Bloodmoon I

Converge, Chelsea Wolfe

19/11/2021

Epitaph

Les unions contre nature sont souvent celles qui donnent les plus fortes émotions…mais aussi les plus vénéneuses. Récemment, ce sont les maniaques de THOU qui s’étaient unis à Emma Ruth Rundle pour accoucher du sublime May Our Chambers Be Full, démonstration d’esthétique grave et baroque, ayant conquis un public évidemment ouvert au champ des possibles, et pas coincé dans une petite case rassurante. Dans notre beau pays, des exemples peuvent aussi être cités, à l’image de Nicoletta ou Léo Ferré collaborant avec les rockeurs acrobatiques de ZOO, pour produire une musique plus foncièrement Rock ou Blues, avec énormément de succès artistique et une nouvelle audience à la clé. Et même si nous aurions eu du mal à imaginer Sheila chantant des compositions d’ART ZOID ou de MAGMA, avouons que l’union des contraires séduit la plupart du temps, par cet effet de surprise en amont qui pose les bonnes questions : à quoi nous attendre, et le bébé sera-t-il né sain d’esprit et de corps ?

Après THOU et Emma, ce sont donc deux artistes majeurs de deux scènes opposées qui ont choisi de marier leurs influences et leurs contraires, CONVERGE et Chelsea WOLFE. Si au départ, la collaboration pouvait paraître incongrue tant les deux univers des artistes impliqués sont aux antipodes l’un de l’autre, il faut savoir que cette histoire n’est pas née de la première pluie acide. La genèse du projet remonte en effet à cinq longues années. En 2016, CONVERGE s‘offre une parenthèse enchantée, et reprend des morceaux obscurs de son répertoire en compagnie de Chelsea Wolfe, Ben Chisholm, Stephen Brodsky (CAVE IN) et Steve Von Till (NEUROSIS). L’expérience se déroule à merveille, et les américains se prennent à rêver d’un album complet basé sur le même principe, mais offrant cette fois-ci des inédits, écrits en collaboration avec les trois premiers outsiders.

Ainsi, CONVERGE, Chelsea et Ben, et Stephen, s’embarquent dans le concept, et chacun apporte de l’eau au moulin des autres. Et si CONVERGE et Kurt Ballou restent les maîtres d’œuvre, on comprend assez rapidement que Chelsea, Ben et Stephen n’ont pas gardé leur plume dans leur poche. Les accointances entre les auteurs de Jane Doe et CAVE IN ne sont plus à souligner depuis longtemps, les deux groupes évoluant en parallèle et se croisant à intervalles très réguliers. Par contre, l’opposition entre les ténèbres gothiques de Chelsea et les éclairs électriques nerveux des américains rois du Hardcore chaotique avait de quoi aiguiser la curiosité et l’appétit. Les fans de violence brute craignaient évidemment une trop grande place laissée à l’artiste féminine hantée, tandis que les plus friands d’incongruité regrettaient déjà la prépondérance du chaos de CONVERGE. Hors, les deux camps peuvent aller se rhabiller, puisque évidemment, une troisième voie diplomatique s’est dégagée très naturellement.

Celle d’un album unique.

Evidemment, malgré l’ouverture et les concessions, chacun des participants n’a pas forcément pu aller contre sa nature, mais a utilisé cet attachement pour obliger l’autre à se réfugier dans ses derniers retranchements. On s’en rend compte sur les morceaux les plus caractéristiques de CONVERGE, dont ce « Lord of Liars », bref mais déséquilibré et sous tension, à peine modulé par la voix enfantine de Chelsea. Chelsea déclare d’ailleurs avec une candeur touchante :

Le projet m’a forcé à utiliser mes cordes vocales dans de nouvelles limites. C’est tellement différent comme trame que ce sur quoi je chante normalement que je me suis retrouvé dans un état d’ouverture et de vulnérabilité avec ma voix.        

Ouverture, vulnérabilité. Deux maîtres-mots de cette réalisation qui tient tout autant de la performance individuelle que du miracle collectif. Evidemment travaillé par Kurt dans ses propres studios, Bloodmoon I offre un son gigantesque, qui n’est pas sans rappeler certaines collaborations de Kurt et Brad à l’extérieur, mais un son qui laisse respirer les guitares, et qui surtout, offre une place prépondérante au chant, l’un des points de focalisation de cet album. Le mariage des voix est tout simplement magique, évoquant un spectre d’émotions que tout un chacun peut ressentir, passant de l’apaisement à la colère, et de la contemplation à l’action. Cette formulation est parfaitement cristallisée par le single avant-coureur « Blood Moon », qui en près de huit minutes passe par toutes les couleurs du Post-Rock le plus létal, entre harmonies déformées et haine viscérale.

Et malgré sa durée assez conséquente, Bloodmoon I se montre d’une intensité constante, et d’une recherche approfondie des textures et des sons. Et les rares incursions d’une brutalité brute - commune à CONVERGE et CAVE IN - sont immédiatement modérées d’une envie de proposer autre chose qu’une déconstruction de la violence, si chère à CONVERGE et ses contretemps diaboliques. « Viscera of Men », malgré un départ tonitruant, se souvient très rapidement que Steve Von Till aurait pu faire partie du projet, et sombre dans les affres d’un Sludge gothique tragique, avec un chant qui n’est pas sans évoquer le MUSE le moins cinématique et le plus sincère.

Chelsea, parfaitement intégrée au projet au point d’en être presque invisible et inaudible parfois, prend la tête sur le lancinant et sombre « Coil », qui ressemble à s’y méprendre à une escapade 4AD de Tori Amos. Mais quelle que soit l’optique choisie pour développer les morceaux, la sincérité des sentiments reste l’objectif majeur. Et de fait, en prenant quelques idées à la volée, il n’est pas interdit de concevoir Bloodmoon I comme l’album de CONVERGE le plus personnel et le plus attachant.

