When the Sky Is Black

Hessler

11/01/2021

Slice ‘n Dice Records

Un peu de légèreté ne pouvant pas faire de mal en ce début d’année plus que maussade, j’ai le plaisir de vous présenter deux musiciens au teint délicatement pas hâlé mais à la musique enjouée et ensoleillée. Il y avait bien longtemps que je ne m’étais pas aventuré en terre californienne, et le second LP de HESSLER tombe à pic. Sauf que ces messieurs ne viennent pas de Los Angeles mais bien de Chicago dans l’Illinois, ce qui ne les empêche pas d’avoir tout compris au Hard Rock légèrement sleazé des années 87/88. Fondé en 2008, ce tout petit collectif n’est pas vraiment un groupe à proprement parler, puisqu’on ne retrouve que deux membres au line-up, Erik Michael à la basse, guitare et chœurs, et Igz Kincaid à la guitare et au chant. Soit l’association d’un américain pur jus et d’un originaire de Bosnie Herzégovine, combo assez étrange dans les faits, mais redoutable dans la création.

Depuis son émergence, le duo n’a pas chômé, et nous a déjà gratifiés de plusieurs EP’s (Bad Blood en 2011, Ghost Dance en 2014 et Skeleton Crew en 2016), mais n’avait pas donné de nouvelles depuis cinq ans, ce qui commençait à soulever quelques interrogations sur sa survie éventuelle. Mais c’est armé d’un concept album en béton qu’HESSLER revient en 2021, concept assez éloigné de la légèreté de sa musique, et c’est encore Igz qui en explique le mieux la genèse et la concrétisation.

« Je suis retourné en Bosnie en juillet 2018, après avoir échappé aux horreurs de la guerre, contrairement à ma famille et mes amis. Je suis allé au Musée des Crimes contre l’Humanité de Sarajevo, et j’ai été submergé par cette expérience. Dès que je suis sorti de ce musée, je me suis assis sur un banc, et j’ai commencé à écrire les textes de l’album en me positionnant en victime de la guerre à Sarajevo. La pochette de l’album retranscrit d’ailleurs cette dualité entre le passé moderne d’une ville et son futur apocalyptique. »

Du Hard Glam sur fond de prise de conscience des horreurs de la guerre ? Voilà qui n’est pas courant, le genre s’accommodant d’ordinaire de sujets beaucoup plus légers et Rock n’Roll comme les groupies, la vie sur la route, l’alcool coulant à flot et les performances sexuelles backstage. Mais il n’est pas interdit de jouer une musique enjouée sur fond de lyrics engagés, d’autant qu’instrumentalement parlant, les deux hommes ont sorti le tapis rouge pour nous proposer un Hard légèrement Punky sur les bords, gouailleur au possible, rappelant la solidité des combos Glam anglais (WRATHCHILD, TIGERTAILZ), mais aussi la dureté de la scène française de BLACKRAIN.

Ce nouvel album l’est en partie, et s’autorise plusieurs incartades en dehors d’un répertoire original. Car ce ne sont pas moins de trois reprises que nos y trouvons, assez décalées, avec au menu des appropriations de TURBONEGRO, les rois de la fête, les horror-punks des MISFITS, mais aussi les plus classiques GOLDEN EARRING. Un mélange assez étrange donc pour ce second-longue durée, mais qui ne gâche en rien le plaisir musical ressenti. Concrètement, la musique de ce When the Sky Is Black est classique, festive dans ses accords fondamentalement Rock, subtilement sombre dans le ton et certaines ambiances, mais apte à satisfaire les fans d’un Hard-Rock enrobé de quelques cotillons qui peinent à cacher le propos sérieux. Bons musiciens, les deux hommes savent tirer d’excellents riffs de leurs guitares, et utilisent leur timbre un peu acide à bon escient. En découle un sentiment d’amateurisme assez délicieux, nous renvoyant aux meilleures heures du Sleaze acceptant ses racines punk, et dès « Crazy Horse », le ton est donné, il sera Rock et party ou ne sera pas.

Un up tempo diabolique, des chœurs à profusion, des cassures en caprice pendant la fête, et une attitude globale assez débridée. Loin du superficiel et du tape à l’œil de la scène californienne, les deux instrumentistes et compositeurs adoptent une vision plus européenne du Rock durci, sans toutefois occulter l’importance de refrains fédérateurs. « Akira » en donne un aperçu avec son refrain en forme d’initiales épelées façon spelling bee, et son approche rugueuse en arrière-plan. On pense même aux regrettés ZODIAC MINDWARP sont le séminal hymne à la débauche « Backseat Education » revient à la mémoire.

Entre big-mouth-Rock et sérieux du thème, HESSLER jongle avec précision, et les hauts-faits Rock s’accumulent sur le sol du salon, tous les morceaux étant plus ou moins construits sur le même moule. Il faut attendre le quatrième titre, « Fallen Star », pour que la pression retombe un peu et que les influences d’AC/DC et D.A.D reprennent le dessus pour un Hard-Rock plus classique. Les reprises sont à envisager individuellement, chacune proposant une approche différente, avec des relectures très classiques des MISFITS et de TURBONEGRO, et un « Twilight Zone » lifté plus personnellement.

