Necroscape

Tētēma

03/04/2020

Ipecac Recordings

Chroniquer un album auquel participe Mike Patton n’est jamais chose facile. C’est comme de s’attaquer à une icône de la musique, comme de prétendre être capable de disséquer l’œuvre de Zappa ou de Boulez, de comprendre tous les tenants et aboutissants sans vraiment connaître la démarche. Mais cette démarche justement, existe-t-elle, ou l’artiste s’amuse-t-il à provoquer ses fans en essayant chaque fois d’aller encore plus loin ? Cette question possède peut-être une réponse, mais seul l’artiste la connaît, en son for intérieur. Je n’ai jamais eu la moindre difficulté à parler de FAITH NO MORE, et pour cause, puisqu’il s’agit du projet le plus abordable et logique du bonhomme. Même les albums les plus abscons de FNM sont sujets à interprétation, et je dirais même que ceux de FANTOMAS aussi. Car le fantasque chanteur sait s’adapter à une certaine logique tout en gardant sa liberté créative, sauf quand il fait des blagues au téléphone ou qu’il s’acoquine avec des musiciens aussi affranchis que lui. Ainsi, j’aurais pu gloser, digresser, livrer des opinions à propos de son travail récent avec Jean-Claude Vannier, superbe album de musique orchestrale pour laquelle les deux hommes sont allés au bout de leur génie. Certes, le LP n’était pas foncièrement l’épiphanie que nous étions en doit d’attendre d’eux, mais les pièces musicales respiraient de leur envie d’harmonie et de délicatesse. De même, DEAD CROSS, l’un des innombrables concepts Metal de Patton, aussi décevant fut-il, n’était pas des plus complexes à appréhender. Mais dès que Patton se souvient de ses années MR BUNGLE, dès qu’il se rappelle de ses expérimentations vocales sur scène, dès qu’il décide d’abandonner la logique de composition au profit d’humeurs et de variations, il reste intouchable, comme cette mouche au vol erratique qui se pose sur votre visage avant de se poser sur la pièce de viande.

Une fois cette mise au point effectuée, je l’avoue, je connais TĒTĒMA. Je connais TĒTĒMA, mais je ne le comprends pas forcément, même après avoir écouté un nombre raisonnable de fois le premier album du projet, Geocidal, sorti il y a six ans déjà. Ce projet est né de la rencontre entre Patton, l’américain fou et Anthony Pateras, compositeur, pianiste et chercheur électro-acoustique australien. Le genre de rencontre qui aurait pu arriver entre Brian Eno et Kim Fowley dans les années 70, mais qui aujourd’hui, est aussi pertinent dans une époque moins encline à la folie de seventies qui pensaient avoir tout à inventer. Entre les deux hommes, un lien évident, celui d’un amour inconditionnel pour une musique non conventionnelle, mais aussi une relation de musicien à fan, Pateras ayant avoué sa passion pour MR BUNGLE et certaines autres entrées du catalogue Ipecac. Passé le préambule de cette rencontre et ses effets immédiats, sachons que les « vrais » fans de Patton excusent à peu près toutes ses errances, même les moins pertinentes et les plus dispensables. Il est donc inutile de prendre leur point de vue en compte, sachant que même si Mike pétait dans un sac en hurlant le nom de Yoko Ono, ces derniers seraient ébaubis de tant de génie. Pardonnez-moi de faire preuve de plus de discernement, et de mettre le background de l’homme dans un sac à la consigne. Car c’est la seule façon de faire preuve d’honnêteté au moment de rédiger la chronique de ce second long de TĒTĒMA, Necroscape. En l’état, ce deuxième album est un pur produit de son temps, un symptôme de ce label pas comme les autres (qui rappelle souvent le fameux Zapple de Lennon), et une sorte de mi-chemin entre les fulgurances de FANTOMAS, et les expérimentations de Pateras en solitaire. Pourtant, Patton et Pateras (on dirait le nom d’un dessin-animé déjanté) ne sont pas seuls sur ce coup-là, le duo génial s’étant entouré de deux autres fondus (Will Guthrie à la batterie et de Erkki Veltheim au violon et à la mandoline), histoire d’enrichir les textures et de donner une patine plus musicale à l’ensemble qui ne l’est pas vraiment en permanence.

