Finalement, il conviendrait de saluer le travail titanesque d’Iron Bonehead, puisque ce label allemand très pointu fait preuve d’une œuvre de salubrité publique. En effet, sans eux nous en serions encore à plonger nos pelles virtuelles pour remuer la boue de l’underground le plus immonde à la recherche des vestiges les plus putréfiés de l’extrême mondial. Imaginez un peu la tâche mentale dont nous devrions nous acquitter, et les séquelles que cela pourrait entraîner…Mais au lieu de nous enfoncer les neurones bottés dans ce cloaque enfumé et de risquer d’y laisser des plumes et bien plus, il suffit d’attendre de leurs nouvelles pour ajouter à notre collection de déjections musicales un trophée nauséeux de plus, sans avoir à fournir le moindre effort…Ceci dit sans aucune ironie évidemment, mais avec beaucoup de second degré, étant moi-même assez porté sur les exactions les moins tolérables de notre univers Metal. Et une fois encore, les cousins germains ne m’ont pas déçu, en m’introduisant à certains de leurs compatriotes, puisque les FINIS s’apparentent à la créature la plus difforme de la semaine, répandant ses émanations bruitistes bien au-delà de ses frontières…D’ailleurs, les leurs sont plutôt floues, eux qui ne disposent que d’un Bandcamp pas forcément à jour, et d’une entrée sur Encyclopedia Metallum des plus succinctes. Mais en sus de cette absence de données les concernant, leur musique n’est pas forcément plus claire, bien au contraire, puisqu’elle évolue en confluent d’un Death/Black vraiment sourd et diffus, qui ne joue pas franc jeu, et qui flatte les plus bas instincts des fans d’un genre assez difficile à cerner.

Y aurait-il tromperie sur la marchandise ? Avec un titre pareil, ce premier EP (après une démo en 2016, At One With Nothing, plus directe dans l’énoncé) donne dans la fausse piste, puisque le chaland auditif éventuel serait en droit d’attendre un déluge de plomb estampillé Doom, ce qui n’est assurément pas le cas. Il convient donc de prendre Visions of Doom au sens le plus littéral, puisqu’en effet, ces trois morceaux bien tassés semblent s’apparenter à une philosophie nihiliste qui n’envisage d’autre finalité à l’existence qu’un néant inévitable. Ceci étant dit, et même si leur optique n’est pas calquée sur les turpitudes les plus pesantes du genre éponyme, ce premier effort officiel ne crache pas sur un brin de lourdeur, qu’il conçoit plus comme une sensation d’oppression globale que sur une pratique rythmique monolithique et suffocante. Et s’il reste difficile de jauger le potentiel d’un groupe en se basant sur trois petits titres, il est toutefois évident que les FINIS ne comptent pas faire partie des perfectionnistes de la technique progressive, mais bien des chantres de l’abomination Death observée du bout Black de la lorgnette extrême. Rappelant les pires représentants de la cause sud-américaine, mais restant terriblement allemands dans leur rigueur, les pilotes du projet se concentrent donc sur une formule très primale qui combine l’apprêté du Raw Black et la dégénérescence du Death le moins abouti, pour nous concocter une décoction à base de cruauté morbide et de remontées nauséabondes de BM fétide à l’américaine.

Mais ne comptez pas sur moi pour baliser le terrain avec plus de précision. Si vous souhaitez en savoir plus sur les influences du combo en question, je vous enjoins de vous reporter à la quasi globalité de l’écurie Iron Bonehead, ou à vous faire votre propre opinion en écoutant l’œuvre en question. Car malgré une rudesse de ton indéniable, les amis d’outre-Rhin ne se veulent pas non plus ardents défenseurs de la bannière bruitiste, puisque leur musique garde un lien ténu avec une structuration presque logique et ordonnée, ce que le morceau d’entame « 11 Temple Stones » prouve de sa décadence assumée. Et si les images et comparaisons osées ne vous choque pas, je m’empresserai de préciser que le titre en question m’a vaguement évoqué les VIRGIN PRUNES reprenant à leur compte et dans un état de démence avancée un vieux morceau des DARKTHRONE, ou une version très personnelle des délires de Mories (GNAW THEIR TONGUES) se faisant les dents sur une démo de MAYHEM, en agrémentant la sobriété d’Euronymous d’un brin de fantaisie purement Death. Mais l’avantage de ce premier EP, est justement qu’il sait très intelligemment sauter du crane au fémur sans faire passer l’âne pour un jeune coq, et en vingt-et-une minutes seulement, les FINIS finissent par prouver qu’ils sont bien plus qu’une simple assemblée de psychopathes disharmoniques en mal de torture sonore. Car « Visions Of Doom » se fait un malin plaisir d’illustrer en chaos son intitulé, multipliant les pirouettes rythmiques, asphyxiant encore plus ses lignes de chant déjà époumonées, et malmenant une guitare déjà méchamment saignée par des barbelés rouillés…On pense Black alors qu’on balbutie Death, et on comprend assez facilement que la violence la plus sourde n’est pas qu’une question de puissance ou de vitesse, mais bien de vilénie instrumentale et d’instauration d’ambiance. En parlant d’ambiance justement, « Fosforos », le final instrumental en distille une bonne, à base d’harmonies en fin de vie et d‘Ambient presque martial, ce qui permet d’achever l’écoute de l’EP en se disant que décidément, ces allemands sont plus diserts que leur pochette ne le laissait présager…

