Trop jeune pour avoir connu les seventies en live, comme moi ? Des regrets de n’avoir jamais vu le ZEP, le SAB’, CACTUS, SIR LORD BALTIMORE, le LYNYRD, et des tonnes d’autres, dont Bowie, Zappa, Bolan ? Aucun problème, puisque certains musiciens farouchement attachés à une tradition musicale rétrograde se chargent de les faire revivre pour vous, avec plus ou moins de bonheur. Parce que pour recréer une magie, il faut en connaître les trucs, mais aussi avoir du goût, et un certain panache. Et si certains s’amusent beaucoup avec leurs tours de passe-passe, ils n’atteignent jamais le prestige des formations susnommées. Spécialement lorsqu’ils s’ancrent d’eux-mêmes dans une mouvance particulière, très connotée, de celles que ce bon vieil Ozzy et ses camarades de Birmingham ont inventé et popularisé…mais pas que. Admettons quand même que les américains de LIGHTNING BORN aient été gravement traumatisés par les deux premiers albums de BLACK SABBATH, et qu’ils tentent par tous les moyens d’en ressusciter l’esprit occulte, grave, lourd et persistant. Nous n’avons pas affaire ici à de jeunes loups aux dents longues qui ont usé les partitions de LED ZEP (école GRETA VAN FLEET), mais bien à de vieux briscards qui connaissent bien la mélodie et les rythmiques, puisqu’en guise de groupe, nous aurions presque affaire à un supergroupe, bien que je conchie cette appellation. Un peu dans l’optique d’un VLTIMAS qui regroupe des maniaques du Death Metal pour jouer du Death Metal, LIGHTNING BORN, le nom, cache des instrumentistes rodés à la cause Vintage Rock & Doom, puisqu’on retrouve aux postes le bassiste Mike Dean (CORROSION OF CONFORMITY), la chanteuse Brenna Leath (THE HELL NO), le batteur Doza Hawes (MEGA COLOSSUS, ex-BLOODY HAMMERS; ex-HOUR OF 13) et le guitariste Erik Sugg (DEMON EYE), ce qui nous donne une jolie concentration d’accros aux riffs ombrageux et aux coups de caisse claire appuyés.

Noms connus, pedigree fameux, mais résultat convaincant ? Avec les talents additionnés, la réponse est évidente, mais le triomphe n’en est pas pour autant éclatant. S’il est certain que l’amour de Mike Dean pour la musique des années 70 crève les tympans depuis la parution de Blind ou Deliverance, s’il est clair que la voix incroyable de Brenna Leath s’accommode fort bien de cette ambiance rétrograde, et s’il est plus que frappant que le jeu de guitare de Sugg et la frappe de Hawes assurent le background idoine, nous sommes loin de la révélation sur le chemin du cimetière de Salem, puisque ce premier long éponyme assure dans les grandes largeurs, mais se contente clairement de faire le job. Bien sûr, on attend toujours plus des musiciens talentueux, notamment qu’ils transcendent leurs passions et leurs aptitudes pour nous livrer des œuvres hors-norme, et c’est pour cette raison que je vous demande de faire preuve de clémence après avoir lu ces nuances. Lightning Born est en effet un excellent album passéiste, avec des compositions qui tiennent la route, mais il n’est justement que ça…Et dans une époque rongée par la gangrène old-school, on attend aujourd’hui un peu plus d’un LP qu’un simple exercice de mimétisme, aussi troublant soit-il.  

