Il est parfois amusant de constater que les chroniqueurs du monde entier sont spirituellement reliés. Alors que j’écoutais pour la seconde fois A Monument to the Dead des américains de COFFIN ROT, je savais déjà comment entamer ma chronique. Et en parcourant les avis laissés par des confrères sur la toile, je me suis aperçu qu’un homologue avait choisi la même approche que moi…Dommage, mais qu’à cela ne tienne, je garderai ma ligne de conduite et mon entame. En vous disant que cette bande de sauvages pratique un Death Metal à l’ancienne et qu’ils viennent de Portland, Oregon, j’en ai déjà dit suffisamment. En effet, la scène locale semble l’épicentre d’une vague de nostalgie qui n’en peut plus d’inonder nos côtes auditives, et ce premier LP ne semble avoir qu’une seule vocation. Asseoir la réputation d’une ville branchée sur les égouts, à l’image de Tampa, Stockholm dans les années 80/90, ou Venice dans un autre créneau. Vous savez donc immédiatement de quoi je veux parler, de ce son si profond, de cette ambiance putride, de cette optique résolument passéiste mais passionnée, et de cette troisième ou quatrième NWOADM (New Wave of American Death Metal). Et cette nouvelle vague semble avoir retenu les leçons des tempêtes suédoises de l’orée des nineties, puisque COFFIN ROT signe avec A Monument to the Dead le plus bel hommage aux modèles suédois de l’explosion des studios Sunlight. Fondé en 2017, ce collectif hirsute aux t-shirts qui en disent long (Hayden Johnson: chant, Tre Guertner: guitare, Brandon Martinez-Woodall: basse et Derek Johnson: batterie) a commencé sa carrière comme n’importe quel groupe lambda, avec force démos et autres formats partagés, osant le split avec MOLDER, Illinois, avant de jeter en pâture une compilation un peu branque constituée de leurs deux maquettes et de quelques titres live. C’est donc très logiquement qu’ils ont franchi l’étape suivante, celle du longue-durée, se voyant offrir le soutien de deux labels underground majeurs, Rotten Life Records aux USA, et Blood Harvest pour l’Europe.

Dans les faits, A Monument to the Dead n’est pas grand-chose de plus qu’une démarque habile des premiers jets scandinaves morbides. On sent à chaque riff l’importance des GRAVE, la prépondérance gelée du ENTOMBED période NIHILIST, mais on remarque aussi un traitement prenant en compte l’héritage national, avec cette lourdeur moite à la AUTOPSY, ainsi que quelques clins d’œil appuyés en direction de la Hollande des ASPHYX. Soit la quintessence de tout ce que le Death Metal a pu proposer de confiné, de glauque, de suintant, le tout emballé dans une production étonnamment claire et ronde. On peut en effet sentir toutes les impulsions dans une luxuriance de détails qui prennent à la gorge, la rythmique disposant d’une assise confortable pour égrener ses coups de sang et ses écrasements éléphantesques. Techniquement parlant, rien de bien neuf sous le soleil. Les morceaux semblent s’ingénier à s’extirper de la tombe d’un passé pas du tout révolu, proposant une somme conséquente d’idées cohérentes articulées autour d’un seul concept. Le rigorisme de la cruauté, l’exactitude de la barbarie, la préciosité de la violence, pour un manifeste de pureté qui n’est rien d’autre que l’apanage des plus grands. Des plus grand suiveurs bien sûr, encore faut-il avoir les qualités de ses ambitions lorsqu’on souhaite reproduire un son à l’identique. Ce talent, les originaires de Portland l’ont, et en font montre tout au long des trente-deux minutes de ce premier long, qui n’a de cesse d’humer l’air fétide d’un Death profondément ancré dans les traditions, mais qui trouve ici un éclairage blafard très personnel à défaut d’être inédit.

