Les hard-rockers de FLAYED en tournée ? Il fallait vraiment qu'ils nous racontent ça... C'est Renato qui s'y colle.

FLAYED - XI MILLION TOUR 2016


DAY I : BRIN DE ZINC / BARBERAZ

Nouvelle année, nouveau CD, nouvelle tournée, nouveau tour report sur cette fois le webzine MetalNews, digne successeur de feu VS Webzine.

Cette année encore, on tourne avec les Québécois LES TRIMPES, les mêmes avec qui nous étions presque jour pour jour sur leurs routes Canadiennes; alors autant vous dire que les retrouvailles ont été belles !! On leur a préparé un petit accueil "à la française" avec fromton, charcutaille, et pinard pour leur faire oublier leurs 12 heures de vol enchaînées par le concert du soir même !

Donc ni une ni deux, bonjour, au revoir, merci madame, ça bouffe , ça sieste 2h, et les 2 camions noirs prennent la route l'un derrière l'autre en direction de Barberaz, où se trouve le Brin de Zinc, superbe club dans la banlieue de Chambéry qu'on connaît très bien pour y être passé à chaque sortie de skeud. Les Trimpes, qu'on avait vu éteints en fin d'après-midi livre là un show exceptionnel pour leur premier concert sur notre continent, autant vous dire que le reste de la tournée va vraiment être ouf s'ils ne faisaient que se chauffer ! Résultat : bah ça nous met la chauffe aussi bien sûr, et on se dit qu'il va falloir envoyer comme des sales si on veut être au niveau pour cette première.

Première qui pour nous a des allures de répète générale puisque nous sommes à la veille de la sortie d'XI MILLION à Vienne (38). Chose faite donc, pour un jeudi, le BDZ est très correctement rempli avec un public on fire dès les premières notes, mi dandinant, mi mains en l'air, mi bourré, mais toujours d'une extrême bonne ambiance et d'une réactivité de dingue !

Bien belle soirée donc, mais pas d'hôtel pour ce soir en rentre au camp de base après 2h de route, chez nous au Studio Cartellier, non sans mal (toutes autoroutes fermées) pour se cramer le dernier pétard avant de profiter d'une belle nuit (ce qui se fera rare !) avant VIENNE, demain.

DAY II – SALLE DU QUAI / VIENNE

Réveil, 9h, Salaise sur Sanne par un coup de fil de la gendarmerie nationale a notre petit Rico :

“_Bonjour, Mr Pinto ?

_Ma oui !

_ On vient de retrouver votre voiture qui a été abandonnée, porte ouverte à côté de l'aire d'autoroute d'Ampuis, rien n'a été volé et les clés sont même restées sur coffre.

_... bah ?! C'est là où je l'ai laissé hier avant que mes copains ne me choppe pour monter à Chambéry !

_...euh...pardon?

_J'ai dû oublier de la fermer et laisser les clés sur le coffre alors...

_Bravo.”

De là est né le hashtag #ricoquoi

C'est donc après une demi-heure à se faire passer un savon par les flics à la gendarmerie, puisque toute sa vie était à l’intérieur de la bagnole qu'on reprit la route en direction de Vienne (20mn de camp de base, autrement dit, plus chez nous, c'est compliqué) et de la Salle du Quai, très jolie MJC bien équipée et dont le programmateur n'est autre que Benji, notre lighteux.

On arrive donc en terrain conquis, accueillis comme des papes, avec tome daubée, saucisses et toute la compagnie (créole). Les Trimpes ont du coup l'air de très bien se plaire chez nous et embrayent sur un concert quasi sold out, et où ils ont simplement retourné la salle ! Comme d'hab', et en plus à la maison , on n'a pas tellement le choix que d'envoyer tout ce qu'on a dans le sachet pour assurer une belle fin de soirée. Et ce fut le cas, public en mode braise, je tente même pour la toute première fois de faire chanter les gens , qui s’exécutent pour notre plus grand bonheur (#souriresabrutissurnosvisages).

Fin de soirée avec la ribambelle de copains qui va bien à la maison et retour au camp de base (20mn, on l'a tenté, on n'a pas pris d'hôtel...) pour finir l'after à la gnole sur un monologue à propos de la Vème République Française ,par Mr Bouchard (Les Trimpes – personnage sur lequel on pourrait aussi écrire un bouquin).

