Attention, ceci n’est pas à proprement parler un nouvel album du projet THE ALGORITHM, mais un simple EP compagnon/extension du dernier LP Brute Force, sorti en avril de cette année.

Il comprend donc quatre morceaux, dont trois inédits, plus un remix de « Floating Point », élaboré par la légende du cru Drumcorps, ce qui en soi, constitue quand même un prolongement intéressant des travaux récents de notre expert en informatique favori.

THE ALGORITHM, pour les néophytes, est un projet Cybernético-Métal élaboré par un perpignanais fou de musique électronique, Rémi Gallego, épaulé dans ses prestations live par un batteur organique, Jean Ferry en l’occurrence, et ce, depuis 2013.

L’homme a déjà sorti trois albums, avec une régularité métronomique, Polymorphic Code en 2012, et Octopus4 en 2014, juste après le départ de son acolyte Max Michel. Tous deux furent publiés par le label Basick records, avant que Rémi n’émigre au sein de l’écurie FIXT Music, la structure de Klayton, plus connu sous le sobriquet de CELLDWELLER.

Une fois cette mise au point effectuée, comment juger cette nouvelle sortie, uniquement disponible en format digital, et vendue pour une bouchée de pain (moins de quatre dollars, c’est valable) ?

Il suffit d’affirmer sans risquer de se tromper que cet EP se situe dans la continuité de Brute Force, publié il y a quelques mois, et on pourrait presque s’arrêter là en termes d’analyse séquentielle.

Rémi à t-il vraiment overclocké son processeur pour en extraire des sons plus percutants et des rythmiques plus puissantes ? Pas vraiment, même si les quatre titres de Brute Force Overclock sont tous de qualité, et ne se veulent pas simples leftovers retravaillés pour l’occasion qui comme chacun sait, fait le larron.

On retrouve donc sur cet EP une relecture du morceau déjà connu « Floating Point », qui se veut plus déstructuré que l’original qui était déjà bien barré, et donc trois nouveaux programmes qui font tout l’intérêt de cette réalisation.

Si vous êtes fans du bonhomme, pas de doute, la sortie en question finira sur votre terminal et entre vos oreilles. Si d’aventure vous ne connaissiez pas le travail de Rémi, il représente un port libre et non protégé par lequel vous pouvez pénétrer son âme de musicien sans risque, et surtout, sans trop de longueur de latence.

On y retrouve bien évidemment toutes les caractéristiques de sa musique, ce mélange entre fulgurances électroniques digne d’un jeu vidéo fantasmagorique, d’arrangements sourds et brutalement Métal en arrière-plan, et de cassures soudaines de la connexion et silences forcés, vite interrompues par la reprise du débit du clavier virtuel fortement sollicité.

Ici, l’ensemble est plus synthétique que métallique, mais la brutalité ambiante ne vous empêchera pas d’apprécier le cocktail, aussi corsé que l’album dont il est l’addendum, et même avec un processeur boosté, Brute Force Overclock ne risque jamais la surchauffe et la perte de données.

Il convient évidemment d’avoir l’esprit ouvert aux expérimentations sonores du musicien, qui se rapprochent de celles de l’écurie de son nouveau label, hébergeant une multitude de serveurs musicaux qui je ne reproduirai pas ici, de peur de dresser une liste bien rébarbative.

Homogène et pluriel, Overclock démarre par un joli boot sur « Idle », qui propose des BPM dopés à la fibre optique, et une rythmique compressée détaillant une jolie expérience Electronico-Deathcore, tamisée de mélodies de claviers assez séduisantes en l’état.

Sorte de hit improbable d’à peine trois minutes, cette entame tonitruante mais alléchante nous mène directement à « Overclock », qui s’il ne donne pas de conseil pour stimuler la fréquence de votre core, régule les battements cardiaques de votre cœur.

On peut penser à une rencontre dans le cyber espace entre le FEAR FACTORY remixé par Rhys Fulber, et un APHEX TWIN particulièrement à revers, sans que Rémi ne trahisse jamais son crédo. Beat accentué, arrangements grouillants, et riff tranchant à la FRONTLINE pour un joli ballet flirtant avec le Mathcore digital.

« Double Data Rate Synchronous Dynamic Random Access Memory » n’a quant à lui rien à voir avec les DAFT PUNK, mais se veut longue suite plus posée débutant sur un gros riff sourd et malmené par des couches sonores fluctuantes. Très proche d’un POP WILL EAT ITSELF sur son entame, il a tôt fait d’accélérer le tempo pour friser le Cyber Thrash épileptique dans un entrechoc de données assez enivrant. C’est assurément la pièce de choix de cet EP pour cet entremêlement d’ambiances contradictoires, passant d’une violence crue à un apaisement zen, et justifie à lui seul l’acquisition de ce mini album.

Je vous laisserai apprécier de vous-même le remix de « Floating Point », en précisant quand même que le travail de modification d’interface de Drumcorps justifie sa présence sur les secteurs.

Une petite récréation en attendant la suite des évènements qu’on prédit assez fertile pour le polyvalent Rémi, qui n’a pas la souris dans sa poche, et qui offre à ses fans un gros bonus pour bien terminer l’année. Si tout ça vous semble un peu court, je vous encourage à vous jeter de suite sur l’album qui a précédé ce Brute Force Overclock, et qui vous en dira un peu plus sur le système informatique constituant la psyché de ce musicien bidouilleur de génie bien de chez nous.

 Je vous garantis une connexion stable et un débit de furieux, de quoi surfer sur les arcanes de la musique électronique et métallique en toute quiétude, sans arrière-pensée de trahison de la cause.