Factuellement, A Monument to the Dead est un monument de perfection. En fermant les yeux, il n’est pas difficile de croire que l’album a été enregistré il y a presque trente ans, et ressorti des cartons par je ne sais quel ingénieur du son un peu plus fouineur qu’il ne devrait. Car « Copremesis », le morceau d’entame, fait partie de ces mises en jambes qui ne prennent personne en traître et qui annoncent la couleur. Cette couleur passée, datée entre 1990 et 1992, avec intro grouillante découlant sur une explosion de riffs macabres, soudainement transcendés par une rythmique raisonnable qui explose soudainement en gerbes de blasts. La voix de Hayden Johnson est de celles qui marquent les esprits, légèrement étouffée, mais incroyablement sourde et mixée en arrière-plan, tandis que la guitare de Tre Guertner mouline ses litanies funèbres aux avant-postes. Soulignons d’ailleurs le travail du guitariste qui ne craint jamais d’être plus catchy que ses homologues, et qui confère à l’œuvre un groove indéniable. Il est épaulé en cette tâche par le boulot de Derek Johnson au kit, qui semble avoir assimilé tous les plans les plus symptomatiques du genre, pour les assaisonner à sa convenance. Accélérations, breaks fumant, écrasements qui tassent la colonne vertébrale, tout y passe, et avec un brio qui décontenance, pour une avancée en terre profane. Adeptes du respect des convenances, les COFFIN ROT repassent leur linceul pour qu’il brille dans la brume de leur inspiration macabre, tergiversent entre attaques éclair et puissantes (« Saw Blade Suicide », « Necrotized », des modèles de Death instinctif et épidermique), et longs développements en notice nécrologique lue avec attention (« Forced Self-Consumption », une belle synthèse des courants en vogue dans les années 89/93). Evidemment, pas de place aux faux-pas en à peine plus d’une demi-heure, mais même en format condensé les américains arrivent à convaincre, en variant les atmosphères et en proposant plus de riffs que n’importe lequel de leur concurrent.

Les esprits chafouins et autres esthètes de l’inédit crieront à la supercherie d’une photocopie laser certes parfaite, mais Ô combien stérile, alors que les amateurs les plus chevronnés reconnaîtront là le travail incroyable d’un quatuor de passionnés. Des passionnés qui aiment cavaler (« Mechanical Separation », plus gluant que ce riff, c’est un bout de cervelle sous la semelle), et dont le travail d’inhumation est mené avec application, comme le démontre le final/hymne « Coffin Rot » qui empeste l’embaumement trop tardif et les chairs nécrosées (et encore une fois, un riff plus groovy qu’une varlope qui transperce un thorax). Alors oui, Portland, Oregon. Nous sommes des centaines à avoir compris l’appellation, et à en utiliser les codes pour souligner la perfection. So what ?                                    

                           

Titres de l’album :

                      01. Copremesis

                      02. Saw Blade Suicide

                      03. Miasma of Barbarity

                      04. Forced Self-Consumption

                      05. Necrotized

                      06. Incubation of Madness

                      07. Mechanical Separation

                      08. Coffin Rot

Facebook officiel

Bandcamp officiel


par mortne2001 le 14/02/2020 à 17:33
80 %    325

Commentaires (2) | Ajouter un commentaire


Arioch91
membre enregistré
15/02/2020 à 20:07:35
Excellent !

Jus de cadavre
membre enregistré
19/02/2020 à 10:07:42
En effet pas mal du tout dans le genre. Même si déjà entendu 1000 fois. Plus Grave que Grave !

Ajouter un commentaire


Mutilatred

Ingested Filth

Pearl Jam

Gigaton

Crypt Dagger

From Below

Lamentari

Missa Pro Defunctis

Almanac

Rush of Death

Mariana Semkina

Sleepwalking

Glaciation

Ultime Eclat

Milking The Goatmachine

From Slum to Slam - The Udder Story

Aevum

Multiverse

Burning Witches

Dance with the Devil

Aleister

No Way Out

Conny Bloom

Game! Set! Bloom!

