Amis bourrins du lundi soir, bonsoir, cette chronique vous est adressée et se doit d’être lue dans le noir. Vous serez certainement ravis d’apprendre qu’un combo américain vient de sortir l’un des EP de Grind/Powerviolence les plus bandants de ce mois d’avril, et une fois cette chronique express digérée, vous ne manquerez pas de vous jeter sur le produit en question. Sorti le 1er avril mais loin d’être une blague, cet EP des tarés glauques de SCHOTZI fait suite à un premier single paru en décembre de l’année dernière, et vient nous coller un bon coup de pied dans les burnes histoire de nous maintenir éveillés. Nous en venant de Pennsylvanie, ce quatuor sans foi ni loi (Jake Wysocki - chant, Tim Aigeldinger - guitare, Mike Barger - basse et Piotr Gazda - batterie) se complaît donc dans la violence sourde et grave comme les mouches sur la peau d’un cadavre, et butine les fleurs de la brutalité sans avoir peur de leur écraser le pistil. Une véritable démonstration de style qui en appelle tout autant au ressenti Death des côtes scandinaves qu’à la sensibilité Powerviolence totalement ricaine, pour une dizaine de minutes de branlée sonore qui vous laisse K.O pour le compte. Certes, les combos du cru ne manquent pas, mais autant dire que ces quatre-là font preuve d’un sadisme bruitiste à l’épreuve des blasts, et qu’ils accommodent leur cruauté d’une production à décorner Kurt Ballou lui-même, qui est pourtant sourd d’une oreille depuis quelques années. De là, inutile de perdre de temps en arabesques littéraires, puisque le but de ce Pariah est justement d’expliquer pourquoi les SCHOTZI en sont. Ils en sont parce qu’ils abusent des dissonances, des changements de rythme, des accélérations façon 10G dans une centrifugeuse, parce que Jake Wysocki chante comme un méchant psychopathe en quête de victime en lardon à mettre dans ses pâtes, parce que Tim Aigeldinger dégaine des riffs à faire crever le fantôme de Roy Rogers, et que la section rythmique formée par Mike Barger et Piotr Gazda turbine comme celles de Fukushima avant l’explosion fatale.

Voilà donc un bilan exhaustif des prétentions artistiques de ces américains et fiers de l’être, qui n’hésitent pourtant pas à avoir recours à quelques samples pour illustrer leurs intros. Mais tout ceci ne nous fait perdre aucun temps précieux, puisque l’ambiance instaurée sied parfaitement à l’atmosphère générale, partagée entre vélocité Grind et vilénie Powerviolence, le tout salement assaisonné de crissements et autres grincements Indus. Citant quelques influences balayant le terrain (INSECT WARFARE, MAGRUDERGRIND, XDELOREANX, HARMS WAY, WEEKEND NACHOS, FULL OF HELL, REPULSION, KIDNAPPED, WVRM, SELFHARM, WORSE, NAPALM DEATH, ROTTEN SOUND, WORMROT, en gros, uniquement des amateurs de gros câlins), mais les mixant pour obtenir leur propre son, les SCHOTZI nous livrent avec les sept tranches de carpaccio de Pariah un joli plat de barbaque Hardcore saignant, et légèrement faisandé sur les bords. Aussi performants qu’ils ne sont violents, aussi avenants qu’ils ne sont charmants, ces quatre bambins dament le pion à bien d’autres formation en jouant crânement leur jeu, constitué d’une partie de chat et de souris version Tex Avery des bas-fonds, qui se tirent la bourre et se reniflent le fion. C’est à peu près aussi engageant qu’une impasse de Brooklyn dans les années 70, ou que les chiottes d’un vieux ciné de la 42ème, mais après tout, c’est fait pour, et le boucan dégagé réveillant les voisins sur cinq blocs a de quoi donner la nausée non à Sartre, mais aux CONVERGE, aux NAILS, et même aux PRIMITIVE MAN, certainement frustrés de constater qu’une bande underground parvient à faire aussi bordélique et complexe qu’eux. Nonobstant cette interprétation somme toute assez personnelle, ce premier EP est d’une haute teneur en décibels, et confirme que les américains ont la mainmise sur la scène Powerviolence à tendance stridente, et qu’ils n’ont pas l’intention de lâcher leur couronne aux pays de l’est.

Amis bourrins du lundi soir, bonsoir, cette chronique vous était adressée, vous pouvez maintenant retourner dans le noir. Et je ne veux pas savoir ce que vous allez y faire.