 

A l’écoute, on s’y croirait. D’une, parce que la production à cette patine analogique qui transforme les bits en sillons de vinyle, matifiant la batterie, striant les guitares de médiums un peu écorchés, dopant la basse aux rebonds d’un écho grave, et laissant la voix un peu en arrière-plan, comme captée d’une autre pièce du manoir. Ensuite, parce que les compositions sont excellentes, qu’elles soient brèves ou développées. On sent que le passif/passé des musiciens a été mis sur la table, et que leur carrière leur a grandement servi au moment d’enregistrer cet album. Mais là où la géniale PRISTINE parvient à adapter les canons d’antan à l’excellence d’aujourd’hui, LIGHTNING BORN se contente d’effleurer la surprise pour ne provoquer qu’un intérêt appliqué, de ceux que l’on réserve aux groupes les plus méritants, mais pas forcément les plus surprenants. Et « Shifting Winds », « Magnetic », « Silence » de sonner comme des inédits du SAB’ repris à leur compte par des clones de LUCIFER ou OCTOPUS (sans le petit plus de ces deux-là), alors que d’autres, plus concis, pas forcément plus créatifs mais plus réactifs, nous replongent dans la vitalité rafraîchissante d’une décennie qui a tout repris à son compte, y compris le Rock de papa (« Renegade », nerveux, et sublimé par la voix puissante de Brenna qui laisse digérer un riff convenu, mais bien secoué). Et parfois, lorsque le quatuor s’éloigne de ses références oppressantes pour adopter un ton plus léger, la balade devient plus bucolique sans perdre sa notion de danger (« Out for Blood », qui aurait pu être chanté par Pepper Keenan).

Inutile de jouer les fines-bouches et de pointer du doigt un manque d’originalité, puisque tel n’est pas le but premier de ce genre d’entreprise. Mais à défaut de pouvoir espérer du neuf avec du vieux, on aurait bien aimé un peu plus qu’une relecture un peu sage des standards Doom en vogue il y a presque cinquante ans (« Godless », son côté DANZIG pas vraiment assumé sauve la barque, mais ne l’empêche pas de tanguer pendant sept minutes bien tassées), ou qu’une accumulation de gimmicks Soul’n’Heavy encore un peu timorée (« Oblivion »). L’organe vocal de miss Leath nous évite l’ennui dans les moments les plus convenus, elle qui ne force pas ses cordes et qui évite la dramaturgie la plus lénifiante, et le groove insufflé à certains titres nous allège un peu les petons, qui s’agitent enfin au doux son d’un groove un peu grognon (« Magnetic »). Malgré tous ces griefs formulés, la qualité intrinsèque de Lightning Born ne doit pas être atténuée, puisque les cinquante minutes passent à peu près rapidement (malgré quelques redites un peu gênantes, mais symptomatiques de ce genre d’essai), et que le jeu de basse de Mike est toujours aussi coulant et plaisant. Le tout s’ingurgite donc comme une bonne rasade de Jack, mais laisse le gosier un peu à froid, alors qu’il ne demandait qu’à être incendié. Et si le projet se veut viable et durable, il faudra se montrer moins timide pour continuer à convaincre, une bête répétition de cette reproduction ne permettant aucune indulgence de notre part.    

 

Titres de l’album :

                          1.Shifting Winds

                          2.Renegade

                          3.Silence

                          4.You Have Been Warned

                          5.Salvation

                          6.Magnetic

                          7.Out for Blood

                          8.Power Struggle

                          9.Oblivion

                         10.Wildfire

                         11.Godless

Facebook officiel

Bandcamp officiel


par mortne2001 le 26/11/2019 à 17:32
72 %    72

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Hellsodomy

Morbid Cult

Anal Slave Of Satan

Anal Slave of Satan

Detherous

Hacked to Death

Grand Slam

Hit The Ground

Lindemann

F & M

The Dead Daisies

Locked and Loaded (The Cover Album)

Sun

Brutal Pop

Sleep Token

Sundowning

Pretty Maids

Undress Your Madness

Morbid Cross

Disciples Of The Goat

Blood Incantation

Hidden History Of The Human Race

3rd From The Sun

3rd From The Sun

Agnostic Front

Get Loud!

