Finalement, il conviendrait de saluer le travail titanesque d’Iron Bonehead, puisque ce label allemand très pointu fait preuve d’une œuvre de salubrité publique. En effet, sans eux nous en serions encore à plonger nos pelles virtuelles pour remuer la boue de l’underground le plus immonde à la recherche des vestiges les plus putréfiés de l’extrême mondial. Imaginez un peu la tâche mentale dont nous devrions nous acquitter, et les séquelles que cela pourrait entraîner…Mais au lieu de nous enfoncer les neurones bottés dans ce cloaque enfumé et de risquer d’y laisser des plumes et bien plus, il suffit d’attendre de leurs nouvelles pour ajouter à notre collection de déjections musicales un trophée nauséeux de plus, sans avoir à fournir le moindre effort…Ceci dit sans aucune ironie évidemment, mais avec beaucoup de second degré, étant moi-même assez porté sur les exactions les moins tolérables de notre univers Metal. Et une fois encore, les cousins germains ne m’ont pas déçu, en m’introduisant à certains de leurs compatriotes, puisque les FINIS s’apparentent à la créature la plus difforme de la semaine, répandant ses émanations bruitistes bien au-delà de ses frontières…D’ailleurs, les leurs sont plutôt floues, eux qui ne disposent que d’un Bandcamp pas forcément à jour, et d’une entrée sur Encyclopedia Metallum des plus succinctes. Mais en sus de cette absence de données les concernant, leur musique n’est pas forcément plus claire, bien au contraire, puisqu’elle évolue en confluent d’un Death/Black vraiment sourd et diffus, qui ne joue pas franc jeu, et qui flatte les plus bas instincts des fans d’un genre assez difficile à cerner.

Y aurait-il tromperie sur la marchandise ? Avec un titre pareil, ce premier EP (après une démo en 2016, At One With Nothing, plus directe dans l’énoncé) donne dans la fausse piste, puisque le chaland auditif éventuel serait en droit d’attendre un déluge de plomb estampillé Doom, ce qui n’est assurément pas le cas. Il convient donc de prendre Visions of Doom au sens le plus littéral, puisqu’en effet, ces trois morceaux bien tassés semblent s’apparenter à une philosophie nihiliste qui n’envisage d’autre finalité à l’existence qu’un néant inévitable. Ceci étant dit, et même si leur optique n’est pas calquée sur les turpitudes les plus pesantes du genre éponyme, ce premier effort officiel ne crache pas sur un brin de lourdeur, qu’il conçoit plus comme une sensation d’oppression globale que sur une pratique rythmique monolithique et suffocante. Et s’il reste difficile de jauger le potentiel d’un groupe en se basant sur trois petits titres, il est toutefois évident que les FINIS ne comptent pas faire partie des perfectionnistes de la technique progressive, mais bien des chantres de l’abomination Death observée du bout Black de la lorgnette extrême. Rappelant les pires représentants de la cause sud-américaine, mais restant terriblement allemands dans leur rigueur, les pilotes du projet se concentrent donc sur une formule très primale qui combine l’apprêté du Raw Black et la dégénérescence du Death le moins abouti, pour nous concocter une décoction à base de cruauté morbide et de remontées nauséabondes de BM fétide à l’américaine.

Mais ne comptez pas sur moi pour baliser le terrain avec plus de précision. Si vous souhaitez en savoir plus sur les influences du combo en question, je vous enjoins de vous reporter à la quasi globalité de l’écurie Iron Bonehead, ou à vous faire votre propre opinion en écoutant l’œuvre en question. Car malgré une rudesse de ton indéniable, les amis d’outre-Rhin ne se veulent pas non plus ardents défenseurs de la bannière bruitiste, puisque leur musique garde un lien ténu avec une structuration presque logique et ordonnée, ce que le morceau d’entame « 11 Temple Stones » prouve de sa décadence assumée. Et si les images et comparaisons osées ne vous choque pas, je m’empresserai de préciser que le titre en question m’a vaguement évoqué les VIRGIN PRUNES reprenant à leur compte et dans un état de démence avancée un vieux morceau des DARKTHRONE, ou une version très personnelle des délires de Mories (GNAW THEIR TONGUES) se faisant les dents sur une démo de MAYHEM, en agrémentant la sobriété d’Euronymous d’un brin de fantaisie purement Death. Mais l’avantage de ce premier EP, est justement qu’il sait très intelligemment sauter du crane au fémur sans faire passer l’âne pour un jeune coq, et en vingt-et-une minutes seulement, les FINIS finissent par prouver qu’ils sont bien plus qu’une simple assemblée de psychopathes disharmoniques en mal de torture sonore. Car « Visions Of Doom » se fait un malin plaisir d’illustrer en chaos son intitulé, multipliant les pirouettes rythmiques, asphyxiant encore plus ses lignes de chant déjà époumonées, et malmenant une guitare déjà méchamment saignée par des barbelés rouillés…On pense Black alors qu’on balbutie Death, et on comprend assez facilement que la violence la plus sourde n’est pas qu’une question de puissance ou de vitesse, mais bien de vilénie instrumentale et d’instauration d’ambiance. En parlant d’ambiance justement, « Fosforos », le final instrumental en distille une bonne, à base d’harmonies en fin de vie et d‘Ambient presque martial, ce qui permet d’achever l’écoute de l’EP en se disant que décidément, ces allemands sont plus diserts que leur pochette ne le laissait présager…

Alors, chantons ensemble les louanges d’un label qui n’a pas fini de hanter nos nuits, et célébrons l’arrivée d’un nouveau groupe à l’histoire aussi cryptique et enfumée que sa musique…Un combo qui laisse libre cours à toutes les exigences, puisque comme tout le monde le sait, les caprices, c’est FINIS.  