Titres de l'album:

  1. Charlatan
  2. Vexation
  3. Murder Methods
  4. Homeboy Butch
  5. Broken Glass
  6. Low
  7. Fit of Madness

Bandcamp officiel

Facebook officiel


par mortne2001 le 27/04/2018 à 17:40
80 %    322

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Acid Reign

The Age Of Entitlement

Babymetal

Metal Galaxy

Numen

Iluntasuna Besarkatu Nuen Betiko

Mister Misery

Unalive

Goatess

Blood And Wine

Laetitia In Holocaust

Fauci Tra Fauci

Vhs

We're Gonna Need Some Bigger Riffs

Municipal Waste

The Last Rager

Magic Pie

Fragments of the 5th Element

Metallica

S&M 2

Spread Eagle

Subway To The Stars

Eggs Of Gomorrh, Sarinvomit

Encomium of Depraved Instincts

Klone

Le Grand Voyage

The Neptune Power Federation

Memoirs of a Rat Queen

Hatriot

From Days Unto Darkness

Throes

In The Hands Of An Angry God

Enforced

At The Walls

Exhumed

Horror

Sekkusu

Satyromania

Soren Andersen

Guilty Pleasures

Violent Instinct

Simony / 15/10/2019
Roman

Bloodshed Fest 2019

Mold_Putrefaction / 13/10/2019
Crust

British Steel Saturday Night VIII

Simony / 13/10/2019
Heavy Metal

Interview ABBYGAIL

JérémBVL / 11/10/2019
Abbygail

Concerts à 7 jours

Chaos E.t. Sexual + Moonskin + Barabbas

19/10 : Le Klub, Paris (75)

+ Gutalax + Spasm

21/10 : Le Glazart, Paris (75)

Photo Stream

Derniers coms

Oui, superbe album. Surtout que c'est le vieux fan que je suis qui parle. Certes, c'est moderne et différent mais la réussite est totale !!


Sur les extraits clippés présentés, je leur trouve un (gros) côté AVATAR aussi, non ? En tout cas, c'est efficace, aussi bien visuellement que musicalement !


Pareil que Kerry King, je reste sur Burn My Eyes (vus pour ma part avec Emtombed début années 90) et The Blackening qui reste un excellent disque. Pour le reste, je passe mon tour, mais live, ça sonne différemment en fonction de l'orientation de l'album en promotion. La tournée Locust fut bien (...)


Pareil vinyle d'époque et compile d'Agressor sortie il y a peu pour la version CD. Bon, les morceaux inédits, ce sont les démos ?


Ils ont pas dû aimé Secondé B...


C'est parce que j'ai loupé cette tournée à l'époque que j'ai la motivation dès que le Flynn Band passe dans mon périmètre.

Machine Head est en pleine refondation. C'est un moment très ressemblant, en plus important, à la période de gestation de "Through the Ashes...". Ce titre(...)


Morceau pas terrible voire assez ridicule, mais je serai à Lyon et pourtant j'ai bien plus de 25 ans. Ça me rappellera leur tournée avec meshuggah et mary beats jane.


J'aime et j'aime pas Machine Head suivant les albums, mais en live c'est très bon.


Très belle pochette.


Machine Head a quand meme m'y un bon coup de pied au cul a pas mal de monde sur Burn My eyes.

Le reste n'a rien d'extraordinaire, sauf le second et the blackening qui sont de bon défouloir.

Les deux albums Neo c'est du pompage pour surfer sur la vague.


Machine Head a quand meme m'y un bon coup de pied au cul a pas mal de monde sur Burn My eyes.

Le reste n'a rien d'extraordinaire, sauf le second et the blackening qui sont de bon défouloir.

Les deux albums Neo c'est du pompage pour surfer sur la vague.


Excellente nouvelle


Arrêtez, merde, je me prends un sale coup de vieux à cause de vous ! ^^


Il était meilleur dans VIO-LENCE, c'est clair...


Achat obligatoire !! Même si je l'ai en vinyle d'époque, hé, hé...


AH AH AH !!!
Superbe vanne de quarantenaires effectivement...


Buck Dancer + 1.


J'ai jamais aimé, ni même en encadrer Machine Head et j'ai pourtant essayé. En plus Robb Flynn me paraît insupportable sur scène.... Mais 3h30 de concert et ça sur quasiment toute les tournées c'est RESPECT.


Merci pour la piqûre de rappel sur la sortie de ce nouvel album, dont j'étais passé à côté. A l'écoute du titre sorti il y a quelques semaines, Chritus manquait, mais le côté un peu plus direct du morceau n'était pas fait pour me déplaire. J'espère, en tout cas, un aussi bon album que le(...)


Mon bientôt futur pays d'adoption ! ( 3615 My life) J'espère y faire quelques concerts bien cool. Ça risque d'être intense