Septembre, la reprise, et je reçois mon NUMEN. Rien de surprenant jusque-là, sauf que j’ai quitté l’éducation nationale il y a belle lurette et que je leur serais très gré de bien vouloir arrêter de m’identifier. Réalisant ma méprise en constatant que l’envoi était accompagné d’un splendide digipack aux teintes verdâtres et brunes, je m’empressais de constater que cet envoi était le fait des Acteurs de l’Ombre, et d’une nouvelle sortie à traiter. Et pas des moindres. Si d’ordinaire le label de Gérald s’affaire à dénicher de nouvelles signatures, le cas de NUMEN est assurément atypique, puisque le groupe existe déjà depuis plus de vingt ans, leur premier EP remontant donc à l’orée du nouveau siècle. Mais le lien unissant les Acteurs et les basques est assez ancien lui aussi, puisque notre label chéri s’était déjà occupé de la réédition du précédent LP des musiciens, cet éponyme initialement paru en 2007 chez GOI Music qui était d’ailleurs la dernière trace discographique du groupe…Huit ans de silence en publication, plus de douze dans les faits en production depuis 2007, les fans étaient en droit de préparer les funérailles en grandes pompes du côté d'Hegoalde au sud du Pays Basque…Mais c’était sans compter sur la magie de la terre du sud de ce pays si à part dans la culture européenne, et de cette langue, la plus vieille d’Europe occidentale et qui transcende plus que jamais ce style particulier que le sextet affectionne tant…Une décade et plus sans nouvelles, il y a avait de quoi craindre le pire en termes de changement d’orientation, mais pas d’inquiétude à avoir. Les musiciens n’ont changé ni leur optique ni dévié de leurs racines, et reviennent plus volontaires que jamais avec ce qui pourrait bien être l’opus le plus dense et paradoxalement le plus direct de leur discographie.

Cette carrière est pourtant déjà riche, de trois longue-durée, publiés respectivement en 2001 (Galdutako Itxaropenaren Eresia), 2004 (Basoaren Semeak) et donc 2007 (Numen), mais se voit aujourd’hui complétée par un retour un peu inopiné, sous la forme de huit nouveaux morceaux qui reprennent peu ou prou l’histoire là où elle s’était arrêtée. Je parlais de crainte plus en amont, de celles qu’on peut ressentir lorsqu’un groupe plonge dans les ténèbres un peu trop longtemps, mais Iluntasuna Besarkatu Nuen Betiko les dissipe immédiatement avec « Iluntasuna Soilik », sans même passer par la case intro. Une entrée en matière qui en dit long sur l’appétit des basques, et qui les découvre aussi véhéments qu’avant, avec toujours cette impulsion bestiale originelle qui témoigne de la décennie qui les a vu naître. En à peine plus de trois minutes, le sextet (Aritz: chant, Jabo & Xabi: guitares, Lander: basse, Eol: claviers/cris, Eihar: batterie) balaie d’un revers de haine toutes les questions restées en suspens, et nous ramène à la glorieuse époque du BM nordique, celui-là même qui soufflait une tempête de colère sur une Europe médusée de tant de violence. Abordant donc leur comeback de la façon la plus franche qui soit, les basques mettent les points sur les i. Non, ils n’ont pas troqué leur vilénie contre des ambiances Folk ou des progressions mélodiques, même si ces deux éléments ne sont pas totalement absents de l’équation. Toujours à cheval entre pureté brute et évolutions plus nuancées, NUMEN se partage donc entre des titres qui franchissent les sept et huit minutes et les intermèdes plus raisonnables, sans pour autant changer leur vision. Leur BM âpre et rude l’est toujours autant, et leur inspiration n’a pas dévié temporellement, restant planté dans la terre d’origine d’un style qui sous sa forme la plus pure est toujours aussi abrupt.