Death. Void. Terror.

To The Great Monolith II

Vulcano

Eye In Hell

Vaisseau

Horrors Waiting In Line

Justify Rebellion

The Ends Justify The Means

Uncut

From Blue

Invocation

Attunement to Death

Lag I Run

Vagrant Sleepers

White Ward

Love Exchange Failure

LA CAVE #4 : une sélection d'albums / Spécial Black Metal

Jus de cadavre / 21/03/2020
Black Metal

Napalm Death + Eyehategod + Misery Index + Rotten Sound

RBD / 09/03/2020
Brutal Death Metal

Stolearm

RBD / 17/02/2020
New Wave

Pastor of Muppets

RBD / 12/02/2020
Brass Band

J'irais Mosher chez vous ! Episode 2 : Indonésie

Jus de cadavre / 08/02/2020
Asie

Concerts à 7 jours

Photo Stream

Derniers coms

Je ne sais pas si le groupe a été créé de toute pièce, mais je l'ai découvert lors du Clermont metal fest et c'était très très bien . Ca joue très bien et le chant est au top niveau avec quelques poussées très graves. Ok elles sont charmantes et ce n'est pas déplaisant mais leur jeu es(...)


Putain, mais c'est encore plus merdique qu'avant. Ou comment progresser dans la médiocrité.


ce qu'il ne faut pas lire comme âneries ici...


Je rejoins aussi ton avis, me souviens encore de leurs débuts, c.était même pour ma part difficile d'avaler un album au complet d'une esti shot. Conqueror aussi dans le même chariot.


Pas mal du tout ça !
La production est excellente, très organique, proche d'une captation live mais restant fine et précise ! Ca promet.


L'artwork est l’œuvre d'un certain Jibus


Intéressant, on pourrait savoir qui a fait l'artwork? il est magnifique et je trouve dommage que les crédits des artistes ne soient que rarement mentionnés alors que c'est eux qui fournissent le contenu.


Tu nous feras deux pater et trois avé en pénitence.


J'avoue avoir utilisé la désignation d'Encyclopaedia Metallum sans chercher à vérifier tellement j'ai confiance en ce qui y est mis habituellement.


Dimmu Borgir en PLS ! Impressionnantes les orchestrations, et pourtant je ne suis vraiment pas client de Black sympho !


J'aime toujours Revenge, mais je trouve que le groupe a sacrément perdu de son aura malsaine et dérangeante aujourd'hui... Trop d'albums et surtout trop de live selon moi, ça perd en "mystère"... Après c'est toujours bien bestial et nihiliste comme on aime, mais bon. Enfin ce n'est que mon avis(...)


Effectivement pire mascotte de tous les temps.
Elle porte un nom je crois d'ailleurs mais je ne sais plus lequel...


Bien plus Grunge que Sludge Doom ce truc...


Excellent groupe, avec un son en avance, des putains de riffs et la plus horrible mascotte qui soit.


pas le 27 Avril mais c est le 17 Avril voir site;
https://wickedmetalreview.wixsite.com/wickedmetalreview/post/reptilium-adrenochromacy?fbclid=IwAR3mQiBqH-HFePj2K1w3WrzchVjL2mABPa-drsZ2slIrmbxKotYt1qe3r6g


Ah, effectivement : la pochette est terrible !!


merci pour ton report
Je n'ai pas pû me déplacer pour cette affiche monstrueuse, ce qui rend la lecture douce et cruelle à la fois.


Un produit plastique crée de toutes pièces, sasns identité ni âme. Merci Nuclear Blast de cracher sur le patrimoine.


Seul le premier album était excellent, les 2 autres dont celui-ci de moins en moins bons.


Et bien... quelle chronique Mr Mortne une fois de plus !
Un album pas encore écouté pour ma part, mais j'ai limite l'impression pourtant, tellement on en entend parler partout. J'y jetterais une oreille certainement, en asseyant de faire fi des polémiques l'entourant.