Ultratumba

Border Terror

02/05/2021

Disembodied Records

La Colombie, pays pourvoyeur de brutalités en tout genre depuis les années 80 exporte encore et encore, sous des formats divers, mais toujours attaché à cette bestialité qui a fait sa renommée. Aujourd’hui, hors du Black, du Black/Thrash et autres dérives Noisy plus ou moins recommandables, l’Amérique du Sud nous envoie une horde de zombies plus ou moins frais, s’exprimant dans un langage séculaire, et bousculant une fois de plus la sensibilité des plus fragiles. Ainsi, les originaires de Cúcuta de BORDER TERROR ne nous proposent pas un énième torture porn à base de touristes charcutés par des psychopathes locaux, mais bien une énième visite guidée des bas-fonds colombiens sous bande-son Death de tradition.

Fondé en 2017, ce collectif hirsute n’en est pas à son coup s’essai, puisqu’un premier moyen-format avait déjà choqué les âmes prudes en 2018 (Escaping from Pandemonium, savoureux). Et trois ans plus tard, c’est via un premier long plutôt court que les colombiens reviennent sur le devant de la scène moisie, armées de huit titres dont une intro pour nous mettre à genoux et nous faire humer la terre d’un cimetière local.

Vingt-cinq minutes, c’est peu, mais suffisant. En effet, quelque mesures suffisent à prendre l’ampleur des dégâts old-school, et cet Ultratumba ravira les amateurs de sensations fortes estampillées nineties, avec son démarcage à peine caché des exactions les plus caverneuses de l’époque. A cheval entre l’inspiration brutale américaine et la froideur des riffs suédois, BORDER TERROR propose donc une fusion assez délicieuse entre les coups de boutoir glaciaux d’ENTOMBED et la rigueur de dépeçage de SUFFOCATION, soit la quintessence des deux écoles, assaisonnée de piments locaux.

Entre vitesse exagérée et lenteur éprouvante, ce premier album démontre que les musiciens ont des capacités de composition certaines, et qu'ils manient leur instrument avec un panache indéniable. Le title-track est justement le genre de postulat dont nous avons toujours besoin en cas de classicisme prononcé, et sa férocité dans la vélocité est vraiment très agréable et mordante, d’autant que quelques breaks emprunts de fantaisies en blasts viennent agrémenter le tout.

Caverneux mais discernable, intelligible mais bestial, ce premier album nous plonge dans le marasme de la tradition Death des origines. Pas de complaisance dans la copie, mais du flair dans l’aménagement des titres, qui reposent tous sur plusieurs idées différentes. Les riffs congelés et réchauffés au micro-ondes donnent donc facilement le change, d’autant que le quintet composé de Diego Barajas à la basse, d’Alex Mora et de Carlos Corzo aux guitares, d’Hector Sanabria à la batterie et d’Andres Ardila au chant peut s‘appuyer sur une rythmique au rendement maximal, et sur une paire de guitaristes qui n’ont pas la rigor mortis dans leur sac à cadavres.

Alors, ça tangue, ça bouscule, ça écrase, ça concasse, mais ça le fait proprement, et avec amour. Entre un abattage sérieux et une compression solide, les colombiens font le tour de la question formelle, et nous offrent un panaché de morceaux tous plus convaincants les uns que les autres. Et ce classicisme de forme ne lasse pas, contrairement à ce qu’on pourrait croire, d’autant que le schéma est bien élaboré, reposant sur un principe d’alternance entre le glauque et l’horrifique rapide.     

Le long et évolutif « Furnaces Of Infamy » prouve que le groupe en a sous le coude et reste tout à fait capable de nous divertir, tandis que le lapidaire et sans pitié « Guerra A Muerte » nous donne des fourmis dans les neurones, nous obligeant à voir la vie sous son angle le plus cruel et implacable.

Espagnol, anglais, les langues se succèdent mais la violence reste stable, et avec des brûlots de la trempe de « Muerto Insepulto », on se laisse facilement prendre au jeu de la brutalité la plus traditionnelle. Une fois encore la Colombie prouve qu’elle n’usurpe pas son titre de nation la plus brutale de l’univers Death, et impose ses poulains de BORDER TERROR aux postes de surveillance d’une frontière assez bien gardée pour que la chasse le soit aussi.   

