Qu’est ce qui peut bien pousser un groupe à enregistrer un album de covers ? La problématique est toujours la même, et le scepticisme de rigueur…Entre les véritables hommages à des influences parfois surprenantes, des crises d’opportunisme pour occuper le marché, une façon de souffler et de faire un break sans risquer d’entacher sa propre légende, les possibilités sont multiples, et le résultat d’une qualité souvent douteuse. Je n’ai rien contre le principe, même si je préfère toujours écouter des compositions originales, mais parfois, lorsque le travail d’adaptation en est vraiment un et que les restitutions proposent autre chose qu’un simple démarcage, l’optique peut s’avérer intéressante, sinon fascinante. J’ai déjà dit dans plusieurs de mes chroniques tout le bien que je pouvais penser de Strange Little Girls de Tori AMOS, du Pin-up de BOWIE, ou même du fun et pas si léger que ça The $ 5,98 EP Garage Days Re-Revisited de METALLICA, mais ces cas précis sont bien isolés sur leur île de pertinence, au milieu d’un océan de médiocrité en houle immobile. Alors, au moment de traiter du troisième LP des parisiens de KADINJA, la question se pose encore. Après deux albums très personnels leur ayant permis d’affirmer leur nom sur la scène Néo-Progressive, quel besoin avaient les parisiens de nous refourguer un LP de covers avec ce DNA, qu’on est en droit de juger assez louche avant de l’avoir écouté ? Avant d’aller plus loin, je tiens quand même à saluer la prise de risque des mecs qui après Ascendandy et Super 90’s, des tournées et concerts en compagnie de ANIMAL AS LEADERS, DEVIN TOWNSEND PROJECT, MONUMENTS, VOLA, ADAGIO, KLONE, BETRAYING THE MARTYRS ou THE ALGORITHM, ont tenté le coup de poker des appropriations dangereuses, car l’entreprise est loin d’être safe. Remettre sa réputation en jeu sur un simple coup de cœur ou un caprice merveilleux n’est pas anodin, loin de là, et il valait mieux pour eux assurer leurs arrières pour ne pas se gaufrer comme des débutants…

Et comme les loustics ne sont pas du genre à faire les choses à moitié, ils se sont attaqués à un répertoire bien particulier, à cheval entre deux décennies, et ont abordé un (ou plusieurs selon les points de vue) style qui n’a jamais été en odeur de sainteté dans la communauté Metal…Si je vous dis 90’s, musiciens en jogging, coupes de cheveux ad hoc, guitares gravissimes, tempo relâché et syncopé, chant raclé ou mélodies claires, soubresauts Rap, immédiatement, votre imagination va se bloquer sur un mouvement honni, le Néo Metal. Et vous aurez parfaitement raison, puisque le quintet (Philippe Charny - chant, Pierre Danel & Quentin Godet - guitares, Steve Treguier - basse et Morgan Berthet - batterie) a décidé de saluer ses idoles d’hier et certainement toujours d’aujourd’hui, avec pas moins de dix reprises cultes de groupes l’étant tout autant. Et croyez-moi, un combo qui s’attaque à des monstres comme KORN, LINKIN PARK, SLIPKNOT, MARILYN MANSON et autres doit fatalement être sûr de son fait, au risque de se manger une volée de bois vert en forme de dizaines de paires d’Adidas jetées direct dans la gueule. D’ailleurs, avant de lire les infos relatives à cet album communiquées par le label, j’ai directement tendu mes oreilles sur « Hot Dog », le premier morceau. Un peu inattentif, et sans faire attention au titre, je me suis bêtement dit que le combo n’avait pas honte de proposer un truc aussi proche de LIMP BIZKIT, avant de me rendre benoitement compte qu’il s’agissait en effet d’une reprise de…LIMP BIZKIT. Petite anecdote personnelle qui vous en dira plus que bien des discours, et qui vous aidera à comprendre avant d’aller plus en amont que les KADINJA ont choisi l’option de la révérence et de la fidélité au moment de s’accaparer ces tubes, puisqu’en plus, ils n’ont pas porté leur choix sur des titres méconnus ou peu joués, mais bien aux hymnes de ces leaders de la scène Néo…

