De ce qui est progressif et qui ne l’est pas. Définition assez difficile, puisque depuis l’apparition du style à la fin des années 60 et l’acquisition de ses lettres de noblesse dans les seventies, le genre a constamment évolué, passant d’une ambiance champêtre et guillerette à des aspirations arty et théâtrale, au point de devenir aussi dramatique qu’une pièce de ce cher Shakespeare. Aujourd’hui, le Metal progressif se scinde en plusieurs catégories, la plus populaire étant celle que les DREAM THEATER ont défini à l’orée des années 90, avec ce mélange de Metal agressif et de prétentions mélodiques, le tout saupoudré d’une sévère couche de technique histoire de mériter l’AOC. Mais d’autres groupes, non moins capables mais plus modestes dans leur démarche ont choisi en quelque sorte un raccourci pratique entre Heavy Metal légèrement lyrique et développements plus élaborés, à l’image des anglais d’ARK ASCENT, qui après presque une décennie d’existence, sortent enfin leur premier LP sur leur propre label. Articulé autour de l'ancien chanteur de SHADOWKEEP, Rogue Marechal, du bassiste de DGM, Andrea Arcangeli et du batteur de SIRENIA, Michael Brush, ce projet est né en 2011 en tant que "prophétie" du compositeur et multi-instrumentiste Jack Kirby (guitare et claviers). Il aura donc fallu huit ans pour que le concept se formalise autour d’une œuvre bien concrète, ce Downfall qui caressera vos oreilles de ses mélodies douces tout en brutalisant vos tympans de ses riffs charnus. Car loin d’être à cheval sur les préceptes du Progressif pur, les anglais n’ont pas hésité à mélanger les genres, au point d’évoquer les DT évidemment, mais aussi KAMELOT, ou MOB RULES, soit une certaine frange du Heavy Metal moderne et décomplexé.

Envisageons donc ce premier jet comme la carte de visite d’un groupe qui aurait dû exploser sur le marché bien en amont. Mais ces quelques années de préparation ont permis aux musiciens de travailler leur partition, pour présenter un travail peaufiné, poli aux entournures, mais qui n’a pas oublié son agressivité au conservatoire. Bons élèves, évidemment, au vu de leur cursus, les instrumentistes ont préféré privilégier l’aspect séduction que le volet démonstration, ce qui nous permet d’apprécier de vraies compositions, et non d’admirer des tribunes érigées à la gloire de leur ego. Certes, les constructions sont soignées, les soli léchés, et les évolutions parfois notables, mais la plupart du temps, les chansons savent rester raisonnables et se concentrer sur des couplets efficaces, que des refrains fédérateurs transcendent de leurs envolées lyriques. Mixé par Rich Hinks (ANNIHILATOR, SILENT CALL, AEON ZEN) et par Rob Aubrey (SPOCK’S BEARD, PENDRAGON, DRAGONFORCE), Downfall dispose donc d’un son assez ample, qui place la guitare et le chant en avant sans léser la rythmique, et laissant un espace non négligeable aux parties de clavier. Mais si le timing général reste dans des balises raisonnables, le groupe sait se lâcher à l’occasion, et nous dérouler le tapis rouge de la grandeur, notamment sur le final homérique de « The End Of Time », et ses treize minutes bien tassées. Entre puissance pure et émotion à fleur de peau, le groupe ose des moments de tendresse assez sincères (« Innocence Lost »), qui contrastent avec les poussées de violence Power que « Point Of No Return » développe brillamment. Assez doués dans leur passage en revue de toutes les tendances du progressif moderne, les membres d’ARK ASCENT font preuve d’un flair certain dans l’alternance, et ne nous enivrent pas avec du mauvais vin répétitif et trop fort en bouche, distillant les ingrédients avec beaucoup de perspicacité pour équilibrer leur premier LP.

Et entre Hard-Rock plus formel, Heavy appuyé et Power allusif, Downfall s’avère particulièrement savoureux, chaque titre possédant son emprunte, même si certains multiplient les clins d’œil aux maîtres de DREAM THEATER, dont « Sanctuary » qui pourrait sortir des cartons de leftovers d’Awake sans que ça ne surprenne John Petrucci. Le reproche majeur formulable à l’encontre de tels albums étant la plupart du temps liés à la flagornerie instrumentale ou à la trop grande uniformité, ARK ASCENT se pose en exception parfaite, avec son entre-deux futé, et sciemment placé, pour ne pas donner l’impression d’avoir le cul entre deux chaises. Quelques transitions judicieusement délicates (« Farewell », clavier/voix), des intros qui s’imposent dans la tempête mélodique (« Downfall », l’un des plus efficaces du lot), mais aussi des individualités notables. Outre la polyvalence de Jack Kirby  à la guitare et aux synthés, l’album a pu compter sur la participation de Katia Filipovic au piano, mais surtout sur la voix chaude et puissante de Rogue Marechal, qui nous emporte de son interprétation pleine et sincère, modulant sa voix pour lui faire adopter des intonations agressives, sans se départir de ce lyrisme exacerbé qui définit le style. Niveau style justement, la guitare de Kirby sait embrasser toutes les émotions possibles, de la cavalcade en sextolets au feeling pur, sans user et abuser d’effets, ce qui permet aux titres de garder une patine naturelle qui leur sied à merveille. Beaucoup de choses à mettre en avant, donc, des qualités qui sautent aux oreilles, et lorsque tous les éléments rentrent en conjoncture, ça nous donne un alignement parfait entre violence et tempérance, comme l’illustre à merveille « The Aftermath ». Ligne de basse qui ose enfin s’affirmer, ambiance à la Falling into Infinity, et efficience dans les idées pour ne pas se disperser.