Les ambitions se matérialisent donc plus sur l’accumulation et la succession d’idées que sur les thématiques de fond. En gardant leur langue natale comme vecteur d’expression, les basques confirment leur unicité, et apportent une plus-value traditionnelle à une musique l’étant tout autant. Les guitares, toujours aussi acides et venimeuses distillent des riffs qu’une rythmique inventive met en relief, avec une batterie toujours prompte à accumuler les breaks au milieu de torrents de blasts. Ces fameuses mélodies évoquées prennent la forme d’un filigrane qui allège un peu la pression ambiante, comme le démontre « Lautada Izoztuetan », le morceau le plus long de l’ensemble, qui distille la brutalité et la mélancolie aussi efficacement qu’un hiver norvégien, et on sent du IMMORTAL dans tout ça, même si les deux combos sont plus différents qu’il n’y paraît. Enregistré, mixé et masterisé par Ekaitz Garmendia au Black Storm Studios en 2018, avec des parties instrumentales couchés dans divers studios entre 2016 et 2017 (Legarre Studios, Aurym Studios), Iluntasuna Besarkatu Nuen Betiko s’avère aussi complexe et en circonvolutions que son titre, se permettant des allusions marquées aux première et seconde vagues de BM norvégien, via la disharmonie si chère à MAYHEM (« Pairamena », qui semble exhumé de bandes posthumes de De Mysteriis), tout en gardant un équilibre de brutalité que le grand MARDUK ne pourrait renier (« Behin Hilko Naiz »). Mais ces quelques noms légendaires ne doivent pas occulter l’originalité propre au groupe, qui après plus de vingt ans de carrière a largement mérité son sceau personnel. On le comprend assez rapidement, et le fait devient encore plus flagrant lorsque nos oreilles déjà échauffées tombent sur le magistral en emphatique « Nire Arnasean Biziko Da Gaua », sorte de mini-symphonie unissant DISSECTION et ULVER.

La complémentarité du chant rauque d’Aritz et des guitares vénéneuses de Jabo & Xabi assure une assise solide, mais ce sont aussi les moments où le groupe s’écarte de son chemin bien tracé qui permettent à ce quatrième LP de vraiment s’affirmer. On trouve des touches de mélodies maladives sur l’intro de « Itzaletan Solasean », qui repart vite sur les terres glacées du BM le plus rapide et violent, et puis des échappées Folk sur le final « Itzaltzuko Bardoari », bénéficiant de l’apport narratif de Beñat, mais aussi de la délicatesse de la flûte et de la guitare acoustique de Lander. Ce dernier morceau, d’une ambiance apaisante, loin de contredire les postulats précédents, nous offre un épilogue d’une beauté trouble, dualité symptomatique de l’approche des basques qui avec ce quatrième longue-durée nous en reviennent plus convaincus de leur originalité que jamais. Souhaitons-leur de garder l’inspiration pour quelques albums de plus, histoire de ne plus nous abandonner pendant plus d’une décennie.  

   

Titres de l’album :

                        01. Iluntasuna Soilik

                        02. Lautada Izoztuetan

                        03. Pairamena

                        04. Behin Hilko Naiz

                        05. Nire Arnasean Biziko Da Gaua

                        06. Itzaletan Solasean

                        07. Iraganeko Errautsak

                        08. Itzaltzuko Bardoari

Facebook officiel

Bandcamp officiel


par mortne2001 le 15/10/2019 à 17:41
85 %    222

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Glaciation

Ultime Eclat

Milking The Goatmachine

From Slum to Slam - The Udder Story

Aevum

Multiverse

Burning Witches

Dance with the Devil

Aleister

No Way Out

Conny Bloom

Game! Set! Bloom!

Death. Void. Terror.

To The Great Monolith II

Vulcano

Eye In Hell

Vaisseau

Horrors Waiting In Line

Justify Rebellion

The Ends Justify The Means

Uncut

From Blue

Invocation

Attunement to Death

Lag I Run

Vagrant Sleepers

White Ward

Love Exchange Failure

Pissed Regardless

Imperial Cult

Infidel Reich

Reichenstein

Telepathy

Burn Embrace

Paganizer

The Tower of the Morbid

Michael Bormann's Jaded Hard

Feels Like Yesterday

Khymera

Master of Illusions

LA CAVE #4 : une sélection d'albums / Spécial Black Metal

Jus de cadavre / 21/03/2020
Black Metal

Napalm Death + Eyehategod + Misery Index + Rotten Sound

RBD / 09/03/2020
Brutal Death Metal

Stolearm

RBD / 17/02/2020
New Wave

Pastor of Muppets

RBD / 12/02/2020
Brass Band

J'irais Mosher chez vous ! Episode 2 : Indonésie

Jus de cadavre / 08/02/2020
Asie

Concerts à 7 jours

Jodie Faster + Gummo + Verbal Razors

02/04 : La Brat Cave, Lille (59)

