Les Echappées

Cepheide

03/12/2021

Les Acteurs De L'ombre Productions

Signé par les Acteurs de l’Ombre depuis son split avec TIME LURKER, CEPHEIDE profite aujourd’hui d’une structure respectée pour diffuser son travail, après un premier album autoproduit lâché en 2017 et baptisé Saudade. CEPHEIDE est un peu l’archétype du one-man-band comme on en trouve tant dans le Black Metal, genre misanthropique s’il en est. Une créativité personnelle, un monde ne l’étant pas moins, et une proposition de voyage dans des espaces moins confinés pour découvrir un univers sombre, mais étonnamment coloré et strié de rais de lumière. Pour qui connait Gaetan Juif, et ses nombreux projets (BASILIQUE, BAUME, ou les plus anciens et défunts RANCE et SCAPHANDRE), CEPHEIDE n’est rien de plus qu’une continuité logique de travaux antérieurs, et l’affirmation d’une philosophie artistique bien ancrée dans le cœur des fans : utiliser tous les codes du Black moderne pour le pousser au-delà de ses dernières limites.

2021 est donc l’avènement de CEPHEIDE, qui avec Les Echappées s’évade justement d’un cadre trop restrictif pour explorer, et ramener des souvenirs en traces de nouvelles civilisations musicales. Seul aux commandes, unique compositeur et auteur, Gaetan a donc totale latitude pour élaborer ses structures, et se permettre des choses que peu de musiciens expérimentent. Cette guitare trop fifties pour être honnête soulignée par un beat pataud sur « L'ivresse », suggère par exemple avec beaucoup d’acuité cet état léthargique précédant l’enivrement total, lorsque la réalité et le fantasme se mélangent, et que les langues se délient dans l’alcool. Difficile de croire qu’un concept BM puisse proposer de telles sonorités, mais tel est le gage de liberté proposé par Gaetan : n’admettre aucune limite, ne supporter aucune entrave, et jouer avec les mélodies et les sons pour élaborer des strates complexes, qui s’empilent de façon si dense que le chant et les claviers s’en retrouvent relégués au second plan.

Composé de six chapitres de durées variées, Les Echappées en est une belle, et se pose comme la bande-son idéale d’un film cosmique explorant de nouvelles galaxies pour en ramener l’essence d’intelligences supérieures. Celle de ces compositions leur permet d’atteindre des sommets d’intensité dans la nostalgie, cette nostalgie qui s’exprime au travers de mélodies tournoyant et brûlant comme des étoiles, et quelques nappes de claviers discrètes, qui s’agitent en arrière-plan comme des satellites.

« Le Sang » pose les bases, mais chaque titre adopte la thématique de ses textes. Inutile donc de craindre un long soliloque stérile et egocentrique de plus de quarante minutes, puisque les humeurs sont diverses et complexes. Entre une programmation créative qui accepte des rythmes étranges et surtout, un son presque analogique, une guitare en mode prétexte, et une épaisseur digne des arrangements wagnériens d’EMPEROR, CEPHEIDE réconcilie le Symphonique, le Post, mais aussi l’atmosphérique, son terrain de jeu préféré, et le BM plus classique des années 2010. Tout à fait à sa place dans l’écurie LADLO, Gaetan s’en remet donc à son imagination sans la brider, et impose des partis-pris très personnels dans le mixage et l‘agencement. Impossible de ne pas craquer pour ce rythme improbable, qui taquine l’Industriel le plus froid mais aussi le Rock le plus déstructuré, et pour cette voix s’époumonant dans le lointain en mode « dernier appel avant l’apocalypse ». Et si apocalypse il y a, elle se fera au son de cette démence musicale qui accepte totalement son absence de retenue.

« L'oubli » change immédiatement de braquet, et nous rappelle la scène alternative des nineties, comme l’écurie 4AD la plus obscure, tout en multipliant les clins d‘œil aux références Cold Meat Industry. Toujours sur la brèche, Gaetan pique les guitares traumatisées des héros underground de la vague anglaise des nineties, mais les torture de blasts parfaitement déments qui donnent à l’ensemble des allures d’explosion en plein vol. On se dit même qu’à un moment donné, un saxo époumoné va faire le lien avec le Jazzcore, ou qu’une brisure contemplative va faire baisser la pression pour nous couper le souffle.