Et pour être sincère, pas souvent du tout, parfois même à l’opposé. « Sun Undone » pour exemple, en est un digne de musique Ambiante, avec grondements, tremblements, arrangements bidouillés pour faire croire à des chants d’oiseaux électroniques, rares et éparses interventions de Patton en mode cris et chuchotements, pour un résultat à faire rougir de fierté les LUSTMORD et THROBBING GRISTLE. Dans le même registre, un peu moins prononcé, « Necroscape » se permet quand même quelques notes enfouies dans la gamme, tandis que Mike groove et croone comme il peut en arrière-plan, le tout s’épaississant d’une atmosphère à la Diamanda Galas. On remarque des concessions à l’arythmie sur le morceau lâché en amuse-gueule « Haunted on the Uptake », et surtout, un excellent travail de Will Guthrie au kit, qui autorise le morceau quelques allusions à l’intervention de Patton sur l’EP légendaire de DILLINGER ESCAPE PLAN, Irony is a Dead Scene. Difficile à appréhender en tant qu’album, Necroscape fonctionne évidemment sur plusieurs niveaux, et demande du temps avant de commencer à se laisser apprivoiser. Il convient de le considérer comme une somme d’humeurs et d’explorations sonores, comme la BO de deux esprits libres qui ne supportent pas forcément la mesure et la logique, mais qui ne sombrent jamais dans le dadaïsme gratuit, juste pour le plaisir de provoquer. On retrouve Patton dans son répertoire de bruitiste classique sur le tribal et hypnotique « All Signs Uncensored », africain dans la percussion, mais terriblement austral dans la chaleur concentrique des sons qui se répercutent.  

Une fois encore, au vu d’un contenu qui ne respecte aucune cohérence ou ligne conductrice, il est vain de s’atteler à la tâche d’une analyse linéaire. Tout se basant sur des fulgurances plus ou moins intéressantes (mais contenant chacune une ou deux idées porteuses), Necroscape fonctionne comme un nuancier dont chacun choisira sa teinte favorite. Les teintes les plus sombres sont parfois très sombres (« Soliloquy », sorte de Proto-Breakcore avec encore une fois une hallucinante prestation de Guthrie qui se prend pour un poulpe), les choses les plus étranges sont paradoxalement belles dans leur inextricable déconstruction (« Flatliner’s Owl »), et la fin de l’album cache en son sein terminal les morceaux les plus conséquents, et donc les plus intrigants. Ainsi, le Jazz louche, l’électronique ludique et l’avant-garde minimaliste cohabitent sur l’excellent « We’ll Talk Inside A Dream », qui évoque bien son titre de nombreux silences et des passages en chausse-pied FUN LOVIN’ CRIMINALS, tandis que « Sun Undone » se veut équivalent d’un épisode vraiment barge de Twin Peaks en noir et blanc, avec ses grondements incessants, à la limite d’un Dark Ambient auquel Patton ne nous a jamais habitués. Mélange subtil de toutes les épreuves musicales que le chanteur fantasque nous aura fait subir, ce nouveau TĒTĒMA nous offre le reflet d’un Patton classique, mais surtout celle d’un Pateras qui souhaite se hisser à la démesure de son illustre comparse. Le tout fonctionne un peu comme un album classique de MR BUNGLE, avec toutes ces ruptures, ces bouillonnements soudains, ces silences perturbants, mais exige des écoutes répétées mais pas successives (sous peine de devenir fou).

Je n’encenserai pas, les louanges n’étant pas de mise. Mais la cuvée reste en oreille, un peu pâteuse parfois, mais toujours source de plaisir pour les tympans les moins fragiles.           

                                                                                                         

Titres de l’album :

                            01. Necroscape

                            02. Cutlass Eye

                            03. Wait Till Mornin’

                            04. Haunted on the Uptake

                            05. All Signs Uncensored

                            06. Milked Out Million

                            07. Soliloquy

                            08. Flatliner’s Owl

                            09. Dead Still

                            10. Invertebrate

                            11. We’ll Talk Inside A Dream

                            12. Sun Undone

                            13. Funerale Di Un Contadino

Bandcamp officiel


par mortne2001 le 06/05/2020 à 17:42
78 %    228

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Derniers articles

Licence to Kill

mortne2001 04/06/2020

Mood Swings

mortne2001 02/06/2020

Wintersun

JérémBVL 01/06/2020

Songs For Insects

mortne2001 30/05/2020

Solstice

mortne2001 28/05/2020

The Triumph Of Steel

JérémBVL 27/05/2020

The Gathering 2006

RBD 26/05/2020

End Of Society's Sanity

mortne2001 25/05/2020

Concerts à 7 jours
Tags
Photos stream
Derniers commentaires
Amazing Copy

Les Cro-Mags doivent être contents. :-)

06/06/2020, 20:48

Jus de cadavre

"Les premiers numéros sont parus fin 1992 et nous venons de sortir notre n°87 en février dernier."
Eh ben... Chapeau ! C'est ce qui s'appelle la passion.

