Mine de rien, ça va bientôt faire trente ans que les SADIST trimballent leur bonhommie morbide dans les rues de Gênes, et leur carcasse à travers le monde. Le genre de carrière qui impose le respect et force l’admiration, d’autant plus que les mecs ne sont pas du genre fainéant, puisqu’ils rassasient leurs fans à intervalles assez réguliers. Pourtant, on a vraiment l’impression qu’ils ont du mal à s’extirper d’un semi anonymat dans lequel leur nom fameux les plonge, un peu comme si le poids du respect occultait leur réelle valeur, ce qui est évidemment dommageable. Mais après cinq démos consécutives en début de parcours, et une tétralogie d’albums impeccables avant la rupture (Above The Light, 1993, Tribe, 1995, Crust, 1997 et Lego 2000), on pourrait estimer aujourd’hui que les italiens font partie de la légende, le genre de catégorisation un peu condescendante et mettant de côté la valeur concrète de leur travail. Mais ne vous leurrez pas, sur la scène Death européenne, ces musiciens hautement recommandables sont toujours aussi influents, même si quelques erreurs d’appréciation sont venues émailler leur avancée. Je m’étais rapproché d’eux à l’occasion de Season In Silence, il y a huit ans, et j’avais beaucoup apprécie Hyena, leur dernière livraison publiée en 2015. J’y avais retrouvé toutes les composantes d’un Death technique sevré d’influences Jazz et Progressif, qui cherchait plus loin que la fosse commune du coin de quoi exhumer ses idées, et j’étais donc ravi d’apprendre que le quatuor remettait le couvert à l’occasion d’un projet parfaitement alléchant sur le papier, et difficile à transcrire en musique. Car avec Spellbound et sa pochette au clin d’œil plus qu’appuyé, les génois se sont attelés à une tâche ambitieuse, et un hommage pesant son poids de légende, un peu dans la même optique qu’OBSZÖN GESCHÖPF et son Master of Giallo. Sauf qu’ici, Argento, Bava et consorts voient leur propre modèle honoré, puisque les SADIST ont décidé de dédier leur travail au maestro Hitchcock, ce que cette pochette en ombre de Motel funeste dévoile de son trait macabre et grossier.

On se dit alors très légitimement que ce choix de concept global va forcément influencer la direction artistique d’un album qui doit se démarquer de ses prédécesseurs, ne serait-ce qu’en termes d’ambiances, et si la cassure est quelques fois relativement patente, elle consiste la plupart du temps à laisser des claviers envahissants faire les trois-quarts du boulot en répandant leurs nappes électroniques. Le reste de la trame générique ne dévie en rien des convictions habituelles d’un groupe qui a trouvé son approche et son style depuis longtemps, et il est difficile de ne pas voir en Spellbound qu’une extension de l’ouverture déjà opérée sur Hyena et Season In Silence. Ce qui gêne un peu sur ce huitième longue-durée, c’est ce manque d’ambition tacite qui voit un groupe aux possibilités infinies se contenter d’un travail de fond et non d’un boulot de longue haleine qui aurait pu leur permettre de sortir leur œuvre définitive. On sent que le potentiel technique n’a pas été exploité à plein régime au moment des compositions, et si l’ensemble est bien évidemment d’une qualité irréprochable, il reste raisonnable ce qui a tendance à le handicaper assez rapidement. En choisissant comme source le monde paranoïaque et labyrinthique du légendaire réalisateur chauve, les italiens se sont fixé une absence totale de mesure, mesure qu’ils semblent respecter en contraignant leur morceaux dans le temps, et en synthétisant leurs idées sur deux ou trois plans fameux certes, mais déjà connus. Et comme en outre le mixage de leur album n’est pas exempt de reproches, on regrette au final qu’ils ne se soient pas abandonnés au délire le plus total, en essayant vraiment de retranscrire les films du maître dans un langage musical tout en gardant leur identité. A ce point d’analyse, on a parfois l’impression d’entendre une version résumée des meilleurs efforts de NOCTURNUS, le tout arrangé à la sauce SADIST, spécialement à cause de cette juxtaposition entre un chant terriblement grave et rauque, et ces nappes de synthé mélodiques et légères. En parlant de synthé, on est loin des scores déviants et menaçants de Bernard Herrmann, les partitions restant la plupart du temps figées sur quelques notes éparses, plus destinées à essayer de retranscrire un climat que d’imposer des sentiments induits. Et cette superficialité, une fois associée aux intentions de base est très gênante, alors même que l’album en lui-même peut être considéré comme une belle réussite.

