Trop jeune pour avoir connu les seventies en live, comme moi ? Des regrets de n’avoir jamais vu le ZEP, le SAB’, CACTUS, SIR LORD BALTIMORE, le LYNYRD, et des tonnes d’autres, dont Bowie, Zappa, Bolan ? Aucun problème, puisque certains musiciens farouchement attachés à une tradition musicale rétrograde se chargent de les faire revivre pour vous, avec plus ou moins de bonheur. Parce que pour recréer une magie, il faut en connaître les trucs, mais aussi avoir du goût, et un certain panache. Et si certains s’amusent beaucoup avec leurs tours de passe-passe, ils n’atteignent jamais le prestige des formations susnommées. Spécialement lorsqu’ils s’ancrent d’eux-mêmes dans une mouvance particulière, très connotée, de celles que ce bon vieil Ozzy et ses camarades de Birmingham ont inventé et popularisé…mais pas que. Admettons quand même que les américains de LIGHTNING BORN aient été gravement traumatisés par les deux premiers albums de BLACK SABBATH, et qu’ils tentent par tous les moyens d’en ressusciter l’esprit occulte, grave, lourd et persistant. Nous n’avons pas affaire ici à de jeunes loups aux dents longues qui ont usé les partitions de LED ZEP (école GRETA VAN FLEET), mais bien à de vieux briscards qui connaissent bien la mélodie et les rythmiques, puisqu’en guise de groupe, nous aurions presque affaire à un supergroupe, bien que je conchie cette appellation. Un peu dans l’optique d’un VLTIMAS qui regroupe des maniaques du Death Metal pour jouer du Death Metal, LIGHTNING BORN, le nom, cache des instrumentistes rodés à la cause Vintage Rock & Doom, puisqu’on retrouve aux postes le bassiste Mike Dean (CORROSION OF CONFORMITY), la chanteuse Brenna Leath (THE HELL NO), le batteur Doza Hawes (MEGA COLOSSUS, ex-BLOODY HAMMERS; ex-HOUR OF 13) et le guitariste Erik Sugg (DEMON EYE), ce qui nous donne une jolie concentration d’accros aux riffs ombrageux et aux coups de caisse claire appuyés.

Noms connus, pedigree fameux, mais résultat convaincant ? Avec les talents additionnés, la réponse est évidente, mais le triomphe n’en est pas pour autant éclatant. S’il est certain que l’amour de Mike Dean pour la musique des années 70 crève les tympans depuis la parution de Blind ou Deliverance, s’il est clair que la voix incroyable de Brenna Leath s’accommode fort bien de cette ambiance rétrograde, et s’il est plus que frappant que le jeu de guitare de Sugg et la frappe de Hawes assurent le background idoine, nous sommes loin de la révélation sur le chemin du cimetière de Salem, puisque ce premier long éponyme assure dans les grandes largeurs, mais se contente clairement de faire le job. Bien sûr, on attend toujours plus des musiciens talentueux, notamment qu’ils transcendent leurs passions et leurs aptitudes pour nous livrer des œuvres hors-norme, et c’est pour cette raison que je vous demande de faire preuve de clémence après avoir lu ces nuances. Lightning Born est en effet un excellent album passéiste, avec des compositions qui tiennent la route, mais il n’est justement que ça…Et dans une époque rongée par la gangrène old-school, on attend aujourd’hui un peu plus d’un LP qu’un simple exercice de mimétisme, aussi troublant soit-il.  

