All Things Must Pass

Alirio

06/08/2021

Frontiers Records

ALIRIO NETTO est sans aucun doute assez méconnu par chez nous, de la Creuse à la Bretagne, et encore relativement anonyme en Europe. Pourtant, un simple coup d’œil à son CV permet de comprendre que l’artiste est une superstar dans son pays. Le chanteur/acteur brésilien est une véritable institution, et ses implications dans diverse œuvres ont de quoi rendre jalouses nombre de stars internationales. Jugez du peu :

  • Chanteur de KHALLICE 
  • Chanteur d’AGE OF ARTEMIS, avec deux albums produits par Edu Falaschi (ANGRA)
  • Chanteur de SHAMAN depuis la mort de regretté Andre Matos
  • Rôle de Galileo dans la comédie musicale We Will Rock You basée sur des chansons de QUEEN   
  • Chanteur au sein de QUEEN EXTRAVAGANZA
  • Rôles de Jésus et Judas dans différentes représentations de Jesus Christ Superstar
  • Participations aux plus grandes émissions de télé de son pays, et talk-shows (Altas Horas, Faustão, The Noite, Jornal Hoje, Jornal do SBT, Jornal da Globo et Programa Todo Seu)
  • Professeur de chant
  • Etc…(et ça devrait déjà suffire)

Alors évidemment, tout ça donne un peu le tournis. Alors évidemment, tout ça suscite des envies et des convoitises. Et une fois encore, ce sont les italiens de Frontiers via ce vieux fourbe de Serafino qui ont emporté le morceau, et distribué le premier album solo d’ALIRIO, sous son propre nom. Ce genre d’évènement est un achèvement pour un artiste, et bénéficier d’une telle exposition promotionnelle en dehors des frontières du Brésil est une chance dont ALIRIO est totalement conscient. Il se montre très enthousiaste à propos de cette collaboration, et n’hésite d’ailleurs pas à déclarer :

« Je suis sincèrement ravi de faire partie de la famille Frontiers. Cet album est très spécial pour moi, non seulement parce que j’y retrouve des amis très proches et connus dans le monde entier, mais surtout à cause de la passion que j’ai insufflée dans chacune de ses notes. Je dois dire que c’est peut-être le travail le plus honnête de ma carrière. Avoir une maison de disques de cette envergure qui croit en ma musique dans un moment aussi difficile pour le monde entier est une énorme bénédiction »

En gros, tout le monde est content, l’artiste, ses accompagnateurs du moment, son label, mais surtout, ses fans. Des fans qui le suivent depuis des années, pour avoir le plaisir d’entendre sa voix unique, et sa musique éclectique qui risque justement de lui faire gagner de nouveaux admirateurs partout dans le monde. Avouons-le tout de go, la voix d’ALIRIO est simplement magnifique. Grain légèrement rauque, pureté absolue dans les aigus, puissance incroyable, feeling dans les moments d’intimité, l’homme peut rivaliser avec les plus grands vocalistes de l’histoire du Rock, et se permet un mélange tout à fait hallucinant entre la virilité bluesy d’un Coverdale, et la beauté cristalline d’un Steve Perry. Pas étonnant que Brian May soit tombé sous le charme de son timbre, et il y a fort à parier que ce premier album en solitaire va convertir des milliers de fidèles, puisque l’artiste brésilien y donne toute l’étendue de son talent incroyable.

En quinze morceaux et quelques invités fameux, All Things Must Pass ne se contente pas de constater les effets du temps qui passe via une citation musicale célèbre de George Harrison, mais en propose une vision dramatisée, entre émotion brute et énergie juvénile. A l’image du JOURNEY des années 90, ALIRIO n’a pas hésité à parsemer son œuvre de ballades vraiment prenantes, telle la sublime « The First Time » qui ondule sous les courbes d’une mélodie simple, mais prenante. Produit évidemment avec flair par l’équipe italienne, All Things Must Pass est donc plus qu’une simple carte de visite à l’adresse de l’Europe, mais un survol des capacités incroyables d’un chanteur qui fait honneur aux légendes de son pays, pays qui d’ailleurs se taille la part du lion depuis quelques années en termes de découvertes cruciales.

Alors, tout y passe, puisque l’homme est versatile. Le Hard-Rock est évidemment largement représenté, mais la Pop-Rock aussi (« Edinburgh »), le Metal plus dru et rugueux aux entournures, mais toujours mélodique (« Back To The Light »), et la liste des invités est assez impressionnante. Outre une section rythmique composée du batteur Adriano Daga et du bassiste Felipe Andreoli (ANGRA), l’album accueille quelques amis et pointures, notamment Arnel Pineda, chanteur de JOURNEY, venu tailler le duel sur « Grey », l’un des hauts-faits de l’album.

Guitares volubiles ou discrètes, chant évidemment flamboyant, mais qui sait faire preuve de retenue, mélange des genres pour brouiller les pistes (« I’m Still Here »), sensibilité à fleur de peau permettant de laisser la voix s’enflammer ou caresser (« Grey »), le répertoire est subtil, et permettra de satisfaire à peu près tout le monde Mais au-delà de la qualité intrinsèque des chansons, c’est évidemment la voix fabuleuse d’ALIRIO qui domine les débats, cette voix unique qui en a fait l’un des artistes les plus admirés et respectés de son pays, à raison. Pas étonnant de retrouver son nom au casting des productions les plus prestigieuses du Brésil, et ce premier album risque d’asseoir définitivement sa réputation extra-muros, l’Europe devant succomber sans trop de résistance à ce charme lusophone mélodique et sincère.