DAY III – LE RAT'S / PUGET SUR ARGENS

Sur la route à 10h pour une arrivée sur place à 14h30 (hyper tôt ; et il est à noter qu'on préfère de loin les linechecks pour réduire ce genre de période de rouille que tous les groupes connaissent...mais on se plie toujours aux choix des orgas). Je suis très content qu'on ait réussi à se placer sur cette salle qui depuis 1 an, son ouverture, ne fait que de faire parler d'elle dans le sud et même dans toute la France, car des pointures internationales y sont déjà passées et la com' internet est franchement balaise aussi, il me tardait donc de rencontrer Eric, le patron des lieux et de savoir comment il avait réussi son coup dans un des coins le moins facile en matière d'affluence et de public en France (pour les groupes en developpement).

Donc pas étonné en arrivant de trouver une salle toute neuve très bien équipée avec un ingé son au top ( Nico si tu nous entends, on a remonté les volumes dès le lendemain  ;) ). Toute la journée je me dis que la salle est trop grande pour un groupe comme FLAYED et jouer devant 10 personnes n'est jamais très plaisant (quoi que ça dépend...). Mais surprise ! Les locaux de Rat's Don't Sink attaquent et le parterre du Rat's se remplit bien gentiment pour qu'au final un bien bel attroupement se regroupe dans la salle au début des Trimpes ! Pari gagné pour nous aussi donc, car patron, public et groupes contents comme tout, donc la méga fête ...à l’hôtel Formule 1 de Roquebrune.

Alors autant la salle et le concert défonçaient que l'hôtel fut mythique sur un autre plan : courses de rallye sur le parking, bar karaoké ,rempli de cinquantenaires rutilants, accolé à l'hôtel, snapchatteuz de l'extrême sur le parvis attendant leurs futurs ex, et 6 pauvres guignols, fracassés de fatigue et buzz aux becs en train d'assister à ça (nous donc), bref un véritable épisode de confessions intimes en live à 2h du mat'.

DAY IV – LE MOLOTOV / MARSEILLE

Aaaaaah nous voilà enfin dans la cité phocéenne et tous ces petits plaisirs qui nous gâtent ! A savoir que se trimballer avec un tourbus dans Marseille est d'une étonnante facilité, que la faune environnante est toujours d'une sympathie incroyable, polie, respectueuse de son prochain et qu'en supérette le prix du Ricard (fierté régionale et bien sûr nationale) est extrêmement intéressant puisqu’à à peine 18€ les 50cl. On est donc aller en boire un sur le vieux port pour se fondre dans la paysage en attendant le très sympathique patron des lieux qui omettra toute la soirée de saluer ne serait-ce que les membres des groupes, (rien à voir avec le fait que le catering et les boissons furent inexistantes, et dans boissons, j'entends aussi eau potable).

Bref les Rat's Don't Sink, complètement locaux pour le coup nous envoient leur metal harcore plein visage à nous, et les 10 autres personnes venus se presser dans l'enceinte du Molotov ( oui la promotion a été parfaitement exécutée, tout comme le set de FLAYED à venir). S'en suivent LES TRIMPES qui malgré leur impressionnante facilité à se mettre même le plus petit des publics dans la poche ont pour la première fois eu un peu de difficulté, sans pour autant faire un mauvais show (ce ne sera pas le cas de FLAYED).

La salle se vide donc encore plus quand vient notre tour de jouer, et pour parachever le tout, votre serviteur a complètement perdu sa voix en poussant peut être le bouchon un peu trop loin en ce début de tour. Je peux dire que Mr Begoin de SP Custom était la, Chris de Spirit of Metal aussi, voilà.

 Et ceux-là ont assisté à la plus folklorique presta du groupe puisqu'un jack de basse en rade, 2 cordes de petées pour Rico, qui tentera dans un ultime geste de désarroi de brancher une guitare acoustique sur son Marshall ( on se demande encore pourquoi !! ) pour un résultat digne d'un spectacle comique ! Bref un moment fabuleux, car oui il fallait être là pour vivre cet instant qui j’espère ne se reproduira plus, mais qui continue fort heureusement de nous faire marrer !

