Attention, ceci n’est pas à proprement parler un nouvel album du projet THE ALGORITHM, mais un simple EP compagnon/extension du dernier LP Brute Force, sorti en avril de cette année.

Il comprend donc quatre morceaux, dont trois inédits, plus un remix de « Floating Point », élaboré par la légende du cru Drumcorps, ce qui en soi, constitue quand même un prolongement intéressant des travaux récents de notre expert en informatique favori.

THE ALGORITHM, pour les néophytes, est un projet Cybernético-Métal élaboré par un perpignanais fou de musique électronique, Rémi Gallego, épaulé dans ses prestations live par un batteur organique, Jean Ferry en l’occurrence, et ce, depuis 2013.

L’homme a déjà sorti trois albums, avec une régularité métronomique, Polymorphic Code en 2012, et Octopus4 en 2014, juste après le départ de son acolyte Max Michel. Tous deux furent publiés par le label Basick records, avant que Rémi n’émigre au sein de l’écurie FIXT Music, la structure de Klayton, plus connu sous le sobriquet de CELLDWELLER.

Une fois cette mise au point effectuée, comment juger cette nouvelle sortie, uniquement disponible en format digital, et vendue pour une bouchée de pain (moins de quatre dollars, c’est valable) ?

Il suffit d’affirmer sans risquer de se tromper que cet EP se situe dans la continuité de Brute Force, publié il y a quelques mois, et on pourrait presque s’arrêter là en termes d’analyse séquentielle.

Rémi à t-il vraiment overclocké son processeur pour en extraire des sons plus percutants et des rythmiques plus puissantes ? Pas vraiment, même si les quatre titres de Brute Force Overclock sont tous de qualité, et ne se veulent pas simples leftovers retravaillés pour l’occasion qui comme chacun sait, fait le larron.

On retrouve donc sur cet EP une relecture du morceau déjà connu « Floating Point », qui se veut plus déstructuré que l’original qui était déjà bien barré, et donc trois nouveaux programmes qui font tout l’intérêt de cette réalisation.

Si vous êtes fans du bonhomme, pas de doute, la sortie en question finira sur votre terminal et entre vos oreilles. Si d’aventure vous ne connaissiez pas le travail de Rémi, il représente un port libre et non protégé par lequel vous pouvez pénétrer son âme de musicien sans risque, et surtout, sans trop de longueur de latence.

On y retrouve bien évidemment toutes les caractéristiques de sa musique, ce mélange entre fulgurances électroniques digne d’un jeu vidéo fantasmagorique, d’arrangements sourds et brutalement Métal en arrière-plan, et de cassures soudaines de la connexion et silences forcés, vite interrompues par la reprise du débit du clavier virtuel fortement sollicité.

Ici, l’ensemble est plus synthétique que métallique, mais la brutalité ambiante ne vous empêchera pas d’apprécier le cocktail, aussi corsé que l’album dont il est l’addendum, et même avec un processeur boosté, Brute Force Overclock ne risque jamais la surchauffe et la perte de données.

Il convient évidemment d’avoir l’esprit ouvert aux expérimentations sonores du musicien, qui se rapprochent de celles de l’écurie de son nouveau label, hébergeant une multitude de serveurs musicaux qui je ne reproduirai pas ici, de peur de dresser une liste bien rébarbative.

Homogène et pluriel, Overclock démarre par un joli boot sur « Idle », qui propose des BPM dopés à la fibre optique, et une rythmique compressée détaillant une jolie expérience Electronico-Deathcore, tamisée de mélodies de claviers assez séduisantes en l’état.

Sorte de hit improbable d’à peine trois minutes, cette entame tonitruante mais alléchante nous mène directement à « Overclock », qui s’il ne donne pas de conseil pour stimuler la fréquence de votre core, régule les battements cardiaques de votre cœur.

On peut penser à une rencontre dans le cyber espace entre le FEAR FACTORY remixé par Rhys Fulber, et un APHEX TWIN particulièrement à revers, sans que Rémi ne trahisse jamais son crédo. Beat accentué, arrangements grouillants, et riff tranchant à la FRONTLINE pour un joli ballet flirtant avec le Mathcore digital.

« Double Data Rate Synchronous Dynamic Random Access Memory » n’a quant à lui rien à voir avec les DAFT PUNK, mais se veut longue suite plus posée débutant sur un gros riff sourd et malmené par des couches sonores fluctuantes. Très proche d’un POP WILL EAT ITSELF sur son entame, il a tôt fait d’accélérer le tempo pour friser le Cyber Thrash épileptique dans un entrechoc de données assez enivrant. C’est assurément la pièce de choix de cet EP pour cet entremêlement d’ambiances contradictoires, passant d’une violence crue à un apaisement zen, et justifie à lui seul l’acquisition de ce mini album.

Je vous laisserai apprécier de vous-même le remix de « Floating Point », en précisant quand même que le travail de modification d’interface de Drumcorps justifie sa présence sur les secteurs.

Une petite récréation en attendant la suite des évènements qu’on prédit assez fertile pour le polyvalent Rémi, qui n’a pas la souris dans sa poche, et qui offre à ses fans un gros bonus pour bien terminer l’année. Si tout ça vous semble un peu court, je vous encourage à vous jeter de suite sur l’album qui a précédé ce Brute Force Overclock, et qui vous en dira un peu plus sur le système informatique constituant la psyché de ce musicien bidouilleur de génie bien de chez nous.

