La plupart du temps, lorsque j’écoute un album, j’arrive assez bien à déterminer s’il s’agit d’un véritable groupe ou d’un one man band. Et parfois non. Mais alors vraiment pas. Tenez, en lâchant mes oreilles sur le premier CAVED, j’ai vraiment eu le sentiment d’avoir affaire à un groupe soudé et uni dans l’effort, alors même que le nom ne dissimulait l’identité que d’un seul membre, Ryan Wallace. L’homme vient d’Auckland, Nouvelle-Zélande, et Lost To Time est son premier effort officiel, et avec une telle entame, il sera assez difficile de ne pas remarquer son travail…Car outre son côté pluridisciplinaire, l’homme est doté d’une belle créativité et d’un sens aigu de l’originalité, qui m’empêche de rattacher sa musique à un courant particulier. Oui, ce plan-là, je vous l’ai déjà fait à maintes reprises, mais il est pourtant toujours d’actualité, tant les treize pistes proposées naviguent d’une humeur brutale à des impressions psychédéliques fatales, tout en restant attachées à des valeurs fondamentales de brutalité et d’efficacité.

Tout à tour Thrash, Death, Thrash progressif, Death progressif, Thrash Death psychédélique, ce premier LP à bien des qualités à mettre en avant, tout autant instrumentales que d’inspiration globale. On se prend à rêver d’une rencontre inopinée entre VOÏVOD, POSSESSED, PSYCHOTIC WALTZ, CYNIC, DEATHSPELL OMEGA, le DEATHROW de Deception Ignored, NOCTURNUS, GOJIRA, et quelques autres aussi qui constituent à n’en point douter une poignée d’influences admises ou non par l’auteur.

Tout ça fait beaucoup, et laisserait à penser que Lost To Time s’est un peu lost in space, mais que nenni, puisque Ryan a gardé la bride courte, et n’a pas divagué pendant presque cinquante minutes pour laisser son inconscient s’exprimer sans limites. Les morceaux sont intelligemment agencés mais libres, et l’effet percutant au possible, sans négliger de ménager de solides passages étranges, à mi-chemin entre le Techno Death le plus débridé et le Post Thrash le plus affirmé. La frontière entre les deux est la plupart du temps ténue, même si chaque segment possède son accroche propre. Et pour rester honnête, chacun distille tant d’idées à la minute qu’on se demande vraiment comment le musicien est parvenu à tout concentrer en un seul album. Beaucoup d’idées, mais aussi un art consommé pour les mettre en forme autour de structures mouvantes, et d’une orchestration organique. Chaque instrument se meut de sa propre initiative tout en suivant le mouvement général, et la première chose que l’on note est cette extraordinaire basse mutine qui parcourt toute l’étendue de son manche sans manquer de respect à une rythmique qui peut compter sur sa solidité. Des gammes parcourues, des riffs biscornus, un chant distordu, une recette éprouvée pour un impact magnifié, qui parfois se permet même quelques exactions Vintage Rock de fort bon aloi, un peu comme si les BLIND ILLUSION taillaient le bout de Blues avec les DEVIL ELECTRIC (« Life’s Corridors »).

Version courte, médiane ou longue, la litanie proposée est d’importance et inspirée, et même lorsque les cinq minutes sont allègrement franchies (« Time Warmed Up »), la muse n’est pas alanguie à attendre que la source ne soit plus tarie, et les arpèges prennent la place de l’électricité, pour une drôle de ballade dans les méandres de genres qui se noient dans un même confluent.  

Dès « Killer », Wallace met les choses au point, et nous désoriente de son Death à relents Thrash efficace mais tout sauf direct, et empile les plans sans douter de leur stabilité, agrémentant la folie d’une ligne de chant versatile qui se refuse à adopter la linéarité de grognements prévisibles. La guitare se permet quelques incartades parfaitement psyché, et des riffs que Piggy lui-même aurait pu jouer, tandis que l’axe basse/batterie refuse de se fixer sur un tempo déterminé.

