Un nouveau Reznor en 2016 ? Il nous l’avait promis et plaisantait même de cette assertion pendant des interviews…Il faut dire qu’entre ses participations à des BO (deux documentaires, celui de Leonardo DiCaprio sur les changements climatiques, Before The Flood, et le Patriots Day de Peter Berg sur le marathon tragique de Boston, et bien sûr, The Social Network et Gone Girl), et sa propension à bricoler dans son coin sans estimer que le monde ait besoin d’en savoir plus, les interventions du bonhomme se faisaient rares depuis la sortie il y a trois ans de Hesitation Mark.

Enfin, du bonhomme…DES bonhommes serais-je tenté de dire, puisque le fidèle acolyte Atticus Ross a enfin été intronisé membre à part entière du concept, ce qui n’est que justice au regard du travail qu’il a fourni pour en arriver là…

Selon le maître, il ne fallait pas se presser et attendre que les bons motifs effleurent son esprit. Il décrivait aussi l’épiphanie à venir comme un « disque impénétrable et assez difficile, quelque chose qu’il nous fallait faire ». Et si le format retrouve la brièveté de Broken pour la seconde fois dans sa carrière seulement, c’est tout simplement parce que l’histoire que l’homme en noir avait à raconter tenait dans le temps imparti d’un EP. C’est aussi simple que ça.

Mais en substance, pas facile de prendre la relève d’un Broken que beaucoup tiennent en très haute estime, au point de l’ériger comme pinacle d’une carrière, au même titre que le séminal The Downward Spiral. Non que les essais ultérieurs de Reznor ne tiennent pas la distance, mais il faut avouer qu’en la matière, cet imputrescible Broken semblait encore planer à des hauteurs inatteignables, surtout après tant d’années, vingt-quatre pour être précis, autrement dit, un quart de vie bien tassée…

Alors, ne laissons pas planer le suspense. Non, Not The Actual Events n’est ni Broken ni Spiral, mais il n’est pas non plus l’extension logique de Hesitation Mark, et on peut même dire qu’il s’en éloigne à grandes enjambées spirituelles.

Sorti à compte d’auteur et dispo sur le site officiel du groupe, il propose cinq morceaux pour à peine vingt minutes de musique, mais quelle musique…On retrouve le Trent des grands jours, même si l’objet est difficile à apprivoiser et ne se révèle qu’après plusieurs écoutes, indispensables pour en saisir toutes les nuances et la richesse.

Il est sombre, assez hermétique, mais certaines de ses interventions figurent parmi ce que le compositeur/bidouilleur de génie a proposé de mieux depuis très longtemps…

Comment le musicien décrit-il plus précisément cette petite récréation/exutoire qui lui permettra dans les années futures de « passer à autre chose » ? Il en déclare ceci, un peu candidement…

« C’est un revirement par rapport à Hesitation Mark. Et c’est difficilement comparable à nos musiques de film ».

Tout ça est bien gentil, mais un peu sibyllin…Mais pourtant la vérité se terre dans ces quelques mots lâchés pour avoir la paix et situer le contexte. Dans les faits, Not The Actual Events traite pourtant des faits constituant le présent de NINE INCH NAILS, et se permet même des exactions que les GODFLESH ou KILLING JOKE n’auraient pas reniées.

Cette comparaison est tout sauf anodine bien évidemment, et ceux qui suivent l’affaire EP de près auront reconnu l’allusion à « Burning Bright (Field On Fire) », dont le clip est présent sur Youtube depuis quelques temps, et qui renoue avec l’ambiance sombre du NIN des nineties, en optant toutefois pour une option de violence plus larvée, mais toujours aussi inventive au niveau des arrangements et de l’agencement.

La voix de Trent ne vieillit pas, pas plus que son art consommé d’associer des sons en strates pour former une symphonie Industrialo-électronique.

L’atmosphère est moite, le rythme appuyé, et pour un peu, on se retrouverait replongé dans l’ambiance malsaine et fétichiste de Broken, sans que les deux EP puissent se comparer d’une façon ou d’une autre.