06/06/2020, 12:39

RBD

Excellent ! Je les avais vus il y a dix ans pile, bonne claque de Sludge Stoner pur, propre, bourru et très en place, qui sortait pourtant des sentiers battus du style côté bayou ou côté asphalte.

06/06/2020, 12:19

KaneIsBack

Jamais vu le groupe en live, en grande partie à cause de leur réputation catastrophique. Mais j'adore sur album, et ce disque, malgré ses défauts, reste une de mes références (il faut dire qu'il fait partie des premiers albums que je me suis payé). Par contre, je tiens à dire ici haut et for(...)

05/06/2020, 21:41

poybe

Perso je les ai vus il y a une dizaine d'années à la coopé de Clermont (tournée avec Moonspell, Turisas et Dead Shape Figure (là j'ai du rechercher le nom du groupe ^^)), je n'en garde pas un mauvais souvenir. Le son était bon, la prestation correcte, sans être non plus transcendante ... j'av(...)

05/06/2020, 18:45

Hair-dressing Curiosity

@ Humungus :
:-)))))

N'empêche que pour ceux qui avaient biberonné aux 4 Horsemen dans les 80's, devoir subir des curetages du prose comme Load/Reload/St Anger... bordel ! la cicatrisation des sphincters a pris du temps. C'est un peu comme les rhumatismes, ça se réveille mêm(...)

05/06/2020, 17:05

Reading Bouquinerie

Naaa, c'est de la petite série, réimprimé par paquets de 12. :-D

Raaa n'empêche j'ai hâte de lire ça ! Ca va raviver des souvenirs !
(mode "vieux con", avec ses demo tapes sous le bras)

05/06/2020, 16:51

Lifting Catastrophy

J'en viens à penser que le récit d'un BON concert de Cradle ça permet finalement de démasquer à coup sûr un pseudo spectateur qui en fait ne les a jamais vus live. :-))))))




Non allez, pas tapé !! c'était juste pour faire du mauvais esprit. :-)))))

05/06/2020, 16:47

Goughy

Je n'ai que cet album et "Beauty", vu 5 ou 6 fois, toujours en festival ou "gros concert" dons ils n'étaient pas tête d'affiche, je n'ai jamais entendu pareille bouillie sonore pour aucun groupe, même du grind de squat.
On en parle parfois avec mon pote qui me dit que je ment, qu'on les a v(...)

05/06/2020, 15:57

Humungus

4ème réédition putain !?!?
Musso n'a qu'à bien se tenir !

PS : A quand dans la Pléiade ???

05/06/2020, 13:12

Humungus

Bah écoutes, j'ai fort bien fait de ne faire aucun commentaire hier soir car tu as (d)écrit en mille fois mieux qu'elle était mon ressenti sur le sujet...
Merci Professeur Hair-dressing Curiosity.

05/06/2020, 13:10

Hair-dressing Curiosity

Je pense que c'est un tout.
S'ils n'avaient pas à ce point retourné leur veste, il y aurait eu une meilleure acceptation du look, parce qu'ils avaient un tel capital sympathie et affectif avec le public que les fans auraient évoqué ça 6 mois plus ce serait passé crème.
Mais quand (...)

05/06/2020, 12:27

Reading Bouquinerie

maLin

05/06/2020, 12:20

Reading Bouquinerie

C'est main, je viens de me délester de 46 balles. :-))))

(merci MetalNews !!)

05/06/2020, 12:20

Arioch91

Excellent ouvrage que je recommande !

05/06/2020, 07:09

Humungus

Sachant que j'ai dû les voir 3 ou 4 fois, j'ai donc eu l'immense malchance de tomber à chaque fois sur une de leurs 5 mauvaises prestations live.

The Trve Humungus.

05/06/2020, 05:22

Satan

Deux choses :
1) C'est "Whore" en non "Wore".
2) De plus, c'est le nom de l'opus qui prend des petits points (au nombre de 5) et non le titre éponyme qui s'écrit d'une seule traite.
Désolé d'être pénible mais on se doit de respecter les chefs-d’œuvre jusque dans les moindr(...)

04/06/2020, 23:18

Satan

Il est parfaitement risible que l'argument number 1 de l'époque était "ils ont coup leurs cheveux". Ça en dit long sur le degré d'immaturité de bon nombre de métalleux malheureusement.

04/06/2020, 23:05

lolo

pas mal le chat planqué dans les gradins!

04/06/2020, 15:55

Humungus

"Age tendre et têtes de con" voulais-tu dire non ?

04/06/2020, 13:07