Conclusion, nous ne foutrons plus jamais les pieds au Molotov', et ce n'est pas le cachet de 11€50 pour nos deux groupes qui nous fera changer d'avis (non pas que notre presta valait plus, mais celle des Trimpes oui, et ce sentiment de se torcher avec une poignée de merde ne nous plait guère). Fin de soirée, hôtel, pétard, dodo en vue d'une journée off bien méritée du lundi suivant.

DAY V – DAY OFF

...et l'anniversaire de notre Rico !! Qui pour garder son rythme de poisse tombe en panne pour nous rejoindre a son propre anniv' ( #ricoquoi) journée alcool, drogue, filles de joie évidemment ! Non on a dormi, pris des bains, bref on s'est reposé un max, sauf Charly qui nous a mitonné toute l aprèm un bourguignon des familles pour payer un repas bien typique à nos Québécois .

Rico a eu une Nes avec Paperboy ,Ninja Turtles et Kick Off, on a fait des billards jusque tard dans la nuit à coup de porto, champagne et de pif pour fêter tout ça puis dodo pour la Release d’XI MILLION le lendemain à Lyon, qui promet... QUI PROMET !!!

DAY VI – NINKASI KAFE / LYON

 Arrivé au Ninka en grande pompe, on commence à connaitre la salle et l'équipe, à la différence près que vu les travaux en cours, on aura le resto de l'étage au guise de loges, et niveau classe, ça se posait là !

Il y a déjà foule dans la salle lorsque les excellents BACKVS attaque leur set à 20h30, et puisque ces p'tis gars en veulent comme tout, ils nous envoient un putain de rock/metal façon tarte en plein visage avec un chanteur qui ne cesse de prendre du galon, le public ne s'y est pas planté en les acclamant comme il se devait. Ca s'annonce bien balaise puisque la salle se remplie de plus en plus juste avant que LES TRIMPES ne la brulent ! Ils font mouche à chaque fois ces cons, bordel. LES TRIMEPS, ou comment se mettre un public dans la poche en 3 titres et finir au milieu du public en acoustique total pour terminer la mission séduction...vraiment ils sont bons.

Derrière ça, très honnêtement y'avait plus grand chose à faire pour nous face à une salle en ébullition dès les premières notes du morceau "XI Million", public de folie, osmose totale, ça chante les paroles à tue-tête, ça danse , ca slamme, ça monte sur scène faire la fête avec nous, Rico ne pètera qu’une seule corde ce soir, bref, WOAW. Lyon t'aura été une des plus belles dates de ce tour de par ton ambiance de feu de mardi soir que par cette affluence extraordinaire. Et ce n'est pas se slam du haut des enceintes de mon visage qui démontrera le contraire puisque j'ai toujours ma mâchoire et mes chicots en place !

On aurait adoré se taper une fiesta anthologique derrière ça mais la route du lendemain nous rappelle à l’ordre, Poitiers, c'est pas la porte a côté... camp de base, fin de soirée habituelle avant une petite nuit.

DAY VII – POITIERS / LE ZINC

C'est parti pour 7h de route direction Poitiers donc, on aura vu le jour qu' à travers les vitres du bus durant cette journée tellement le voyage fut long. Arrivés à 19h, les escaliers en colimaçon du Zinc ne nous avaient pas manqué ( on a déjà pratiqué cette salle un an avant en descendant l’orgue et la cabine Leslie), et c’est après avoir décerclé la grosse caisse de 24 de La Castagne ( car sinon ça ne passe pas, sachez-le pour vous qui irez y jouer un jour) pour la descendre dans cette superbe petite cave voutée romaine, que nous abandonnons l’idée de descendre l'orgue pour cette fois.

Oui, Rafinet a prévu un Nord (de l’aspartame d'orgue pour les non-initiés) pour nous simplifier la manutention, ce qui lui fera perdre un peu de burne sur le set du soir...(tiens !) C'est quand même pas comme de passer d'un JCM 800 a un Bandit 112, mais il manque un petit quelque chose tout de même.