    

                                                                                                                                                                                                     

Titres de l’album:

01. Sepulcro (Intro)

02. Manufacturing For Death

03. Ultratumba

04. Born In Tombs

05. Furnaces Of Infamy

06. Guerra A Muerte

07. Ritual Of Pain

08. Muerto Insepulto


Facebook officiel


par mortne2001 le 04/07/2022 à 17:31
78 %    111

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Derniers articles

J'irai Mosher chez vous ! Episode 4 : Seattle

Jus de cadavre 12/08/2022

J\'irai mosher chez vous

Suffocation + Kharkov

RBD 08/08/2022

Live Report

Hysteria

mortne2001 04/08/2022

From the past

Voyage au centre de la scène : DEATH POWER

Jus de cadavre 31/07/2022

Vidéos

Incantation + Akiavel + Horror Within

RBD 30/07/2022

Live Report

Appetite For Destruction

mortne2001 21/07/2022

From the past

100 Albums à (re)découvrir - Chapitre 3

mortne2001 18/07/2022

La cave

HELLFEST 2022 / Part 2 / Du jeudi 23 au dimanche 26 juin

Jus de cadavre 06/07/2022

Live Report
Concerts à 7 jours
Tags
Photos stream
Derniers commentaires
Moi

Je confirme, le réalisateur est le même pour les 2 vidéos, et le créateur de Gaerea

12/08/2022, 11:43

Jean

C’est vrai que la plupart des artistes ont déjà tourné dans des festivals cet été en France . C’est pas la folie 

12/08/2022, 09:06

Humungus

C'est moi ou l'affiche n'est vraiment pas folle cette année ?

12/08/2022, 07:10

Fred

Croisé une fois, ce mec est une sorte de connard fan de l'Action Française et nostalgique d'un temps révolu, dommage qu'il n'ait pas l'honnêteté d'en parler dans cet interview. Saoulant et gavant.

11/08/2022, 21:06

Jus de cadavre

Merci pour ce très bon report (comme d'habitude) RBD.Nous avons encore et toujours la même vénération pour Suffocation, hé hé. Un groupe éternellement en immense forme sur scène. On se demande quand ils baisseront de r(...)

11/08/2022, 18:39

Simony

Je retiens MOOR et DEATH FILE RED avec LYMBOLIC SCYTHE dans un coin de la tête parce qu'il y a quelque chose je trouve dans cette démo...Merci Mortne2001 pour cette mise en lumière des suintantes abimes du Metal

11/08/2022, 08:20

Satan

@ Gargan : Pour le coup le réalisateur est apparemment un membre de Gaerea par ailleurs...

10/08/2022, 21:36

zfiaj

épingleR

10/08/2022, 18:04

Gargan

Peut être plus au réalisateur du clip d'être blâmé, mais ça fait du buzz pour les deux après tout.

10/08/2022, 10:07

Hip Fire

❤️

10/08/2022, 05:28

Satan

Oui c'est assez moyen, même si pour le coup le seul vrai reproche vient du fait d'avoir utilisé le même décor. Car je rappelle que les univers musicaux sont drastiquement différents, donnant un rendu final lui aussi différent.

09/08/2022, 23:36

Orphan

Copié un clip pas terrible, d'un groupe du même pays au même endroit...bordel la s'est fort. A cela tu rajoutes la dégaine d'Mgla, la cagoule serigraphié et tu est à un niveau de fils de puterie pas mal la. 

09/08/2022, 09:29

Moshimosher

Ah, ouais... tout de même... ça craint ! 

09/08/2022, 00:36

Saul D

ca me rappelle mon premier numéro acheté du fanzine METALORGIE ( ils parlaient des démos de DEATh POWER), le #10 avec Kevin Kuzma et Blood Feast en couverture...

08/08/2022, 16:08

Simony

Sold out en 5 heures....

08/08/2022, 12:42

Gargan

Ils ont troqué le look pirate à celui de paysan (bottes et gibson, c'était assez inédit), un peu dommage &nb(...)

08/08/2022, 10:15

Humungus

Pour les frontaliers, ils seront également au Metal Méan le 20 août.

08/08/2022, 07:01

gasdf

Jamais aimé ce style pseudo-brutal et ce groupe.

06/08/2022, 21:08

Muqueuse chiasseuse

Gatecreeper, c'est du pseudo death d'homosexuel variolé du singe.

05/08/2022, 21:07

Muqueuse chiasseuse

Deux doigts coupe-faim.

05/08/2022, 21:04