Alors, chantons ensemble les louanges d’un label qui n’a pas fini de hanter nos nuits, et célébrons l’arrivée d’un nouveau groupe à l’histoire aussi cryptique et enfumée que sa musique…Un combo qui laisse libre cours à toutes les exigences, puisque comme tout le monde le sait, les caprices, c’est FINIS.  

                          

Titres de l’album:

                1. 11 Temple Stones  

                2. Visions of Doom   

                3. Fosforos

Bandcamp officiel



par mortne2001 le 06/07/2018 à 18:45
78 %    208

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Midnight Priest

Aggressive Hauntings

Mortals' Path

Feast of Maggots

Lowest Creature

Sacrilegious Pain

Wretch

Man or Machine

Sabaton

The Great War

Pendulum Of Fortune

Return To Eden

Horndal

Remains

Protector

Summon the Hordes

Majesty

Legends

Dead Horse

Horsecore: An Unrelated Story That's Time Consuming

Затемно (zatemno)

В петле

Hollow Haze

Between Wild Landscapes and Deep Blue Seas

Nyss

Dépayser

Shit Life

Reign In Bud

Teleport

The Expansion

Alcotopia

It Hits the Spot

Pounder

••

Night Screamer

Dead of Night

No Sun Rises

Ascent/Decay

Combichrist + Terrolokaust

RBD / 17/07/2019
Electro

Live-report - Impetuous Ritual / Ascended Dead / Scumslaught

Jus de cadavre / 14/07/2019
Death Metal

Napalm Death + A.C.O.D.

RBD / 12/07/2019
Black Metal Symphonique

Municipal Waste + Terror Shark + Dirty Wheels

RBD / 10/07/2019
Hardcore Metal

Live-report HELLFEST 2019 / Dimanche

Jus de cadavre / 07/07/2019
Hellfest Open Air

Concerts à 7 jours

Photo Stream

Derniers coms

C'est le festival du moche pour de récentes pochettes de heavy allemand !


ce type de groupe n'a pas fini de nous plonger dans les abysses du ridicule


J'ai l'impression que le précédent était sorti avant-hier, ils tiennent le rythme ceux-là !


Aaaaaaahhh !!!
C'était le bon vieux temps tout de même hein…
(Vieux con speaking)


dégageait*


Kerry King + 1.
C'est vrai que leur show dégagé pas mal.
J'en ai été d'ailleurs le premier surpris sur le moment...


Je viens de me choper le Pantera. Que j'avais en fait déjà en bootleg sous le nom de "Black Tooth" !
Tant pis... un énorme live en tout cas ! Ultra bourrin !


Magique


ah ouais ? le pantera me fait bien envie aussi ! je l'ai qu'en bootleg degeu et pas complet...


Rien à voir, mais j'ai le Nailbomb en CD du Dynamo...


ce live est sortit ya quelques semaines deja ;) dans la meme serie il y a aussi le live de testament de la meme année.


ah le bon vieux groupe en carton


très mou


Oui, belle pochette !! :)


Je n'aurais jamais cru qu'un jour un groupe ose s'arroger ce nom sacré...


Voilà la meilleure pochette de tous les temps !!


Mou ?!!! Euh...


Un autre groupe qui a tout démonté sur ce Hellfest c'est Anthrax !

Bordel encore furieux ça vieillit pas, putain de patate.

https://www.youtube.com/watch?v=pHKTjsYlNh0


+ 1 bordel !!!
(Comme souvent avec Sieur Jus de cadavre...)


Indifférence générale !