Entre temps, le duo s’amuse acoustique sur « El Jefe », et si la boîte à rythmes sonne bien comme telle, on apprécie cette énergie qui ne se dément pas de tout l’effort. L’album se termine par une dernière charge high on energy (« Bad Blood »), et l’impression laissée est celle d’un brouillon magnifique qui garde des allures de premier jet à peine peaufiné pour ne pas perdre en spontanéité. Un LP engagé pour une musique endiablé, le cocktail est surprenant, mais le rendu gouleyant. De quoi aborder ce sale avenir de façon lucide sans oublier de se changer les idées.    

            

               

Titres de l’album:

01. Crazy Horse                    

02. Akira                               

03. This Evil                          

04. Fallen Star                       

05. When the Sky Is Black               

06. No, I'm Alpha Male (TURBONEGRO cover)              

07. London Dungeon (MISFITS cover)                  

08. El Jefe                             

09. Twilight Zone (GOLDEN EARRING cover)               

10. Bad Blood


Site officiel

Facebook officiel


par mortne2001 le 01/03/2022 à 18:19
78 %    405

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Derniers articles

Enslaved + Svalbard + Wayfarer

RBD 20/03/2024

Live Report

Voyage au centre de la scène : BLOODY RITUAL

Jus de cadavre 17/03/2024

Vidéos

Crisix + Dead Winds

RBD 20/02/2024

Live Report

Abbath + Toxic Holocaust + Hellripper

RBD 21/01/2024

Live Report
Concerts à 7 jours
The Answer 14/04 : Le Petit Bain, Paris (75)
Tags
Photos stream
Derniers commentaires
Arioch91

on veut du sonOu pas   

11/04/2024, 20:01

Moshimosher

Cool ! Une avant-première du prochain Burzum ! Maintenant qu'on a la pochette, on veut du son !!!

11/04/2024, 18:49

Simony

On sait où était Varg Vikernes à ce moment là ?I'm on my way to burn the shop....

11/04/2024, 15:52

grosse pute

Le karma

11/04/2024, 12:40

Jus de cadavre

C'est clair... Sans compter les archives qu'il restait là-dedans apparemment !C'est triste en tout cas, mais je ne peux m'empêcher de voir dans cet incendie une certaines ironie tout de même...

11/04/2024, 09:17

Orphan

Ouch...il y a quelques raretés qui viennent de partir en fumées

11/04/2024, 07:26

Moshimosher

Très bon groupe !!! Impatient !!!

10/04/2024, 18:55

Sphincter Desecrator

@Gargan:Vérole! Un belou! Deux-sévrien, donc. On a du se croiser, du coup. A Bressuire ou à Niort, peut-être?Effectivement, pour revenir à JINX, pas beaucoup de rescapés, a priori...

10/04/2024, 18:53

Gargan

T'es un ventrachoux haha ! Ouais, sur le tard pour un jeune belou des 80s. C'est solide, assez ricain et on trouve leur lp à pas cher, ce qui est plutôt rare dans le style. Encore un groupe éphémère, avec une partie du line-up décédé(...)

10/04/2024, 07:56

Sphincter Desecrator

Par chez moi, il y avait JINX (ex-SERVICE COMPRIS). Je n'ai pas connu à l'époque car trop jeune, mais ils ont eu leur réédition il y a quelques années. Est-ce que, parmi les vieux des années 80, certains d'entre vous connaissaient?

09/04/2024, 19:00

Saul D

Voie De fait & Shaking Street, c'est bon ça... au fait, ce ne serait pas le guitariste de Voie de Fait qui aurait fourni un logo et un nom à un groupe parisien qui se nommait "Blood wave"(avant de changer de patronyme of course)? A moins que je ne confonde...

09/04/2024, 12:55

Yajireubié

dragon moshing mad 

08/04/2024, 23:23

Gargan

Pas degueu ! Et mes petits péchés mignons, Strattson et Steel Angel (ça c’est pour la partie 3 haha)

08/04/2024, 20:48

David

Merci pour vos remarques. La prochaine vidéo traitera de Fisc, Damon Eyes, Shaking Street, Voie de fait, Vulcain et quelques autres.

08/04/2024, 19:36

Saul D

Et puis Vulcain est souvent cité, c'est un groupe qui mérite aussi de l'attention..il y a aussi Demon Eyes...

08/04/2024, 14:48

Saul D

J'allais dire exactement la même chose ( pour High power et Blasphème)...

08/04/2024, 14:25

Gargan

Y'a de quoi débattre sur la question de la "langue" du rock et du metal. C'est vrai que l'anglais passe mieux de manière générale, je me vois mal chanter en choeur "peur de l'obscurité" et c'est pas toujours év(...)

08/04/2024, 08:19

Jus de cadavre

Génial ce truc ! Fan de death old-school foncez !

07/04/2024, 19:09

Moshimosher

J'avoue que... ça ne ressemble plus à du Limbonic Art... ça en devient même assez quelconque...

06/04/2024, 21:34

Gargan

J’ai du mal à écouter ce groupe sans l’emphase des claviers de Morpheus…

06/04/2024, 16:14