+ Mars Red Sky

03/04 : L'Ubu, Rennes (35)

Krisiun + Gruesome + Vitriol

30/03 : La Cartonnerie, Reims (51)

Taake + Necrowretch + Kampfar

30/03 : Backstage, Paris (75)

Photo Stream

Derniers coms

Ah ah ah !!!
C'te pochette est juste géniale bordel !


Effectivement le chant fait très Hreidmarr.


Concernant le chant je me suis fait la même réflexion oui ;)


J'aime beaucoup les grattes. Le chant fait sacrément penser à du Hreidmarr (metal archives ne dit rien sur le line-up mais, quand même !).


Pour l'instant je n'ai pas eu vent d'annulation quant au Festival de Nîmes. Comme il s'agit d'une suite de concerts indépendants à jours séparés étalés sur un mois il n'est pas nécessaire d'envisager une annulation en bloc pour le moment, je pense. Les premiers concerts de la deuxième quinz(...)


Son état à l'air assez sérieux. Plus ça va, plus la grippette qu'on nous a vendu devient de plus en plus vénère.

sinon la news mériterait d’être réécrite, un peu trop de répétitions et désagréable à lire.


En Argentine, cest confinement depuis une semaine. Le virus est arrivé plus tard qu'en Europe et ne s'est pas encore trop répandu, meme si le nombre de cas augmente chaque jour petit a petit.

Solidarité !!!


C'est un truc de fou cette histoire, et ce n'est que le début. Ici on est confiné quoi... Et hélas oui ça va arriver au Québec aussi, comme partout ailleurs je pense... Faudra faire gaffe à vous aussi !


Sur certaines intonations de voix, on dirait Stéphane Buriez, vraiment un thrash de qualité, merci pour la découverte Simony.


+1 Jus de cadavre pour Profound Lore.

Moi aussi en ce moment j'écoute pas mal de leurs prods. Le dernier Pa Vesh En est une belle claque aussi. C'est vrai que la ligne directrice est très cohérente.


Ultra combo, j’espère qu'il va aller mieux. C'est vraiment la merde ce truc.

J’espère que vous tous et vos familles vous avez pas trop de soucis. Ici au Quebec on est pas encore trop touché, mais on va dire que cela arrive à grand pas.


Le festival de Nîmes avec les foo fighters, nightwish, deep purple en juin mais pas aux mêmes dates ça aura lieu vous pensez ?


Voilà un bien bel exemple du fameux "impact sur notre musique" dont causait Simony il y a quelques jours...


Merci beaucoup Ari91.
Je n'avais même pas été foutu de trouver moi même cet article sur le site officiel...
Aaaah vieillesse !


La personne qui gère Iron Bonehead est un passionné absolument incroyable. Il réussi à garder une ligne directrice très cohérente entre toutes ces sorties. Du vrai bon boulot de sa part !


"IronBonehead est vraiment un bon label qui déniche des fvcking pépites"

Alors là, je plussoi à fond ! En ce moment j'ai l'impression de n'écouter que des trucs venant de chez eux ! Et de chez Profound Lore records aussi...


Pour le Graspop, c'est pour l'instant maintenu : https://www.graspop.be/fr/actualite/gmm-2020-aura-bien-lieu-comme-prevu/238/

Je cite : "Graspop Metal Meeting 2020 aura bien lieu comme prévu. Nous sommes d’ores et déjà impatient de vous accueillir cet été! Nous surveillons l’é(...)


Et pour ce qui est du GRASPOP, quelqu'un a des news ?


Je ne sais pas pourquoi mais j'ai pensé directe à nos bons frenchies de Solekhan avec un son plus Raw, putain de rouleau compresseur ce titre.

IronBonehead est vraiment un bon label qui déniche des fvcking pépites.


Cover Magnifique de Nona Limmen