Frail Existence

Voltaic

31/12/2020

Autoproduction

Nous avons enterré 2020 hier soir, c’est donc 2021 qui commence, à peu près sous les mêmes auspices. Mais histoire de dévier le cours des évènements, quoi de plus pertinent qu’entamer ce premier janvier par un album de Thrash, tout comme j’avais achevé ce 31 décembre ? Le Thrash, what else depuis 1983, et c’est une fois encore aux Etats-Unis que l’affaire se déroule, avec le premier long proposé par les VOLTAIC, qui en tant que fournisseurs d’énergie recyclable, proposent des tarifs avantageux pour réchauffer vos oreilles. Originaires de Pueblo dans le Colorado, cette jeune bande hirsute se fend dont d’un premier jet assez intéressant dans les faits à défaut d’être fondamental, et si leur musique se montre hargneuse et puissante, elle sait aussi garder cette patine personnelle qui l’éloigne des hommages les plus prononcés. Sans avoir pris connaissance de l’acte de naissance de cette assemblée frisée, on peut souligner le fait qu’elle a déjà publié quelques morceaux l’année dernière pour nous aiguiser l’appétit, mais autant dire que ce Frail Existence est leur premier témoignage sérieux. Mais en fouillant un peu sur leurs pages officielles, on peut apprendre que le combo s’est réuni sous l’impulsion de Rafi Ornelas, Kenny Landgrave, Jack Ridpath, et Issiah Moreno en janvier 2018.

Le but du jeu était alors de composer un album basé sur le concept d’Apocalypse du nouveau testament, et si la musique ne ressemble pas du tout à du TESTAMENT, elle a ce parfum Bay-Area de la même époque, même si le groupe aime à brouiller les pistes en durcissant son approche. Après avoir laissé murir leur idées, les musiciens ont décidé de plaquer la légende des quatre cavaliers de l’apocalypse sur leur réalité ambiante, et chaque titre de ce premier long est donc un chapitre entièrement dédié à l’un des cavaliers, qui nous expose sa vision des choses. Thématique pour le moins originale, qui tendrait à nous rappeler au bon souvenir du séminal « The Four Horsemen » de METALLICA, mais là encore, les californiens ne constituent pas l’ossature des influences du quatuor de Pueblo. Dans les faits, cette musique sombre et grave ressemblerait à une mixture entre le Thrash californien et le Death à l’Allemande, avec quelques réminiscences de l’approche d’un MORGOTH des jeunes années. C’est sans doute la voix d’Issiah Moreno qui aiguille sur cette piste, son timbre assez raclé et ses lignes vocales hurlées permettant au projet de se coller au train d’un Death/Thrash pas totalement assumé.

Le nom de HEXX peut aussi venir à l’esprit, tout comme celui d’EXODUS pour la franchise des riffs, ou de DESTRUCTION pour leur aspect concentrique. Et dès « Conquest », le titre d’ouverture, VOLTAIC prouve que ses batteries sont bien chargées et que l’impact de la puissance est leur souci majeur. Avec une vitesse d’abattage raisonnable mais une basse roulée qui en fait des tonnes, le groupe étonne, et n’hésite pas à casser le rythme de breaks évolutifs, rappelant ainsi les débuts du PESTILENCE progressif ou d’un ATHEIST en version plus modérée. Des surprises donc à l’écoute de ce premier né, qui ne se contente pas d’une relecture bête et méchante du Thrash de tradition. C’est touffu, dense, tendu, et on marche sur le fil séparant le Metal dur du Metal noir, même si le BM n’a pas droit de cité. Mais en tant que leader et bassiste/chanteur, Issiah Moreno fait un job admirable en soignant ses parties de cordes qui détonnent dans l’optique habituelle du bassiste dit « de Thrash ». On sent que le groupe a un potentiel énorme et qu’il est constitué de fins instrumentistes vraiment passionnés par leur cause. Il n’est même pas interdit de voir en eux des héritiers potentiels du grand POSSESSED, débarrassé de ses obsessions diaboliques.

Du coup, Frail Existence fascine de sa facilité à sauter d’un plan à l’autre sans perdre de sa cohésion. « Enslaved » poursuit cette même veine de Crossover violent, et nous réserve quelques calottes rythmiques assez appuyées, tandis que l’intro Noisy de « Famine » s’adapte à la thématique en faisant sonner les trompettes de Jéricho plus tôt que prévu. Avec son climat lourd et Doom, ce morceau offre encore une cassure dans la continuité, et confère à l’album une pluralité dans la globalité, nous évitant la linéarité habituelle des efforts Thrash old-school. « Famine » nous permet donc d’apprécier le talent de ces créatifs qui ne font pas semblant d’être hargneux, et si le timbre de Moreno pourra peut-être lasser les amateurs de nuances, la complémentarité des guitares d’Isaiah Rivera et Kenny Landgrave leur fera vite oublier ce grief. Les deux compères malmènent leurs cordes en riffs et en soli, et nous offrent un véritable festival d’accroches démoniaques, utilisant les leçons de l’école allemande mais aussi les retenues de la fac américaine.

Bien que courts, les titres recèlent un nombre conséquent d’idées, de changements de cap, et si parfois, la franchise semble dominer les débats (« War »), les malins ont tôt fait de changer leur fusil d’épaule pour nous faire bifurquer dans leur inspiration du moment.

Intelligent, ce premier album permet aux VOLTAIC de nous inonder d’une lumière blanche et chaude, peut-être un peu froide pour certains puisque tous les tics les plus joyeux sont laissés à la concurrence, mais avec une crise de folie comme « Death », la passion se montre sous son jour le plus sincère, et les soli incendiaires pleuvent comme des plaies d’Egypte.