 

A l’écoute, on s’y croirait. D’une, parce que la production à cette patine analogique qui transforme les bits en sillons de vinyle, matifiant la batterie, striant les guitares de médiums un peu écorchés, dopant la basse aux rebonds d’un écho grave, et laissant la voix un peu en arrière-plan, comme captée d’une autre pièce du manoir. Ensuite, parce que les compositions sont excellentes, qu’elles soient brèves ou développées. On sent que le passif/passé des musiciens a été mis sur la table, et que leur carrière leur a grandement servi au moment d’enregistrer cet album. Mais là où la géniale PRISTINE parvient à adapter les canons d’antan à l’excellence d’aujourd’hui, LIGHTNING BORN se contente d’effleurer la surprise pour ne provoquer qu’un intérêt appliqué, de ceux que l’on réserve aux groupes les plus méritants, mais pas forcément les plus surprenants. Et « Shifting Winds », « Magnetic », « Silence » de sonner comme des inédits du SAB’ repris à leur compte par des clones de LUCIFER ou OCTOPUS (sans le petit plus de ces deux-là), alors que d’autres, plus concis, pas forcément plus créatifs mais plus réactifs, nous replongent dans la vitalité rafraîchissante d’une décennie qui a tout repris à son compte, y compris le Rock de papa (« Renegade », nerveux, et sublimé par la voix puissante de Brenna qui laisse digérer un riff convenu, mais bien secoué). Et parfois, lorsque le quatuor s’éloigne de ses références oppressantes pour adopter un ton plus léger, la balade devient plus bucolique sans perdre sa notion de danger (« Out for Blood », qui aurait pu être chanté par Pepper Keenan).

Inutile de jouer les fines-bouches et de pointer du doigt un manque d’originalité, puisque tel n’est pas le but premier de ce genre d’entreprise. Mais à défaut de pouvoir espérer du neuf avec du vieux, on aurait bien aimé un peu plus qu’une relecture un peu sage des standards Doom en vogue il y a presque cinquante ans (« Godless », son côté DANZIG pas vraiment assumé sauve la barque, mais ne l’empêche pas de tanguer pendant sept minutes bien tassées), ou qu’une accumulation de gimmicks Soul’n’Heavy encore un peu timorée (« Oblivion »). L’organe vocal de miss Leath nous évite l’ennui dans les moments les plus convenus, elle qui ne force pas ses cordes et qui évite la dramaturgie la plus lénifiante, et le groove insufflé à certains titres nous allège un peu les petons, qui s’agitent enfin au doux son d’un groove un peu grognon (« Magnetic »). Malgré tous ces griefs formulés, la qualité intrinsèque de Lightning Born ne doit pas être atténuée, puisque les cinquante minutes passent à peu près rapidement (malgré quelques redites un peu gênantes, mais symptomatiques de ce genre d’essai), et que le jeu de basse de Mike est toujours aussi coulant et plaisant. Le tout s’ingurgite donc comme une bonne rasade de Jack, mais laisse le gosier un peu à froid, alors qu’il ne demandait qu’à être incendié. Et si le projet se veut viable et durable, il faudra se montrer moins timide pour continuer à convaincre, une bête répétition de cette reproduction ne permettant aucune indulgence de notre part.    

 

Titres de l’album :

