Il y a déjà quatre ans, je faisais la connaissance des lyonnais de ÇA, via leur deuxième EP 378, et j’étais de fait introduit à la scène chaotique lyonnaise (et aux activités du label Atypeek Music, sans le savoir). Aujourd’hui, j’ai rencontré de nouveau un de ses membres, via un projet parallèle issu de la même ville, VERTEX. Du Progressive Mathcore au Hardcore chaotique, il n’y a qu’un seul pas que j’ai donc franchi, et ce quatuor aux dents longues et à la puissance hors norme m’a rappelé justement ce jour d’octobre 2015 lorsque les effluves bruitistes de ÇA m’avaient caressé les oreilles. En effet, outre des instrumentistes communs, les deux combos partagent le même goût d’un Metal non édulcoré, et une sacré tendance à faire un maximum de bruit via des riffs sans compromis, des rythmiques heurtées et un chant méchamment exhorté. A la différence près que VERTEX est légèrement moins fou que son pendant local, et que sa musique se rapproche plus des standards du Hardcore de la fin des années 90/début des années 2000, et que ce Scalable, sous des atours cacophoniques, se veut légèrement plus classique. Line-up en quatuor (Philippe Nore : chant, Maxence Griffond : guitare, Quentin Mascarino : basse et Pierre Rettien : batterie), pour des horizons d’origine diverses (BOTTLE NEXT (Hard Folk), ÇA (Math Rock), SHELTER (Fusion Radioactive) ou NP SNOW (Techno)), et un premier jet qui en quatre morceaux et moins de vingt minutes, affirme la prise de position lyonnaise sur le Hardcore contemporain. Une fois encore, c’est dans les rangs d’Atypeek Music que nous remarquons les VERTEX, qui avec Scalable proposent une entrée en matière d’une puissance assourdissante, et d’un professionnalisme remarquable.

Une fois n’est pas coutume mais à tendance à le devenir, cette chronique se voudra synthétique. Car avec dix-neuf minutes de musique au compteur, ce premier EP n’aspire pas à une analyse en profondeur. On pourrait presque s’arrêter à un constat d’appartenance (à la scène Chaotic Core US mais aussi au Mathcore le plus traditionnel), à l’énoncé de quelques influences assumées (MESHUGGAH, THE DILLINGER ESCAPE PLAN ou FEAR FACTORY), auxquelles on pourrait en ajouter une ou deux (CANDIRIA, CULT LEADER, LEATHER CHALICE, et puis pourquoi pas les TRAP THEM), et surtout, à une assertion de qualité, qui permet à Scalable de s’imposer non comme produit novateur, mais comme carte de visite tout à fait crédible d’une violence urbaine acceptée, et transcendée. Visiblement, Lyon n’est pas cette ville tranquille que l’on se plaît à imaginer, et cache dans ses caves des groupes qui ne conçoivent que la violence artistique et musicale comme exutoire, nous offrant des plans au cordeau, des riffs au biseau, et des nappes vocales en chaos. Adeptes de la théorie « less is more, but sometimes, more is more », les VERTEX nous bousculent, parviennent à fondre dans une même inspiration la précision rythmique de MESHUGGAH et la folie instrumentale brutale des DILLINGER ESPACE PLAN, épiçant le tout d’une attitude franchement Hardcore et débridée qui ne pourra que plaire aux amateurs de la scène Math de l’agonie des 90’s. S’il n’y avait cette envie concrète de sonner plus Metal que les pantoufles de Rob Halford, on pourrait même évoquer le cas des CONVERGE, mais c’est bien celui de CANDIRIA qui semble le plus à propos, sans doute à cause de la voix très sèche de Philippe Nore, qui s’époumone sans s’asphyxier, et eut égard à la sévérité d’une guitare qui se rapproche des rêves les moins recommandables d’UNSANE, la rage froide new-yorkaise en moins.

Intelligents, les musiciens de VERTEX ont très tôt compris que la violence pouvait revêtir des costumes différents. Celui en haillons de « Nextage », précis de rythmique imparable dans son approche et impitoyable dans son attaque, mais aussi celui plus épais de « Social Unboard », qui entame Sludgecore avant de se barrer en couille Hardcore, avec mid tempo écrasé et symétrique dans la plus pure veine du tandem Fredrik Thordendal/Tomas Haake. « Escape Organic » joue les mouches du coche, et nous trompe d’une mélodie amère en intro, sur quelques notes, en son clair, mais rien n’est tout à fait clair ici, et la progression, très finement amenée, nous ramène sur les rivages d’un Hardcore chaotique mais mathématique, viscéral, mais subtilement froid sur les bords. Son ad hoc, qui poussé à un niveau déraisonnable garde sa dynamique, attitude, honnêteté dans la démarche, et un EP qui marque les esprits, plaçant le groupe sur l’échiquier local, en attendant des prétentions plus nationales. Moins barré et plus abordable que ÇA, ce nouveau quatuor aux pièces rapportées n’est pas dupe de son art sous influence, mais ne souhaite qu’une chose, se et vous recentrer sur le Metal, en le traitant façon Hardcore sans trahison. Une adaptation des canons en vogue aux Etats-Unis, mais une réelle envie, et des moyens. Attendons la suite, mais qu’elle ne tarde pas trop. A Lyon comme ailleurs, il faut battre le fer pendant qu’il est chaud. Et celui-ci est plutôt du genre bouillant.

