Un samedi comme les autres, un temps clément, et un groupe de Thrash old-school entre les feuilles. Que pourrait-il m’arriver de mieux finalement ? D’autant plus que le groupe en question n’est pas du genre à bâcler le travail pour alimenter sa discographie et pourrir les colonnes des webzines. Formé en 2001 du côté de Cagliari en Sardaigne, ce quatuor (Antonio Sanna: guitare/chant, Fabio Sinibaldi: basse, Daniele Manca: guitare et Michele Sanna: batterie), a d’abord patienté jusqu’en 2009 pour nous offrir sa première démo (Coma), puis 2014 pour faire noter son premier longue durée (Mindless) par la presse internationale et juger par le public européen. Et c’est donc cinq ans plus tard que nous découvrons la suite de leurs aventures, sous la forme d’un nouveau long, qui a su gagner la confiance déjà accordée par Punishment 18 Records qu’on trouvait à la promotion de leur premier jet. Pas étonnant que ce label très actif ait souhaité continuer d’accompagner nos amis transalpins, puisque la qualité est encore une fois au rendez-vous de ce Disorder. Il risque d’ailleurs d’en causer dans votre organisme, spécialement si celui-ci est réceptif aux assauts antiques de la Bay Area et du Thrash en général, puisqu’il s’applique à en reproduire les symptômes pour en singer la maladie, à grand renfort de rythmiques véloces, de riffs féroces et de lignes de chant plutôt rosses. Et si d’aventure ce groupe vous était inconnu, son style et son rendu sont assez simples à visualiser auditivement. Tentez d’imaginer du SLAYER repris par un groupe allemand, et chanté par Bobby Ellsworth d’OVERKILL. Si vous y parvenez, alors vous aurez déjà bien assimilé ce qui vous attend sur le premier morceau « Cursed to Mankind », qui place les pions sur l’échiquier en envoyant valser le fou d’un headbanging acharné.

Citant comme influences SLAYER, METALLICA, OVERKILL, ANTHRAX, SEPULTURA, mais plus généralement les scènes US et germaine, COMA est pourtant bien plus qu’un simple combo vintage se contentant de recycler les plans de ses arrière-grands-parents. On sent dans l’attaque du mordant, des décisions plus modernes, et une envie de se rapprocher d’un Groove Metal actuel sans trahir les dogmes d’origine. Glissant parfois quelques allusions à la scène Néo Thrash/Death scandinave des années 90, Disorder est donc une affaire d’ouverture d’esprit, et de méchanceté peu diluée et accommodée. Toujours prompts à adopter les variations pour ne pas lasser, les italiens, dès la première moitié de leur second album montrent qu’ils ne sont pas de vulgaires faussaires, et empruntent dès « Ropes » des chemins de traverse, suggérant que le KREATOR du nouveau siècle aurait pu influencer les AT THE GATES et autres SOILWORK. Même sens de la mélodie dans la violence, même envie de frapper autrement qu’en collant de simples coups de boule, avec en sus des arrangements malins et de fréquents changements de tempo. C’est donc très futé, malgré une vitesse de croisière qui rappelle souvent le meilleur de la scène Thrashcore US et du mouvement plus fondamentalement Thrash allemand, et presque tout le temps inspiré, malgré un timing très concentré et des morceaux qui ne dépassent que très rarement les trois minutes et quelques.

Attention toutefois à ne pas voir de louanges déplacées dans mon discours. Si la variété est une carte maîtresse du quatuor, son originalité n’est toutefois pas des plus criantes. Il s’agit plutôt d’une sorte de Crossover à grande échelle que d’une appropriation des codes pour les transcender, et on sent clairement sur un titre comme « Blood Fades To Ice » que les COMA ont bien appris leurs leçons, et qu’ils les récitent à leur façon. Antonio Sanna, de sa voix très aigue et criarde pourra gêner ceux qui préfèrent les organes profonds et graves, mais son timbre s’adapte parfaitement à un instrumental qui fait feu de tout bois et qui montre des signes d’hystérie globale. D’ailleurs, lorsque le groupe se lâche et multiplie les pirouettes et figures, l’ensemble tient parfaitement en place et fait preuve d’une folie que l’on entend que très rarement (« Nightmare », la jonction entre la décennie des OVERKILL et celle des AT THE GATES, le tout sur un tempo qu’EXODUS n’aurait pas boudé). En gros comme en détail, un album qui sait qu’il n’a pas inventé la poudre, mais qui la fait parler avec efficacité et sagacité, en faisant preuve d’un flair indéniable dans les transitions, et en lâchant des riffs et des soli tous plus fédérateurs les uns que les autres. A tel point qu’on frise parfois le Techno-Thrash à la BELIEVER, sans sombrer dans les affres de la prétention équilibriste.