                          

Titres de l’album:

                1. 11 Temple Stones  

                2. Visions of Doom   

                3. Fosforos

Bandcamp officiel



par mortne2001 le 06/07/2018 à 18:45
78 %    131

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Nebula Orionis

Starthrone

Valiant Bastards

Harbingers of Chaos

Samarium

Right to Get Violent

Split/cross

Rise of Discontent

Executioner

Bone Collector

Northern Light Orchestra

Greatest Hits

Ploughshare

In Offal Salvation

Conjure

Releasing The Mighty Conjure

Death Chaos

Bring Them to Die

Atomic Death Squad

Brain Dead

Blackwater

Good As Evil

Scorcher

Systems of Time

Virginia Hill

Makin' Our Bones

Psython

The Last Days of the Good Times

Nacht Und Gnosis

Det Warder Sådt I Skröplighet Och Skal Upstå Ur Kraft

Helfro

Helfro

Ain

Stance I

Beaten To Death

Agronomicon

Wolfen

Rise of the Lycans

Obscura + Fallujah + Allegaeon + First Fragment

RBD / 16/02/2019
Death Mélodique

NECROS CHRISTOS + ASCENSION + VENENUM / Live-report / Rennes

Jus de cadavre / 11/02/2019
Death Old School

Brendan Perry

RBD / 06/02/2019
Country

Concerts à 7 jours

+ Uada + Tribulation

23/02 : Cinema, Alost ()

Photo Stream

Derniers coms

Moi qui pensais que ça s'appelait le "Glam" ce truc...


Quand est-ce que toutes ces minorités vont arrêter d'emmerder la majorité ?...


C'est exactement ça, Jus : on a le droit de ne pas être d'accord avec cette pratique, mais annuler un concert de metal n'empêchera rien. Heureux de voir que les lyonnais ont leur date maintenue, nous n'avons pas eu cette chance à Marseille.


Annuler ce concert n’arrêtera jamais cette pratique. Je ne défends pas ce massacre hein, mais voila, un concert de TYR en moins ne changerait rien à ça.
Et puis comme sous entendu au dessus je ne supporte pas la "censure", ce n'est jamais une solution valable. Ce n'est pas parce que tu (...)


@MorbidOM :
Les arguments se valent, le problème vient surtout en mon sens du fait de la contradiction formelle de tout ce qui est avancé (cf. ma vanne) et qu'en définitive, toute la dialectique employée ici pour justifier du maintien du concert est celle d'un omnivore pur et dur.
Et(...)


Je suis assez surpris que cette réponse puisse être considérée "intelligente, mesurée et qui prend du recul".

Pour moi c'est un mélange de déculpabilisation sur fond de moralisme bon marché (mais nous on est vegans) de relativisme adolescent (nos bœufs abattus "dans des conditi(...)


1) Malgré tout le désamour que je puisse avoir pour le nouveau diktat vegan, je confirme totalement ce que disent mes deux coreligionnaires du dessus.
2) Je ne savais pas que l'abréviation de ce bazar était "le Grind"...
Que dire de plus hé hé hé !
3) Et juste parce que je s(...)


réponse bien argumentée, +1 jus...


Une réponse intelligente, mesurée et qui prend du recul. Ça fait pas de mal par les temps qui courent...


Je ne peux que confirmer ce que tu nous contes là mon bon Simony :
- DISFUNERAL = AUTOPSY.
- Jamais vu le No Man's Land aussi échaudé.
- Moi aussi j'ai craint un peu pour notre sécurité quand ils ont voulu se la jouer RAMMSTEIN.

PS : Point de détail : DESTRUKT e(...)


Tant mieux alors !!!


Ouais franchement j'ai pris une bonne claque avec ce groupe !


Indian Nightmare c'est juste terrible. C'est exactement ce que j'ai en tête quand on me dit Metal Old-school. Ça sent Satan, la liche et la crasse. Excellent ce groupe.


Le Entombed classique ! Pas le AD !


Entombed ou Entombed AD ???


Super nom.
Super groupe.
Superbes albums.
Superbes covers.
Rien à redire quoi...


Intéressant à lire et bonne découverte de label


vivement les autres interviews! chouette idée!


"sorte de copie non-conforme du MARDUK le plus impitoyable et retors, celui de Rom 5 :12, soit la quintessence d’un Black qui souhaite s’extirper de sa condition de polichinelle horrifique"

Alors là, entièrement d'accord ! Rom est le chef d'oeuvre absolu des suédois. Et un des me(...)


kingdoms est pourtqnt excellent