The Tower

Bolt Gun

15/09/2023

Avantgarde Music

Les voyages forment la jeunesse. C’est un adage que l’on utilise souvent pour donner l’envie d’un ailleurs qui finalement, n’est pas plus intéressant qu’ici. La planète a déjà révélé tous les trésors qu’elle cachait ou non, et il devient alors inutile de prendre l’avion ou le train pour explorer des contrées déjà usées par les touristes et autres travellers. Le plus simple finalement, est de fermer les yeux, et de dessiner « son » ailleurs, le modeler à sa convenance, le peupler selon ses rêves, et finalement, procéder à une construction onirique assez proche de ce que l’on pouvait voir dans l’Inception de Christopher Nolan.  

Mais les voyages peuvent aussi se faire en musique, et la destination est tout aussi fascinante. Les musiciens ont de tout temps proposé à leurs fans des trips incroyables, induits par la drogue ou plus naturellement l’imagination, et les australiens de BOLT GUN font partie de cette catégorie d’auteurs qui intègrent depuis leur émergence des éléments d’évasion, mais aussi de brutalité froide.

Et le nouveau déplacement proposé par The Tower nous entraîne dans une autre réalité, là où le temps s’écoule différemment, et où les silhouettes traversent un brouillard éternel à la recherche d’une rédemption, ou d’un purgatoire.

Définir l’approche artistique du quatuor austral est tâche ardue. On parle généralement de Black Metal, de Doom, de Post Black, d’Avant-garde, d’Ambient, ou pour faire plus simple et généraliste, de Black Metal expérimental. Mais les étiquettes, aussi vagues soient-elles ne sauraient restreindre la créativité de musiciens qui ont depuis longtemps refusé de se conformer aux normes. De fait, Begotten, lâché en 2020 nous précipitait dans un univers claustrophobe, anxiogène, en assumant ses faux airs d’adaptation de ce film incroyable réalisé en 1989 par E. Elias Merhige.

Ce film, muet, tendu, très contrasté et hermétique, s’est depuis constitué un cult-following impressionnant. Il faut dire que son abstraction et son refus d’une narration conventionnelle en ont fait un objet de désir qu’on fantasme bien avant de l’avoir vu. A la manière d’un David Lynch prenant la caméra sous l’égide d’une admiration pour Alain Resnais, Begotten dessinait des paysages cauchemardesques, utilisait des sons abrasifs, pour déranger, et provoquer un sentiment d’inconfort.

Et finalement, c’est bien The Tower qui se rapproche le plus de sa philosophie absconse.

En cinq morceaux de durée excessive égale, BOLT GUN joue sur les émotions, les cassures, les impulsions, mais aussi l’irritation. En incorporant des éléments de Post-Metal, de Jazz louche, de Rock occulte et de Black sourd et diffus, le quatuor australien tisse une toile nocturne dans laquelle les mouches que nous sommes viennent s’y constituer prisonnières. Nous engluant dans ses fils tendus entre deux murs, notre libre-arbitre perd de son poids, et nous acceptons alors que nos sensations prennent le relai. Inutile donc d’essayer d’expliquer les effets produits par cette situation grotesque, puisque chaque sensibilité projettera ses propres images.

Un gigantesque travail accompli sur le son, les arrangements, cette spontanéité qui souligne l’improvisation permanente, et cette douleur soude qui exsude des pores d’un album sans complaisance, transforment l’expérience en introspection, à la recherche de nos propre démons. Des démons qui ont visage humain, et qui nous ressemblent beaucoup, nous guidant sur le chemin de la contrition, tel un pêcheur portant sa propre croix.

Mais la croix est lourde, si lourde que les épaules finissent par lâcher dans la noirceur d’une nuit sans fin.

On peut évidemment ne pas adhérer au propos. Il est étrange, personnel, obscur et peu rassurant, et loin d’être universel. A la manière d’un NEUROSIS en tandem avec ALCEST, BOLT GUN laisse l’auditeur se faire son propre avis sur la lancinance et l’insistance, mais nous oblige quand même à dresser un bilan de vie. Un bilan de vie qui peut opter pour le statisme, ou au contraire, choisir de s’en aller là où personne ne parle ni ne juge.

Ce disque est donc hypnotique, pénétrant, attirant, et mortellement séduisant. Les idées, largement développées, se reposent souvent sur la confrontation entre de longues digressions mélodiques et de soudains accès de fureur qui surprennent autant qu’ils ne malmènent. Vous l’aurez compris, ici, chaque pas est mesuré, et la destination bien cachée.

Puisqu’elle dépend de votre propre imaginaire.

On ne peut nier que The Tower excelle dans un genre pourtant propice aux bavardages intempestifs ou autres hésitations pénibles. BOLT GUN, entre rêverie éthérée et cauchemar éveillé nous transporte dans une autre dimension, où seules les sensations importent, sans avoir à les identifier. N’étant plus très jeune, il m’est inutile dès lors de former ma jeunesse.

