J’aime ce moment où la réalité devient si sale, si répugnante, si insupportable, qu’on se croit coincé dans le pire cauchemar sans fin qui soit. Un peu comme se retrouver dans un vieux ciné porno underground, les sièges maculés de sperme, de sang, avec les rares fauteuils occupés par de vieux libidineux en train de se faire éponger par des travelos usés et fardés. Des backrooms aux rares junkies les aiguilles encore plantées dans le bras, le regard vide, des putes ridées à la peau flétrie et aux seins tombant, la chatte rongée par les mycoses et les infections qui attendent patiemment les jambes encore écartées de se faire fourrer par des semi-clodos qui ont pour une fois préféré se vider les couilles que leur petite bouteille de rouge. Cette odeur immonde, mélange de pisse, de sécrétions, de dégueulis, de sueur, de bouffe avariée, qui vous ronge les naseaux comme les fumées toxiques des usines de retraitement environnantes. Enfin bref, une exploration sensorielle des bas-fonds les plus repoussants de la société, en compagnie d’une faune interlope dont les maigres espoirs se résument à un fix entre deux coups violents portés à l’estomac, et à une piécette glissée dans la raie en guise de paiement pour faveur accordée. J’ai connu des situations similaires, peut-être pas aussi poussées dans l’horreur, mais depuis, je me suis rangé, et j’ai accepté une vie plus sage, mais sans doute moins effrayante dans les montées d’adrénaline. Et depuis, je cherche mon grisant dans le vice artistique de formations s’inspirant de mes fantasmes nocturnes, ces groupes qui réfutent toute théorie d’évolution et qui ne voient la beauté que dans la laideur la plus sourde. Ces groupes qui se cognent comme de leur premier gel-douche des styles, et qui se vautrent dans le stupre glacé du Crossover le moins admissible possible. A ce petit jeu de l’illustration sonore de l’abomination, le Sludge est en train de se tailler non une pipe, mais une place à part dans la grande discographie de l’abject, à force de tremper son inspiration dans le marigot du Death, du Black, et de tout ce que l’extrême peut compter de boue. Généralement, les combos les plus dégoulinant nous viennent des Etats-Unis, mais une fois n’est pas coutume, ces SDF de l’art sont originaires de Bruges, Belgique, mais n’ont rien à envier aux natifs de Louisville, ou de Boston.

TERRE, un baptême classique et anonyme, pour un trio qui ne l’est pas vraiment. La terre, conçue comme dernier refuge, cette terre que les asticots arpentent pour y découvrir des cadavres plus frais de leur mort que de leur vivant, et qui leur rongent les chairs en guise d’apéritif post-mortem. TERRE, cinq lettres qui ne vous disent pas grand-chose musicalement, mais qui ne vont pas tarder à symboliser l’effroi le plus absolu une fois que vous y aurez associé leur musique. Enfin musique, c’est un bien grand mot, à condition de considérer comme tel les cris agonisant d’une pauvre femme de quarante ans, obligée de se prostituer pour avoir de quoi bouffer, et qui taxe à dix euros la passe pour trouver des clients acceptant de la toucher, à condition de pouvoir la tabasser. Ce premier EP est pire qu’un album, c’est un manifeste de méchanceté, de lucidité, cette lucidité de rue qui vous oblige à regarder l’accident mortel qui vient d’ensanglanter le trottoir d’en face, qui vous fait interpréter les courants d’air des tuyaux d’aération du métro comme le souffle putride d’une mort annoncée. C’est une symphonie de crudité, qui impose le Sludge comme seule échappatoire au Death le plus plombé, celui-là même que les IMMOLATION et INCANTATION ont un jour inventé pour mettre en portée l’agonie terminale d’une expiation tardive. Un Sludge aux forts relents de Death lent et sourd, un Sludge qui autorise les lignes de chant purement Black pour vicier encore plus l’air et le rendre irrespirable. Un Sludge qui ne se vautre pas dans la lenteur pour excuser son manque de créativité, et qui n’a cure de l’authenticité. Un Sludge qui pourrait être aussi pourri qu’une relecture des jets de bile d’UNSANE par Chris Reifert, toujours aussi obsédé par la merde et la coprophagie qui en découle. Un Sludge qui empeste, qui laisse les doigts poisseux même après trois doses de savon liquide, un Sludge qui laisse l’âme souillée d’un viol auditif qu’aucune catharsis ne viendra soigner. Les deux pieds dans la boue fumante de l’atrocité humaine, et qui continue de s’y enfoncer, comme un futur suicidé s’éloigne du bord pour s’empêtrer dans les marécages inextricables et meubles. Beurk. Oui, c’est assez infâme dans les faits, et bizarrement jouissif dans le rendu, avec des guitares qui s’obstinent à piocher les accords les plus graves pour tisser un linceul disharmonique, une batterie au son mat et sans traitement, et un chant partagé entre les incantations de fin de nuit et les hurlements grotesques d’un boogeyman planqué dans l’ombre.