Instincts mélodiques à la TESTAMENT mâtiné de PANTERA qui reprend « Planet Caravan » (« Ascending to Disorder »), affolement soudain qui se rapproche du plus velu de la sidérurgie allemande (« FBH », on dirait presque le ASSASSIN de « Baka », c’est dire si ça pousse derrière), pulsions en contretemps qui se remémorent les massacres d’antan (« Alive », encore un truc que les OVERKILL et KREATOR auraient pu se partager autour d’un café), la diversité est donc de mise et rend cet album beaucoup plus fascinant qu’on aurait pu le penser. Et à la rigueur, en extrapolant un peu, il est possible d’y voir un avenir plus radieux que prévu pour la vague nostalgique actuelle, qui a souvent tendance à s’empêtrer dans ses travers de copie carbone. Et comme pour bien affirmer sa singularité, COMA termine sa course avec un effort de longue haleine, et un « Buried » qui au contraire sonne comme l’émergence pleine de vie d’un outsider qui a tout pour devenir un leader. Avec en sus une production impeccable signée Francesco Paoli (FLESHGOD APOCALYPSE), Disorder à tout du chien dans un jeu de quilles, parfaitement satisfait d’avoir pissé sur la norme pour marquer son territoire.     

 

               

Titres de l'album :

                        1. Cursed to Mankind

                        2. Time

                        3. Ropes

                        4. Blood Fades to Ice

                        5. Nightmare

                        6. Ascending to Disorder

                        7.  FBH

                        8. Alive

                        9. Trained to Pain

                        10.  Buried

Facebook officiel


par mortne2001 le 25/08/2019 à 14:10
85 %    107

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Slave One

Omega Disciples

Adx

Bestial

Alerta

Tu Decides El Final

Metalite

Biomechanicals

Kludde

In De Kwelm

Equilibrium

Renegades

Darktribe

Voici l’Homme

Depraved

Raped Innoncence

High Command

Beyond the Wall of Desolation

Poppy

I Disagree

7 Weeks

Sisyphus

Engulf

Transcend

Witchgrove

Goetic Songs

Aerodyne

Damnation

Assassin's Blade

Gather Darkness

Heathen

Evolution In Chaos

Kmfdm

Paradise

Elfika

Secretum Secretorum

Melechesh + W.E.B. + Selvans

RBD / 21/01/2020
Black Death Metal

Godspeed You ! Black Emperor

RBD / 25/11/2019
Drone

BEHIND THE DEVIL #12 Interview avec David de SHARE YOUR PAIN RECORDS

L'Apache / 20/11/2019
Depressive Black Metal

Concerts à 7 jours

Gloryhammer + Nekrogoblikon + Wind Rose

01/02 : Ninkasi Kao, Lyon (69)

Gloryhammer + Nekrogoblikon + Wind Rose

28/01 : Le Trabendo, Paris (75)

Gloryhammer + Nekrogoblikon + Wind Rose

29/01 : Le Metronum, Toulouse (31)

+ Father Merrin + Ataraxie

31/01 : Le Klub, Paris (75)

Photo Stream

Derniers coms

Mais non... C'est quoi ce debut d'année pourri.


Bizarre, le communiqué a disparu des réseaux sociaux depuis...


Même si ce n'est pas franchement une surprise, c'est tout de même une bien triste nouvelle, Absu étant un groupe cher à mon cœur... Ne reste plus qu'à espérer que le dernier album verra quand même le jour.


Rammstein pas nommé ?


Pour la musique comme pour le sport, ce dimanche était vraiment une journée de merde.


Il vaut mieux en rire...


C'était vraiment un batteur exceptionnel et novateur.
Il n'a peut-être pas fait la carrière à laquelle il aurait pu aspirer (à cause de l'instabilité de ses groupes) mais je suis convaincu qu'il laisse un héritage important


Houff... bien que je sois beaucoup plus fan de Death que de Cynic, ça fait un choc. Je l'avais vu en 2008 avec Cynic quand ils tournaient avec Opeth, le premier album après reformation venait de sortir.


Oui très impressionnant sur scène, il faisait tous les backing vocals en plus. Il n'avait que 20 ans à l'époque. Un tueur.


Vu sur scène avec Nile à l'époque : ce mec était un monstre avec son instrument ! Pour son premier concert avec le groupe il avait appris les morceaux de la setlist en seulement 3 jours...


le renouveau de la merde musicale


Achat obligatoire prochain !


Pas particulièrement convaincu. Peut-être à ré écouter...


J'ai pas tenue plus d'une minute, pourtant comme bien d'autres parmi nous je suis plutôt éclectique et assez bon public, mais là je suis comme les mecs dans le clip, c'est ennuyeux...


"le premier vecteur d’appréciation d’une œuvre, c’est sa capacité à déranger et à bousculer."
Ah bon ?
Si Bach avait su ça il se serait pas fait chier avec ses contrepoints


C'est effectivement très court, mais ça semble bien sonner à mes oreilles de néo-amateur du groupe. J'attends la suite !


Superbe pochette !!


Comme toi Fabrice, et billet en poche.


Trop peut pour ce faire une idée, bon ça ressemble a du Nightwish classique, on va devoir encore attendre.


Initiative à supporter !