                          1.Shifting Winds

                          2.Renegade

                          3.Silence

                          4.You Have Been Warned

                          5.Salvation

                          6.Magnetic

                          7.Out for Blood

                          8.Power Struggle

                          9.Oblivion

                         10.Wildfire

                         11.Godless

Facebook officiel

Bandcamp officiel


par mortne2001 le 26/11/2019 à 17:32
72 %    243

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Wayward Dawn

Haven of Lies

Carcariass

Planet Chaos

Cianide

Unhumanized

Ross The Boss

Born Of Fire

Worm

Gloomhole

Myrkur

Folkesange

Solarys

Endless Clockworks

Power Theory

Force of Will

Testament

Titans Of Creation

Konvent

Puritan Masochism

Murder One

Live In Lembarzik

Harem Scarem

Change the World

Dreamlord

Disciples of War

Denial

Antichrist President

Trepalium

From The Ground

Mutilatred

Ingested Filth

Pearl Jam

Gigaton

Crypt Dagger

From Below

Lamentari

Missa Pro Defunctis

Almanac

Rush of Death

J'irais Mosher chez vous ! Episode 3 : Thaïlande

Jus de cadavre / 06/04/2020
Asie

LA CAVE #4 : une sélection d'albums / Spécial Black Metal

Jus de cadavre / 21/03/2020
Black Metal

Napalm Death + Eyehategod + Misery Index + Rotten Sound

RBD / 09/03/2020
Brutal Death Metal

Stolearm

RBD / 17/02/2020
New Wave

Pastor of Muppets

RBD / 12/02/2020
Brass Band

Concerts à 7 jours

Photo Stream

Derniers coms

Putain merde j'espère qu'il va s'en remettre très vite


Un petit côté cold-wave sur les couplets pas dégueu. M'en vais creuser ça, c'est hyper original en tout cas.


@wildben : déjà, merci du compliment ! ;-) Et oui, tout à fait d'accord avec toi. C'est assez dingue cette façon qu'ils ont de rendre aussi mélodique et efficace une musique si technique. Moi aussi, j'étais un peu dubitatif sur ce "Letters from the Trenches" et en fait il arrive pile au bon mo(...)


Oui, c'est dansant


Le mec est infirmier Psy il me semble non ?
Ceci expliquant sans doute cela...


Je vais le dire avec beaucoup moins de talent que l'auteur de la chro mais cet album déchire, le plus frappant étant cette sensation incroyable de fluidité. Bien que complexe, la musique reste toujours efficace et "évidente". Même le titre en écoute, qui me lassait dubitatif lors de sa mise en(...)


@Buck Dancer : ça j'en doute pas ! L'Amérique du sud c'est un Eldorado (sans mauvais jeu de mot...) metallique !


Jus De Cadavre, en Amérique du Sud tu as de quoi t'amuser aussi, je pense.


Super report ,ça donne envie d'aller dans le pit et secouer de la tête là-bas


Comme indiqué, invraisemblable. Il n'a pas respecté le confinement en faisant de la nage en eaux-vives. Ceci étant, pas vraiment de risque qu'on en parle en ce moment, et l'image du metal, pfff, hein.


C'est plutôt bien foutu mais la thématique me laisse perplexe. Black et médieval, yep, mais figure chrétienne telle que la Jeanne… Quoique, cette période est étroitement liée à la chrétienté en Europe… Merde. M'enfin ça me laisse perplexe quand même.


Première phrase admirable, Humungus.
M'en vais essayer, tiens.


J'ai acheté l'album. Tous les morceaux sont dans la même veine. C'est ultra massif et cohérent avec des riffs simples mais accrocheurs et pas ennuyeux (en tous cas, chez moi ça tourne en boucle et je ne m'en lasse pas).


@Grinder : bien sûr ! Après ça serait moins exotique et original forcément... et certainement plus difficile aussi.
En Asie les gens étaient du genre très avenants pour discuter (c'est pas tous les jours qu'un blanc bec va leur poser des questions chez eux sur leur passion). En Scandinav(...)


Amalie McKennitt.


Effectivement, la chanson en écoute est excellente.
Avec un soupçon de Bolt thrower et Goatess?


Ca te dirait pas un "J'irai mosher chez vous en Suède / Norvège / Finlande" ?


Thanks ! Ca permet de voyager en ces temps compliqués ;-)


Bon, ben moi quand on me dit qu'un groupe est hautement inspiré par la bande à Tom G. Warrior, bah je fonce tête la première.
Et bien pas déçu pour deux sous bon dieu de dieu !!!
Pure merveille que voilà !!!
Merci mortne2001.


Je suis également Trepalium depuis longtemps, le premier album. Il ne faut pas oublier l'EP sorti en 2015 et renommé "Damballa's Voodoo Doll", ultime enregistrement avec Kéké qui replongeait puissamment dans l'instrumentation Jazzy. J'ai la franche impression que depuis huit ans le groupe est d(...)