Et hors des passages vraiment marqués, et un peu trop écrasés par des claviers qui se taillent la part du cadavre, on retrouve le SADIST des grands jours, celui capable de rappeler l’ATHEIST le plus alambiqué et le DEATH le plus fier, tout en nous écrasant d’une puissance à la SUFFOCATION sans avoir à forcer sa nature violente ou sa vocation. Seulement, ces passages sont plutôt rares, et lorsqu’ils parviennent à se hisser au premier plan, ils sont irrémédiablement castrés par ce synthé omniprésent, mais pas omnipotent, qui a tendance à occulter le talent naturel des musiciens à extirper le Death technique et progressif de ses envies les plus banalisatrices. Et donc, sur tous les fronts, le délice est un peu atténué par l’ambivalence, puisqu’on ne retrouve ni l’ADN véritable d’un groupe assez unique en son genre, ni les atmosphères des films d’Hitchcock, nous pensant errant dans les dédales d’une série B bon marché tentant désespérément de retrouver le souffle épique des films du maître en les copiant de façon malhabile. D’un côté donc, le petit chauve bedonnant voit ses meilleurs films adaptés de façon un peu simpliste et putassière, et de l’autre, le groupe tente par tous les moyens de rester lui-même tout en enfilant un costume un peu trop étriqué pour lui. Bien sûr, certains morceaux sont de vraies réussites, mais ils le sont la plupart du temps parce qu’ils oublient le concept du jour et se contentent de reproduire des recettes habituelles de façon plus contemporaine, enfilant les plans techniques et les passages concassants (« Frenzy », qui coupe enfin la chique à ce malheureux synthé, ne lui laissant que quelques espaces suffisants en compagnie de la basse pour mieux nous étrangler du foulard de la mélodie), sans vraiment chercher le mimétisme, même si l’amertume des riffs permet par intermittence de se plonger dans les pellicules citées.

Manque d’investissement absolu donc, et trop grande prudence dans l’élaboration d’une étape qui aurait dû être la plus fascinante. Et si « Rear Window » nous donne parfois le vertige de son imbrication de guitares et de chant, si « The Birds » constitue une entrée en matière alléchante avec ses syncopes et ses appoints de synthé - une fois n’est pas coutume - assez pénétrants, si « Notorius » fait la nique à des années de CRADLE OF FILTH en trouvant en quatre minutes le secret d’une symphonie morbide vraiment hypnotique (on sent même un peu de GOBLIN se cacher derrière tout ça durant le break jazzy), on déplore quand même le raisonnement beaucoup trop humble et se reposant sur des gimmicks un peu faciles. Les SADIST étant suffisamment compétents et intelligents pour élaborer une œuvre aux dimensions un peu moins proportionnées que d’ordinaire, on aurait bien aimé décoller vers les paradis Hitchcockiens avec plus de panache, même si au final, Spellbound sera probablement l’un des meilleurs albums de Death de cette fin d’année. Ce qui en soi, et au vu de la répétitivité irritante du genre n’est pas un mince exploit…         


Titres de l'album :

                        1.39 Steps

                        2.The Birds

                        3.Spellbound

                        4.Rear Window

                        5.Bloody Bates

                        6.Notorius

                        7.Stage Fright

                        8.I'm the Man Who Knew Too Much

                        9.Frenzy

                       10.The Mountain Eagle

Site officiel

Facebook officiel

Bandcamp officiel 


par mortne2001 le 10/12/2018 à 16:34
78 %    194

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Stonecast

I Earther

Devil Master

Satan Spits On Children Of Light

Voz De Nenhum

Sublimation

Vertex

Scalable

This Gift Is A Curse

A Throne Of Ash

Thornbridge

Theatrical Masterpiece

Spectrum Orchestrum

It's About Time

Ares Kingdom

By The Light Of Their Destruction

The End Machine

The End Machine

Vitriol

Chrysalis

Altar Of Oblivion

The Seven Spirits

Inculter

Fatal Visions

Venom Prison

Samsara

Sammy Hagar

Space Between

Final Cut

Jackhammer

Eivør

Live In Tórshavn

Burning Rain

Face The Music

Sisters Of Suffocation

Humans Are Broken

Jack Slamer

Jack Slamer

Mgła - Revenge - Doombringer // Paris

Mold_Putrefaction / 19/05/2019
Death Metal

Dead can Dance

RBD / 19/05/2019
Darkwave

NETHERLANDS DEATHFEST IV / Tilburg, Pays-Bas

Jus de cadavre / 16/05/2019
Death Metal

Tour-Report ACOD (support Cradle Of Filth / Avril 2019)