Mais une vieillesse ombragée sous les chênes de la vie me séduit assez. Surtout en si bonne compagnie.              

 

    

Titres de l’album:

01. The Tower

02. The Vulture

03. The Sacred Deer

04. The Scapegoat

05. A Faint Red Glow


Facebook officiel

Bandcamp officiel


par mortne2001 le 28/11/2023 à 16:44
90 %    142

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Derniers articles

Crisix + Dead Winds

RBD 20/02/2024

Live Report

Abbath + Toxic Holocaust + Hellripper

RBD 21/01/2024

Live Report

1984

mortne2001 10/01/2024

From the past

SÉLECTION METALNEWS 2023 / Bonne année 2024 !

Jus de cadavre 01/01/2024

Interview
Concerts à 7 jours
Tags
Photos stream
Derniers commentaires
Gargan

Faites chier, j'apprécie le groupe (enfin surtout l'ep comme beaucoup, je me demande si je ne l'ai pas découvert avec ce bon Shaxul) et je trouvais l'artwork très réussi ("oh bah c'est pas l'AI de Pestilence hein"), mais là(...)

05/03/2024, 09:43

Capsf1team

Balle de match...Un peu de silence s'il vous plait, les joueurs sont prêts...

05/03/2024, 08:03

Tourista

Hep ! on ne dépasse pas les bouées, siouplè !

05/03/2024, 07:05

Tourista

Acheté samedi, écoute en cours. BD absolument sans intérêt mais album bien plus intéressant que le dernier Maiden.

04/03/2024, 17:58

LeMoustre

Citer  INCUBUS, ASSASSIN et RIGOR MORTIS sur le même papier = obligé d'écouter les deux titres, et en effet, tout à fait ma came ! Merci pour cette petite découverte aux allures de pépite.M'en vais commander cela de ce pas(...)

04/03/2024, 09:59

LeMoustre

Excellent album

04/03/2024, 07:14

Saddam Mustaine

Le seul à être présent sur chaque album c'est Paulo Jr, peut-être le seul qui a vraiment les droits officiellement ? Kisser après est devenu très impliqué aussi 

02/03/2024, 19:55

RBD

Les frères Cavalera ont récemment réenregistré le premier album, le seul où Andreas Kisser n'était pas encore là. Cavalera Conspiracy existe déjà pour ceux qui voudraient un Sepultura avec les frères Cavalera, et tant mieu(...)

02/03/2024, 13:16

Humungus

Ah ah ah !Alors ça pour le coup, cela pourrait me faire plaiz...

02/03/2024, 07:27

Saddam Mustaine

Max et Igor vont donc pouvoir réformer Sépultura dans 2 ans...

01/03/2024, 18:15

Jus de cadavre

Ouais du tout bon. Assez balèze pour un groupe avec autant de bouteille de sortir un album aussi "frais" ! Et puis ce côté Metal "nola" : irrésistible !

01/03/2024, 15:22

Humungus

J'avais déjà hâte d'écouter ça, mais avec une chronique pareille...Vivement.Pis surtout, vivement la tournée de mai prochain bordel !

01/03/2024, 10:06

Tourista

Je me rappelle avoir vu UNE fois Sepultura avec Derrick Green en festoche, époque dreadlocks, j'ai dû tenir 3 morceaux.  Mais évidemment les propositions arriveront, les gros sous se profiler, le groupe reviendra avec une cote renforcée et des cachets g(...)

29/02/2024, 22:36

Gargan

´Vont ptêtre se reformer deux ans après la tournée, avec lui.

29/02/2024, 21:48

Cupcake Vanille

Quitter Sepultura pour peut-être (voir les rumeurs du moment) pour un autre groupe commençant par la lettre S sur le son américain du côté Iowa. 

29/02/2024, 21:24

RBD

Il a déjà un autre groupe de Rock chrétien qui marche bien au Brésil. C'est vrai que c'est bizarre de partir maintenant alors que la fin prochaine du groupe est déjà programmée à assez court terme. En tout cas c'est un batteur(...)

29/02/2024, 21:12

Buck Dancer

Même si je comprends l'opportunité de jouer dans Slipknot (si la rumeur dit vrai) dommage d'être resté toutes ces années pour partir juste avant la dernière tournée.

29/02/2024, 18:48

senior canardo

@Humungus sur la date de Magny le hongre, Paulo avait un tshirt Houwitser    sur scène ça ma remis un coup de (...)

29/02/2024, 10:09

Orphan

Batteur absolument génial.https://www.youtube.com/watch?v=PkmUSjkTJCgV'la le niveau du gamin qu'il était.

29/02/2024, 08:24

Tourista

Bha, toujours moins grave que les fans qui ont quitté le groupe en 96.

29/02/2024, 07:13