Lorsque vous êtes en vacances, sur la plage, et que vous avez envie de tenter une trempette, vous pouvez toujours vous approcher de l’eau et y glisser deux orteils. De là, si l’océan est un peu trop frais à votre goût, vous retournez tranquillement à votre serviette pour profiter du soleil. Et bien le Power Metal exige l’attitude inverse, impossible d’y tremper deux doigts de pied et de s’en aller de crainte d’être refroidi, sinon ça donne une plantade monumentale propice aux moqueries les plus justifiées. Non, le Power Meytal on y plonge comme on rentre en religion, avec fougue, passion, en tentant le saut de l’ange et en soignant son crawl, parce que le style ne tolère pas les timorés ni ceux qui passent en touristes. Et sans apprécier le genre au-delà d’une poignée de titres/albums, je dois reconnaître que j’ai toujours admiré cette grandiloquence et ce sens de l’emphase qui ont fait des meilleurs groupes des traductions de langage hollywoodien en musique. Certes, parfois, les arrangements sonnent faux, certes, de temps à autres, les chanteurs se la jouent diva d’opéra miniature en représentation permanente, mais il y a quelque chose de flamboyant et de remarquable dans ces grandes envolées lyriques et Speed, et ce, depuis la création du genre par je ne sais plus qui. Dans les années 80, alors qu’on ne collait pas encore cette étiquette, on parlait des groupes de Heavy Speed de la même façon, et on pointait alors les HELLOWEEN, les maîtres du genre, puis STRATOVARIUS, encore un peu gauche, avant que n’émergent les GAMMA RAY, RHAPSODY, SONATA ARCTICA, AVANTASIA, j’en passe et peut-être des plus notables, mais nous ne sommes pas là pour en faire un historique. A cette liste, aurait pu s’ajouter à une époque le nom des FRETERNIA, s’ils s’étaient montrés plus stables et productifs…Mais le destin étant ce qu’il est, ce sont dix-sept ans de silence que ces musiciens brisent aujourd’hui avec un troisième album que plus personne n’attendait…sauf les vrais fans de Power Metal.

Pensez-donc, rien à se mettre entre les oreilles depuis 2002, et la publication d’A Nightmare Story, qui suivait d’à peine deux ans l’introductif Warchants & Fairytales. Back in time, beaucoup misaient sur ce nouveau pur-sang, et y voyaient même la relève de l’arrière-garde Power, sans savoir que leur poulain allait se tirer avant de rentrer au box. Pourtant, avec le sceau de qualité suédois, une attitude de forts en gueule, et des capacités notables, le groupe avait largement de quoi tenir la dragée haute à ses aînés, se proposant même de les aider à marcher de leur béquille artistique. Las, et inutile de revenir en arrière, FRETERNIA n’est jamais devenu le leader qu’il aurait pu être, mais c’est aujourd’hui avec de nouvelles prétentions et une ambition remise à neuf que les originaires de Borås tentent le pari risqué du comeback après presque deux décennies de mise à l’ombre. Pari remporté ? Oui, et haut la main, parce que justement, le sextet (Pasi Humppi – chant, Patrik von Porat & Tomas Wäppling – guitares, Nicklas von Porat – basse, Tommie Johansson – claviers et Oskar Lumbojev – batterie) n’a pas hésité à plonger la tête la première dans les flots agités du Power Metal contemporain, gardant donc cette posture fière et altière qui les avaient distingués de la masse grouillante des habiles faiseurs sans talent dans un maillot trop moulant. Mixé et masterisé par Thomas Plec Johansson au studio The Panic Room (SOILWORK, WATAIN, NOCTURNAL RITES, THE NIGHT FLIGHT ORCHESTRA), et doté d’un artwork griffé par Stan W Decker (MONUMENT, PRIMAL FEAR, TEN, ROSS THE BOSS BAND, STRYPER), The Gathering, à l’image de son titre référentiel, est un genre d’archétype d’album parfait dans le fond et la forme, légèrement handicapé par quelques détails qui n’atténuent pas le plaisir qui s’en dégage.