    

Titres de l’album :

                       1.Nextage

                       2.Social Unboard      

                       3.Escape Organic      

                       4.Scalable

Facebook officiel

Bandcamp officiel


par mortne2001 le 22/05/2019 à 16:47
80 %    155

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Pagan Altar

Judgement of the Dead

Coventrate

Roots of all Evil

Ember

Ember & Dust

Towering

Obscuring Manifestation

Calamity

Kairos

Deathspell Omega

The Furnaces Of Palingenesia

Pectora

Untaken

Warchest

Sentenced Since Conception

Sangue

Culś

Wormwitch

Heaven That Dwells Within

Wings Of Decay

Crossroads

Ares Kingdom

By the Light of Their Destruction

Mosh-pit Justice

Fighting The Poison

East Of The Wall

NP-Complete

Spirits Of Fire

Spirits Of Fire

Brutal Sphincter

Analhu Akbar

Darkthrone

Old Star

Makkmat

Beina Brenner

Jess By The Lake

Under The Red Light Shine

Rammstein

Rammstein

Pitfest

Mold_Putrefaction / 08/06/2019
Crust

Warm-Up Hellfest

JTDP / 07/06/2019
Hellfest

Ad Patres / Iron Flesh / Origin'Hell - Live-report Rennes

Jus de cadavre / 28/05/2019
Death Metal

Mgła - Revenge - Doombringer // Paris

Mold_Putrefaction / 19/05/2019
Death Metal

Concerts à 7 jours

Photo Stream

Derniers coms

"Tu me files un figolu", j'imagine le groupe qui met ça dans Google Traduction pour savoir qu'est-ce que peut bien raconter mortne2001 sur leur album...


Avec une pochette comme ça, ça ne pouvait venir que de ce coin là du globe ! La musique sympa mais pas pour moi ce trip old-school, par contre je veux bien un figolu aussi.


pas terrible


Déjà je ne me considère pas comme un "métalleux" et oui il est permi de penser que cet album est une déception totale.


Thanks a lot guys!


Ouaip...


J'aime bien. Du thrash quoi, peut-être plus impersonnel qu'à l'époque...


Effectivement, une très bonne surprise; j'espère juste que le caractère 100% français ne va pas les pénaliser pour la suite.


@RBD +1 pour ton com en général, et la phrase suivante en particulier: "il faut assumer d'aimer des choses que beaucoup d'autres gens aiment aussi."


Pas mal du tout ! Ça me fais penser à du Malevolent Creation un peu !


J'attendais autre chose. Bof bof.


J'aime profondément le Black Album. Cela me fait sourire de voir combien '...And Justice..." est revenu dans le coeur des fans alors qu'il est resté longtemps mal aimé pour son côté moins direct que tous les autres. Mais c'était avant 1996. Le Black Album a un son dantesque, a touché un publi(...)


Commercial ou pas pour moi le Black Album est une énorme réussite.
La production met encore à l'amende bien des prod actuelles ! Le fait que les gens aient été très déçu de l'orientation prise par le groupe à l'époque, biaise le regard sur cet album selon moi. Si ça n'avait pas ét(...)


Evidemment que le black album était commercial: on ne serait pas encore à disserter dessus 28 ans après si ce n'était pas le cas. De là à dire que ce n'est pas une réussite...
Marrant cette propension du metalleux à vouloir d'un côté se démarquer à tout prix (en se targuant par ex (...)


C'est le nouveau dead can dance ?


Pas mal du tout, ça


Excellent morcif. Eh ben ça donne envie ça. Une chouette baffe en thrashmetal de ce milieu d'année. A voir si ça tient la route sur un album entier, comme le dernier Terrifier ou Maligner récemment.


le Black album est du heavy commercial, je ne le considère pas comme une réussite indiscutable


pas grand chose de mélodique la dedans


Saleté ! J'espère que cela a été vu à temps. Comme quoi les vies assainies ne sont pas à l'abri.