Outre l'accueil trop cool de Pat de Klonosphere, et de Guillaume, le concert en lui-même fut vraiment très chouette, 2 concerts dans la même soirée se confrontaient dans Poitiers a 200m l'un de l’autre mais ça n’a pas empêché les gens de faire les 2 et de naviguer entre 2 shows. C'est donc devant une salle très convenablement rempli que j'ai attaqué le set avec mes comparses, mais avec un trouillomètre à zéro. Pourquoi ? Et bien car dans ma ligne de mire se trouvait un chanteur français que j'adore et que je respecte énormément, à savoir Yann Ligner de Klone. Ya fallu passer ce petit coup de pression avant de réussir à chauffer la salle (et ma voix endolorie) correctement et de livrer un très cool concert devant aussi entre autres Slo ( de Metal Maniaks et le dessinateur de nos clips) et Guigui de Klonosphère, cet homme qui aura été le premier à nous faire confiance en s'occupant de nos 2 premiers albums.

Une très belle soirée qui finira donc chez un personnage haut en couleur dans “L'ANTRE” de Marco donc, ou des gens défileront une bonne partie de la nuit pour faire la fête jusque très tard.

DAY VIII – NANTES / LA SCENE MICHELET

On est déjà venu a Michelet, on a déjà passé une excellente soirée la bas et on sait que l 'équipe technique y est vraiment performante. Mais cette soirée a quand même eut un goût particulier... un goût de folie, un goût d'ambiance de ouf. Et les HIGH GAIN, (encore un produit du Vamacara Studio) ont fait un job de dingue devant une salle vraiment blindée. Les Trimpes l'ont compris en ouvrant ce soir, Nantes est en feu bordel. Ca gueule, ca slamme, ça tape dans les mains bref, encore un coup où on ne s'attendait pas à ça.

J'ai pas fait beaucoup de tournée dans ma vie, j'ai fait beaucoup de concerts, ça oui, mais dans la cadre d'un tour qui dépasse les 4 jours d'affilés, ça se compte sur les doigts d'une main. Mais ce qui se passe avec ce groupe est quand même de plus en plus dingue pour un novice comme moi, rencontrer des gens qui font noir de bornes pour venir nous voir , qui ont déjà toute la disco et qui connaissent les paroles , et tout ça a des centaines de km de chez moi, et bien promis, ça fait quelque chose, et bien propre.

Nantes c'était ça, le genre de soirée à laquelle tu ne t'attends pas forcement, mais qui te balance une avalanche de sentiments (allant de la satisfaction à l'étonnement en passant par l'émotion pure) qui te font comprendre pourquoi tu fais ça. Pas pour la thune, pas pour la notoriété a proprement parlé, mais pour le Rock en général, pour avoir ce sentiment de servir à quelque chose, de divertir correctement les gens, de les voir balancer tout ce qu'il ont dans les tripes et de faire de même. Bref ce soir et encore plus que d'habitude, j'aime mon job, même si ce n'en est pas un.

Nantes, mon amour.

DAY IX – PARIS / GAMBETTA CLUB

« Mais qui est ce qui vous a programmé ici ?!!!! » Ta programmatrice blaireau.

Voilà comment on a été accueilli à Paris. Une scène de 2x2m (mais on était au courant) une table de mix sans ingé son avec 4 tranches de fonctionnelles, pas de câble, pas de micro, un deal de base non respecté et ce, à l'arrivée, et la promesse d'avoir les flics au cul dès qu'on mettra l'orgue en route.

Alors depuis on nous a dit « vous avez joué au Gambetta ?!!! bande de chibrés ! » Eh bien non, nous n'avons pas joué au Gambetta pour de vrai, puisque nous avons choisi de sortir les guitares acoustique pour éviter une annulation ou encore une descente de flics. Ne jouerons donc pas ce soir, Rafinet au clavier et Charly à la basse. Ajoutez à cela une voix rincée de chez rincée en toute gratuité et vous obtenez un massacre en bon et due forme.

Seuls LES TRIMPES ayant préféré (ont été forcés) l'acoustique total, et sans électricité, auront réussi le pari fou de proposer quelque chose de correct pour le bonheur des personnes présentes.

Paris donc ? Non merci, on attendra un plan équipé correctement plutôt que de forcer pour obtenir absolument une date à la capitale et cela au dépend du public qui lui a bien payé pour un concert digne de ce nom. Les personnes présentes sont donc conviés gratuitement à notre prochaine apparition parisienne, nous ne manquerons pas de le faire savoir sur les réseaux sociaux.