Un mélange donc, des deux références précitées, mais intégrant aussi des éléments Doom/Death, à la ENCOFFINATION, des trucs comme MYTHIC, SPECTRAL VOICE, AUTOPSY évidemment, mais aussi les NAILS quand ça accélère, SWALLOWED, une louche de Hardcore sale et abrasif, des touches de TERRA TENEBROSA en version encore plus déformée, et puis finalement une longue litanie de douleur, qui claque une basse à la FETISH 69/UNSANE sur la caisse-claire qui ne désespère même pas de ne pas ressentir ses coups portés dans le lointain. Car en termes de production, Terre est un modèle du genre, un peu comme si les standards des années 80 en matière de Death floridien ou pas étaient portés à leur paroxysme de nostalgie aujourd’hui, en sniffant les volutes de chair pourrie avec trente ans de retard sur la mise en bière. Tout est fait pour être laid et dégoûtant, mais pourtant, ça semble réaliste, pas exagéré, et surtout, pas mis en pratique par des effets de manche facile, genre pellicule cramée et surex pour faire croire à un vrai/faux snuff des familles. Ici, la mort est réelle, tangible, et le son produit par ces trois dégénérés belges (Robin Van Oyen - guitare/chant, Jelle Galle - basse et Ambroos Cooper - batterie) et de ceux qui donnent des frissons aux alentours de trois heures du matin, quand tout est censé être calme. Et comme en plus, la longueur ne semble pas concerner le trio, nous avons droit à des tranches d’agonie bien tassées, jamais plus de trois ou quatre minutes, histoire de digresser sur un riff bien faisandé, qu’une énorme basse grondante souligne de ses coups de fouet. Ça vous laisse le cul bien saignant et bien marqué, le regard hagard, et la peur au bide, et finalement, du Sludge, on ne retient que l’intro groovy et tribale de « Rotten Anguish », et ce faux tempo pataud et glauque à la fois, puisque l’entreprise globale est résumée à merveille par le traumatique « Filth Below », qui en quatre minutes et trente-trois secondes synthétise toutes les mauvaises intentions du groupe.

« Agonized » recycle des idées nauséabondes qu’on trouvait déjà sur Severed Survival, relues et corrigées façon extrême onction pour victime de tueur en série un peu joueur. « Ruins » abandonne toute narration classique pour se pencher vers l’enfer. Sur terre. Et finalement, revenez au début de ma chronique, pour essayer de construire un monde crédible et adapté à ce premier EP qui va faire grand bruit chez les plus névrotiques des barrés. Mais je me souviens qu’un soir, en déambulant dans les rues borgnes pour rentrer chez moi, j’ai vu un pauvre clodo se tordre de douleur dans son propre vomi. Il hurlait de terreur, comme s’il sentait qu’il allait crever, et personne ne l’aidait le pauvre, tout le monde le regardait avec mépris, comme si pendant quelques instants, l’humanité se débarrassait d’un de ses microbes infectieux. Je n’ai rien fait non plus pour l’aider. Et je ne pense pas que les TERRE auraient bougé le petit doigt pour lui, mais ils auraient sans doute composé une chanson en son horreur.


Titres de l'album :

                        1.Frozen Waste

                        2.Miserable Life

                        3.Filth Below

                        4.Rotten Anguish

                        5.Hate Cult

                        6.Agonized

                        7.Ruins

Facebook officiel

Bandcamp officiel


par mortne2001 le 21/04/2019 à 14:03
85 %    235

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Fuming Mouth

The Grand Descent

Endimion

Latmus

Unruly Child

Big Blue World

Hellnite

Midnight Terrors

Nucleus

Entity

Slipknot

Slipknot

Warrior Soul

Rock n’ Roll Disease

Hammerfall

Dominion

Iron Bastards

Cobra Cadabra

Summery Mind

Color

Destruction

Born to Perish

Lingua Ignota

Caligula

Volbeat

Rewind, Replay, Rebound

Obturate

The Bleeding Mask of Dread

Ravenous Death

Chapters Of An Evil Transition

Roxy Blue

Roxy Blue

Arctic Sleep

Kindred Spirits

Soleil Moon

Warrior

Slipknot

We Are Not Your Kind

Excuse

Prophets From the Occultic Cosmos

Tour Report : MONOLITHE + ABYSSIC / Europe avril 2019

Jus de cadavre / 15/08/2019
Abyssic

THE DIRT / Critiques du film

Jus de cadavre / 06/08/2019
Biopic

MOTOCULTOR 2019 : notre programme !

