Septembre, la reprise, et je reçois mon NUMEN. Rien de surprenant jusque-là, sauf que j’ai quitté l’éducation nationale il y a belle lurette et que je leur serais très gré de bien vouloir arrêter de m’identifier. Réalisant ma méprise en constatant que l’envoi était accompagné d’un splendide digipack aux teintes verdâtres et brunes, je m’empressais de constater que cet envoi était le fait des Acteurs de l’Ombre, et d’une nouvelle sortie à traiter. Et pas des moindres. Si d’ordinaire le label de Gérald s’affaire à dénicher de nouvelles signatures, le cas de NUMEN est assurément atypique, puisque le groupe existe déjà depuis plus de vingt ans, leur premier EP remontant donc à l’orée du nouveau siècle. Mais le lien unissant les Acteurs et les basques est assez ancien lui aussi, puisque notre label chéri s’était déjà occupé de la réédition du précédent LP des musiciens, cet éponyme initialement paru en 2007 chez GOI Music qui était d’ailleurs la dernière trace discographique du groupe…Huit ans de silence en publication, plus de douze dans les faits en production depuis 2007, les fans étaient en droit de préparer les funérailles en grandes pompes du côté d'Hegoalde au sud du Pays Basque…Mais c’était sans compter sur la magie de la terre du sud de ce pays si à part dans la culture européenne, et de cette langue, la plus vieille d’Europe occidentale et qui transcende plus que jamais ce style particulier que le sextet affectionne tant…Une décade et plus sans nouvelles, il y a avait de quoi craindre le pire en termes de changement d’orientation, mais pas d’inquiétude à avoir. Les musiciens n’ont changé ni leur optique ni dévié de leurs racines, et reviennent plus volontaires que jamais avec ce qui pourrait bien être l’opus le plus dense et paradoxalement le plus direct de leur discographie.

Cette carrière est pourtant déjà riche, de trois longue-durée, publiés respectivement en 2001 (Galdutako Itxaropenaren Eresia), 2004 (Basoaren Semeak) et donc 2007 (Numen), mais se voit aujourd’hui complétée par un retour un peu inopiné, sous la forme de huit nouveaux morceaux qui reprennent peu ou prou l’histoire là où elle s’était arrêtée. Je parlais de crainte plus en amont, de celles qu’on peut ressentir lorsqu’un groupe plonge dans les ténèbres un peu trop longtemps, mais Iluntasuna Besarkatu Nuen Betiko les dissipe immédiatement avec « Iluntasuna Soilik », sans même passer par la case intro. Une entrée en matière qui en dit long sur l’appétit des basques, et qui les découvre aussi véhéments qu’avant, avec toujours cette impulsion bestiale originelle qui témoigne de la décennie qui les a vu naître. En à peine plus de trois minutes, le sextet (Aritz: chant, Jabo & Xabi: guitares, Lander: basse, Eol: claviers/cris, Eihar: batterie) balaie d’un revers de haine toutes les questions restées en suspens, et nous ramène à la glorieuse époque du BM nordique, celui-là même qui soufflait une tempête de colère sur une Europe médusée de tant de violence. Abordant donc leur comeback de la façon la plus franche qui soit, les basques mettent les points sur les i. Non, ils n’ont pas troqué leur vilénie contre des ambiances Folk ou des progressions mélodiques, même si ces deux éléments ne sont pas totalement absents de l’équation. Toujours à cheval entre pureté brute et évolutions plus nuancées, NUMEN se partage donc entre des titres qui franchissent les sept et huit minutes et les intermèdes plus raisonnables, sans pour autant changer leur vision. Leur BM âpre et rude l’est toujours autant, et leur inspiration n’a pas dévié temporellement, restant planté dans la terre d’origine d’un style qui sous sa forme la plus pure est toujours aussi abrupt.

Les ambitions se matérialisent donc plus sur l’accumulation et la succession d’idées que sur les thématiques de fond. En gardant leur langue natale comme vecteur d’expression, les basques confirment leur unicité, et apportent une plus-value traditionnelle à une musique l’étant tout autant. Les guitares, toujours aussi acides et venimeuses distillent des riffs qu’une rythmique inventive met en relief, avec une batterie toujours prompte à accumuler les breaks au milieu de torrents de blasts. Ces fameuses mélodies évoquées prennent la forme d’un filigrane qui allège un peu la pression ambiante, comme le démontre « Lautada Izoztuetan », le morceau le plus long de l’ensemble, qui distille la brutalité et la mélancolie aussi efficacement qu’un hiver norvégien, et on sent du IMMORTAL dans tout ça, même si les deux combos sont plus différents qu’il n’y paraît. Enregistré, mixé et masterisé par Ekaitz Garmendia au Black Storm Studios en 2018, avec des parties instrumentales couchés dans divers studios entre 2016 et 2017 (Legarre Studios, Aurym Studios), Iluntasuna Besarkatu Nuen Betiko s’avère aussi complexe et en circonvolutions que son titre, se permettant des allusions marquées aux première et seconde vagues de BM norvégien, via la disharmonie si chère à MAYHEM (« Pairamena », qui semble exhumé de bandes posthumes de De Mysteriis), tout en gardant un équilibre de brutalité que le grand MARDUK ne pourrait renier (« Behin Hilko Naiz »). Mais ces quelques noms légendaires ne doivent pas occulter l’originalité propre au groupe, qui après plus de vingt ans de carrière a largement mérité son sceau personnel. On le comprend assez rapidement, et le fait devient encore plus flagrant lorsque nos oreilles déjà échauffées tombent sur le magistral en emphatique « Nire Arnasean Biziko Da Gaua », sorte de mini-symphonie unissant DISSECTION et ULVER.

