Etre Grec de nos jours n’est pas chose facile…Entre un chômage galopant qui se gangrène aux alentours des trente ou quarante pour cent, une opposition gouvernementale constante défiant le sacro-saint patriarcat Européen par de fréquentes provocations envers l’Allemagne via l’ancienne dette de guerre nazie, et une population qui ne sait plus où donner de la confiance, entre les anti-austérité et les pro-stabilisation économique, la liberté de création se retrouve peut-être comme la seule alternative à un avenir morose, peu propice à l’imagination et aux dérives oniriques, qui sont les seules à vous permettre d’échapper à une sinistre condition de laissés pour compte de la ruine…

Un système qui se condamne à tourner en rond, comme le serpent d’Eden qui roulait sa queue pour fourcher sa langue autour d’une pomme que le peuple désire croquer comme pêché ultime ?

Possible…Mais en ces temps de crise qui enfonce encore un peu plus les enfants du Pirée dans les abysses de la dépression, seule la musique et l’art en général ont encore une chance d’offrir autre chose qu’un futur de carte postale que les touristes agglutinés autour de l’Acropole enverront machinalement à leurs amis qui ne les liront pas…

Ambiance, ambiance, c’est dans celle-ci que le trio HAIL SPIRIT NOIR dispense ses albums à intervalles réguliers depuis sa formation en 2010 sur les cendres de TRANSCENDING BIZARRE et REX MUNDI. Après un Pneuma qui avait subtilement attiré l’attention sur eux, un Oi Magoi qui se laissait dériver au long d’une sinuosité Jazzy assez étrange, Hans (synthé), Theoharis (guitare et chant) et J.Demian (basse, guitare acoustique) reviennent passer le cap difficile du troisième effort, sans pourtant donner l’impression d’en faire.

Pour les néophytes, qui sont sans doute encore assez nombreux, HAIL SPIRIT NOIR est une créature étrange, qui plonge son regard dans des influences miroir disparates, situées en convergence de mouvances contraires. Une association contre nature entre le progressif des 70’s, le Black Metal moderne des années 90, le Post Rock sans époque, qui assimile le tout pour en extraire un nectar qui a la douceur du Xérès et l’arôme prononcé de l’ouzo dilué dans l’eau.

En gros, une substance liquoreuse un peu douce-amère, que l’on a du mal à expliquer et à décomposer, mais qui procure une douce ivresse pour peu que l’on s’abandonne à ses effluves.

Le premier album, Pneuma, jetait les bases, et exprimait la liberté de ton. Oi Magoi la conservait, mais se libérait des carcans en explorant les méandres d’un Post Black à tendance jazz discrète, histoire de ne pas se répéter. Mayhem in Blue, c’est un peu le Rhapsody in Blue des Grecs, avec un Gershwin qui aurait laissé sa place de conducteur à Ian Anderson ou Syd Barrett, pour se plonger dans la culture d’une décennie de progressif/psychédélique pas si planant que ça, aux images hallucinatoires très prononcées, et…diurnes. L’enivrement sans surdose, et l’oubli sans la dépendance. Mais il est clair qu’une fois de plus, HAIL SPIRIT NOIR a joué la carte de la diversité sans tomber dans le piège de la perdition dans l’hétéroclisme trop prononcé, puisque son troisième album est d’une cohérence indéniable, même dans ses moments les plus flottants…

On pense parfois à OPETH, à KATATONIA, aux délires des NACHTMYSTIUM, FLEURETY, ou même à un VIRUS moins monolithique et sûr de lui, et évidemment au passé TRANSCENDING BIZARRE des musiciens. En gros, une synthèse de tout ce que le Black, l’occulte, le Doom, et l’avant-garde ont pu produire de plus original et viable depuis une bonne vingtaine d’années.

Car délirer et se laisser seul maître à bord, c’est bien, encore faut-il savoir garder le bon cap pour arriver à bon port, même si celui-ci est au milieu de nulle part…

Comme tout groupe utilisant le BM comme argument et non comme philosophie, les moments les plus convaincants de ce troisième album ne sont pas faits de blasts, de hurlements stridents et de riffs circulaires. Ils s’organisent plutôt autour d’instrumentations bizarres, se satisfaisant d’une flûte, d’un orgue Hammond purement seventies, et de mélodies alambiquées. La puissance n’est donc pas à chercher du côté de la brutalité, mais plutôt dans ces instants de fausse frivolité qui sont finalement les plus enrichissants.