Donc, des surprises, une musique vivante, bouillonnante même, qui passionne, mais interroge :

Quels sont ces univers que CEPHEIDE explore pour en ramener des stratégies aussi étranges ?    

 

« Les Larmes » répond à sa façon à cette question légitime, mais bouscule encore plus pour atteindre l‘intensité d’un Black norvégien des années 93/94. Si le lien entre les différents segments est évident et se trouve caché dans les itérations et les mélodies jumelles, c’est l’intérieur des morceaux qui prend par surprise, avec des cassures logiques mais pas forcément là où on les attendait, des silences qui tombent comme une nuit trop précoce, et quelques petits gimmicks comme cette guitare qui ne parvient pas à s’imposer autrement qu’en attendant la rupture de l’équilibre pour enfin laisser le calme s’exprimer.

« Les Cris », toujours aussi porté sur la véhémence, commence sur un beat décalé, avant de nous écraser d’une messe en outrance majeure, durant laquelle tous les instruments se fondent dans un unisson de violence cru et outrancier. Mais une fois encore, quelques pauses salvatrices nous évitent l’asphyxie, et c’est le final « La Nausée », qui suggère Sartre, et qui finalement représente l’acmé d’un album aussi ambitieux que la découverte d’un nouveau système solaire.

Guitare laidback en fond sonore, longue intro qui se fond dans un lyrisme grandiloquent et opératique, pour une lente et longue marche vers un ailleurs. Gaetan pousse tous les curseurs dans le rouge, exagère tout, augmente le niveau sonore, et se propose de nous dévoiler son  monde intérieur, entre violence crue et romantisme spatial. Travail personnel, et unique donc, Les Echappées nous entraîne en terre inconnue, et en espace infini. Une façon d’entrevoir quelques possibilités pour que le Post Black ne sombre pas dans les affres du Blackgaze et ne se perdre pas dans des constellations mélodiques trop lointaines pour vraiment intéresser.              

Les étoiles sont particulièrement brillantes ce soir. Certains sont déjà mortes au loin, d’autres naissent. Ainsi, va le cycle de la vie, mais l’étoile CEPHEIDE se consumera encore longtemps de sa propre folie.   

 

                                                                                                                                                                                                        

Titres de l’album:

01. Le Sang

02. L'oubli     

03. L'ivresse   

04. Les Larmes          

05. Les Cris   

06. La Nausée


Facebook officiel

Bandcamp officiel


par mortne2001 le 30/12/2021 à 14:47
88 %    125

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Derniers articles

Voyage au centre de la scène : les K7

Jus de cadavre 23/01/2022

Vidéos

Sélection rédaction Metalnews 2021 !

Jus de cadavre 01/01/2022

Interview

Devildriver

Baxter 26/12/2021

From the past

Voyage au centre de la scène : PENETRATOR

Jus de cadavre 19/12/2021

Vidéos

Unspkble + Rank

RBD 16/12/2021

Live Report

Anna von Hausswolff

RBD 08/12/2021

Live Report

Igorrr + Horskh

RBD 07/12/2021

Live Report

Fuzz in Champagne - épisode 2

Simony 27/11/2021

Live Report

Voyage au centre de la scène : Archives MORTUARY

Jus de cadavre 14/11/2021

Vidéos
Concerts à 7 jours
Existance + Rhapsody Of Fire + Manigance 25/01 : Le Ferrailleur, Nantes (44)
Nightmare + Rhapsody Of Fire + Manigance 26/01 : Rock School Barbey, Bordeaux (33)
Nightmare + Rhapsody Of Fire 28/01 : Le Metronum, Toulouse (31)
Nightmare + Rhapsody Of Fire + Manigance 29/01 : Jas'rod, Pennes Mirabeau (13)
Rhapsody Of Fire 30/01 : L'ilyade , Seyssinet-pariset (38)
Tags
Photos stream
Derniers commentaires
RBD

Oui, cela doit avoir un lien avec ce retour de Dark Angel qui semble, cette fois, plus concret que la première tentative... Prions, dans l'attente de la Résurrection...Je n'avais pas réalisé qu'il était resté si longtemps dans Testam(...)