Un disque qui casse un peu le moule trop figé des productions Frontiers, et qui permettra de faire connaître un artiste méritant largement une reconnaissance internationale.    

  

                                                                                                                                                                                                        

Titres de l’album:

01. All Things Must Pass

02. Let It All Burn (avec Hugo Mariutti)

03. Here I Am

04. Back To The Roots

05. The First Time

06. Edinburgh

07. Back To The Light (avec Andria Busic)

08. I’m Still Here (avec Ivan Busic)

09. Grey (avec Arnel Pineda)

10. You Hate (avec Alberto Rionda)

11. Breeze (Bonus Track Digital)

12. Come With Me (Bonus Track Digital)

13. Gipsy (Bonus Track Digital)

14. Mentiras (Feat. Alberto Rionda) (Bonus Track Digital)

15. Nada Se Compara (Bonus Track Digital)


Site officiel

Facebook officiel


par mortne2001 le 25/08/2021 à 18:06
82 %    967

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Derniers articles

Crisix + Dead Winds

RBD 20/02/2024

Live Report

Abbath + Toxic Holocaust + Hellripper

RBD 21/01/2024

Live Report

1984

mortne2001 10/01/2024

From the past

SÉLECTION METALNEWS 2023 / Bonne année 2024 !

Jus de cadavre 01/01/2024

Interview
Concerts à 7 jours
Tags
Photos stream
Derniers commentaires
Gargan

Faites chier, j'apprécie le groupe (enfin surtout l'ep comme beaucoup, je me demande si je ne l'ai pas découvert avec ce bon Shaxul) et je trouvais l'artwork très réussi ("oh bah c'est pas l'AI de Pestilence hein"), mais là(...)

05/03/2024, 09:43

Capsf1team

Balle de match...Un peu de silence s'il vous plait, les joueurs sont prêts...

05/03/2024, 08:03

Tourista

Hep ! on ne dépasse pas les bouées, siouplè !

05/03/2024, 07:05

Tourista

Acheté samedi, écoute en cours. BD absolument sans intérêt mais album bien plus intéressant que le dernier Maiden.

04/03/2024, 17:58

LeMoustre

Citer  INCUBUS, ASSASSIN et RIGOR MORTIS sur le même papier = obligé d'écouter les deux titres, et en effet, tout à fait ma came ! Merci pour cette petite découverte aux allures de pépite.M'en vais commander cela de ce pas(...)

04/03/2024, 09:59

LeMoustre

Excellent album

04/03/2024, 07:14

Saddam Mustaine

Le seul à être présent sur chaque album c'est Paulo Jr, peut-être le seul qui a vraiment les droits officiellement ? Kisser après est devenu très impliqué aussi 

02/03/2024, 19:55

RBD

Les frères Cavalera ont récemment réenregistré le premier album, le seul où Andreas Kisser n'était pas encore là. Cavalera Conspiracy existe déjà pour ceux qui voudraient un Sepultura avec les frères Cavalera, et tant mieu(...)

02/03/2024, 13:16

Humungus

Ah ah ah !Alors ça pour le coup, cela pourrait me faire plaiz...

02/03/2024, 07:27

Saddam Mustaine

Max et Igor vont donc pouvoir réformer Sépultura dans 2 ans...

01/03/2024, 18:15

Jus de cadavre

Ouais du tout bon. Assez balèze pour un groupe avec autant de bouteille de sortir un album aussi "frais" ! Et puis ce côté Metal "nola" : irrésistible !

01/03/2024, 15:22

Humungus

J'avais déjà hâte d'écouter ça, mais avec une chronique pareille...Vivement.Pis surtout, vivement la tournée de mai prochain bordel !

01/03/2024, 10:06

Tourista

Je me rappelle avoir vu UNE fois Sepultura avec Derrick Green en festoche, époque dreadlocks, j'ai dû tenir 3 morceaux.  Mais évidemment les propositions arriveront, les gros sous se profiler, le groupe reviendra avec une cote renforcée et des cachets g(...)

29/02/2024, 22:36

Gargan

´Vont ptêtre se reformer deux ans après la tournée, avec lui.

29/02/2024, 21:48

Cupcake Vanille

Quitter Sepultura pour peut-être (voir les rumeurs du moment) pour un autre groupe commençant par la lettre S sur le son américain du côté Iowa. 

29/02/2024, 21:24

RBD

Il a déjà un autre groupe de Rock chrétien qui marche bien au Brésil. C'est vrai que c'est bizarre de partir maintenant alors que la fin prochaine du groupe est déjà programmée à assez court terme. En tout cas c'est un batteur(...)

29/02/2024, 21:12

Buck Dancer

Même si je comprends l'opportunité de jouer dans Slipknot (si la rumeur dit vrai) dommage d'être resté toutes ces années pour partir juste avant la dernière tournée.

29/02/2024, 18:48

senior canardo

@Humungus sur la date de Magny le hongre, Paulo avait un tshirt Houwitser    sur scène ça ma remis un coup de (...)

29/02/2024, 10:09

Orphan

Batteur absolument génial.https://www.youtube.com/watch?v=PkmUSjkTJCgV'la le niveau du gamin qu'il était.

29/02/2024, 08:24

Tourista

Bha, toujours moins grave que les fans qui ont quitté le groupe en 96.

29/02/2024, 07:13