Allsighr

Sarke

05/11/2021

Soulseller Records

C’est un rendez-vous qu’on apprécie. Une rencontre qui a lieu tous les deux ou trois ans, et qui entraîne des discussions sans fin entre fans. Une façon de se rappeler que la routine a quelque chose de bon parfois, de retrouver ses marques, de se voir rassuré par une constance. Les norvégiens de SARKE tiennent à ces rendez-vous, qu’ils organisent avec soin, histoire de ne décevoir personne. Mais depuis la fin des années 2000, le collectif d’Oslo n’a jamais déçu personne bien au contraire, alors, au moment de lâcher sur le marché son septième album, la confiance est de mise. Car si le style a légèrement évolué depuis les débuts, il garde cette empreinte sombre, cette patine old-school raw qu’on aime tant, et au moment de relater les faits développés par cet Allsighr, distribué par Soulseller Records, on sait que les mots seront en grande partie vains tant le following des norvégiens est déjà aux aguets de la moindre critique négative. Et à raison.

Depuis Gastwerso il y a deux ans, peu de nouveautés de la part de SARKE. Un changement de batteur, avec l’arrivée de Cato Bekkevold (ex-DEMONIC, ex-SIRIUS, ex-ENSLAVED, ex-RED HARVEST, ex-DUNKELHEIT, ex-ARCTIC THUNDER, ex-ASHES TO ASHES, ex-REAKTOR), une même base inchangée depuis 2011 (Sarke - basse, Nocturno Culto - chant, Steinar Gundersen - guitare, et Anders Hunstad - claviers), pour un side-project devenu entité viable depuis très longtemps. Bien sûr, les thématiques sont toujours les mêmes, l’ambiance aussi, mais ce côté macabre ludique a largement sa place dans la production actuelle, tant le quintet et sa touche personnelle détonnent dans le paysage musical extrême.

Avec ces dix nouveaux morceaux, le groupe propose encore une relecture des canons rigides des années 80, et se présente toujours comme l’enfant bâtard et mélancolique de HELLHAMMER. Toujours aussi proche des débuts approximatifs et congelés de Thomas Gabriel Fischer, le duo Sarke/Nocturno Culto continue ses variations sur un même thème, et tente encore de voir si des extrapolations sur le séminal Apocalyptic Raids sont possibles. Et la réponse est évidemment positive, puisque Allsighr déroule encore une fois ce tapis de riffs simples et directs, subtilement macabres et graves, et soutenus avec pugnacité par des volutes de claviers gothiques. Comme une sorte de jonction entre TYPE O et HELLHAMMER, SARKE se veut brut de chez brut, mais toujours animé d’une foi harmonique palpable, ce qui a le don de rendre sa musique aussi hypnotique que par le passé. On se souvient aussi des albums les plus catchy de DARKTHRONE, sans que le parallèle ne soit totalement viable. En effet, le quintet fuit toujours comme la peste les sonorités les plus classiques de la Norvège, et il est hors de question pour Noctunro Culto de faire de la paraphrase egocentrique.

Ce qui entraîne une sorte de statuquo rassurant. Les titres se succèdent, sans s’éloigner de cette formule magique, et profitent encore une fois de cette superbe production détaillée. Enregistré par Børge Finstad et Kevin Kleiven aux Top Room Studios, mixé par Lars Erik Westby et masterisé par Thomas Eberger, Allsighr réserve encore une fois ces moments de lancinance appuyée, mais aussi ces accélérations en up tempo, qui permettent de varier sans se trahir. Difficile de résister au groove épais de « Beheading of the Circus Director », sorte de Black Stoner mauvais comme une teigne, comme il est impossible de rester de marbre face à l’attaque frontale de l’entame « Bleak Reflections ». Propulsé par un solo tout moisi, ce morceau d’introduction lâche encore une fois un lick, syncopé que la voix rauque de NC transforme en hit de l’impossible, qui aurait pu être composé par un CELTIC FROST chafouin à l’époque de Vanity/Nemesis. Pas plus de quatre minutes par morceau, pas plus d’un ou deux riffs, pas plus d’un break, et surtout pas de fioritures inutiles, même si « Through the Thorns » cristallise la mélodie autour d’une ambiance presque Pop.

Etape en forme de martellement du sol pour une transition qui marque le pas, Allsighr fonctionne puisque ses compositions sont excellentes, entre pesanteur Heavy traitée façon BM léger, ou Black/Thrash de tradition déformé Post-Grunge (« Glacial Casket », l’un des meilleurs titres du lot avec ses arrangements de fond qui congèlent les tympans).

Beat pataud mais appuyé, guitare volubile mais ascétique, chant monolithique renoncé et distancié, claviers gothiques qui agrémentent le tout d’une petite touche joyeusement morbide, mid-tempo maladif en phase terminale (« The Reverberation of the Lost »), pour un au-revoir crépusculaire (« Imprisoned »), scellant des retrouvailles qui laissent un goût délicieusement amer dans la bouche. Sans se réinventer, SARKE continue son chemin, simplement, mais toujours efficacement. Aucune faille, des répétitions intelligentes et sournoises, une lancinance de fond qui le confine à la léthargie dangereuse, pour un nouvel album qui tient son rang dans la discographie globale.