Car en se reposant sur des riffs efficaces et mémorisables, le groupe a fait le bon choix, même lorsque son inspiration se laisse dériver le long d’une longue rivière de thèmes. C’est ainsi que « The End Of Time », l’épilogue magistral s’avère une clôture impeccable pour ce premier album, jurant allégeance au Progressif le plus formel, sans se départir de cette volonté de ne pas bavarder pour ne rien dire. Nous ne parlerons pas encore de chef d’œuvre, la pondération étant de mise, mais globalement, ce premier album d’ARK ASCENT est une franche réussite, prônant des valeurs d’ouverture notables.            

   

Titres de l’album :

                      1. Arrival

                      2. Point Of No Return

                      3. Sanctuary

                      4. Darkest Hour

                      5. Farewell

                      6. Downfall

                      7. Ascension

                      8. Innocence Lost

                      9. The Aftermath

                     10. Closer To Heaven

                     11. The End Of Time

Site officiel

Facebook officiel


par mortne2001 le 08/01/2020 à 14:35
78 %    76

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Scratches

Rundown

Mass Worship

Mass Worship

King Legba

Back From The Dead

Liturgy

H.A.Q.Q.

Obscure

Darkness Must Prevail

Beyond The Void

Ex Nihilo Nihil

Bütcher

666 Goats Carry My Chariot

Stormrider

What Lies Within

Coffin Rot

A Monument to the Dead

Merging Flare

Revolt Regime

Sepultura

Quadra

Decarlo

Lightning Strikes Twice

Jorn Lande

Heavy Rock Radio II - Executing The Classics

Abisme

As Fear Falls In

Those Darn Gnomes

Calling Whitetails to a Tuned Bow

Norman Shores

De L'ombre Surgit La Lumière

Wolfbrigade

The Enemy : Reality

The Odious

Vesica Piscis

Kirk Windstein

Dream in Motion

Stolearm

RBD / 17/02/2020
New Wave

Pastor of Muppets

RBD / 12/02/2020
Brass Band

J'irais Mosher chez vous ! Episode 2 : Indonésie

Jus de cadavre / 08/02/2020
Asie

Incite + Skaphos

RBD / 04/02/2020
Black Death Metal

Concerts à 7 jours

Lindemann

21/02 : L'olympia, Paris (75)

+ Neptrecus + Manzer

22/02 : L'auditorium, Laval (53)

Photo Stream

Derniers coms

En effet pas mal du tout dans le genre. Même si déjà entendu 1000 fois. Plus Grave que Grave !


Ca sent vraiment la fin du bal, là.


Le pire la dedans, c'est que tout le monde serait d'accord pour qu'il dise stop. Mais malgré son statut de star, ses thunes etc... Il ne sait faire qu'une chose, c'est chanter sur scène. Dans ce sens, la célébrité c'est moche. Ozzy est mort vive ozzy !


Excellente nouvelle ! Hâte de les voir à Toulouse avec Holt.


Merci pour la réponse Simony. Et donc, rien de bien méchant apparemment, un petit bizutage !
En même temps dans Death, comme les musiciens changeaient tout le temps ou presque, tout le monde était toujours le petit nouveau.


100 % d'accord avec la chronique !!


Magnifique chronique. Chapeau l'artiste !


D'après les différentes rumeurs et témoignages, James Murphy a été la cible de nombreuses blagues de la part de Chuck notamment, le syndrome du p'tit nouveau quoi !


"Pas un mot dans la presse française." Pas étonnant, mais peut-être pas plus mal au final.
J'imagine le truc : "Il y a 50 ans le rock métal naissait avec le premier album de Black Sabath et son chanteur ozi osborn star de télé réalité. Mais les fan de métal ne sont pas méchant, comme(...)


@ Living Monstrosity : excellent, on sent le bon souvenir ;)


Pas un mot dans la presse française. J'ai juste vu dans le journal barcelonais "La Vanguardia" un long article sur l'histoire du Heavy Metal à partir de ce disque, truffé d'erreurs au milieu d'analyses générales pas trop mal vues.


J'allais posé la même question ?!


"...subi l'humour particulier du reste du groupe." : c'est à dire ?


Déjà 30 balais ! Merci pour ce coup de projecteur !

Je suis en 5ème et et me souviens d'un pote au collège qui m'annonce que le nouveau Death vient de sortir. On est pré-boutonneux mais déjà accros à ce nouveau son depuis la découverte d'Altars of madness ou Leprosy.
Le m(...)


Quand Iron Maiden prend des ecstas !


nos pulsions les moins inavouables ... donc les plus avouables ?
(oui y en a qui lisent les chroniques ^^)
et oui ... à presque 50 ans on écoute encore du metal extrême ... parce que c'est bon !


Excellent !


Merci Simony d'avoir partagé cette new sur ce groupe qui est très cher à mon petit coeur ;)
Impatient d'avoir ce nouvel album, ça s'annonce très bon.


Personne n'a fait mieux depuis...


Je fais aussi partie de la team "indifférence polie" vénérant l'époque Max, mais en me disant quand même que la soupe que Max nous sert depuis des dizaines d'années est carrément imbuvable (les tribus, les guerres, blabla, toujours pareil, va te laver les cheveux), bref autant je continue de (...)