Soldes, deuxième partie. Pas plus enclin que tout à l’heure à vous refiler du reconditionné pour chalands inattentifs, je suis cette fois-ci parti du côté d’Asheville, Caroline du Nord, pour y rencontrer une bande de maniaques du Hardcore qui s’avouent eux-mêmes « plutôt gauches avec les réseaux sociaux ».

Ce qui ne les empêche pas d’avoir proposé en décembre dernier un nouvel EP, faisant suite à quelques œuvres antérieures.

On doit donc aux BUSTED CHOPS un premier longue durée, Illumignarly (que je vous recommande chaudement, d’autant qu’il est gratuit), paru en décembre 2015, et un premier EP, Oh, Man, proposé en avril 2013, qui vous permettront de faire le tour de la question Hardcore étrange et subtilement déviant dans ses influences.

Home, dernier né caché sous une pochette fleurant bon la civil war US, n’est pas plus direct que ses aïeuls, et se complait toujours dans ce mélange étrange entre Metal un peu branque, Hardcore en montagnes russes, et emballage cadeau un peu biscornu, qui empêche d’en entrevoir les tenants et aboutissants.

Le quintette (Gio – chant, Tyler Rathbone et Jordan « Snazz » Taylor – guitares, Ryan Gould – batterie et Daniel « Thaxan » Lee – basse) n’est pas vraiment du genre à se laisser amadouer par les sirènes de la facilité, même s’il résume sa démarche par un caustique « on fume le porc et on balance la sauce ».

Pas étonnant dès lors que leur barouf soit un peu barré sur les bords et vous enivre de ses sonorités excentriques et légèrement allumées.

Alors, les keywords s’accumulent sur leur Bandcamp, Punk bien sûr, Fastcore, Grind, Hardcore, Powerviolence, autrement dit, tous les courants susceptibles de faire un maximum de bruit, quoi que leur musique soit plus disciplinée dans l’indiscipline qu’elle n’en a l’air.

Huit morceaux pour neuf minutes, c’est assez bref, mais suffisamment long pour ne pas comprendre grand-chose. Dans un désir de résumé tué dans l’œuf, je pourrais vous dire que le mystère est insoluble dès l’entame « A Long Way From Home », qui évoque tout autant les OLD qu’ACID BATH, dans une version rurale bien crade avec salopettes tâchées et whiskey de contrebande pas vraiment bien planqué.

Mais comme « Dino » accélère un peu le tempo, il m’est impossible de rester dans le vague, et j’invoque à ce moment-là le spectre d’un Powerviolence léger et rigolard, qui place en avant une basse pas vraiment retard, qui claque et frappe comme une grosse pogne NYHC de tradition.

Le chant de Gio, hyper nasillard et geignard peut rebuter les plus logiques d’entre vous, mais surfe sur un instrumental un peu bizarre qui ne rechigne pas à trop faire cuire le lard (« Failure Blues », qui en effet ne suggère pas un quelconque succès mais traite le Blues comme une complainte glauque pour dialogue de sourds).

La manière vaut le panache, et les BUSTED CHOPS découpent le gras à leur rythme, se permettant même quelques taillades impromptues à la MACABRE sur le morceau éponyme qui nous ramène aux plus grandes heures de ce Thrash un peu Thrashcore que les allumés des serial-killers proposaient à l’époque sur Grim Reality.

Un peu Sludgecore/Doom lorsque la forme est aux abonnés absents (« Blood Of The Mountain », sorte de vomissement matinal de quarante secondes qui fait mal), et qui trouve écho sur le morceau suivant « Syringe Symphony », pas plus en forme et se trainant le long d’un tapis de riffs sombres enfoncés dans le parquet par une basse pas vraiment gironde.

L’influence ACID BATH bucolique/maladive est vraiment tangible sur ce morceau, comme si des musiciens pas vraiment au niveau tentaient d’en singer l’épaisseur des plus gros morceaux sans vraiment savoir affuter leur couteau.

Un peu de Rock n’Core sur « A Short Way From Hell », bien que le mid tempo soit écrasant comme il faut, et les guitares dissonantes comme un vieux tonneau, alors que la fermeture des portes « Depression Sermon » se fait la grosse clé Metal à la main, un peu PANTERA louche sur les bords, avant qu’un break aussi insolite qu’imprévisible fasse dégénérer les choses en gigue de campagne un peu plus débridée qu’elle n’aurait dû l’être (genre un déluge Powerviolence final pas vraiment dansant).

Alors en définitive ?

Et bien les BUSTED CHOPS sur Home nous proposent une visite guidée de leur chaumière pas vraiment rangée.

On y trouve sur les étagères Hardcore de jolis trophées de chasse Thrashcore, des têtes de sanglier Metal, et quelques relents de Powerviolence émanant de la cuisine qui ne rassurent pas quant à la date de péremption des produits en question.

Mais, ne faisons pas la fine bouche puisque d’ordinaire la chose Core est plutôt linéaire, et que ces trublions y injectent un peu de dérision.

Un EP dont la musique est à l’image de cette pochette au trait un peu grossier, qui fait la jonction entre un vieux Thrashcore un peu brouillon et un Metal/Hardcore qui déborde du chaudron.

 Pas vraiment Docteur Quinn, plutôt Mon cousin Earl version 19ème.


