Tropical Thunder

Cruzh

06/08/2021

Frontiers Records

Frontiers : 250

Other labels : 10

 

Ce bon vieux Serafino a trouvé le tube de l’été en passant ses vacances en Suède. Pas question ici de succédané d’ABBA, ou de démarquage plus ou moins habile d’ACE OF BASE, mais bien de Hard-Rock mélodique à la scandinave, de celui qui vous fait bronzer les oreilles de l’intérieur et qui rend votre sourire encore plus blanc que les fesses d’un comptable en hiver. Un Hard-Rock de saison, chanté par un habitué du regard des filles, capable de pousser dans les aigus en multipliant les clins d’œil aux plagistes féminines en bikini rose fluo. En sortant Tropical Thunder, les suédois de CRUZH savaient pertinemment ce qu’ils faisaient, et l’admettent même volontiers dans leurs déclarations :

« Nous voulions plus d’attitude, et plus simplement, plus de Rock que sur notre premier album. Les chansons de Tropical Thunder donnent une image beaucoup plus fidèle de CRUZH. Nous avions tout le temps de revenir à nos racines, et l’enregistrement s’est déroulé sans encombre, même si j’étais sceptique par rapport aux mesures sanitaires dues au COVID. Et mis à part Alex qui vit dans la même ville que notre producteur, nous devions tous envoyer nos mix et nos commentaires. Mais malgré tout ça, le résultat est incroyable. »             

Pourtant, Dieu sait si les fans de Hard Rock mélodique et d’AOR avaient apprécié le premier album de la bande, formée sur les cendres de TRASHQUEEN. Cet éponyme avait évidemment tous les ingrédients d’un grand album de Rock harmonique à la suédoise, avec refrains évidemment fédérateurs, couplets ultrabrite, chœurs à la DEF LEP et attitude générale hédoniste et euphorique. Et sans vouloir vraiment abonder dans le sens du guitariste de la bande, autant admettre que ce Tropical Thunder est une amélioration nette d’une recette déjà difficilement perfectible, et certainement l’un des plus grands albums de l’année dans le style.

Intronisant pour la première fois en studio le nouveau chanteur Alex Waghorn, présenté aux fans en 2019 via l’acoustique reprise de « Aim For The Head », Tropical Thunder déborde de joie de vivre, et semble concentrer toutes les qualités d’un album impeccable aux arrangements bien repassés. Rien ne dépasse, aucune branche de thym ne reste accrochée aux dents, le déo fresh sent à dix mètres à la ronde, et la bonne humeur règne, comme la sensibilité romantique d’un amour d’été au couchant.  

Je ne vais donc pas y aller par quatre chemins qui de toute façon mènent tous à Stockholm, et j’affirme haut et fort que ce nouvel album du quatuor renouvelé (Alex Waghorn: chant, Anton Joensson: guitare, Dennis Butabi Borg: basse et chœurs, Matt Silver: batterie et chœurs, avec le soutien aux claviers d’Erik Wiss) n’est rien de moins qu’un soir d’août californien, au couchant, le feu de bois grillant la guimauve et les surfeurs rangeant leur matos le cheveu encore délicatement mouillé. En onze morceaux, les suédois nous donnent une leçon de composition à rendre verts de jalousie les cadors Glam des eighties, ceux-là même qui en ont défini les canons en piochant dans le répertoire AOR de leur propre pays.

CRUZH a même la délicatesse de nous offrir un hymne aux amours de supermarché, avec le superbe « Cady », pour lequel vous n’avez pas besoin de jeton. Rare instant de tendresse dans un océan d’énergie, cette ballade romantique prouve que le groupe tire toutes les ficelles de la marionnette mélodique, et qu’ils sont capables de varier le ton pour ne pas laisser les burners piétiner le terrain de la séduction. Mais ne soyons pas dupe, avec un tube brûleur de bitume comme « Tropical Thunder » en intro, la donne est claire et le jeu bien en main : on est là pour s’agiter, secouer notre chevelure, et se souvenir de la magie des H.E.A.T et autres chantres de la domination harmonique énergique.

Alignant les hits comme TIGERTAILZ les bombes de laque vides, CRUZH se prend parfois pour TYKETTO (« Turn Back Time »), parfois pour un mix improbable entre DEF LEP et ROXETTE (« We Go Together »), parfois pour un BON JOVI plus vrai et bouclé que nature (« Are You Ready »), mais affirme son identité par sa constance dans la qualité. Car si souvent, les tubes calibrés sonnent préfabriqués, ils gardent ici leur sincérité et leur naïveté, bien que le produit fini soit professionnel de bout en bout. Mais on sent l’enthousiasme, le plaisir de jouer, et la cohésion, en sus du métier qui est bien rentré depuis la cohabitation de Dennis Butabi Borg et Anton Joensson au sein de TRASHQUEEN.

