Non, la nostalgie Hard des années 80 ne touche pas que les thrasheurs et leur veste à patches. On aurait tendance à le croire au jugé du raz de marée revival qui nous engouffre de ses riffs saccadés depuis quelques années, mais une poignée d’autres irréductibles semblent avoir la larme à l’œil à la simple évocation de la décennie bénie de l’explosion du Heavy Metal honni.

Il faut dire que lorsqu’on y pense, ces fameuses années 83/89 étaient quand même sacrément créatives…Tout était permis et presque tout restait à faire, et souvent, un simple riff béton sur rythmique pilon suffisait à faire notre bonheur. Les choses ont-elles vraiment changé ?

Nous sommes sans doute devenus plus vieux, plus exigeants, mais je ne peux pas croire que nous ayons oublié. D’ailleurs, personne n’a oublié, aucun quadra, aucun fan de Heavy Metal franc et sans bla-bla, nous nous retrouvons tous sous la même bannière, agitée en ce mois de février par une bande d’Italiens qui eux aussi, semblent se réjouir d’un retour en grâce d’une musique sans fioriture, efficace, aux refrains fédérateurs et aux soli vengeurs.

Leur nom ? SLEAZER. Et une fois leur musique assimilée, croyez-moi, vous aurez du mal à les oublier.

 

Avec un tel patronyme, la confusion eut tôt fait de s’incruster dans vos neurones. Mais la réponse est claire est nette, non, les SLEAZER ne sont pas le nouveau Glam Band à la mode, bien qu’ils en revendiquent certains éléments. Pour appréhender leur inspiration, il faut plutôt aller chercher du côté de la vague Heavy/Power/Speed des mid eighties, en se rappelant de groupes comme BLIND GUARDIAN, SAVATAGE, IRON MAIDEN, HELLOWEEN, ou même des déviants et violents JUDAS PRIEST et SAVAGE GRACE, voire des premiers RUNNING WILD, ceux qui à l’époque n’étaient pas encore obsédés par les pirates et les chasses au trésor.

Comme vous le constatez, les références sont éprouvées et approuvées, et le quintette Italien (Andrea Vecchiotti – Chant, Edoardo Artibani & Clemente Cattalani – Guitares, Diego Sbriscia – Basse et Amedeo Paolini) sait les mettre en exergue au travers d’une musique qui aurait facilement pu voir le jour il y a trente ans ou plus, tant son cachet vintage est crédible et authentique.

Ici, pas d’esbroufe, mais de la passion, beaucoup, et surtout, une musique qui arrache et qui décolle les pavillons sans avoir besoin d’avoir recours à des gimmicks factices et autres astuces de production trompeuses.

Après un premier EP/démo publié en 2014 (Heroes Of Disgrace), les SLEAZER ont travaillé sans relâche, ont tourné en s’appliquant à la tâche, et ont partagé la scène avec bon nombre de pointures. Il est bien sûr facile de les comparer à la vague des ENFORCER, CAULDRON, AXXION et autres, mais après écoute attentive de ce premier album, Fall Into Disgrace, je peux affirmer sans crainte d’être fouetté qu’ils ont ce petit je-ne-sais-quoi qui les rend si particuliers et attachants, même si leurs morceaux se font des gorgées chaudes des accords brûlants du New Heavy Metal naissant, Américain ou Européen, celui mené de front par des combos repoussant les limites entre Heavy, Speed et Power, et se laissant même tenter par une touche de Glam et de radiophonie.

Des influences notoires donc, que j’ai énoncées plus en amont, mais d’autres aussi, puisqu’on trouve une petite touche de Hair Metal typiquement Californien dans leur musique, traité à l’européenne, à l’instar d’un DOKKEN dont on trouve la patte sur le très mélodique « Faded Dream », qui ose même des mélodies à la tierce, assez symptomatiques des THIN LIZZY adaptées à un contexte bien Heavy.

Le Hard germanique trouve aussi sa tribune dans les dix morceaux de cet album décidément sans failles, au travers du beat plaqué de « King Of Nothing », qui fait tout autant penser à la régularité agressive d’un ACCEPT, qu’au lyrisme d’un STRYPER, un peu comme si Michael Sweet reprenait à son compte le « It’s Hard To Find a Way » de la bande à Udo.