Mais pour être honnête, tous les titres de ce Not The Actual Events sont d’importance, ne serait-ce que parce qu’ils sont les premiers sous la bannière NIN depuis longtemps.

Proposé en version digitale et en vinyle cent-quatre-vingt grammes gravé sur une seule face, cet EP qui s’ouvre sur une intro assez habituelle et ludique (« Branches_Bones », qui rappelle un peu les premières secondes de « Wake Up » pour ce côté un peu lo-fi qui explose soudain), navigue d’humeurs en pas de deux sur la piste d’un dancefloor abandonné, comme le suggère ce « Dear World », lettre ouverte à un monde agonisant, et qui n’hésite pas à se la jouer hautement synthétique sans paraître incongru. Des réminiscences de Pretty Hate Machine ? Plutôt un regard sur le présent en arrière du prisme The Fragile, qui lui aussi va ressortir en version quadruple rondelle, et pas mal de bruitages video game friendly qui tournent en boucle autour du chant éthéré de Trent…Un genre de SKINNY PUPPY revisité à la sauce EBM 2016, une récréation, mais d’une qualité inégalable…

La grosse pièce reste évidemment « She’s Gone Away », qui nous replonge dans des albums comme Year Zero tout en évoquant l’univers claustrophobique de Fincher, avec ce chant complètement détaché et cette atmosphère qui rappelle aussi le JANE’S ADDICTION de Ritual De Lo Habitual. Bizarre couché sur papier, mais pas plus que dans les oreilles, que Reznor ménage pourtant avec malice, bien qu’en termes d’intensité, ce morceau se place dans ses essais les plus intrigants….

« The Idea Of You », excellente surprise, s’amuse du Big Beat des PROPELLERHEADS pour l’insérer de force dans un contexte FRONTLINE, sans abandonner la patte NIN. Voilà donc la chose résumée d’une manière exhaustive.

Not The Actual Events prouve plusieurs choses. D’une, que Trent Reznor, maintenant complètement et légalement associé à Atticus Ross en a encore largement sous la botte pour nous surprendre.

Deux, qu’il est capable au présent de puiser dans son passé pour regarder vers l’avenir.

Trois, que ses travaux perso se font beaucoup trop rares pour se permettre de manquer le second EP de sa carrière, qui se hisse presque à la hauteur de la légende Broken.

Et puis, si le seul argument Trent Reznor™ ne vous suffit pas, je ne vois pas pourquoi vous avez lu cette chronique jusque-là. Tout au plus puis-je rajouter qu’on retrouve aussi sur cet EP des participations de Dave Grohl et Dave Navarro, ainsi que de la femme de Trent, Mariqueen Maandig.

 Le reste, appartient à l’histoire et il vous revient de la suivre ou non.


Titres de l'album:

  1. Branches/Bones
  2. Dear World,
  3. She's Gone Away
  4. The Idea of You
  5. Burning Bright (Field on Fire)

Site officiel


par mortne2001 le 28/12/2016 à 17:41
90 %    299

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Maligner

Attraction To Annihilation

Black Bart

Casnewydd-Bach

Obszön Geschöpf

Master Of Giallo

Azusa

Heavy Yoke

Soulfly

Ritual

The Struts

Young & Dangerous

Northward

Northward

Malm

Kollaps

Bonehunter

Children Of The Atom

Amaranthe

Helix

Gaslarm

Dusk Mothers Children

Tourniquet

Gazing At Medusa

W.m.d.

Lethal Revenge

Daeria

Fenix

Antagonism

Thrashocalypse

Newbreed

Law

Khandra

There is no Division Outside Existence

Riser

Temple of Addiction

Chthonic

Battlefields Of Asura

Cor Serpentii

Phenomankind

Interview AZUSA (Eleni Zafiriadou)

mortne2001 / 11/11/2018
Azusa

Cortez + Stuntman

RBD / 10/11/2018
Hardcore

The Studio Experience #3

grinder92 / 08/11/2018
Benighted

Photo Report - Garmonbozia 20 ans !

