En alchimie mystique, l'acronyme V.I.T.R.I.O.L. se développe en Visita Interiora Terrae Rectificando Invenies Occultum Lapidem et se traduit par visite l'intérieur de la terre et, en rectifiant, tu trouveras la pierre cachée. Bien des artistes se sont déjà inspirés du concept, le moindre n’étant pas ABSU, qui lui a même consacré un longue-durée complet en 1993. Les fans d’horreur n’auront sans doute pas oublié le long métrage As Above, So Below, qui traitait aussi du sujet, mais aujourd’hui, c’est du côté de l’Allemagne que nous allons nous recentrer puisque le duo VITRIOL s’est fendu au mois d’avril d’un premier EP officiel, intrigant à bien des abords. Je parlais d’alchimie, car justement, le concept ancien s’accorde formidablement bien de la musique de ces deux étranges musiciens sans identité, se cachant derrière des initiales et des photos promo sombres et opaques. Et à l’écoute de leur musique, on devine que le sens caché de leur démarche artistique réclame la même passion et patience dont ont fait preuve les scientifiques des siècles passés qui cherchaient à décrypter le sens de ces formules absconses, afin de dénicher cette fameuse pierre philosophale censée transformer en or toute matière et conférer des pouvoirs particuliers. Et si cette quête s’est avérée infructueuse des siècles après avoir été entreprise, il vous sera tout aussi difficile de percer à jour le mystère de cette aura sombre et bavaroise, puisque Chrysalis n’offre pas plus de réponse claire qu’un vieux parchemin déniché dans une abbaye en ruines. Mais partant du principe qu’une chrysalide n’est qu’une étape larvaire sur le chemin de la croissance, il n’est donc pas étonnant de constater que cette approche particulière de l’extrême reste assez abstraite, expérimentale, et éventuellement, en gestation.

Il n’est pas étonnant non plus de constater que le label germain Iron Bonehead s’y soit intéressé, puisque cette structure est en quelque sorte l’asile d’aliénés préféré des musiciens les plus bizarres de l’underground. VITRIOL rejoint donc un cheptel déjà abondamment fourni en espèces biscornues, et ne fait rien pour s’extraire du magma dans lequel son optique le plonge. Le duo, en à peine vingt minutes s’évertue à déconstruire le Death Metal le plus primaire pour l’assombrir de Black épais, tout en gardant une vision très personnelle de la chose progressive, nous entraînant alors dans les méandres d’une psyché torturée, ne trouvant le repos que dans la complexité et la débauche de violence sourde. Doté d’une production assez touffue et inextricable, ce premier EP succédant à la démo éponyme de 2016 n’est pas une denrée de troc commune et facile à échanger, et se classe dans la catégorie floue justement des inclassables, entre DODECAHEDRON et l’écurie Satan Records, tout en gardant prise avec une certaine lucidité de ton. Ici, tout n’est pas prétexte à des digressions illogiques et gratuites, et on sent une cohérence dans le propos, qui garde suffisamment de liberté pour ne pas se voir emprisonner par des étiquettes. D’une appréhension assez effrayante, Chrysalis est une sorte d’essai sur la brutalité la moins avouée, empruntant des chemins de biais, osant des inserts mélodiques apaisés pour mieux mettre en exergue sa bestialité de ton, et préférant la forme au fond, à tel point qu’on se demande parfois ce qu’on écoute, sans vraiment avoir besoin de précision. Et sans vouloir jouer de comparaisons qui s’avèreraient aussi utiles qu’une petite cuillère dans un paquebot en train de couler, quelques noms pourraient toutefois vous situer un peu plus précisément les débats, dont celui d’OARE pour rester dans des balises récentes. Mais ce petit indice ne vous sera pas d'une grande utilité au moment d’affronter l’ire énorme de « Swarming Segments, Spirit Splinters of Stellar Dust », qui de ses presque neuf minutes, s’ingénie à brouiller toutes les pistes possibles.