Parfois, les deux tendances s’entremêlent dans un canevas parfaitement ouvragé, comme sur l’ouverture plutôt franche et rapide de « I Mean You No Harm », lâché en éclaireur et synthétisant parfaitement le sens de l’aventure psychédélique des seventies et le BM grouillant scandinave de la fin des nineties.

Up tempo qui dégénère en crises de blasts aigues, riff franc souligné d’arrangements cosmiques, chant abrasif qui ne se perd pas en conjectures, c’est visiblement le « hit » de l’album, en tout cas la composition la moins capricieuse qui saura séduire les plus assoiffés de violence et qui aura l’impact le plus immédiat sur scène.

Mais « Mayhem in Blue » a tôt fait de rétablir la balance du déséquilibre, et oppose des sonorités de flûtes à une ambiance délétère, justifiant en moins de huit minutes l’appellation incontrôlable « Progressif », avec son climat singeant les délires de JETHRO TULL/ MAGMA et les irritations cutanées de MAYHEM/OPETH.

Longue suite qui instaure des couleurs sombres délavées et un mystère presque palpable, c’est la transposition en musique du rituel étrange ornant cette superbe pochette et qui soulève beaucoup plus de questions qu’elle n’apporte de réponses.

Cordes, vents, interludes apaisants mais inquiétants et mélodies surannées….

Le carnaval du bizarre qui ne doit pourtant rien à CATHEDRAL mais qui paie sa dime aux YOUNG GODS éclate sur l’homérique (question de mythologie) « Lost In Satan’s Charms », qui effectivement nous perd le long de son labyrinthe du passé/présent. Longue intro grandiloquente et processionnelle, striée de piques de cordes discrètes mais métronomiques, et puis l’entrée des percussions annonce un passage dans une autre dimension, celle où le Black et le Metal progressif peuvent cohabiter sans se marcher sur les nerfs.

Et si la double grosse caisse trop compressée vient oppresser les déviances les plus légères, on pardonnera vite cette erreur de production flagrante au vu des idées exposées, qui se veulent reflet négatif les unes des autres. Guitare typiquement NWOBHM, chant véhément, tierces, accélérations, abrutissements via des couches superposées, insertion d’un banjo sorti de nulle part, c’est sans doute le morceau phare de ce troisième LP qui l’admet d’ailleurs implicitement.

Et qui est contredit explicitement par un final aussi incongru que délicieux, avec ce sublime « How To Fly In Blackness », qui n’est que délicatesse harmonique, et qui revient aux fausses sources du FLOYD de Gilmour, tout en caressant l’espoir d’un renouveau mélodique abstrait à la OPETH/YES. Guitare orientale, couches de synthé envahissantes, c’est un épilogue en demi-teinte qui laisse une impression vraiment bizarre, et qui tout en affirmant ce qui a déjà été énoncé, offre des perspectives absconses et différentes….        

 

Avec Mayhem in Blue, HAIL SPIRIT NOIR change tout en restant le même concept imprévisible, capable de muter sans changer de peau d’album en album.

Oubliées les volutes jazz de Oi Magoi, bonjour aux sonorités moites d’il y a quarante ans, et ceci, tout en gardant son propre ADN intact en cas de clonage qui serait impossible à mener à bien. Un disque envoutant, comme d’habitude, aussi violent qu’il n’est en paix avec lui-même, et qui échappe une fois de plus à toute catégorisation trop fermée.

 La Grèce, ses musiciens, et son avenir flou en pointillés. Un enfer pavé de flots bleus qui vous envoie au ciel tout en vous promettant le retour de Lucifer sur terre…


Titres de l'album:

  1. I Mean You Harm
  2. Mayhem in Blue
  3. Riders to Utopia
  4. Lost in Satan's Charms
  5. The Cannibal Tribe Came from the Sea
  6. How to Fly in Blackness