« You’re Gonna Die », enfonce un peu plus le clou dans le cercueil des probabilités, et ondule au gré d’un thème redondant, tandis que « Long Pig » ose la spirale d’une guitare dissonante et tournoyante, et d’une basse qui se fait plaisir en rebondissant sur une batterie qui accélère enfin les débats. Le déroulé est fluide, les enchaînements diaboliquement logiques, mais le chroniqueur à ce moment-là doute de sa capacité à décrire fidèlement ce qu’il entend, ce qui est toujours très bon signe pour un public potentiel, toujours avide de nouveautés décalées.

Difficile donc de rester concentré, mais la perte de repères est tout sauf désagréable. On se laisse alors porter par l’univers très personnel d’un musicien rebelle, qui brise les carcans et refuse toute politesse de clarté, et qui n’a d’autre maître que sa propre imagination, qu’il parvient quand même à garder cohérente tout du long. Mais de temps à autres, les choses deviennent bizarres, à l’occasion d’un break parfaitement incongru (« Filth », et ses chœurs presque grégoriens assez malsains), tandis que la prouesse rythmique laisse pantois en s’accordant aisément de délires instrumentaux en patois (« Wind », MORBID ANGEL et AKERCOCKE sont sur un bateau, le crucifix tombe à l’eau, qui le repêche avant le coup de marteau ?).

Et à l’occasion d’un final assez déjanté, Ryan pousse les choses encore plus loin en ralentissant la cadence d’un pseudo-Doom assez épais, mais toujours excentrique et mélodique (« Down At The Docks »).

Ardu à expliquer, mais facile à savourer, c’est un peu la conclusion idoine d’un premier album qui n’a d’autre raison d’être que la sienne, et qui risque d’échapper aux plus cartésiens d’entre vous, mais qui saura réjouir les plus fous.

En tout cas, et même en faisant abstraction de sa solitude de musicien, Ryan Wallace/CAVED avec Lost To Time signe un premier longue durée vraiment intrigant, qu’on écoute attentivement, et qu’on déguste avec un intérêt particulier. Je suis curieux de voir et d’entendre où tout cela va le mener, mais en attendant une suite éventuelle, jetez-vous sur ce cadeau que le Néo-zélandais vous fait, et téléchargez pour rien son album sur son Bandcamp.

Gratuité n’est pas toujours synonyme de facilité.


Titres de l'album:

  1. Killer
  2. You're Gonna Die
  3. Long Pig
  4. Forest
  5. Basement Age
  6. Life's Corridors
  7. Time Warmed Up
  8. Munging
  9. Mountain Giant
  10. Filth
  11. Wind
  12. Vagrant In Creation
  13. Down At The Docks

Bandcamp officiel


par mortne2001 le 12/09/2017 à 17:39
79 %    329

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Picture

Wings

Birdeatsbaby

The World Conspires

Airbourne

Boneshaker

The Deathtrip

Demon Solar Totem

Shadow Limb

Burn Scar

Denner's Inferno

In Amber

Sorcery

Necessary Excess of Violence

Voyager

Colours In The Sun

Cyhra

No Halos In Hell

Mur

Brutalism

Nocturnal Breed

We Only Came for the Violence

Work Of Art

Exhibits

Deceitome

Flux of Ruin

Risen Prophecy

Voices from the Dust

Desolation

Screams of the Undead

Une Misère

Sermon

Aro Ora

Wairua

White Mantis

Sacrifice Your Future

Hatred Dusk

Hatred Dusk

Diocletian

Amongst the Flames of a Burning God

Birds in Row

RBD / 13/11/2019
Emocore

The Murder Capital + Whispering Sons

RBD / 07/11/2019
Gothic Rock

MORTUARY, Interview avec Patrick (Chant) et Jean-Noël (Basse)

youpimatin / 05/11/2019
Brutal Death Metal

Nesseria + Stuntman

RBD / 01/11/2019
Hardcore

Concerts à 7 jours

+ Father Merrin + Clegane

17/11 : Le Do It Yourself, Lille (59)

Photo Stream

Derniers coms

Dans l'éternel débat des mag' papiers encore existant, de mon côté, New Noise et Rock Hard sont le haut du panier.
New Noise pour leur éclectisme qui fait vraiment du bien (j'ai, par exemple, découvert BRUTUS grâce à eux, une de mes plus belle rencontre musicale et mon meilleur concer(...)