La dernière soirée en compagnie des TRIMPES (puisqu'ils repartiront direct après le concert du lendemain) n'aura eu d'excellent que cet after au Ricard dans l’hôtel Première Classe de Meaux, et c'est déjà pas si mal !

DAY X – VOLMERANGES LES MINES / NO MAN'S LAND

Dernier jour, dernier show chez notre ami Claude du No Man's Land pour boucler ce tour qui aura eu son lot d'aventures en tous genres, et surtout des bonnes !

On est déjà un peu tous morose depuis le début de la journée, la mélancolie débarque dans ce club d'un autre temps, au milieu de nulle part ou les téléphones ne captent rien non plus.

Je suis obligé de noter ce groupe incroyable ne faisant que des covers de classiques du rock/metal de ces 30 dernières années avec leur style si particulier qui nous aura fait passer un très bon moment. LES TRIMPES sont en forme comme tout pour ce dernier show dantesque ou bien sûr on débarquera sur scène et pendant lequel Charly aura même fait le prêt de sa Buzzard (ça n'était jamais arrivé) a Max des Trimpes pour l'occaz, bref le même genre de joyeux bordel qui se passa tout au long de notre propre show pour finir de sceller cette amitié qui avait déjà commencé une année auparavant de l'autre côté de l'Atlantique. C'est donc à 1h du mat' que les Trimpes ont pris la route pour 500 bornes en direction de Lyon afin de chopper leur avion le lendemain matin. Ils sont partis des planches aussi vite qu'ils y sont arrivés.

Je vous passe la déprime post tour qui règne dans le camion sur le retour et encore aujourd'hui ou j'écris ces lignes, ça, ça n'a franchement rien intéressant,..

MERCI à toutes les personnes qui ont permis ce tour possible et/ou qui nous ont assisté pendant ce dernier, Brin de Zinc, Ben JC Vienne Nico Reymond et la Salle du Quai, Eric Ramfire et Le Rat’s Christophe et toute l'équipe du Ninkasi, Pat Klonosphere et Le Zinc, ainsi que Marco, La Scène Michelet et son équipe technique de ouf ainsi bien sûr que NI Koh et ses High Gain, et enfin Claude et le No Man's Land mais surtout… surtout… merci à VOUS !

Renato, pour FLAYED   


par Sheb le 17/11/2016 à 01:35
   1676

Commentaires (7) | Ajouter un commentaire


mazak
membre enregistré
17/11/2016 à 08:42:36
excellent !

JérémBVL
membre enregistré
17/11/2016 à 09:11:41
Un tour report par Renato lui-même!? La grande classe!

Jus de cadavre
membre enregistré
17/11/2016 à 18:36:44
Bien bon ce tour report, bien écrit, tout... !

Merki.

grinder92
membre enregistré
18/11/2016 à 10:38:36
Quel kiff ce report !
1. ricoquoi, l'anecdote de la bagnole, j'en ai pissé de rire ! Je m'en remets toujours pas !
2. j'ai découvert la musique de Flayed ! quel groove ! excellent ! je serai des vôtres au prochain live pas loin de chez moi !

JTDP
membre enregistré
18/11/2016 à 10:46:20
Ouaip, super tour report ! Bien deg' de n'avoir pas pu être des vôtres à Nantes...

Renato
@109.0.36.50
18/11/2016 à 11:30:47
Bah bien le merci les gars, si ça vous a donné envie de venir nous voir et/ou de découvrir Flayed, j'en suis le premier bien content :) Je remercie encore Sheb et toute l'équipe de Metalnews pour avoir publié nos frasques ;)

Mika
@81.185.78.69
18/11/2016 à 15:21:02
La soirée sur Poitiers fût top !

Ajouter un commentaire


Airbourne

Boneshaker

The Deathtrip

Demon Solar Totem

Shadow Limb

Burn Scar

Denner's Inferno

In Amber

Sorcery

Necessary Excess of Violence

Voyager

Colours In The Sun

Cyhra

No Halos In Hell

Mur

Brutalism

Nocturnal Breed

We Only Came for the Violence

Work Of Art

Exhibits

Deceitome

Flux of Ruin

Risen Prophecy

Voices from the Dust

Desolation

Screams of the Undead

Une Misère

Sermon

Aro Ora

Wairua

White Mantis

Sacrifice Your Future

Hatred Dusk

Hatred Dusk

Diocletian

Amongst the Flames of a Burning God

Maïeutiste

Veritas

Alunah

Violet Hour

Birds in Row

RBD / 13/11/2019
Emocore

The Murder Capital + Whispering Sons

RBD / 07/11/2019
Gothic Rock

MORTUARY, Interview avec Patrick (Chant) et Jean-Noël (Basse)

youpimatin / 05/11/2019
Brutal Death Metal

Nesseria + Stuntman

RBD / 01/11/2019
Hardcore

Concerts à 7 jours

+ Father Merrin + Clegane

17/11 : Le Do It Yourself, Lille (59)

