de « Baka », c’est dire si ça pousse derrière), pulsions en contretemps qui se remémorent les massacres d’antan (« Alive », encore un truc que les OVERKILL et KREATOR auraient pu se partager autour d’un café), la diversité est donc de mise et rend cet album beaucoup plus fascinant qu’on aurait pu le penser. Et à la rigueur, en extrapolant un peu, il est possible d’y voir un avenir plus radieux que prévu pour la vague nostalgique actuelle, qui a souvent tendance à s’empêtrer dans ses travers de copie carbone. Et comme pour bien affirmer sa singularité, COMA termine sa course avec un effort de longue haleine, et un « Buried » qui au contraire sonne comme l’émergence pleine de vie d’un outsider qui a tout pour devenir un leader. Avec en sus une production impeccable signée Francesco Paoli (FLESHGOD APOCALYPSE), Disorder à tout du chien dans un jeu de quilles, parfaitement satisfait d’avoir pissé sur la norme pour marquer son territoire.     

 

               

Titres de l'album :

                        1. Cursed to Mankind

                        2. Time

                        3. Ropes

                        4. Blood Fades to Ice

                        5. Nightmare

                        6. Ascending to Disorder

                        7.  FBH

                        8. Alive

                        9. Trained to Pain

                        10.  Buried

Facebook officiel


par mortne2001 le 25/08/2019 à 14:10
85 %    56

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Block Buster

Losing Gravity

Metalian

Vortex

Ancient Moon

Benedictus Diabolica, Gloria Patri

The Defiants

Zokusho

Lee Aaron

Power, Soul, Rock N' Roll – Live in Germany

Aphrodite

Lust and War

Freternia

The Gathering

Urkraft

Our Treacherous Fathers

Monarque

Jusqu’à la Mort

Black Star Riders

Another State Of Grace

Sacral Night

Ancient Remains

Kryptos

Afterburner

Immortal Bird

Thrive On Neglect

Korn

The Nothing

Damim

A Fine Game Of Nil

Kobold

Masterpace

Warvictims

The Horse and Sparrow Theory

Dead Heat

Certain Death

Void King

Barren Dominion

The New Death Cult

The New Death Cult

Death Feast Open Air 2019

Mold_Putrefaction / 19/09/2019
Brutal Death Grind

Dopethrone + Wormsand

RBD / 12/09/2019
Doom

DISOWNING, Interview avec Butcher (chant)

youpimatin / 10/09/2019
Death Metal

Concerts à 7 jours

Flush!! + Xbreak Outx

26/09 : L'ambuscade, Lyon (69)

+ Elyose + Ancient Bards

26/09 : Le Gibus, Paris (75)

Mars Red Sky + Lysistrata + It It Anita

27/09 : La Nef, Angoulême (16)

Pictured + Evilness + Gengis

27/09 : Le Spot, Spézet (29)

A Very Sad Story + Cleaver

27/09 : Le Dropkick, Reims (51)

Vola + Arch Echo + Rendezvous Point

27/09 : Hard Rock Café, Lyon (69)

Misþyrming + Vortex Of End + Darvaza

27/09 : Le Gibus, Paris (75)

Bliss Of Flesh + MÖhrkvlth + Vosegus

28/09 : Espace Leo Ferre, Brest (29)

Alea Jacta Est + Stinky + Wank For Peace

28/09 : Le Rex, Toulouse (31)

Blood Ages + Pray Manticore + From Dusk To Dawn

28/09 : Ecole Des Filles, L'isle-bouzon (32)

Pictured + Evilness + Gengis

28/09 : La Fontaine De Brocéliande, Saint-péran (35)

Fange + Grist + Verdun

28/09 : Molodoï, Strasbourg (67)

Malkavian + Warband + Shut The Fuck Up

28/09 : Rock'n'eat, Lyon (69)

Temple Of Baal + Archgoat + Au Champ Des Morts

28/09 : Le Petit Bain, Paris (75)

Furies + Nemost + No Return

28/09 : Salle Claude Pouillet, Evry-gregy-sur-yerres (77)

Monarch! + Vouna

28/09 : L'hélice, Toulon (83)

Promethean + Chapel Of Disease + Sulphur Aeon

29/09 : Le Glazart, Paris (75)

Photo Stream

Derniers coms

respect total à Sylvain ainsi qu' à tous les membres d'underground investigation pour leur investissement personnel afin de pouvoir aboutir chaque année à la mise en place de toutes ces journées concerts et ce depuis des lustres. Organisation au top, gentillesse des organisateurs, choix des gro(...)