Plaisir de jouer d’abord, celui d’un groupe enfin réuni, qui s’est senti pousser des ailes et qui savait pertinemment que personne n’allait le rater en cas d’erreur. C’est pour ça que les six musiciens ont mis tous les atouts de leur côté, de cette production dantesque à ces morceaux hautement calibrés, qui sans faire avancer le style, puisent dans ses lettres de noblesse de quoi remplir un parchemin. Et niveau remplissage, personne ne se sentira lésé par ces soixante-quatre minutes de musique qui garantissent une longue et épique écoute. Là est donc le premier point faible de cette réalisation, cette longueur excessive qui condamne certains titres au mimétisme, et qui encombre d’autres de plans qui auraient gagnés à être concentrés. Mais avec une paire de guitaristes qui n’ont pas les riffs dans leur poche ni les soli dans leur sacoche, un chanteur qui sait se montrer puissant, racé et lyrique sans nous les briser, et des allusions permanentes au passé d’une musique qui a souvent brillé (on croirait souvent entendre quelques groupes que j’ai déjà nommés, de façon plus ou moins discrète), le tout est solide, carré, un peu engoncé dans ses arrangements trop polis (le son de synthé est parfois irritant), mais représente la carte postale parfaite que l’on souhaite recevoir d’anciens amis qui n’avaient pas donné de nouvelles depuis longtemps. De la fougue donc, et ce, dès « Reborn », qui de son intitulé en dit long sur l’envie de revanche des suédois. Riff d’entame qui a la rage, rythmique qui pilonne comme à la grande époque de « I’m Alive » ou « Freedom » de STRATOVARIUS, hargne presque thrashy dans les faits, mais légèreté mélodique qui permet de s’accrocher aux motifs, rien ne manque à l’appel et le retour se fait en pleine lumière du jour.

Des chœurs à l’allemande assouplis à la suédoise, pour une démonstration de force, et malgré le caractère parfois uniforme des idées (le milieu de l’album accuse un peu le coup, malgré l’inspiration du long « End of the Line »), on n’a que l’embarras du choix pour se rappeler que le genre est l’un des rares à vous faire rêver d’un monde fantasmagorique chamarré, avec ses dérapages un peu poppy (« Eye the Shadow of Your Sins », poppy but chic, et surtout, musclé), ses instants de classicisme à la DIO délocalisé quelque part sur la terre du milieu (« Change of Life »), et ses dégoulinades de sextolets qui n’en peuvent plus de cramer sur une rythmique cavalant et dévalant (« Dark Vision », belle démonstration de Pasi Humppi, qui s’arrache aussi sur les aigus). Avec quelques minutes de moins, et des idées moins tassées, nous tenions là l’album parfait, et en évitant certaines séquences de pilotage automatique, les FRETERNIA auraient pu s’enorgueillir d’avoir signé le fameux troisième album parfait qu’on attendait d’eux aux alentours de 2005, mais ne faisons pas la fine bouche, et acceptons de plonger le torse entièrement dans les océans. Car The Gathering n’a pas fait les choses à moitié, a soigné son entrée, bandé ses muscles, et taillé un joli dos crawlé. Et sans éclabousser les enfants je vous prie.          

   

Titres de l’album :

                          1. Intro

                          2. Reborn

                          3. Last Crusade

                          4. The Escape

                          5. In Solitude

                          6. Eye the Shadow of Your Sins

                          7. End of the Line

                          8. Fading World

                          9. Change of Life

                          10. Last Fragments of Sanity

                          11. Dark Vision

                          12. Final Dawn

                          13. Age of War

Site officiel

Facebook officiel


par mortne2001 le 18/09/2019 à 16:55
80 %    85

Commentaires (1) | Ajouter un commentaire


Wildben
@193.56.36.22
19/09/2019 à 15:01:37
Et bien, une chronique de Freternia, si je m'attendais à ça! J'avais en effet totalement perdu de vu ce groupe, disparu des radars et visblement peu regretté. A l'époque (et cela ne nous rajeunit pas), j'avais été emballé par le côté épique du 1er album, mais j'avais trouvé le second particulièrement mou et convenu. Du coup, c'est plutôt méfiant que j'ai lancé l'écoute de l'extrait et ma foi, ce n'est pas mal, si on ne s'arrête pas à la 1ère minute déjà entendue mille fois. Le chant, en particulier, a retrouvé ce grain qui faisait le charme de Warchants & Fairytales. A voir sur la longueur, mais d'ores et déjà une bonne surprise que ce disque sorti de nulle part.