D’ailleurs, les parisiens n’avaient pas manqué de lâcher sur la toile deux extraits de ce DNA, en l’occurrence leur version de « Falling Away From Me » de KORN et leur association avec Aaron Matts de BETRAYING THE MARTYRS sur le survolté « Spit it Out » de SLIPKNOT. Il était donc possible de se faire un embryon d’avis avant la parution du LP, mais le quintet en a rajouté une couche en agrémentant son tracklisting de versions personnelles d’A PERFECT CIRCLE, SYSTEM OF A DOWN, DEFTONES, LINKIN PARK, soit les plus grands cadors du mouvement histoire de n’espérer aucune circonstance atténuante. Alors, qu’en est-il au final de ces dix versions ? Plantage complet ? Mimétisme gênant ? Transpositions inconscientes ? Aucun des trois cas de figures, bien que le groupe se soit rapproché au plus près de la réalité des versions originales, se contentant la plupart du temps d’ajouter leur savoir-faire et quelques astuces Dub pour amplifier le côté Electro-Metal de la chose. On comprend dès ce fameux « Hot Dog » que les relectures n’étaient pas prévues pour être en diagonale ou traduites dans une autre langue, mais la force des cinq musiciens est d’avoir redonné un coup de jeune à ces classiques sans les dénaturer ou trop les respecter. Evidemment, les esprits chagrins argueront du caractère un peu formel de certaines pistes, mais les plus attentifs et spécialement les fans se réjouiront d’entendre des morceaux à la puissance démultipliée, tout en pointant du doigt le talent de caméléon vocal de Philippe Charny, vraiment très proche des timbres des vocalistes dont il reprend les parties. De là, une écoute s’impose évidemment, mais à chacun de faire son marché dans les opportunités offertes par DNA, et si je concède un vrai coup de cœur au « Aerials » des SOAD traité avec beaucoup de finesse et de tendresse, je ne peux m’empêcher de mettre en avant « This Is The New Shit » de notre cher MANSON, qui trouve ici un écho encore plus concentré et glauque que sa version d’origine, genre glissement sombre pour boite de nuit louche en plein cœur du Berlin gothique et EBM.

Le « Between Angels And Insects » de PAPA ROACH vaut aussi sa dose de décibels, tout comme l’éternel « My Own Summer » des DEFTONES, moins oppressante et mélancolique que l’originale, mais plus diffuse, beaucoup plus syncopée, et parfois presque méconnaissable. Sans vouloir tomber dans les détails du cas par cas, j’assume mes goûts et affirme que les KADINJA ont remporté leur pari, de façon humble, mais avec le potentiel qu’on leur connaît déjà. Et sincèrement, avec une setlist pareille, ce fameux pari était loin d’être gagné…    

 

Titres de l’album :

                         1. Hot Dog

                         2. Points of Authority

                         3. Falling Away From Me

                         4. My Own Summer

                         5. This Is The New Shit

                         6. Spit It Out (feat. Aaron Matts)

                         7. Between Angels And Insects

                         8. Alive

                         9. Passive

                         10. Aerials

Facebook officiel


par mortne2001 le 03/10/2019 à 18:03
82 %    182

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Crypter

Crypter

Unhold

Here Is The Blood

Lovekillers

Lovekillers feat Tony Harnell

Atomic Cretins

Spiritual Cancer

Maelstrom Vale

Silhouettes

Brain Stroke

Brain Stroke

Hellsodomy

Morbid Cult

Anal Slave Of Satan

Anal Slave of Satan

Detherous

Hacked to Death

Grand Slam

Hit The Ground

Lindemann

F & M

The Dead Daisies

Locked and Loaded (The Cover Album)

Sun

Brutal Pop

Sleep Token

Sundowning

Pretty Maids

Undress Your Madness

Morbid Cross

Disciples Of The Goat

Blood Incantation

Hidden History Of The Human Race

3rd From The Sun

3rd From The Sun

Agnostic Front

Get Loud!