Alors, on savoure ces allusions au patrimoine radiophonique US passé au prisme du savoir-faire incomparable suédois via l’extraordinaire « New York Nights », qui nous rappelle que les allemands de BONFIRE savaient aussi imiter à merveille les concurrents d’outre-Atlantique. On déguste la légèreté du cocktail estival « All You Need », avec son tiers de KISS, son tiers de DEF LEP et son tiers de SLAUGHTER, on se souvient des maîtres du Soft Rock en nous sevrant de la souplesse de « Line in the Sand », mais on fait déraper le quad dans le sable lorsque le moteur surchauffe boogie sur « Moonshine Bayou ». Parfaitement intégré, Alex Waghorn livre une prestation impeccable, et donne un aperçu de ses futures qualités live, en évitant les aigus et en restant médium. Pas question ici de retape cheap, mais bien de nostalgie crédible, et en écoutant Tropical Thunder, on oublie l’arthrose, l’arthrite, les cheveux qui tombent et l’âge qui avance dangereusement. Plus efficace que le botox pour rester jeune, CRUZH est une cure de jouvence bonne pour la santé morale et physique, et indéniablement la meilleure sortie Frontiers de cet été 2021.

Et peut-être même de l’année d’ailleurs.  

            

                                                                                                                                                                                                        

Titres de l’album:

01. Tropical Thunder

02. We Go Together

03. Turn Back Time

04. Are You Ready

05. Cady

06. New York Nights

07. All You Need

08. Line in the Sand

09. Moonshine Bayou

10. Paralyzed

11. N.R.J.C


Facebook officiel


par mortne2001 le 27/08/2021 à 18:24
95 %    890

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Derniers articles

Crisix + Dead Winds

RBD 20/02/2024

Live Report

Abbath + Toxic Holocaust + Hellripper

RBD 21/01/2024

Live Report

1984

mortne2001 10/01/2024

From the past

SÉLECTION METALNEWS 2023 / Bonne année 2024 !

Jus de cadavre 01/01/2024

Interview

Show No Mercy

mortne2001 03/12/2023

From the past
Concerts à 7 jours
Tags
Photos stream
Derniers commentaires
senior canardo

je suis entré dans la file d'attente 122000eme ....j'ai fermé l'onglet et choppé mon pass pour le ThroneFest ;)

21/02/2024, 09:33

LeMoustre

Pas mal du tout. En effet Whiplash rôde.Beau papier aussi lol la phrase des vautours, excellent.Merci

20/02/2024, 07:31

LeMoustre

Comme d'habitude agressif et sans surprise. Immuable.

20/02/2024, 07:28

Badinter en enfer

oui

17/02/2024, 22:18

Bong Joon Whore

wow Badinter en enfer, c'est David?

17/02/2024, 16:16

Benstard

Méchante ambiance. 

17/02/2024, 14:19

Benstard

Méchant son de basse et simpa les soli. Ça groove en mode papi. Mais c'est cool qu'ils continuent. 

17/02/2024, 14:16

je te pisse dans le cul, ça fait un bubble tea

Groupe de boomers avec des tarifs pour boomers. Les mêmes qui viendront chialer que les légumes, c'est cher et chouiner que le prix de l'essence augmente.

17/02/2024, 07:08

Bille Baroud

Si la musique est toujours aussi bien pour un vieux groupe, genre dont il ne reste pas tellement de représentants pour assurer, tant pis pour l'artwork, je crache la thune.

16/02/2024, 20:36

Tourista

Humungus, t'es fan d'AC/DC et de coquillettes ?  

16/02/2024, 17:49

Saddam Mustaine

Faut payer l'ehpad du père Brian 

16/02/2024, 16:39

Humungus

"84 euros la dragée"...Si seulement...152,85 € le bifton en ce qui me concerne.J'avoue que ça pique un chouille bordel... ... ...

16/02/2024, 13:02

Badinter en enfer

D'un coté, si ça fait chier les sacs à merde parasitiques comme Valnoir ou Fortifem, je suis 1000% à fond pour l'usage de l'IA. Le problème, c'est que ça impacte aussi les artistes honnêtes et qui ne se servent pas leur activit&e(...)

16/02/2024, 06:10

Buck Dancer

Très bon ! (par moment ça me fait penser à Pantera, A New Level) 

16/02/2024, 05:15

Solitary Sabred

Merci, thanks for the support!!

16/02/2024, 05:09

Tourista

Bien sûr, les ventes physiques s'effondrent, pourquoi se casser le cul et investir ?  Ca va être simple pour bibi : IA sur la pochette, je laisse ma carte bleue à l'ombre. Technophobe ?  MMMMmmOUI.J'ai bossé modestement dans la(...)

15/02/2024, 19:46

Amer Smashed Pils

Miam miam maim ! Crado à souhait !

15/02/2024, 19:11

Jus de cadavre

@ Tourista : c'est exactement ce que je me suis dit... Quelle misère... Mais j'imagine que pour les label c'est vite vu niveau $$$ (gratos, pas de délais, etc...). Autant pour les petits groupes sans un rond je peux comprendre, mais là, merde, pour (...)

15/02/2024, 18:38

Tourista

Il va falloir s'habituer à ces pochettes de merde sous IA.   Et c'est que le bédut.Le Tricatel de l'artwork.  

15/02/2024, 18:31

Humungus

Je prends aussi !

15/02/2024, 06:49