Bandcamp officiel



par mortne2001 le 06/11/2016 à 10:45
85 %    399

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Acid Reign

The Age Of Entitlement

Babymetal

Metal Galaxy

Numen

Iluntasuna Besarkatu Nuen Betiko

Mister Misery

Unalive

Goatess

Blood And Wine

Laetitia In Holocaust

Fauci Tra Fauci

Vhs

We're Gonna Need Some Bigger Riffs

Municipal Waste

The Last Rager

Magic Pie

Fragments of the 5th Element

Metallica

S&M 2

Spread Eagle

Subway To The Stars

Eggs Of Gomorrh, Sarinvomit

Encomium of Depraved Instincts

Klone

Le Grand Voyage

The Neptune Power Federation

Memoirs of a Rat Queen

Hatriot

From Days Unto Darkness

Throes

In The Hands Of An Angry God

Enforced

At The Walls

Exhumed

Horror

Sekkusu

Satyromania

Soren Andersen

Guilty Pleasures

Violent Instinct

Simony / 15/10/2019
Roman

Bloodshed Fest 2019

Mold_Putrefaction / 13/10/2019
Crust

British Steel Saturday Night VIII

Simony / 13/10/2019
Heavy Metal

Interview ABBYGAIL

JérémBVL / 11/10/2019
Abbygail

Concerts à 7 jours

Chaos E.t. Sexual + Moonskin + Barabbas

19/10 : Le Klub, Paris (75)

+ Gutalax + Spasm

21/10 : Le Glazart, Paris (75)

Photo Stream

Derniers coms

Des réponses sans langue de bois, comme on pouvait s'y attendre avec Shaxul. Un personnage !
En tout cas chapeau pour le travail accompli. La scène underground c'est uniquement grâce à des mecs comme lui qu'elle vit (même si c'est difficile aujourd'hui oui...). Le constat est sombre cert(...)


Oui, superbe album. Surtout que c'est le vieux fan que je suis qui parle. Certes, c'est moderne et différent mais la réussite est totale !!


Sur les extraits clippés présentés, je leur trouve un (gros) côté AVATAR aussi, non ? En tout cas, c'est efficace, aussi bien visuellement que musicalement !


Pareil que Kerry King, je reste sur Burn My Eyes (vus pour ma part avec Emtombed début années 90) et The Blackening qui reste un excellent disque. Pour le reste, je passe mon tour, mais live, ça sonne différemment en fonction de l'orientation de l'album en promotion. La tournée Locust fut bien (...)


Pareil vinyle d'époque et compile d'Agressor sortie il y a peu pour la version CD. Bon, les morceaux inédits, ce sont les démos ?


Ils ont pas dû aimé Secondé B...


C'est parce que j'ai loupé cette tournée à l'époque que j'ai la motivation dès que le Flynn Band passe dans mon périmètre.

Machine Head est en pleine refondation. C'est un moment très ressemblant, en plus important, à la période de gestation de "Through the Ashes...". Ce titre(...)


Morceau pas terrible voire assez ridicule, mais je serai à Lyon et pourtant j'ai bien plus de 25 ans. Ça me rappellera leur tournée avec meshuggah et mary beats jane.


J'aime et j'aime pas Machine Head suivant les albums, mais en live c'est très bon.


Très belle pochette.


Machine Head a quand meme m'y un bon coup de pied au cul a pas mal de monde sur Burn My eyes.

Le reste n'a rien d'extraordinaire, sauf le second et the blackening qui sont de bon défouloir.

Les deux albums Neo c'est du pompage pour surfer sur la vague.


Machine Head a quand meme m'y un bon coup de pied au cul a pas mal de monde sur Burn My eyes.

Le reste n'a rien d'extraordinaire, sauf le second et the blackening qui sont de bon défouloir.

Les deux albums Neo c'est du pompage pour surfer sur la vague.


Excellente nouvelle


Arrêtez, merde, je me prends un sale coup de vieux à cause de vous ! ^^


Il était meilleur dans VIO-LENCE, c'est clair...


Achat obligatoire !! Même si je l'ai en vinyle d'époque, hé, hé...


AH AH AH !!!
Superbe vanne de quarantenaires effectivement...


Buck Dancer + 1.


J'ai jamais aimé, ni même en encadrer Machine Head et j'ai pourtant essayé. En plus Robb Flynn me paraît insupportable sur scène.... Mais 3h30 de concert et ça sur quasiment toute les tournées c'est RESPECT.


Merci pour la piqûre de rappel sur la sortie de ce nouvel album, dont j'étais passé à côté. A l'écoute du titre sorti il y a quelques semaines, Chritus manquait, mais le côté un peu plus direct du morceau n'était pas fait pour me déplaire. J'espère, en tout cas, un aussi bon album que le(...)