Alors comme ça, nous rentrons dans l’âge des crétins ? Pourquoi pas, après tout, après avoir été abêti par des heures de télé-réalité et sevré des gags affligeants de l’équipe de Cyril H, d’avoir passé des plombes le nez collé sur leur smartphone, pas étonnant que les jeunes d’aujourd’hui ne cherchent pas à devenir plus futés, mais se contentent de ce qu’on leur vend à grand renfort de hit-singles de stars en manque de dictionnaire…Loin de moi l’idée de jouer les vieux cons moralisateurs, mais au moins, de mon temps, on savait encore s’amuser. Si l’on s’ennuyait un peu trop, on trouvait toujours une connerie constructive à faire, et les plus ambitieux d’entre nous s’emparaient alors d’une méthode Assimil pour apprendre la guitare ou tout autre instrument, dans le but de créer un groupe…Le Rock pour les nuls ? C’est un peu l’apprentissage auquel nombre d’entre nous se sont livrés durant leur adolescence, lorsque les machines existaient à peine et coutaient les yeux de la tête. Alors autant se débrouiller avec un matériel de fortune, et balancer la sauce histoire de voir si quelque chose de potable finissait par sortir des amplis…Nous étions dans les années 80, mais les nineties, malgré la moue boudeuse de la génération X n’a pas échappé à cette règle, et a perpétré cet esprit de fun collectif et d’envie d’autre chose, même si on se souvient surtout des NIRVANA, des ALICE IN CHAINS et autres pour leurs crises existentielles et leur joie relative. Mais du côté de Paris, comme à Seattle, à l’époque ça dépotait, et certains s’en souviennent encore, à tel point qu’ils consacrent à ce pan d’histoire une partie de leur discographie…Dites donc bonjour aux parisiens de BAD FANTASY, qui loin d’un fantasme inavouable, représentent plutôt un exutoire heureux à la morosité actuelle, en s’extirpant de quelques décibels de cette jeunesse perdue d’avance et vouée au veau d’or de la consommation vaine.

Fondé en 2017 et remarqué par les responsables de M&O Music suite à sa performance au Printemps de Bourges édition 2018, ce quatuor (Antoine Druilhe : guitare/chant, Sebastyen defiolle : guitare, Kevin Sanglier : basse et Thomas Sajus : batterie) nous propose donc via son premier LP Age Of Morons un Rock particulièrement décomplexé, mais aussi très connoté. Sachant pertinemment qu’ils ne sauront jamais où souffle le vent, et qu’ils ne définiront pas la tendance à venir, ces quatre musiciens proposent au contraire un trip légèrement nostalgique, empreint de formalisme 90’s mais aussi de culture Rock plus généraliste. S’adressant selon leurs propres dires aux fans de GUNS N’ROSES, QUEENS OF THE STONE AGE, SOUNDGARDEN et autres AUDIOSLAVE, ces parisiens pur jus n’en sont pas pour autant des gens sous influence puisque leur musique, aussi perfusée de sonorités XY soit-elle, a quelque chose à offrir à tout le monde, mais plus spécialement aux fans d’un Rock à tendance Hard, subtilement alternatif aux entournures, mais qui ne crache pas non plus sur quelques inflexions Folk, Country, et quelques réminiscences de la scène française de la fin des années 80, LE CRI DE LA MOUCHE en tête de liste. On trouve donc pas mal de sincérité sur ce premier effort, de la fausse simplicité, mais surtout des chansons, des vraies, qui ne se contentent pas d’un riff rabâché pour exister. Entièrement composé et dirigé artistiquement par Antoine Druilhe, le chanteur/guitariste, Age Of Moron est donc une bonne grosse claque à la stupidité ambiante, retrouvant par essence le sens primal du Rock, celui de divertir, avec un indéniable panache et une attitude un peu rebelle sur les bords.