Une bonne prise de contact donc, et une façon de commencer 2021 pied au plancher, mais avec suffisamment d’expérience pour négocier les virages. Espérons toutefois que le thème de cet album sorti le 31 décembre 2020 n’annonce pas l’apocalypse à venir. 

                    

             

Titres de l’album:

01. Conquest

02. Enslaved

03. Famine

04. Plagued Pleasure

05. War

06. When the Scales Tip

07. Death

08. Frail Existence


Facebook officiel

Bandcamp officiel


par mortne2001 le 05/01/2022 à 15:09
78 %    124

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Derniers articles

Le week-end de la Vierge de Fer

Simony 03/07/2022

Live Report

Discography 1985/2022

mortne2001 02/07/2022

La cave

HELLFEST 2022 / Part 1 / Du jeudi 16 au dimanche 19 juin

Jus de cadavre 30/06/2022

Live Report

Interview de NESTOR

Chief Rebel Angel 25/06/2022

Interview

The Ocean + PG Lost + Psychonaut

RBD 10/06/2022

Live Report

NECROWRETCH + HEXECUTOR + LORD GALLERY / Rennes (Ubu)

Jus de cadavre 01/06/2022

Live Report
Concerts à 7 jours
Tags
Photos stream
Derniers commentaires
Buck Dancer

"J'aime beaucoup la configuration du Trabendo, la scène en contre-bas permet de voir ce qu'il s'y passe où que l'on soit dans la salle" Je pense tout le contraire, où que l'on soit dans la salle on voit rien du tout je(...)

04/07/2022, 17:20

Arioch91

Je n'ose imaginer le boulot passé à rédiger une telle rétrospective !Respect total et merci beaucoup !

03/07/2022, 19:41

Olivier

Merci pour cette très belle bafouille ! J'adore N.D. depuis ses débuts, mais je suis surtout un fan des premières années, et pour moi, la première fracture intervient lorsque Lee quitte le navire - je ne suis pas très fan de la voix de Ba(...)

03/07/2022, 18:38

Buck Dancer

Vraiment très sympa cette rétrospective d'un groupe qui le mérite largement et bravo pour le travail ! Perso j'ai découvert Napalm ave l'EP " Mass Appeal Madness", d&apos(...)

03/07/2022, 14:07

RBD

Seigneur, quel travail ! J'écoute Napalm depuis plus d'un quart de siècle, c'est l'un des deux ou trois groupes de niveau professionnel que j'ai vu le plus. Mais jamais je n'aurais osé me lancer dans un exposé pareil. Rien que pour ç(...)

03/07/2022, 12:06

Simony

Putain !!!!!!! Alors moi j'adore Utopia Banished, c'est l'album qui m'a fait découvrir NAPALM DEATH c'est certainement pour cela, c'est aussi pour ça que j'ai pas de suite compris ce qu'était Scum lorsque j'ai voulu remonter les al(...)

03/07/2022, 10:06

NecroKosmos

Superbe travail !! Moi aussi, je suis un fan ultime de NAPALM DEATH. Je suis leur carrière de près depuis que j'ai découvert le groupe à la sortie de FROM ENSLAVEMENT... et n'ai jamais décroché malgré leurs prises de risques ou changement(...)

03/07/2022, 07:22

Benstard

Ouais pareil , la production est générique a mort, bon c'est quasiment tout les groupes comme ça , mais entre la guitare avec ce son de gratte en mode pédale brancher sur une table de mix et la batterie avec la caisse claire ultra numérique...mais bon ce gr(...)

02/07/2022, 14:45

afass

Generic and boring.

01/07/2022, 23:16

Arioch91

Achat prévu !

01/07/2022, 20:10

Harry Klein

Je trouve les idées "zombie truc" affreusement rincées mais le morceau est effectivement très bon et appétissant. 

01/07/2022, 09:48

LeMoustre

Parfait ça. Achat direct comme prévu 

01/07/2022, 09:39

Simony

Commande faite, je ne sais pas si notre cher Mortne2001 connait ça... C'est le Thrash que j'aime !

01/07/2022, 09:08

Jus de cadavre

Hé oui c'est vrai ! Mais bon c'est la force du Hellfest : son affiche de malade qui à chaque fois te fait dire "aller j'y retourne !"

30/06/2022, 22:53

RBD

Hé, JdC, je croyais que tu ne voulais plus retourner au Hellfest, ha ha !! Le covid a changé bien des choses. Nous avons tous très faim.Je ne suis pas étonné, autrement, de l'excellente impression laissée par Agressor, ça m'a fait (...)

30/06/2022, 14:55

Simony

Totalement d'accord avec toi Jus de cadavre, c'est du tout bon avec cet esprit simple et efficace que j'aime beaucoup dans ce groupe.

30/06/2022, 14:43

Jus de cadavre

Simple, basique, efficace. 

30/06/2022, 11:53

Jus de cadavre

Cette prod encore ! Un petit côté Thrash de bâtard ce titre, avec un son de tronçonneuse. Le pied.Super nouvelle en tout cas, ça sent un top de fin d'année cet album... 

30/06/2022, 11:43

Gargan

Le petit clin d'oeil sur la police de caractères

30/06/2022, 11:35

M\'Z

Merci beaucoup pour le repartage, je mets le lien d'écoute sur toutes les plateformes digitales :

30/06/2022, 09:11