Il faut dire que la voix superbe aux intonations flamboyantes d’Andrea Vecchiotti permet toutes les audaces au groupe, et enflamme régulièrement un instrumental échevelé qui ne demande qu’une petite étincelle pour exploser.

Ajoutez à ce vocaliste hors pair une paire de guitaristes qui appliquent les leçons de l’époque à la double croche près, harmonies à la LIZZY/MAIDEN, riffs à la Weikath/Hansen, et structures à la Oliva brothers, et une section rythmique qui tombe dans la citation sans pour autant se perdre en connotations, et vous obtenez un des meilleurs groupes hommage à une décade qui n’en finit pas de propager son écho hors de son temps.

Alors de là, si vous étiez déjà hermétique à l’époque aux styles abordés, il y a peu de chance qu’ils parviennent à vous séduire trente ans après.

Mais si au contraire, vous avez passé votre adolescence à headbanger Power et à faire l’hélicoptère Speed tout en tendant un poing rageur et Heavy vers le ciel, alors Fall Into Disgrace vous replongera dans votre jeunesse agitée sans avoir besoin de remonter dans le temps.

Des titres simples, mais pas simplistes, et une vraie passion qui transpire de chansons qui n’hésitent pas à en rajouter dans l’incarnation sans tomber dans la parodie bidon. En témoigne cette tonitruante mise en jambes « Heroes Of Disgrace », qu’on aurait facilement pu trouver en entame d’albums comme Walls Of Jericho ou Follow The Blind, un « Legion Of The Damned » et sa basse claquante qui fait une fois de plus honneur à la vague Heavy Speed des BLIND GUARDIAN et autres SCANNER, cris suraigus à la Halford en prime, ce lourd et menaçant « Sabbath Lord » qui nous rappelle les SAVAGE GRACE, ou ce « Sleazer », hymne éponyme fatal qui se prend pour un RUNNING WILD plus Allemand que nature.

En gros comme en détail, un excellent survol de toutes les tendances en vogue dans les sacro-saintes années 80, qui profite du fuselage d’une excellente production qui retrouve même le cachet de cette période enflammé.

Les textes sont bien évidemment en parfaite adéquation avec les obsessions, et les refrains usent et abusent des sempiternels « Heavy, Metal !! », « Watch out ! » et autres gimmicks à reprendre à tue-tête.

Et même lorsque la machine ralentit un peu, le spectre d’un Hard-Rock à la PRIEST/MAIDEN déclenche encore des frissons (« Fall Again »), mais ces moments de calme relatif sont rares, et le LP se termine comme il a commencé, sur une envolée Speed lyrique typique, « Deserter », qui nous ramène dare-dare dans le giron d’un « Valhalla » de BLIND GUARDIAN.

     

Fall Into Disgrace est un album solide, à l’hommage tout sauf servile, et à la passion fertile. Un disque qu’on écoute en réendossant sa panoplie d’époque, seul dans sa chambre ou à plusieurs dans une salle de concert en sueur. Et en guise de disgrâce, parlons plutôt du retour en grâce d’un style tombé en désuétude depuis plusieurs années, qui revient nous agiter et nous rappeler que nous aussi avons vibré les clous au poignet au son d’un Heavy bien burné.

Heavy Metal forever ?

Ça sonne cliché, mais c’est tellement vrai…


Titres de l'album:

  1. A Falling Overture
  2. Heroes Of Disgrace
  3. Straight On Your Way
  4. Legion Of The Damned
  5. Faded Dream
  6. King Of Nothing
  7. Sabbath Lord
  8. Sleazer
  9. Fall Again
  10. Deserter