Mixé et masterisé par Greg Canone (SUPERBUS, LUKE), ce premier LP est d’une excellente qualité, et déborde d’enthousiasme par tous les pores, laissant des guitares bavardes et affamées se tailler la part du lion. En prônant des valeurs classiques, le quatuor prend un risque, celui de se voir comparé aux références utilisées, et même si les morceaux n’ont évidemment pas encore l’étoffe des classiques des quatre groupes susmentionnés, ils n’en dégoulinent pas moins d’envie et de stupre Rock, un peu comme si les FOO FIGHTERS de Dave allaient faire un tour du côté de Joshua Tree pour s’enivrer d’air sec et de racines 70’s. Car cette décennie représente l’autre réservoir d’inspiration des BAD FANTASY, qui évoquent des images bien précises, et qui nous entraînent dans un road trip partant de la Californie pour arriver à Paris, dans un vieux troquet un peu louche. On pourrait presque en fermant les yeux imaginer les mecs jouer sur une scène étriquée, racontant leurs délires de route à un public un peu fatigué, mais attentif, et surtout, très réceptif à leur versatilité qui leur permet de passer d’un binaire convaincant à une sorte de Post Grunge fascinant (« Thx god I'm an Atheist », à notre époque, c’est en effet un choix raisonnable). On pense même dans ces moments-là, mais ceux-ci aussi (« Free Fall »), à des allusions plus ou moins directes au film Still Crazy, tant ces effluves jaunies nous rappellent les mélodies utilisées par le groupe fictif STRANGE FRUIT…Sauf que lorsque les parisiens se décident à balancer la purée, ils ne le font pas à moitié, comme en témoigne l’ouverture tonitruante « Queen of Lies », presque Pop Rock dans les intentions, mais terriblement jumpy dans le fond. Et c’est aussi ce genre d’indices qui nous aiguillent sur la piste d’un Rock français sevré de références anglo-saxonnes de l’orée des années 90, et qui prouve que le quatuor a plus d’un tour dans sa poche, et en tout cas beaucoup plus à proposer qu’un simple canular old-school bardé de citations usées.

Faites le test, et tentez de ne pas dodeliner du chef en tendant les oreilles sur le contagieux « Bad Fantasy », hymne en substance qui pique aux FOO FIGHTERS leur science du refrain collégial et à Josh Homme ses riffs en cheveux en bataille. D’ailleurs, en pataugeant dans le groove, les BAD FANTASY se paient une tranche d’Americana, via la carte postale « Bang that Head », invitation au plaisir pur de défonce sûre, genre les ZZ TOP qui tapent le carton avec les 7 WEEKS. Ce qui ne les empêche nullement de proposer du binaire assoiffé (« Hanover Girl »), pour peu qu’il ne cache pas l’émotion de fin de soirée, celle qu’on ressent une fois le concert terminé et les guitares acoustiques pas encore rangées (« Goin’ In »). Et au passage, on pique un plan de basse à la John Deacon pour faire du QUEEN avec du GUNS (« Fast and Cheap »), on provoque le fantôme du Punk pour laisser le Rock lui coller une branlée (« Junky »), et on finit le périple sur du faux progressif alternatif, suggérant une admiration pour le meilleur STONE TEMPLE PILOT (« Purple Cat », Lewis Carroll et Scott Weiland dans l’au-delà qui écrivent de vie à trépas). Ah, et en plus, précisons que la voix un peu monocorde d’Antoine colle à merveille à l’optique, que les soli sont compétitifs, et que l’objet dispose d’un son un peu dur mais rond, qui permet à la section rythmique de tenir bon. Une génération de cons ? Pas si sûr finalement, en tout cas, avec des groupes comme BAD FANTASY dans les parages, nous aurons encore de quoi passer de bonnes nuits la tête dans les nuages. Des nuages Rock évidemment.   


Titres de l'album :

                             1.Queen of Lies

                             2.Bad Fantasy

                             3.Free Fall

                             4.Bang that Head

                             5.Goin In

                             6.Hanover Girl

                             7.Thx god I'm an Atheist

                             8.Fast and Cheap

                             9.Junky

                             10.Purple Cat

Site officiel

Facebook officiel

Bandcamp officiel 


par mortne2001 le 26/11/2018 à 16:23
85 %    375

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Sign X

Like a Fire

A New Tomorrow

Universe

Red Death

Sickness Divine

Black Pistol

Sins of the Father

Edge Of Forever

Native Soul

Tom Keifer

Rise

House Of Shakira

Radiocarbon

Crypter

Crypter

Unhold

Here Is The Blood

Lovekillers

Lovekillers feat Tony Harnell

Atomic Cretins

Spiritual Cancer

Maelstrom Vale

Silhouettes

Brain Stroke

Brain Stroke

Hellsodomy

Morbid Cult

Anal Slave Of Satan

Anal Slave of Satan

Detherous

Hacked to Death

Grand Slam

Hit The Ground

Lindemann

F & M

The Dead Daisies

Locked and Loaded (The Cover Album)

Godspeed You ! Black Emperor

RBD / 25/11/2019
Drone

BEHIND THE DEVIL #12 Interview avec David de SHARE YOUR PAIN RECORDS

L'Apache / 20/11/2019
Depressive Black Metal

Birds in Row

RBD / 13/11/2019
Emocore

Concerts à 7 jours

Photo Stream

Derniers coms

Le batteur de Bloody Sign avait aussi fait un intérim chez Incantation, je l'avais vu en concert avec le groupe à cette époque.