Simony / 06/11/2018
Anniversaire

Concerts à 7 jours

+ Venenum + Slægt

16/11 : Le Mondo Bizarro, Rennes (35)

Samavayo + Greenleaf

16/11 : Le Glazart, Paris (75)

Watain + Rotting Christ + Profanatica

16/11 : Cc John Lennon, Limoges (87)

Watain + Rotting Christ + Profanatica

17/11 : Le Trabendo, Paris (75)

Omnium Gatherum + Wolfheart + Nothgard

19/11 : Le Petit Bain, Paris (75)

Sick Of It All + The Worst Doubt + Lugosi

19/11 : Espace Icare, Issy-les-moulineaux (92)

Photo Stream

Derniers coms

Pauvre Abbath... lui qui a dû se sentir comme un couillon après l'écoute du dernier Immortal. "Personne n'est irremplaçable" est une phrase qui lui sied à la perfection désormais !


Un nouvel album, donc ensuite une tournée... Ça promet donc encore de grands moments de solitudes pour les musiciens qui l'accompagneront sur scène ! :D


Don't feed the troll.


Je vous rejoins assez tout les deux (notamment pour les truc prog' machin et le côté mainstream) mais avec un bémol tout de même : la chronique de Charlélie Arnaud qui, en plus de nous faire découvrir des pépites méconnus, le fait avec un ton, une plume et une passion qui font plaisir à lir(...)


Oui c'est vrai que je me base sur l'ensemble de leurs parutions et ce qui était vrai à leurs débuts ne l'est plus forcément. De mon côté, je me disais que c'était moi qui avait des goûts peut-être de moins en moins "mainstream" et y trouvais de moins en moins mon compte, mais je vois que je(...)


P'tite erreur dans la news, les gars : Schammasch vient de Suisse et Der Weg einer Freiheit d'Allemagne :-)


Mouais, moyennement d'accord avec la dernière partie de la phrase de Simony, la ligne éditoriale de ce magazine étant clairement orientée prog/mou du genou et délaisse quasiment toute la scène extrême / true / thrash. S'il y a trois chroniques par numéro sur ces scènes, c'est le maximum. Au(...)


Juste monstrueux ce morceau... comme tout l'album en fait !!!


Malheureusement, c'est le genre de une qui fait vendre. Rock Hard a déjà maintes fois expliqué le dilemme auquel ils sont confrontés pour trouver le juste milieu entre coup de cœur et aspect purement mercantile, reste qu'à l'intérieur la mise en avant de certains groupes encore obscurs est to(...)


Metallica qui ressort son dernier album potable en remaster. Et cover. Décidemment la presse n'a pas fini de se prostituer pour sauver ses miches.


Merci beaucoup !
Quel talent !


Merci beaucoup !
Quel talent !


@meloman , et si tu t’asseyai un peu sur tes doigts, ça te ferait du bien non ?
Et au passage va faire un tour ailleurs, pas besoin de pleureuses comme toi au propos totalement inutiles.


Excellente affiche également que voilà là !


@ meloman : euh... la bière "de la merde" une "idée stupide" ? On a pas les mêmes valeurs :D !
Faut se détendre hein... quand Opeth sortira quelques choses musicalement t'en fais pas on en parlera.


@Meloman: on se détend, pourquoi tant d'agressivité? Tu es certain de ne pas déjà avoir un gode Lordi coincé quelquepart?


Je vois le nom Opeth, je me dis que c'est une new musicale concernant le groupe en question...mais non ça parle de bières, bientôt le groupe sortira des godemichets à son effigie et vous vous empresserez de publier tout ça avec photo à l'appuie...évidemment.

J'appelle ça de la(...)


Merci pour ce récit très instructif, qui complète ce qu'on peut capter du processus en regardant les DVDs de studios-reports qui sont parfois joints aux albums. Effectivement une réactualisation s'imposait, tant l'évolution est allée vite.
On comprend comment le Metal extrême est devenu(...)


Superbe affiche une fois de plus ouais (BETHLEHEM !!!)...
Malheureusement, cette année, cela sera sans moi (sob).


Ouais, ça va saigner !