Ajouter un commentaire


Mister Misery

Unalive

Goatess

Blood And Wine

Laetitia In Holocaust

Fauci Tra Fauci

Vhs

We're Gonna Need Some Bigger Riffs

Municipal Waste

The Last Rager

Magic Pie

Fragments of the 5th Element

Metallica

S&M 2

Spread Eagle

Subway To The Stars

Eggs Of Gomorrh, Sarinvomit

Encomium of Depraved Instincts

Klone

Le Grand Voyage

The Neptune Power Federation

Memoirs of a Rat Queen

Hatriot

From Days Unto Darkness

Throes

In The Hands Of An Angry God

Enforced

At The Walls

Exhumed

Horror

Sekkusu

Satyromania

Soren Andersen

Guilty Pleasures

Kadinja

DNA

Blackrain

Dying Breed

Fanthrash

Kill the Phoenix

Bloodshed Fest 2019

Mold_Putrefaction / 13/10/2019
Crust

British Steel Saturday Night VIII

Simony / 13/10/2019
Heavy Metal

Interview ABBYGAIL

JérémBVL / 11/10/2019
Abbygail

BEHIND THE DEVIL #9 - Interview avec Laurent de MYSTYK PROD.

youpimatin / 09/10/2019
Behind The Devil

Monolord / Firebreather [La Cartonnerie - Reims]

Simony / 08/10/2019
Stoner Doom Metal

Concerts à 7 jours

Chaos E.t. Sexual + Moonskin + Barabbas

19/10 : Le Klub, Paris (75)

+ Gutalax + Spasm

21/10 : Le Glazart, Paris (75)

Photo Stream

Derniers coms

Cool chronique, merci ! ça donne sacrément envie...


OVERKILL : "Comme si le fait qu'ils n'aient pas suivi les modes lui avait jouer des tours ou bien tout simplement, pas au bon endroit au bon moment"
Tout est dit... Et c'est d'ailleurs bien pour ça que j'adore ce groupe !
"WE DON'T CARE WHAT YOU SAY !!!"


Moi j'aime bien, mieux que le précédent album : le groupe joue bien, batteur excellent . J'attends la suite.


Arioch91 +1.
Il ne suffit pas de jouer (pathétiquement d'ailleurs) le mec énervé à l'image pour que la musique le soit également.
Je laisse décidément ce groupe au moins de 25 ans.


Ridicule.


Le clip donne le mal de mer. Quant au reste...


Mouais...

Je retourne m'écouter Burn my Eyes.


Bof... Le début sous influences hardcore se laisse écouter, mais dès que le tempo ralentit, c'est un peu la catastrophe.


Il a oublié Struck a Nerve le père et d'autre titre.


Pourquoi ne pas avoir gardé Kontos et Logan...


Ce festival est risible depuis l'épisode World Of Warcraft


Quelqu'un peut compter pour moi le nombre de "fucking fuck fucker"? Il me manque des doigts.


C'est vraiment bon...


Putain !!!
GORGON en live quoi !
Si c'était pas si loin de chez moi bordel...
Je croise les doigts pour qu'ils fomentent une prochaine tournée les bougres... ... ...


pop corn time !


Et pas un mot sur l'hommage à Chirac par Fange ?


Hallucinant live report . un torchon ! traiter le public de "beauf" venu soutenir des groupes avec presque 20 ans de carrière, ça c'est bof


Effectivement, pas très convaincu par ce report.

Je suis au moins d'accord sur un point : un chanteur français qui s'adresse en Anglais à un public parisien c'est con comme un film de Luc Besson.

Après j'ai ausssi pas les mêmes "goûts" que le chroniqueur, par exemple (...)


Sans vouloir être condescendant, j'aimerai bien connaître l'âge et le parcours musical du chroniqueur.
C'est assez récent d'associer stage diving et apéro metal quand même. C'est pourtant une pratique très courante depuis des décennies dans le metal extreme et n'a rien d'une pratique f(...)


Bravo, quel professionnalisme. J'espère que vous avez payé votre place pour écrire un tel torche-cul, parce que si vous avez été accrédité, honte à vous