Bandcamp officiel



par mortne2001 le 11/03/2017 à 14:09
80 %    260

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Religious Observance

Utter Discomfort

Visavis

War Machine

Cemetery Urn

Barbaric Retribution

Nekrofilth

Worm Ritual

Of Hatred Spawn

Of Hatred Spawn

Wyrms

Altuus Kronhorr - La Monarchie Purificatrice

Barshasketh

Barshasketh

Ravenface

Breathe Again

Blosse

Era Noire

Perversor

Umbravorous

Calcined

Discipline

Devil On Earth

Kill The Trends

Skald

Le Chant des Vikings

Cosmic Atrophy

The Void Engineers

Pissgrave

Suicide Euphoria

Blood Feast

Chopped, Sliced and Diced

The Intersphere

The Grand Delusion

Nachtmystium

Resilient

Billy Bio

Feed the Fire

Sacrosanct

Necropolis

Powerwolf + Amaranthe + Kissin' Dynamite

JérémBVL / 18/01/2019
Powerwolf

Klone unplugged

RBD / 17/12/2018
Acoustique

Brutal Metal DTP Gig

Simony / 12/12/2018
Black Metal

LIVE REPORT - TYRANT FEST 2018 - JOUR 2

Mold_Putrefaction / 05/12/2018
Black Metal

Concerts à 7 jours

+ Venefixion + Defenestration

19/01 : Brasserie Bleizi Du, Morlaix ()

Photo Stream

Derniers coms

Oui mercato réussi.


Ça ressemble à un record de coms ça !


Oui je trouve aussi. Fiable quoi.


Cela semble être une bonne idée...


Je n'ai pas lu le livre de Moynihan qui est, paraît-il, plutôt complaisant avec tout l'ensemble y compris ce qu'il y a de plus inacceptable. Au-delà de ce que je rejette très fermement les meurtres et incendies de lieux de culte, je ne me suis jamais reconnu dans le Black Metal même sous un sim(...)


On a vraiment lu tout et son contraire sur ces histoires, sans compter le mystère entretenu par les protagonistes de l'époque. J'ai beau essayé de faire le blasé, de me dire que c'était que des "petits cons", des abrutis, que le bouquin n'est qu'un torchon un peu trop orienté, il n'empêche qu(...)


Excellente chronique... j'avais découvert avec l'album précédent sans approfondir plus que ça. Tu viens de réanimer ma curiosité Mortne2001 !
C'est d'une saleté indécemment propre au niveau de la production là où la concurrence balance des riffs lambda avec une production crasseuse p(...)


J'espère juste que le film dira clairement que les protagonistes n'étaient que des petits cons paumés... Mais sinon, oui, rien qu'avec l'attention portée aux détails, ça donne envie, clairement.


Trailer bien plus convaincant que les précédents. Et oui le " Based on truth and lies " est bien pensé.
Ça fait envie.


En tout cas beau job de l'ensemble de l'équipe de ce site, avec une chouette ergonomie. Bon, j'ai pas pigé comment on fait pour aller directement suivre un fil de discussions/commentaires sans passer par le titre du thème concerné, mais pas grave.


Sans conteste, ce qui précède est en lice pour être la meilleure discussion dans le futur top 2019...


Putain, ça donne envie tout de même hein...
Pis le "Based on truth and lies" est tellement bien trouvé bon dieu de dieu !


Vive le Méan !


Lemmy disait : "Tant qu'il y aura 2 ou 3 mecs pour jouer et 2 ou 3 autres pour les écouter, le rock se portera bien".
Donc tant qu'il y a aura 2 ou 3 personnes pour écrire et 2 ou 3 autres pour les lire, Metalnews se portera bien ! :-D
Lemmy disait aussi : "C'est pas ta soeur qui m'i(...)


Putain, vla l'équipe :D ! Entre un promoteur de boxe véreux, moi qui pète une durite pour rien et un Bernard Pivot sous je ne sais quelle(s) substance(s) ! Les gens vont se barrer !


Pas eu le temps d'appeler le docteur... je m'excuse ! :-)


... et de consulter... oui, de consulter... vite !


Alors non, une bonne fois pour toutes, on ne s'excuse pas ! C'est bien trop facile !!! On demande pardon, on présente ses excuses, on prie de bien vouloir nous excuser mais tout ! L'excuse est à présenter à l'autre et non à soi même !

"Salut M'dame, je viens de m'introduire chez t(...)


Enfoiré :D Mais c'est ça, lu (beaucoup) trop vite donc compris de travers et je m'en excuse ;).
Rien à voir mais j'en profite, y'a du monde qui va à Morlaix pour la date la plus bestiale de l'année ce samedi ?


On a lu le même livre Grinder92 !!