Photo Stream

Derniers coms

J'ai acheté Metallian il y a quelques mois. Des années que je n'avais acheté un magazine papier. J'y ai lu 3 ou 4 interviews corrects (les groupes que j'aime). Ce torchon, bien fichu, a toujours le chic pour interviewer les groupes les plus nazes de la scène métal. Il empeste toujours l'extensi(...)


S'il n'y avait que l'alcool hein...


Hard Force, Hard N Heavy et Hard Rock mag c'était de la bombe dans les années 90.

Rock Hard c'était genial dans les années 2000.

Aujourd'hui Rock Hard et Metallian sont les survivants et fond le minimum je trouve, mais vu qu'il n'y a plus que eux...


Je comprends pas ce qu'il fou, il commence à jouer pour aller ensuite dans le public WTF...

Ca va mal.


Ouais une grosse pensée pour l'équipe qui tourne avec lui et qui subi cela, c'est vraiment triste.


Une vidéo du naufrage... https://www.youtube.com/watch?v=uYzzyxDHkc0


Les mags étrangers, lisant difficilement l'anglais, tu comprendras que je m'en cogne avec une certaine force.

Oui j'ai connu Noise Mag', du temps d'Alex Citram mais je préfère RockHard, même si sa ligne éditoriale penche il est vrai trop sur un certain Hard Rock provenant d'Austral(...)


Ça n'étonnera personne. Ça devait bien arriver un jour. J'ai pas vu d'image mais apparemment il serait carrément tombé de la scène... franchement c'est une bonne chose, c'était au delà du pathétique sur scène (déjà au Motoc l'année dernière). En espérant qu'il soigne vraiment son turb(...)


Ah ben faut pas être trop difficile, à mon humble avis, surtout si on compare avec les mags étrangers (purée, z'avez lu Deaf Forever, Legacy mag, voire en France Noise mag, bien plus complet, même si ça cause pas de metal exclusivement loin de là ? C'est autre chose, niveau qualité et conten(...)


Non, du tout. Les deux groupes se partagent la couverture, c'est tout.


Trust a fait un truc avec Airbourne j'ai pas suivi ?


Je suis fan de ce mag' pour plusieurs raisons, même si je reconnais le côté soft de bien des groupes et un certain penchant virant parfois à l'obsession pour AC/DC (que je n'aime pas particulièrement).

Mais pour peu qu'on ne soit pas un die hard de Metal Extrême (y a Metallian pou(...)


J'avais arrêté Rock Hard pendant un certain temps pour cette raison ("mou du genou" dans sa ligne éditoriale) mais au final j'y reviens de temps en temps maintenant, car justement pour les découvertes plus "soft" c'est tout de même pas mal. Et je trouve encore de la passion dans ce mag...


Pas forcément. Le nom du mag a toujours été RockHard. Il ne vise pas le même public que Metallian.

Moi ça me va à 100 %


Je ne suis pas sûr que ce soit de la HM-2 sur le 1er album. Tout ce qui passait au Sunlight n'avait pas toujours ce son caractéristique (Tiamat et Grave par exemple ;-) )


Ouais c'est bourré de feeling ce morceau je trouve. Cette légende (si ce n'est LA légende) du sludge n'empêche ce mec ! Et ce look de loubard qui va bien :D !


@stench: Je fais encore un paquet d'échanges à l'étranger, l'underground s'arrête pas à ta région, voir à la France :)
Tu parles de split tapes de VACARME?


Le premier extrait est vraiment intéressant, Kirk en a encore dans le ventre !


La date prévue à Barcelone dans la première version de cette tournée a carrément sauté. Ils doivent être dégoûtés.


"Pas de date pour la France".....