            

                  

                                                                                                                                                                                      

Titres de l’album:

01. Bleak Reflections

02. Grim Awakening

03. Funeral Fire

04. Allsighr

05. Beheading of the Circus Director

06. Through the Thorns

07. Glacial Casket

08. Sleep in Fear

09. The Reverberation of the Lost

10. Imprisoned


Bandcamp officiel

Facebook officiel


par mortne2001 le 26/11/2021 à 18:39
80 %    122

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Derniers articles

Sélection rédaction Metalnews 2021 !

Jus de cadavre 01/01/2022

Interview

Devildriver

Baxter 26/12/2021

From the past

Voyage au centre de la scène : PENETRATOR

Jus de cadavre 19/12/2021

Vidéos

Unspkble + Rank

RBD 16/12/2021

Live Report

Anna von Hausswolff

RBD 08/12/2021

Live Report

Igorrr + Horskh

RBD 07/12/2021

Live Report

Fuzz in Champagne - épisode 2

Simony 27/11/2021

Live Report

Voyage au centre de la scène : Archives MORTUARY

Jus de cadavre 14/11/2021

Vidéos

Chiens + Unsu + BMB

RBD 09/11/2021

Live Report
Concerts à 7 jours
Nightmare + Existance + Rhapsody Of Fire 24/01 : Le Petit Bain, Paris (75)
Existance + Rhapsody Of Fire + Manigance 25/01 : Le Ferrailleur, Nantes (44)
Nightmare + Rhapsody Of Fire + Manigance 26/01 : Rock School Barbey, Bordeaux (33)
Tags
Photos stream
Derniers commentaires
Jus de cadavre

Ils nous enterreront tous ces cons là ! Même Drucker fera pas le poids !

19/01/2022, 19:20

foja

masters. jamais vraiment

19/01/2022, 19:15

Simony

J'avoue qu'elle est pas de moi, c'est Jus de cadavre qui avait proposé ce style pour SCORPIONS et j'ai trouvé que ça leur allait bien

19/01/2022, 18:10

pierre2

"Never Retired Hard Rock Masters, Allemagne"J'avoue, j'ai ri - merci !

19/01/2022, 15:11

Humungus

Merci grin.(sic)

19/01/2022, 13:36

grinder92

@humu : tu cliques sur le tag "Druid Lord", ça te proposera cette chronique et également celle-ci : http://www.metalnews.fr/chroniques/grotesque-offerings 

19/01/2022, 10:35

Simony

C'est un des groupes dont j'attends leur nouvel album, le titre partagé m'avait beaucoup plu, à creuser car la chronique donne clairement envie.

19/01/2022, 08:12

Humungus

Comment fait-on pour retrouver ta chronique de leur deuxième galette ?

19/01/2022, 07:29

Humungus

Une de mes découvertes de l'an dernier...Hâte de foutre une oreille sur cet album putain !

19/01/2022, 07:26

Simony

En rappel avec The Number Of The Beast, The Evil That Men Do, Iron Maiden et Sanctuary....   

18/01/2022, 23:20

Kerry King

Un concert de Maiden sans Fear of the Dark c'est pas vraiment un concert de Maiden.

18/01/2022, 19:02

Simony

Merci Gargan, c'est corrigé.

18/01/2022, 14:32

Gargan

C'est leedET. Suis curieux d'écouter les autres titres, en espérant qu'ils gardent l'urgence de l'extrait mis en avant. Aucune info sur le line-up, mis à part le type de mare cognitum au chant.

18/01/2022, 10:32

Simony

Idem pour moi Eyziel, pas convaincu du tout de ce second extrait. A voir dans la globalité de l'album comme tu dis.

18/01/2022, 08:02

Simony

Ben moi je prends cette idée. Ils l'avaient fait pour A Matter Of Life And Death et c'était vraiment bon. Et comme ce dernier album me plait beaucoup... why not ? Reste à savoir si la date de juin à Paris aura bien lieu...

18/01/2022, 08:01

eyziel

Je l’attends énormément mais je ne suis pas super convaincu des morceaux dévoilés, surtt dark horse. Après on verra un album de Messa ça s’écoute d’une traite. 

17/01/2022, 22:48

Jus de cadavre

Je l'ai trouvé efficace mais très impersonnel. La prod générique au possible y est pour beaucoup.

17/01/2022, 19:13

LeMoustre

Il est très bien ce titre.

17/01/2022, 17:37

Goughy

Le saviez-vous ?2 morceaux (le 1 et le 11) se trouvent sur aussi l'album de reprises d'Helloween "Metal Jukebox"Je ne sais qu'en déduire : influence majeure de ces morceaux sur la scène heavy/speed ? ou perception "différente" (...)

17/01/2022, 16:31

faga

Groupe sucoté

16/01/2022, 21:26