Débutant sous des auspices Ambient, ce morceau d’entame est du genre à flouter encore plus un tableau qu’on avait déjà du mal à discerner, et multiplie les ambiances et les degrés d’intensité. Et c’est après une longue intro inquiétante et subtilement occulte que les choses sérieuses démarrent, les blasts se démenant pour nous décoiffer, tandis que la guitare emprunte des postures purement Black. Puis ensuite, les éléments se mettent en place, déformant un peu plus le spectre, utilisant des arrangements psychédéliques pour mieux nous prendre à revers d’un Black/Death maladif mais ample, le tout grondant d’impulsions en gravité extrême. Quelques soli aménagent un espace d’hystérie dans la plus pure tradition du shredding impulsif et hors de gamme, tandis que les vocaux s’évertuent à instaurer un décorum de possession démoniaque et d’exorcisme tournant très mal. Tout s’enfile à la vitesse du son, le groupe ne souhaitant pas casser le rythme, jusqu’à ce que justement l’ensemble bloque soudain sur un passage en son clair aussi incongru qu’imprévisible, achevant de nimber l’œuvre dans une brume unique et envoutante. Certes, les moins enclins à l’expérimentation parleront de foutoir et d’excuse à une technique balbutiante, doublés d’un sens de la provocation facile, mais ceux étant perméables aux errances créatives les plus ouvertes se laisseront peut-être dériver le long de ces flots contraires, et apprécieront le voyage proposé par le second et gros morceau « Soma Somnambulistic Trance », qui emploie plus ou moins les mêmes recettes en les poussant à leur paroxysme. Intro aussi assourdissante qu’une séance d’accordage d’ABRUPTUM, cymbales qui vrillent les tympans, grondements sismiques, coupure soudaine aussi malsaine qu’un inédit de MAYHEM, avant le choc en chaos frontal et toujours cette dualité vocale semblant émaner du purgatoire le moins fréquentable.

Aussi lent qu’ultrarapide, aussi bordélique qu’agencé, Chrysalis est peut-être plus à prendre comme un exercice de style et de présentation que comme un véritable EP, même si on sent parfois en filigrane une volonté de traduire plusieurs langages extrêmes de concert. Un peu de Blackened Death à la sud-américaine, un peu de déviance expérimentale typiquement US, des digressions sur le Black germain le plus dru, et le tout est finalement assez séduisant, quoi que pas encore suffisamment approfondi pour représenter une référence. Mais un ajout de choix dans la collection d’esthètes d’Iron Bonehead, et une surprise qui pourra laisser aussi indifférent que passionné.   


Titres de l'album :

                         1. Swarming Segments, Spirit Splinters of Stellar Dust

                         2. Soma Somnambulistic Trance

Facebook officiel


par mortne2001 le 19/05/2019 à 14:31
70 %    121

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Twilight Force

Dawn Of The Dragonstar

Perpetual Among Us

Thy Will Be Done

Fuming Mouth

The Grand Descent

Endimion

Latmus

Unruly Child

Big Blue World

Hellnite

Midnight Terrors

Nucleus

Entity

Slipknot

Slipknot

Warrior Soul

Rock n’ Roll Disease

Hammerfall

Dominion

Iron Bastards

Cobra Cadabra

Summery Mind

Color

Destruction

Born to Perish

Lingua Ignota

Caligula

Volbeat

Rewind, Replay, Rebound

Obturate

The Bleeding Mask of Dread

Ravenous Death

Chapters Of An Evil Transition

Roxy Blue

Roxy Blue

Arctic Sleep

Kindred Spirits

Soleil Moon

Warrior

Tour Report : MONOLITHE + ABYSSIC / Europe avril 2019

Jus de cadavre / 15/08/2019
Abyssic

THE DIRT / Critiques du film

Jus de cadavre / 06/08/2019
Biopic

MOTOCULTOR 2019 : notre programme !