La complémentarité du chant rauque d’Aritz et des guitares vénéneuses de Jabo & Xabi assure une assise solide, mais ce sont aussi les moments où le groupe s’écarte de son chemin bien tracé qui permettent à ce quatrième LP de vraiment s’affirmer. On trouve des touches de mélodies maladives sur l’intro de « Itzaletan Solasean », qui repart vite sur les terres glacées du BM le plus rapide et violent, et puis des échappées Folk sur le final « Itzaltzuko Bardoari », bénéficiant de l’apport narratif de Beñat, mais aussi de la délicatesse de la flûte et de la guitare acoustique de Lander. Ce dernier morceau, d’une ambiance apaisante, loin de contredire les postulats précédents, nous offre un épilogue d’une beauté trouble, dualité symptomatique de l’approche des basques qui avec ce quatrième longue-durée nous en reviennent plus convaincus de leur originalité que jamais. Souhaitons-leur de garder l’inspiration pour quelques albums de plus, histoire de ne plus nous abandonner pendant plus d’une décennie.  

   

Titres de l’album :

                        01. Iluntasuna Soilik

                        02. Lautada Izoztuetan

                        03. Pairamena

                        04. Behin Hilko Naiz

                        05. Nire Arnasean Biziko Da Gaua

                        06. Itzaletan Solasean

                        07. Iraganeko Errautsak

                        08. Itzaltzuko Bardoari

Facebook officiel

Bandcamp officiel


par mortne2001 le 15/10/2019 à 17:41
85 %    166

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Elfika

Secretum Secretorum

Cult Of Erinyes

Æstivation

Gregg Rolie

Sonic Ranch

Haunt

Mind Freeze

Hellish Grave

Hell No Longer Waits

Hunting Horror

Cult[ist]

Slashers

Slashers

Leopardeath

Setsugetsufuuka

Denman

Raw Deal

Witch Vomit

Buried Deep in a Bottomless Grave

Artillery

In The Trash

Ac/dc

Back In Black

Ark Ascent

Downfall

Endseeker

The Harvest

Lapsus Dei, Officium Triste

Broken Memories

Toxic Holocaust

Primal Future : 2019

Oxx

The Skeleton Is Just a Coat Hanger; These Are the Black Strings That Make You Dance

Rãgarãja

Egosphere

Godspeed You ! Black Emperor

RBD / 25/11/2019
Drone

BEHIND THE DEVIL #12 Interview avec David de SHARE YOUR PAIN RECORDS

L'Apache / 20/11/2019
Depressive Black Metal

Birds in Row

RBD / 13/11/2019
Emocore

Concerts à 7 jours

+ Dimmu Borgir + Wolves In The Throne Room

23/01 : Le Bataclan, Paris (75)

Photo Stream

Derniers coms

Propret.


Cet album me procure beaucoup de plaisir, j'aime retrouver le son de Venom .


Pas mal du tout, avec un petit côté Katatonian des brave pas dégueu. Surtout la pochette qui m'a fait écouter. Encore SOM qui n'en finit pas on dirait !


@kerry king : Oui, d'accord avec toi. Globalement, je trouve que les talents vocaux de Floor sont sous-utilisés depuis son intégration dans le groupe. Mais il est certain qu'en live elle apporte un charisme indéniable. Le format double album me fait un peu peur aussi... Bref, à voir ce que ça v(...)


enorme c grace a cette ep que jai ecouter morbide angel ta tout dun grand c sur


J'attend beaucoup de cet album, j'aimerais que Floor y mette vraiment sa patte, pour connaitre les premier After Forever, sur le dernier album je n'y vois pas la même fougue.

A voir ce que ce génie de Tuomas nous a concocté...


Non pas encore mais si l'annonce a été faite, un extrait ne devrait plus tarder maintenant.


Un morceau est-il disponible en écoute ?


Acheté à l'époque, mais pas plus accroché que ça à l'album. Encore aujourd'hui je crois que je préfère Spheres, écouté bien des années plus tard.


La tuerie cet album, tout simplement. Quelqu'un sait ce qu'est devenu Marco Foddis depuis?


Dur, bon courage au groupe


Oui le midi est vaste et la Lozere en fait à peine partie. Je trouve que tout de même à Montpellier il y a un paquet de groupes qui passent et ceci grâce à la secret place .


Le "renouveau" n'aura pas duré longtemps en effet...


Du death métal on ne peut plus classique mais les morceaux en écoute sont vraiment bons.

Malheureusement, en lisant les commentaires YouTube, j'ai appris que le chanteur était décédé l'été dernier.


Excellents extraits, comme vous les gars. Voilà un type qui se bonifie avec le temps, sans perdre son agressivité. Un sent une progression à travers ses albums, il est à parier que celui-ci ne fera pas tâche (le riffing de "Luciferian Sovranty" fait mal aux dents).


Pis cela sera très certainement mon cadeau de St Valentin (sic).


Jus de cadavre + 1.


!!! !!! !!! OZZY RULES !!! !!! !!!


Hâte de l'avoir sur ma platine celui-là...


C'est sûr qu'en 99, CARNIVAL IN COAL en avait sidéré plus d'un (moi inclus).
L'album de reprises qui avait suivi avait d'ailleurs, si tant est que cela soit possible, encore mis plus les pieds dans le plat : Aaaahhh ! Les fameuses covers de "Maniac" ou de PANTERA ! Cela passait en boucle à(...)