Godspeed You ! Black Emperor

RBD / 25/11/2019
Drone

BEHIND THE DEVIL #12 Interview avec David de SHARE YOUR PAIN RECORDS

L'Apache / 20/11/2019
Depressive Black Metal

Birds in Row

RBD / 13/11/2019
Emocore

The Murder Capital + Whispering Sons

RBD / 07/11/2019
Gothic Rock

Concerts à 7 jours

+ Verdun + Nornes

13/12 : Circus, Lille (59)

Wild + Mortuary + Voorhees

14/12 : Chez Paulette, Pagney-derrière-barrine (54)

Photo Stream

Derniers coms

Agite-toi là où tu es, fais venir du monde voir ce que tu fais : https://www.facebook.com/watch/?v=1153941671333807


tu es le rebut de ta personne. mdr lol


je t'encule Conrad. Non mais sérieux...


Hé mais c'est l'église de la Trinité-des-Monts à Rome qui est représentée sur la pochette, en haut de son célèbre escalier entre la Villa Médicis et la Piazza di Spagna !


Oui enfin darkthrone , seulement Nocturno Culto avec Satyricon pour 4 morceaux si je me souviens bien.
Sinon je m'inquiète pas pour Wacken, c'est complet depuis 2006 au moins !


Je passe mon tour aussi. cela dit j'aime bien le clip enfin du moins l'ambiance qui règne.


Pressé d'en découvrir plus ! "Neoteric Commencements" était déjà bien chouette !


Mouais, pas mon truc décidément. Mais il a l’air de bien s’amuser.
J’ai pas pu m’empecher de penser au sketch du SNL avec jim carrey (what is love), l’aspect road trip probablement.


Mauvais timing Kerry King, puisque le nouvel album d'AC/DC aurait été confirmé par Brian Johnson lui-même il y a peu ! Mais on a compris ce que tu voulais dire...


Oui en effet, merci POMAH ! Pour Ascaris, le groupe a splitté alors que pour Matron Thorn, la personne accusée de viol, le groupe continue et il a annoncé l'arrivée de Stéphane Gerbaud au chant.


Je trouvais pourtant qu'ils étaient à leur place chez Prophecy...


Le pire reste AC/DC qui est a l'arret total depuis 2016 sans qu'on est aucune nouvelle...Une vilaine fin je trouve et mauvaise communication. Dommage.


Il me semble que c'est plutôt l'inverse, C'est Matron Thorn qui à recruté Stéphane Gerbaut non?


Putain 15 ans déjà pour Dimebag... ! Je me souviens très bien de ce jour ou j'ai appris sa mort ! Le choc. En plus à l'époque je me disais "il reformeront Pantera un de ces jours, c'est sur !". Un rêve brisé net. Ce mec était unique, d'une gentillesse incroyable avec les fans, accessible, sa(...)


+1 @Buck Dancer

Pantera quoi, putain je me suis cassé la nuque sur leurs albums... Leurs vhs et le magneto ont pris cher à l'époque, je passais mes WE à les regarder. Ca nous rajeunit pas tout çà


Je me permets d'ajouter le lien de " Immortally insane" pour votre hommage à Pantera.

https://youtu.be/RBnSbRmU9rI


Pas vraiment stoner ou rock mais pas vraiment metal non plus, mais certainement une de mes chansons préférées du groupe.
J''aurais aimé qu(...)


En effet j'avais pas fais gaffe ! Nostalgie aussi, j'adorais ce mag à l'époque !


Arglll ! L'album devait sortir le 6 décembre mais le groupe a annoncé un report de 2 semaines.


C'est bien d'avoir une trace de cela pour l'Histoire. Je n'aurais jamais cru que Kerry King soit capable un jour de prendre ses amis dans les bras. Dans les tous derniers instants de ses adieux j'ai cru que Tom Araya allait fondre en larmes ! Le public présent est fervent mais digne, il n'y a pas u(...)


Certains vieux cons comme moi reconnaîtront le clin d'oeil au magazine français "Hard N Heavy" de part la typo utilisée pour le titre de la compile...