Jus de cadavre / 14/05/2019
Death Black Metal

Concerts à 7 jours

Photo Stream

Derniers coms

En fait, je crois que je me suis mal exprimé. C'est surtout que cet album me frustre, en fait. J'aurais voulu des morceaux plus développés, un peu plus longs. Criminally Insane, par exemple, est un super morceau, mais à peine 2 mn 20, quoi... Frustrant, oui, c'est plutôt ça pour moi.


Découvert en 88, j'ai mis des années avant de cerner et d'apprécier ce disque.
Depuis, je l'ai acheté à 4 reprises à force de l'avoir usé.


Je viens d'acheter deux tonnes de tomates... ;)


Kanelsback, cet album est tellement violent, sauvage, radical, intense, que c'est justement en ayant acheté et écouté cet album bien des années après avoir découvert Slayer ( je me contentais alors des morceaux en version live) que j'ai compris pourquoi Slayer ÉTAIT Slayer. Et c'est devenu de(...)


Je vais faire mon hérétique : j'ai jamais pu blairer cet album... Ne pas l'avoir découvert à l'époque joue sans doute dans mon ressenti, j'imagine, mais je m'emmerde en écoutant ce disque. Hormis Angel of Death et Raining Blood, je trouve les morceaux un peu torchés à la va-vite et basiques.(...)


mauvais


Merci de ta chronique .
Ici le batteur mentionné.
Chronique très appréciable , et très bien écrite . Et dont l'analyse globale est pertinente
Cela dit , même si j'aime les " anexes " Atheist et Mekong delta et Holy moses , je n'ai jamais été vraiment influencé par ce gen(...)


Même classement pour moi que Jus de Cadavre !
Et des pochettes qui auront marqué mon adolescence...


Mmh, ça se tire la bourre avec Master Of Puppets pour le titre du plus grand album Metal au monde... Mais c'est dans le top 2 des plus grands oui... :D
Aller j'ai de la route ce soir, je sais ce que je vais écouter dans la bagnole !


Pochette mythique pour un album mythique. Peut être le plus grand de tous les temps...


J'arrive après la bataille, mais interview une fois de plus très cool !

Et ça fait tellement plaisir de lire ça : "Combien de groupes entend on se plaindre de ne pas attirer suffisamment de monde en concert alors que les mêmes musiciens ne vont jamais aux concerts des autres ?"


Pas top, du revival classique.


Ca casse pas trois pattes à la dinde. Voix générique au possible, notamment.


Pour ma part, l'extrait disponible (Black Flame Candle) me rappelle les meilleurs moments de Toxic Holocaust. Je vais du coup m'y atteler plus sérieusement!


Pas mal du tout ce truc ! La chro résume parfaitement bien la chose !
"le Punk s’est toujours très bien marié au Black le plus primal " et ça je plussoie fois 100.


Très intéressante démarche que celle de Sun, d'autant plus par le producteur de The Dø !


Sorceress était vraiment inintéressant, ce que je n'avais jamais ressenti avec Opeth quand bien même je préfère la période Still life / Blackwater park / Deliverance. J'espère que celui-ci rattrapera la donne, faute de quoi je passerai mon chemin à l'avenir.


Ce que je voulais dire, c'est que MGŁA n'apporte rien de plus en live par rapport aux enregistrements studio. Le boulot est fait, les riffs sont bons et, même si je ne connais pas toute leur discographie, j'apprécie généralement leur musique. Mais sur scène, je n'y trouve pas de sursaut d'inte(...)


Vu en 2013 au Luxembourg.
Souvenir malheureusement mitigé :
Super heureux de voir et entendre ce putain de groupe pour la toute première fois sur scène.
Mais déception totale d'avoir l'obligation d'être assis à un concert (c'était la toute première fois que cela m'arrivait (...)


Très surpris de lire que MGLA ait désormais "un public familial"...
Cela fait très longtemps que je ne les ai pas vu en live (à vu de nez je dirai qu'il y a 7 ans), mais je peux vous dire qu'à l'époque, c'était très loin d'être le cas.
Quoi qu'il en soit, groupe que perso j'ador(...)