Titres de l'album:

  1. A Long Way From Home
  2. Dino
  3. Failure Blues
  4. Home
  5. Blood of the Mountain
  6. Syringe Symphony
  7. A Short Way From Hell
  8. Depression Sermon

Bandcamp officiel


par mortne2001 le 24/01/2017 à 19:01
68 %    311

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Statement

Force Of Life

Cara Neir

Part III - Part IV

Project For Bastards

Project For Bastards

Aftermath

There Is Something Wrong

Nostromo

Narrenschiff

Charge

Ain’t The One

Herod

Sombre Dessein

(false) Defecation

Killing With Kindness

Rosy Vista

Unbelievable

Gorgon

Elegy

Parad1gm

Parad1gm

Laceration

Remnants

Dragon's Daughters

Tits on Fire

Ad Patres

A Brief Introduction to Human Experiments

Suzi Quatro

No Control

Beast In Black

From Hell With Love

Manowar

The Final Battle 1 (E.P)

Erlen Meyer

Sang et Or

Orphaned Land + Subterranean Masquerade

RBD / 18/04/2019
Folk Metal

Crippled Black Phoenix I Villingen-Schwenningen

Simony / 16/04/2019
Cold Wave

EVERGREY - Le Gibus - Paris

Kamel / 15/04/2019
Evergrey

LA CAVE : une sélection d'albums Metal Extreme #1

Jus de cadavre / 02/04/2019
Metal Extrême

Concerts à 7 jours

+ Sortilège

19/04 : Le Petit Bain, Paris (75)

Photo Stream

Derniers coms

Bah c'est une pochette de Prog quoi...


Cette pochette est comment dire ... ... ...


C'est une histoire de dingue là... Je comprend pas trop le but de ce genre d'arnaque en fait... C'est pas en vendant 3 albums de groupes totalement underground qu'on fait du fric bordel !?


Une plus grande exposition à l'internationale tout simplement. Si ça marche, l'aspect financier suivra mais ce ne sera qu'une conséquence indirecte. La médiatisation prime avant tout. Pour ce qui est de leur revendication comme tu dis, si tu regardes les commentaires de cette new sur leur facebo(...)


Sans compter le fait que les mecs de Metal Bastard Enterprises (Oliver et ralf Schaffelhuber) sont ceux qui ont fait le célèbre label rip off Turbo records/Turbo Music ! mais aussi Braincrusher records, Metal age, sont aussi ceux qui ont fait un label qui sortait des groupes de RAC néo nazi nom(...)


Oui Goughy, ce sont clairement des classiques, c'est indiscutable.
Loin de moi l'idée de descendre les albums qui ont précédé ce Russian.
Je voulais dire que les journalistes avaient un peu eu tendance à les faire passer pour les "seuls" classiques des allemands. Et c'est vrai qu'Ac(...)


Je suis bien content que quelqu'un aie pu y aller. Je suis encore vert que la date dans le Midi ait été annulée deux jours avant, je la guettais depuis des mois, réservation et tout... C'est la deuxième fois que je rate Soft Kill notamment sur annulation.


Quelque chose m'échappe totalement dans la démarche : ils ont toujours revendiqué d'être "à part" et là ils signent sur un label impersonnel. Il va falloir qu'ils m'expliquent ce qui a pu les motiver à quitter un label aussi pointu que Prophecy, hormis de basses considérations financières.


Je n'ai jamais vraiment écouté Accept, à part Balls... et encore, (je ne sais même pas vraiment pourquoi en fait... c'est pas ma génération on va dire...), mais vos coms de passionnés donne envie de s'y pencher un peu plus sérieusement.


Eh ben merci à Metalnews et à toi Monsterman, vous relancez un débat que j'ai avec moi même et quelques amis sur la place de cet album dans la discographie d'Accept (avec Udo hein, restons sérieux).
Pour l'instant il est derrière le quatuor indiscutable (j'ajoute "Breaker" aux trio que t(...)


En me relisant, je me suis mal exprimé : je voulais dire que j'ai fait écouter cet album il y a 4 ou 5 ans à un vieux fan de Heavy qui était totalement passé à côté... eh bien il avait pris SA CLAQUE ! Voilà le souvenir qui revient. :-)
un album qui a sacrément bien vieilli !


Sans doute le meilleur Accept. Le plus mur, le mieux produit...
des textes monstrueux et bien plus affutés que chez la concurrence (lisez attentivement ceux de "Heaven is hell" ou "TV War")...
cet album est un must à écouter à fort volume ! Tuerie de prod !!
Souvenir d'un pote (...)


Jamais accroché à ce groupe... Et ce n'est pas leurs dernières productions qui ont pu me faire changer d'avis. Néanmoins, très chouette live-report ! Bienvenue Kamel ! :-)


Groupe vu sur la tournée d'In Search of Truth, depuis je trouve que le groupe tourne en rond se reposant trop sur la voix exceptionnelle de son chanteur. Mais en live si je peux les revoir... j'hésiterais pas une seconde.
Bienvenue à Kamel !


Bienvenue à Kamel dans l'équipe!


Je pense que ça vient du fait que le groupe "travail" (ils sont payés quoi) et que c'est donc un visa particulier qu'il faut et non un simple visa touristique. En fait si j'ai bien compris il n'y a pas eu de refus de visa mais un retard (c'est très long les délais apparemment) et du coup le grou(...)


Pourquoi ?


Quel dommage pour Gorod.

Pour une fois, j'aimerais bien savoir ce qui motive un refus de visa. Est ce que c'est parceque c'est lié à un visa de tourisme vs un visa de travail ?

ça me fait beaucoup penser au problèmes de visa qui ont fait que Morbid Angel ont du annuler (...)


Tiens, tiens... Turbo music était déjà salement réputé à l'époque. Rip-off d'un jour, rip-off toujours...


de plus en plus naïf et limite ridicule le pauvre DT...