Perso je trouve les premieres années de Rock Hard vraiment excellente, apres le magazine n'a plus innové.


J'ai acheté Metallian il y a quelques mois. Des années que je n'avais acheté un magazine papier. J'y ai lu 3 ou 4 interviews corrects (les groupes que j'aime). Ce torchon, bien fichu, a toujours le chic pour interviewer les groupes les plus nazes de la scène métal. Il empeste toujours l'extensi(...)


S'il n'y avait que l'alcool hein...


Hard Force, Hard N Heavy et Hard Rock mag c'était de la bombe dans les années 90.

Rock Hard c'était genial dans les années 2000.

Aujourd'hui Rock Hard et Metallian sont les survivants et fond le minimum je trouve, mais vu qu'il n'y a plus que eux...


Je comprends pas ce qu'il fou, il commence à jouer pour aller ensuite dans le public WTF...

Ca va mal.


Ouais une grosse pensée pour l'équipe qui tourne avec lui et qui subi cela, c'est vraiment triste.


Une vidéo du naufrage... https://www.youtube.com/watch?v=uYzzyxDHkc0


Les mags étrangers, lisant difficilement l'anglais, tu comprendras que je m'en cogne avec une certaine force.

Oui j'ai connu Noise Mag', du temps d'Alex Citram mais je préfère RockHard, même si sa ligne éditoriale penche il est vrai trop sur un certain Hard Rock provenant d'Austral(...)


Ça n'étonnera personne. Ça devait bien arriver un jour. J'ai pas vu d'image mais apparemment il serait carrément tombé de la scène... franchement c'est une bonne chose, c'était au delà du pathétique sur scène (déjà au Motoc l'année dernière). En espérant qu'il soigne vraiment son turb(...)


Ah ben faut pas être trop difficile, à mon humble avis, surtout si on compare avec les mags étrangers (purée, z'avez lu Deaf Forever, Legacy mag, voire en France Noise mag, bien plus complet, même si ça cause pas de metal exclusivement loin de là ? C'est autre chose, niveau qualité et conten(...)


Non, du tout. Les deux groupes se partagent la couverture, c'est tout.


Trust a fait un truc avec Airbourne j'ai pas suivi ?


Je suis fan de ce mag' pour plusieurs raisons, même si je reconnais le côté soft de bien des groupes et un certain penchant virant parfois à l'obsession pour AC/DC (que je n'aime pas particulièrement).

Mais pour peu qu'on ne soit pas un die hard de Metal Extrême (y a Metallian pou(...)


J'avais arrêté Rock Hard pendant un certain temps pour cette raison ("mou du genou" dans sa ligne éditoriale) mais au final j'y reviens de temps en temps maintenant, car justement pour les découvertes plus "soft" c'est tout de même pas mal. Et je trouve encore de la passion dans ce mag...


Pas forcément. Le nom du mag a toujours été RockHard. Il ne vise pas le même public que Metallian.

Moi ça me va à 100 %


Je ne suis pas sûr que ce soit de la HM-2 sur le 1er album. Tout ce qui passait au Sunlight n'avait pas toujours ce son caractéristique (Tiamat et Grave par exemple ;-) )


Ouais c'est bourré de feeling ce morceau je trouve. Cette légende (si ce n'est LA légende) du sludge n'empêche ce mec ! Et ce look de loubard qui va bien :D !


@stench: Je fais encore un paquet d'échanges à l'étranger, l'underground s'arrête pas à ta région, voir à la France :)
Tu parles de split tapes de VACARME?


Le premier extrait est vraiment intéressant, Kirk en a encore dans le ventre !