 Je vous garantis une connexion stable et un débit de furieux, de quoi surfer sur les arcanes de la musique électronique et métallique en toute quiétude, sans arrière-pensée de trahison de la cause.


Titres de l'album:

  1. Idle
  2. Overclock
  3. Double Data Rate Synchronous Dynamic Random Access Memory
  4. Floating Point (Drumcorps remix)

Site officiel


par mortne2001 le 09/12/2016 à 12:42
70 %    381

Commentaires (1) | Ajouter un commentaire


Gérard Depardieu
@37.120.121.137
10/12/2016 à 16:05:13
oui

Ajouter un commentaire


Acid Reign

The Age Of Entitlement

Babymetal

Metal Galaxy

Numen

Iluntasuna Besarkatu Nuen Betiko

Mister Misery

Unalive

Goatess

Blood And Wine

Laetitia In Holocaust

Fauci Tra Fauci

Vhs

We're Gonna Need Some Bigger Riffs

Municipal Waste

The Last Rager

Magic Pie

Fragments of the 5th Element

Metallica

S&M 2

Spread Eagle

Subway To The Stars

Eggs Of Gomorrh, Sarinvomit

Encomium of Depraved Instincts

Klone

Le Grand Voyage

The Neptune Power Federation

Memoirs of a Rat Queen

Hatriot

From Days Unto Darkness

Throes

In The Hands Of An Angry God

Enforced

At The Walls

Exhumed

Horror

Sekkusu

Satyromania

Soren Andersen

Guilty Pleasures

Violent Instinct

Simony / 15/10/2019
Roman

Bloodshed Fest 2019

Mold_Putrefaction / 13/10/2019
Crust

British Steel Saturday Night VIII

Simony / 13/10/2019
Heavy Metal

Interview ABBYGAIL

JérémBVL / 11/10/2019
Abbygail

Concerts à 7 jours

Chaos E.t. Sexual + Moonskin + Barabbas

19/10 : Le Klub, Paris (75)

+ Gutalax + Spasm

21/10 : Le Glazart, Paris (75)

Photo Stream

Derniers coms

Oui, superbe album. Surtout que c'est le vieux fan que je suis qui parle. Certes, c'est moderne et différent mais la réussite est totale !!


Sur les extraits clippés présentés, je leur trouve un (gros) côté AVATAR aussi, non ? En tout cas, c'est efficace, aussi bien visuellement que musicalement !


Pareil que Kerry King, je reste sur Burn My Eyes (vus pour ma part avec Emtombed début années 90) et The Blackening qui reste un excellent disque. Pour le reste, je passe mon tour, mais live, ça sonne différemment en fonction de l'orientation de l'album en promotion. La tournée Locust fut bien (...)


Pareil vinyle d'époque et compile d'Agressor sortie il y a peu pour la version CD. Bon, les morceaux inédits, ce sont les démos ?


Ils ont pas dû aimé Secondé B...


C'est parce que j'ai loupé cette tournée à l'époque que j'ai la motivation dès que le Flynn Band passe dans mon périmètre.

Machine Head est en pleine refondation. C'est un moment très ressemblant, en plus important, à la période de gestation de "Through the Ashes...". Ce titre(...)


Morceau pas terrible voire assez ridicule, mais je serai à Lyon et pourtant j'ai bien plus de 25 ans. Ça me rappellera leur tournée avec meshuggah et mary beats jane.


J'aime et j'aime pas Machine Head suivant les albums, mais en live c'est très bon.


Très belle pochette.


Machine Head a quand meme m'y un bon coup de pied au cul a pas mal de monde sur Burn My eyes.

Le reste n'a rien d'extraordinaire, sauf le second et the blackening qui sont de bon défouloir.

Les deux albums Neo c'est du pompage pour surfer sur la vague.


Machine Head a quand meme m'y un bon coup de pied au cul a pas mal de monde sur Burn My eyes.

Le reste n'a rien d'extraordinaire, sauf le second et the blackening qui sont de bon défouloir.

Les deux albums Neo c'est du pompage pour surfer sur la vague.


Excellente nouvelle


Arrêtez, merde, je me prends un sale coup de vieux à cause de vous ! ^^


Il était meilleur dans VIO-LENCE, c'est clair...


Achat obligatoire !! Même si je l'ai en vinyle d'époque, hé, hé...


AH AH AH !!!
Superbe vanne de quarantenaires effectivement...


Buck Dancer + 1.


J'ai jamais aimé, ni même en encadrer Machine Head et j'ai pourtant essayé. En plus Robb Flynn me paraît insupportable sur scène.... Mais 3h30 de concert et ça sur quasiment toute les tournées c'est RESPECT.


Merci pour la piqûre de rappel sur la sortie de ce nouvel album, dont j'étais passé à côté. A l'écoute du titre sorti il y a quelques semaines, Chritus manquait, mais le côté un peu plus direct du morceau n'était pas fait pour me déplaire. J'espère, en tout cas, un aussi bon album que le(...)


Mon bientôt futur pays d'adoption ! ( 3615 My life) J'espère y faire quelques concerts bien cool. Ça risque d'être intense