Jus de cadavre / 05/08/2019
Metalnews

Obscene Extreme - Jour 6

Mold_Putrefaction / 03/08/2019
Brutal Death Metal

Obscene Extreme - Jour 5

Mold_Putrefaction / 02/08/2019
Brutal Death Metal

Concerts à 7 jours

Photo Stream

Derniers coms

"Carnal knowledge prophecy!" à 15h...ok je sors :-)


Cet album m'attire, je trouve le truc ambitieux mais 'tain, pas évident de bien rentrer dans le délire !


On a pas dû écouter le même album!


Band bien guez. L'un de leurs plus mauvais albums. Les compos sont plates et le chanteur n'a plus de voix.


1) Bon j'ai dit 15 h comme ça car l'exaction a eut lieu en milieu d'après-midi. Impossible donc que cela ait pu se faire pendant INCANTATION car j'étais forcément au devant de la scène à ce moment là.
2) "Ou comment faire d'un seul riff un morcif entier"
Bah figures-toi que c'est (...)


Depuis l'éponyme, a oui quand même, le seul qui envoi lourd dans leur disco(aller on dira aussi Iowa).

Je vais tenté cet album.


marrante ton anecdote, tiens. Vers 15h, ils devaient pas aimer Incantation, preuve qu'entre le missionnaire et ça, ils devaient pas avoir beaucoup de goût.
Sinon, plus sérieusement, d'accord avec toi pour la majorité, Humungus, sauf ZURIAKKE (bon, moi et le black à capuche ça fait 2) ou (...)


Merci pour le report, très agréable à lire.
Juste en passant, une petite faute : "Beaucoup de groupes refusent de jouer ici à cause de ça, mais la moindre des choses, quand on accepte de venir, c’est de jouer le jeux." - jeu.


Bon, je sais qu'ici, c'est sur le MOTOCULTOR mais vu que LeMoustre évoque plus haut le sujet :
Effectivement, super METAL MEAN cette année encore bordel !
Comme d'habitude, une affiche du tonnerre pour pas bien cher.
Seul bémol ce week end, les trombes d'eau que l'on s'est pris (...)


Au Méan, Midnight a déchiré et a véritablement lancé le fest, avec son punk/thrash à la Venom/Motörhead survolté. Enchaîner directement avec Incantation d'ailleurs fut une bonne idée, tant les deux groupes ont excellé dans leurs styles respectifs. Je sais pas au Motoc', mais ces deux là (...)


Slips sales forever


Une édition boueuse cette année !
Mais du lourd ! Incantation monstrueux, Midnight ultra rock n roll, etc... ! On vous raconte tout ça bientôt !


Un album ou il faut pas réfléchir, c'est beaucoup de bruit, ça tremble c'est juste fait pour nous détruire la cervelles et les oreilles c'est assumé et ça marche, ça te met la dose.

J'assume aimé dans ce sens mais je n'y vois rien d'autre et ça me suffit de m'explosé la tete.<(...)


Pour information le groupe est emmené par des membres de Impaled Nazarene (Mikael Arnkil), Abhorrence et Unholy (Pasi Äijö)


Triste nouvelle :-(
RIP


C'est là où le groupe continue de se distinguer : contrairement à tous ces groupes jouant sur scène l'intégralité de leurs albums les plus renommés (et vendus, pour le coup...), eux ils prennent un contrepied phénoménal. Donc Mr Bungle continue sa légende de surprise permanente. Que pouvai(...)


Les gars ont quand même un sacré esprit de contradiction, revenir après toutes ces années pour jouer une démo super underground et n'ayant quasi aucun rapport avec le reste de leur discographie alors que tout le monde attendait les grands classiques...

Quand j'ai vu qu'il y avait S(...)


Au delà de l'excellente nouvelle le plus étonnant , pour moi, c'est qu'ils vont jouer leur première démo. Soit ce qu'ils ont fait de plus bourrin. Juste génial


Ça c’est une putain de bonne nouvelle
Espérons qu’ils fassent plus que ces 3 dates


Sinon, je vends une Logan break de 2013.
Prix à débattre...