Jus de cadavre / 05/08/2019
Metalnews

Obscene Extreme - Jour 6

Mold_Putrefaction / 03/08/2019
Brutal Death Metal

Obscene Extreme - Jour 5

Mold_Putrefaction / 02/08/2019
Brutal Death Metal

Concerts à 7 jours

Photo Stream

Derniers coms

Band bien guez. L'un de leurs plus mauvais albums. Les compos sont plates et le chanteur n'a plus de voix.


1) Bon j'ai dit 15 h comme ça car l'exaction a eut lieu en milieu d'après-midi. Impossible donc que cela ait pu se faire pendant INCANTATION car j'étais forcément au devant de la scène à ce moment là.
2) "Ou comment faire d'un seul riff un morcif entier"
Bah figures-toi que c'est (...)


Depuis l'éponyme, a oui quand même, le seul qui envoi lourd dans leur disco(aller on dira aussi Iowa).

Je vais tenté cet album.


marrante ton anecdote, tiens. Vers 15h, ils devaient pas aimer Incantation, preuve qu'entre le missionnaire et ça, ils devaient pas avoir beaucoup de goût.
Sinon, plus sérieusement, d'accord avec toi pour la majorité, Humungus, sauf ZURIAKKE (bon, moi et le black à capuche ça fait 2) ou (...)


Merci pour le report, très agréable à lire.
Juste en passant, une petite faute : "Beaucoup de groupes refusent de jouer ici à cause de ça, mais la moindre des choses, quand on accepte de venir, c’est de jouer le jeux." - jeu.


Bon, je sais qu'ici, c'est sur le MOTOCULTOR mais vu que LeMoustre évoque plus haut le sujet :
Effectivement, super METAL MEAN cette année encore bordel !
Comme d'habitude, une affiche du tonnerre pour pas bien cher.
Seul bémol ce week end, les trombes d'eau que l'on s'est pris (...)


Au Méan, Midnight a déchiré et a véritablement lancé le fest, avec son punk/thrash à la Venom/Motörhead survolté. Enchaîner directement avec Incantation d'ailleurs fut une bonne idée, tant les deux groupes ont excellé dans leurs styles respectifs. Je sais pas au Motoc', mais ces deux là (...)


Slips sales forever


Une édition boueuse cette année !
Mais du lourd ! Incantation monstrueux, Midnight ultra rock n roll, etc... ! On vous raconte tout ça bientôt !


Un album ou il faut pas réfléchir, c'est beaucoup de bruit, ça tremble c'est juste fait pour nous détruire la cervelles et les oreilles c'est assumé et ça marche, ça te met la dose.

J'assume aimé dans ce sens mais je n'y vois rien d'autre et ça me suffit de m'explosé la tete.<(...)


Pour information le groupe est emmené par des membres de Impaled Nazarene (Mikael Arnkil), Abhorrence et Unholy (Pasi Äijö)


Triste nouvelle :-(
RIP


C'est là où le groupe continue de se distinguer : contrairement à tous ces groupes jouant sur scène l'intégralité de leurs albums les plus renommés (et vendus, pour le coup...), eux ils prennent un contrepied phénoménal. Donc Mr Bungle continue sa légende de surprise permanente. Que pouvai(...)


Les gars ont quand même un sacré esprit de contradiction, revenir après toutes ces années pour jouer une démo super underground et n'ayant quasi aucun rapport avec le reste de leur discographie alors que tout le monde attendait les grands classiques...

Quand j'ai vu qu'il y avait S(...)


Au delà de l'excellente nouvelle le plus étonnant , pour moi, c'est qu'ils vont jouer leur première démo. Soit ce qu'ils ont fait de plus bourrin. Juste génial


Ça c’est une putain de bonne nouvelle
Espérons qu’ils fassent plus que ces 3 dates


Sinon, je vends une Logan break de 2013.
Prix à débattre...


Et bien messieurs, merci pour cette explication qui me permettra d'aller me coucher moins con ce soir...


@Humungus : une résidence (residency en anglais) désigne le fait pour un musicien ou un artiste de se produire pendant une certaine période au même endroit. On parle alors d'artiste en résidence.


La résidence c'est lorsqu'un artiste loue une salle pour y répéter son concert en vue d'une tournée. C'est une répétition en grandeur nature en quelques sortes