Effectivement super petite association de gaillards passionnés et surtout très sympas.
J'ai déjà fait à maintes reprises le trajet jusque Fismes histoire de voir sur scène mais aussi backstage (bah oui, j'suis un gros fana de dédicaces... Une putain de groupie quoi...) des groupes ou de(...)


Aaah !
Effectivement, tu t'étais mal exprimé alors...
Vaut mieux ça.
J'ai déjà connu des têtes de con au niveau sécu mais là, cela faisait un peu beaucoup tout de même.


Vraiment très bonne chronique qui m'a donné envie de redécouvrir ce magnifique album.


J'aime burn excoriate et merci pour la piqure de rappel avec gurkkhas


Une excellente de putain de bonne nouvelle !!


@humungus : j'ai dû mal m'expliquer. Le type a été balancé du public par dessus la barrière et est retombé bien lourdement derrière quoi. Pas sur ses guiboles... et les gars de la secu l'ont relevé ensuite. ;)


Artwork horrible. En espérant qu'il sera un peu plus solide que le dernier.


1) Inutile de dire que ce report et une fois de plus hyper complet.
Cela devient vraiment lassant d'écrire ça à chaque fois mec...
2) "Pour manger, c’est soit des frites, soit une part de pizza"
QUOÛÛÛAH ?!?!
Pas de stands vegano-pakistanais sur ce genre de fest ? Imp(...)


1) JTDP + 1.
2) "Un spectateur un peu plus chaud que les autres passe par-dessus la barrière suite à un slam qui tourne mal et s'écrase juste devant la scène ! la volée qu'il a pris le mec !"
Donc si j'ai bien suivi, un spectateur passe par dessus les barrières (involontairement qu(...)


Bah vu qu'Exodus est plus en moins en stand-by tant que Holt n'en a pas fini avec Slayer, Altus a bien raison de réactiver Heathen. Perso c'est une excellente nouvelle, qui sera encore meilleure si je parviens à voir le groupe live.


Des piges Heathen, le mec est dans Exodus aujourd'hui je savais pas que ça tourné encore.


Et bien, une chronique de Freternia, si je m'attendais à ça! J'avais en effet totalement perdu de vu ce groupe, disparu des radars et visblement peu regretté. A l'époque (et cela ne nous rajeunit pas), j'avais été emballé par le côté épique du 1er album, mais j'avais trouvé le second part(...)


Bravo pour ce report exhaustif. Sur ce genre de festival je suis certain que je me calerais plutôt sur les têtes d'affiche, si j'y allais. Elles sont plus de ma génération (je confirme en passant que Decapitated a été un groupe majeur alors) et je trouve que les vieilles écoles étaient plus (...)


Cela a été corrigé, ce sera bien le 2 mai à Toulouse, un samedi.


"Pendant ce temps là le batteur de KORPSE fait un slam, et une nana vomit à côté de moi, parfait" xD !

Sinon excellent report Mold, comme d'habitude. Tu m'impressionne à tout voir / tout retenir comme ça ! Le gros kiff sur Waking tu m'as tué ;)


Excellent album ! Plus dynamique que le précédent tout en gardant cette lourdeur et cette hargne si caractéristiques du groupe !


merci beaucoup pour ce report, concis et précis...et merci de faire suivre l'actualité du brutol jusqu'à Roazhon...
Et enfin cimer pour Smat's...
ROM1 - KDS CREW


Hihi, je savais que c'était fait pour toi... :-D


Cette affiche... J'en rêvais... ... ...