Titres de l'album:

  1. Idle
  2. Overclock
  3. Double Data Rate Synchronous Dynamic Random Access Memory
  4. Floating Point (Drumcorps remix)

Site officiel


par mortne2001 le 09/12/2016 à 12:42
70 %    443

Commentaires (1) | Ajouter un commentaire


Gérard Depardieu
@37.120.121.137
10/12/2016 à 16:05:13
oui

Ajouter un commentaire


Black Swan

Shake the World

Ævangelist

Nightmarecatcher

Darkult

Darkult

Sons Of Morpheus

The Wooden House Session

Seven Spires

Emerald Seas

The Dues

Ghosts Of The Past

Quiet Riot

Hollywood Cowboys

Angel Witch

Angel Of Light

Vastum

Orificial Purge

Divide

From Seed to Dust

Soul Grinder

The Prophecy of Blight

Silverstage

Heart n’Balls

Surgical Strike

Part of a Sick World

Annihilator

Ballistic, Sadistic

Scratches

Rundown

Mass Worship

Mass Worship

King Legba

Back From The Dead

Liturgy

H.A.Q.Q.

Obscure

Darkness Must Prevail

Beyond The Void

Ex Nihilo Nihil

Stolearm

RBD / 17/02/2020
New Wave

Pastor of Muppets

RBD / 12/02/2020
Brass Band

J'irais Mosher chez vous ! Episode 2 : Indonésie

Jus de cadavre / 08/02/2020
Asie

Incite + Skaphos

RBD / 04/02/2020
Black Death Metal

Concerts à 7 jours

Depraved + Adx + Factor Hate

01/03 : Salle Des Fêtes, Fismes (51)

Napalm Death + Rotten Sound + Eyehategod

03/03 : La Machine Du Moulin Rouge, Paris (75)

Deadline + Iron Kingdom + Jades

04/03 : Le Klub, Paris (75)

Visions Of Atlantis + Chaos Magic + Morlas Memoria

27/02 : Le Grillen, Colmar (68)

+ Putrid Offal + Sublime Cadaveric Decomposition

28/02 : Le Bistrot De St So, Lille (59)

Photo Stream

Derniers coms

L'info vous avez du la lire sur le scribe du rock il me semble qu'il y a une interview.
https://www.webzinelescribedurock.com/2020/02/ultime-eclat-glaciation-entretien.html

Après franchement suis vraiment pas fan du groupe ...


Bon…
Alors je l'ai donc enfin gouté ce nouvel album.
C'est très bien fait... Bien construit… La prod est effectivement au petit oignon… ... ...
Mais est-ce que cela ne l'ait pas trop justement ? Car putain, y'a vraiment rien là-dedans qui me fasse frémir un tant soit peu (...)


Oh là là Blind... Faut pas prendre la mouche comme ça…
Ma réponse ne se voulait absolument pas acerbe : Cf. "Ton intervention (très gentille au demeurant...)".
Putain… Pour une fois que j'étais tout aimable… Cela m'apprendra tiens !


J'en attendais rien, et c'est vraiment très bon. Le chant est toujours aussi puissant.


Merci pour vos réponses les amis.


@Humungus: Désolé d'avoir voulu te renseigner et d'ignorer que tu sais ce qu'est un patch. La prochaine fois, t'inquiète, je m'abstiendrai.


@Sinii : en effet, c'est ce que j'ai pu lire également (malheureusement je ne sais plus où...)


Tu m'étonnes. Je note la cover réussie de cet album en attendant d'en entendre un premier extrait.


C'est pas le gars de Deathcode Society qui a composé le nouvel album?
Je crois avoir lu ça quelque part...


Grande nouvelle. 2020 sera scène extrême française ou ne sera pas !


Rose Hreidmarr au chant comme pour le précédent album. Pour le reste je sais pas... Pas de line-up annoncé sur Metal Archives (pour l'instant).


Ben voila, il n'y a pas de raison que le metal français n'ai pas le droit à son mélodrame de nom ;). Bon pour le moment nous avons qu'une seule version de l'histoire...

Pour parler musique, j'avais beaucoup aimé "Sur les falaises de marbre", surement un de mes albums préféré de 2(...)


Mmm, musicalement, les deux derniers albums étaient intéressants, pas faciles en terme de composition, mais plutôt ambitieux et instrumentalement réussis, même parfois brillants. Rien à dire sur le parti-pris et la prise de risque. C'est la voix de Greene qui ne me séduit pas au point d'achet(...)


A noter qu'a priori il y a baleine sous gravier avec ce retour de GLACIATION, au vu du post publié par Valnoir sur sa page fb => https://www.facebook.com/jean.simoulin.7/posts/651167092299009?__tn__=K-R
Pour ceux qui ont la flemme de lire en anglais, les collègues de Scholomance Webzine ont (...)


Bon, j'ai pas encore écouté ce dernier album, mais le peu que je m'en suis fourré dans les esgourdes pour l'instant ne me fait pas changer d'avis sur ce groupe que j'ai tant vénéré dans les 90's.
De fait, Yoloman + 1 000 000 !!!


Un des dieux de mon petit panthéon personnel.
Quand on sait que j'ai débuté ma carrière Métallique en me plongeant corps et âmes dans AC/DC, c'est donc à mon sens tout bonnement indispensable.


Tellement mauvais et tellement drôle à la fois qu'on leur accorde l'indifférence avec mansuétude.


"quand on veut écouter du vieux Death Metal qui schlingue la gerbe et la bile, on se coltine un vieil INCANTATION, un des premiers BOLT THROWER, et vogue la gerbe le long du canapé"
:D !


Ah et puis Sieur Simony, je n'ai pas pu attendre votre fameux crédit à si faible taux...
Ma pré-commande est déjà passée.


Titre plus que prometteur en effet !