25/01/2022, 00:41

Arioch91

Il était surtout sous exploité dans Testament, lui et Steve DiGiorgio.Normalement, Dark Angel avait des dates en 2021 qui ont été repoussées cette année. Sans doute est-ce la raison qui l'a poussé à quitter Testament ?Et n(...)

24/01/2022, 19:26

Jus de cadavre

Un des meilleurs batteur Metal au monde selon moi. Sans vouloir être méchant, et même si j'aime bien le groupe, il devait un peu se faire chier dans Testament... Enfin je dis ça, je dis rien.En tout cas il a sacrément perdu du poids ces dernière(...)

24/01/2022, 19:18

Jus de cadavre

N'ayant pas connu la période cassette, même si j'en ai utilisé pour copier des cd (mes débuts avec un walkman encore à cassette...), je n'ai aucune attache à ce format que je trouvais ni pratique, ni de bonne qualité sonore. Je pense (...)

24/01/2022, 19:11

Kerry King

10 ans dans un groupe, c'était du jamais vu avec le pere Hoglan. 

24/01/2022, 18:35

Gargan

Il a l'air d'être tout gentil, pour du Deicide. Fronce les sourcils ! 

24/01/2022, 17:12

Gargan

Je rejoins le commentaire précédent. J’ajoute que, l’artwork ayant une place particulière dans le métal, plus la surface est importante… une partie pour moi de la raison de l’affection du vinyl.

24/01/2022, 15:01

Gargan

Je croyais que c’était une réformation d’un autre Sarcasm suédois (qui faisait du thrash), tant pis

24/01/2022, 14:53

Simony

Selon moi, cela tient plus de la hype. Par contre, à titre perso, j'aime bien ce format, la nouvelle démo de DIONYSIAQUE, par exemple, au format K7 c'est nickel, j'ai certains albums de Black Metal aussi comme ça, cela permet effectivement de distribuer pou(...)

24/01/2022, 08:29

Simony

L'épisode N° 3 est disponible ici :Sommaire

23/01/2022, 18:24

Simony

Chronique totalement partagée, j'avais écouté l'album par curiosité en trainant sur le Bandcamp de Iron Bonehead et il possible qu'il fasse parti d'un futur achat chez ce label que j'apprécie particulièrement pour l'authentic(...)

22/01/2022, 16:19

Humungus

"Faut dire que Ghost ont pas mal pompé sur BÖC"Sans oublié KING DIAMOND et DEATH SS.En ce qui me concerne : Le premier album (KÜÜÜLT !!!) pis c'est tout.

22/01/2022, 13:47

Invité

"Ixaltirud" est la première émanation du projet, une chanson évocatrice, avec un son méditerranéen et ésotérique.

22/01/2022, 10:19

Simony

Je suis également très client de leur musique, de leur univers très soigné, mais là j'avoue que ça me laisse de marbre. Ca ne m'empêchera pas de me pencher sur cet album une nouvelle fois mais avec beaucoup de réticences... 

22/01/2022, 10:06

Nekro Sapiens

@Hoover, faut dire que Ghost ont pas mal pompé sur BÖC. D'où la comparaison. Contrairement à tout le monde ici, je suis assez client de leur musique

22/01/2022, 09:55

Hoover

J'ai jamais compris le succès de ce groupe. Quand je pense qu'il a été comparé à Blue Öyster Cult...

22/01/2022, 07:40

dafg

Marketing metal

21/01/2022, 19:04

Tétard Véloce

21/01/2022, 12:06

Vinnie Logan Paul

La blague continue et ça ne s'arrange pas.

21/01/2022, 11:53

Gargan

Clip moche et ça manque cruellement de riffs.

21/01/2022, 11:01