Spoil Engine

Renaissance Noire

Lightning Born

Lightning Born

Sapiens

Sapiens Project

Nitrate

Open Wide

(echo)

Below The Cover Of Clouds

Exylle

Exylle

Goodbye June

Community Inn

Godspeed You ! Black Emperor

RBD / 25/11/2019
Drone

BEHIND THE DEVIL #12 Interview avec David de SHARE YOUR PAIN RECORDS

L'Apache / 20/11/2019
Depressive Black Metal

Birds in Row

RBD / 13/11/2019
Emocore

The Murder Capital + Whispering Sons

RBD / 07/11/2019
Gothic Rock

Concerts à 7 jours

+ Verdun + Nornes

13/12 : Circus, Lille (59)

Photo Stream

Derniers coms

Excellente chronique !


Old school cette pochette ???
La thématique oui, mais la réalisation pas du tout. On dirait un comic Marvel récent...


On dirait du Pestilence la pochette.


Cet artwork très "old-school death metal" !


La musique me replonge directement dans les années 90' cassage de nuques et headbanging, mais j'ai plus de mal avec le chant.


L'intro de "Hell Awaits" sur Decade... M. A marqué à vie !


Gros respect pour Slayer même si j'ai seulement 2 mauvais souvenirs de concert (sur plus d'une quinzaine) Pour moi aussi decade reste le meilleur live , ne serait ce que pour l'intro de hell awaits qui plante le décor pour tout le reste de l'album.


Ah bon, pas le dimanche ?!


Qu'il revienne en 2021 pour les 40 ans et des dates en France et on en parle plus.


@Jus de cadavre ;

oui pour Decade of Aggression auquel je juxtapose Dance of the Dead, bootleg enregistré au Zénith le 22/11/1991.

Ca tombe bien, j'y étais :p


Ach !
Vous n'êtes peut-être pas assez trve pour brûler leur stock, mais dénoncez nous ce groupe si dégueulasse...
On veut un nom et le pourquoi du comment bordel !

(#Closer #Public #Voici)


@king : nan, le meilleur live de l'histoire c'est Decade Of Aggression !!! ;)
Concernant la violence de ce groupe, je me suis toujours demandé d’où venais leur colère et même cette haine palpable. Surtout à leur débuts : King est un premier de la classe à l'école, aucun dans le grou(...)


Je me retape le Still Reigning en ce moment.

LE MEILLEUR LIVE DE L'HISTOIRE.


+ 1000.

Le plus grand groupe de Metal de l'histoire tout simplement...


@JDC : j'aurai pas dit mieux ! J'ai eu la chance de les voir pour la tournée Divine Intervention en 94 au Zénith de Paris (Machine Head en 1ère partie). Effectivement, le concert le plus brutal que j'ai jamais fait. Les morceaux sur scène et sur album sont d'une intensité rare. Est-ce du aux ry(...)


J'aurais vraiment aimé les voir une dernière fois. Mais on connaît l'histoire, Hellfest tout ça ....

Jusqu'à maintenant je pensais aussi qu'un jour ils seraient de retour, mais maintenant je suis moins convaincu.

Dommage que Lombardo n'ai pas participé à la fête, m(...)


@Humungus :
Araya, ça m'étonnerait tout de même.

Veut profiter de sa retraite durement gagnée :p

Pis sans déconner, tune ou pas tune, le genre de zique pratiquée par Slayer + la vie en tournée + loin de chez soi au bout d'un moment, ça doit vraiment peser lour(...)


Arf, un pincement au cœur, pour un Label que nous avons crée il y a fort longtemps, et que d'autres ont repris par la suite. Merci à vous de votre dévouement et votre professionnalisme. Un estie de bon Label en Tabarnak, je ne pourrais en dire moins ... Bonne route.


Je plussoie tout les coms ici. Un groupe à part, d'une intensité rare sur scène comme sur album. Le Metal extrême ne serait pas ce qu'il est aujourd'hui sans Slayer. Reign In Blood sera à jamais un des albums les plus extrême, violent et intense jamais sorti. Slayer aura marqué au fer rouge n(...)


@ Arioch91 :
La tune mon brave… La tune...