J'avais vu Brutal Rebirth dans un festival non réédité à l'époque de cet album. C'était bien, alors qu'ils passaient entre Waking the Cadaver, Immola(...)


Sinon moi y a 20 ans j’étais en 1999
C’est bien la vie en 2039?


Tout d'accord avec vous. Mais au delà du côté Swamsong énervé c'est surtout l'impression de " déjà entendu" qui, pour l'instant, me dérange un peu.


Oui, j'ai écrit plusieurs fois un commentaire que je n'ai pas posté, car... bon... en fait perso, je ne sais pas quoi en penser...
Y'a du Swansong dans le groove mais avec un son plus brutal quand même...
La construction du morceaux est originale avec pas mal de changements de rythmes(...)


Bah alors ?! Y a Carcass qui sort un nouveau morceau et y a pas de réaction ici ?! Ça m'étonne xD !
Je lui trouve une petite saveur époque Swansong de mon coté, en plus extrême quand même... Mais c'est pas mal !


COMO MUERTOS aussi c'était excellent. Jamais écouté l'album mais je les ai vus une fois en concert lors d'une des premières éditions du Motocultor et j'en garde un très bon souvenir. Ils avaient vraiment du potentiel.


Dévorée par un gremlin géant, quelle horrible fin ! Plaisanterie à part ce n'est pas mal, et ce n'est pas typé Death latino.


Rubrique très sympa. Je retiens Bloody Sign, notamment. Eh oui, les catalogues Holy Records, souvenirs émus...


Vu aussi sur scène à Chaulnes (le "Killer Fest" si mes souvenirs sont bons !) en... 2005 ! Oh bordel ça nous vieillit ça !
C'était carrément bien sur scène, mais en effet pas très suivi. En tout cas ce fest était génial, de bien bons moments !


J'ai vu deux fois il y a bien longtemps GARWALL en concert. Ca tenait bien la route mais le public n'a pas accroché et a pas mal critiqué le groupe pour des raisons que j'ai oubliées. Dommage...


Mark Evans (ex-AC/DC) à la basse exact.


Avec eb plus Mark Evans de AC/DC à la basse je crois , toujours là ce furieux de Angry


Effectivement, je trouve ça toujours bien trouvé de "cacher" quelques références bien senties.
Perso, je préférais la mouture de Hard N Heavy avec le logo précédant celui-ci...
Aaaahhh les fameuses fiches biographiques de groupes... ... ...


Celui là il prend direct une option pour les tops albums de 2020 (alors que les tops 2019 sont même pas encore bouclés xD) ! Les deux extraits sont juste terribles...
Je l'attend, c'est peu de le dire !
Et artwork excellent au passage ! Vivement !


C'est exactement ça :) c'est un des magazines qui a monté ma culture métallique, je trouvais ça cool de faire un petit clin d'oeil de la sorte en mode extrême ahahaha


Très bonne nouvelle !!! :)


Vivement ! Déjà six ans que nous, ouailles de l'Eglise du Saint-Riff Rédempteur, attendons la venue de ce nouveau Messie sonore... Il était temps !


Pis histoire de me faire encore plus regretter la bazar, cerise sur le milk shake de l'infortune y'a COUNTESS aussi sur l'affiche...
AAAAAAAARRRRRRGGGHHH !!! !!! !!!


!!! !!! !!! Dé-goû-té !!! !!! !!!
Je suis GORGON depuis 1995 et est toujours souhaiter les voir en live...
Là je suis tombé sur cette annonce de fest seulement hier (donc bien trop tard pour moi afin d'organiser mon WE)...
Autrement dit sans moi quoi...
Ca va gâcher ma (...)


Strasbourg me voilà !
Bonne nouvelle de revoir aussi "souvent" en ce moment les TATTS sur la route...
Toujours un plaisir de revoir ces vieux briscards en live.