Le miracle intervient à la fin de l’album, une fois les écoutes achevées et le silence religieux régnantde nouveau en maître dans la pièce. Après avoir digéré des dizaines de fois la beauté western et spectrale de « Scorpion’s Sting », après avoir encaissé le choc de biais de « Daimon », et après avoir loué les dieux de la création Gospel nous bénissant d’un « Blood Dawn ».

Superbe travail de groupe(s), d’artistes confirmés se remettant sans cesse en cause, et sans conteste le plus bel album de musique que 2021 ait pu nous proposer pour mettre sous le sapin. Richesse des arrangements, noblesse des voix, admission du caractère artistique d’autrui, pour une ouverture sur un monde complexe, mais tellement rassurant de sa tolérance et de son honnêteté musicale.    

                                                                                                                                                                   

                                     

Titres de l’album:

01. Blood Moon

02. Viscera of Men

03. Coil

04. Flower Moon

05. Tongues Playing Dead

06. Lord of Liars

07. Failure Forever

08. Scorpion’s Sting

09. Daimon

10. Crimson Stone

11. Blood Dawn


Bandcamp officiel


par mortne2001 le 18/12/2021 à 18:24
95 %    616

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Derniers articles

Escuela Grind + BMB

RBD 08/07/2024

Live Report

The Mandrake Project Live 2024

Simony 05/07/2024

Live Report

Hatebreed + Crowbar

RBD 18/06/2024

Live Report

Nostromo + Nwar

RBD 03/06/2024

Live Report

Dvne + My Diligence

RBD 29/05/2024

Live Report

Anthems Of Steel VI

Simony 24/05/2024

Live Report

Pessimist + Demiurgon

RBD 14/05/2024

Live Report

Voyage au centre de la scène : ARGILE

Jus de cadavre 12/05/2024

Vidéos
Concerts à 7 jours
Tags
Photos stream
Derniers commentaires
RBD

Excellent ! Ils sont revenus tourner ce clip à la "Maison des choeurs" où nous les avions vus pour un concert inoubliable à l'automne 2023. Il s'agit d'une ancienne chapelle de style Louis XIV (mais pas baroque) accolée à l&apos(...)

11/07/2024, 16:43

Simony

@Tourista : je partage en tout point tes dires. Si ce n'est pour MAIDEN car je suis un incorrigible fan qui aimera toujours ce groupe et les voir sur scène mais je comprends parfaitement ton point de vue que j'applique à AC/DC par exemple. J'ai une super image de la d(...)

11/07/2024, 09:59

Simony

@Tourista : je partage en tout point tes dires. Si ce n'est pour MAIDEN car je suis un incorrigible fan qui aimera toujours ce groupe et les voir sur scène mais je comprends parfaitement ton point de vue que j'applique à AC/DC par exemple. J'ai une super image de la d(...)

11/07/2024, 09:59

Jus de cadavre

Quand NAILS se met au Speed Thrash   ! Bah ça bastonne !

10/07/2024, 19:48

Tourista

Pardon : présent à Paname.

10/07/2024, 18:41

Tourista

Présent.  Set-list hyper solide, groupe hyper en place et son aux petits oignons. Plaisir manifeste du chanteur (malgré sa crève) et accueil formidable (est-ce une surprise ?) du public. Le plus appréciable dans la forme c'était sa gestuelle dimensionn(...)

10/07/2024, 18:40

RBD

C'est vrai qu'il se maintient bien malgré les ans. Cela me rappelle il y a fort longtemps quand j'avais vu Blaze Bailey tourner en solo peu après son départ de Maiden. Mais Bruce est à un autre niveau de charisme et de talent, c'est clair.

10/07/2024, 12:43

wolf88

salut, ce n est pas Autriche mais Australie   

08/07/2024, 18:48

LeMoustre

Tuerie intégrale.Point.

07/07/2024, 14:33

Humungus

"Je préfère d'ailleurs aller jusqu'au Rockhal plutôt que de monter à Paris où tout n'est que galère et source de stress et d'énervement".Amen !

06/07/2024, 08:19

Gargan

Ah oui ! J’espère que ce sera l’occasion pour faire quelques dates, hâte de les revoir.

06/07/2024, 08:08

Moshimosher

Un nouvel album ! Bonne nouvelle !

06/07/2024, 06:56

Moshimosher

Très cool, comme news !

05/07/2024, 19:06

Moshimosher

Du très bon ! Je viens juste de le recevoir ! 

05/07/2024, 19:06

Jeff

Cela fait toujours plaisir de te lire RBD

04/07/2024, 21:58

senior canardo

"Tes photos promo avec force chaines et autres bracelets cloutés pour revenir à l’époque de tes débuts sont grotesques." n'est pas Niefelheim qui veut lol

04/07/2024, 12:56

Gargan

Merci pour la découverte, je serai sûrement passé à côté. ça s'écoute étonnamment bien (la fluidité avec un tel mélange n'est pas donnée à toute le monde, c'est généralement une m(...)

02/07/2024, 08:24

LeMoustre

Acheté Disséqué Tuerie

02/07/2024, 07:00

Buck Dancer

RBD et Humingus: "C'est ce qu'on aime dans notre scène"Ce genre d'anecdotes aussi, on aime ( alors que je connais ni le groupe ni le disquaire en question)

02/07/2024, 05:23

Bastos

Putain ça défonce 

02/07/2024, 01:19