Strange Days

The Struts

16/10/2020

Interscope

Surprenant de commencer un album avec un titre doux/amer comme « Strange Days », et même en invitant la légende Robbie Williams en guest. Encore plus lorsqu’on s’appelle THE STRUTS et qu’on a déjà dégainé par deux fois deux salves touchant le centre de la cible Rock. Mais plus rien ne m’étonne de la part des anglais qui n’ont jamais fait les choses comme tout le monde, mais qui les ont comprises mieux que quiconque. Je le clame depuis leurs débuts, je l’ai hurlé lors de la sortie d’Everybody Wants, je l’ai martelé lorsque la suite Young & Dangerous est venue caresser mes oreilles, mais ces quatre-là sont les seuls dignes descendants de Bowie, de Marc Bolan, de SWEET et SLADE, et ont porté le Rock british à bout de bras ces dernières années. Qui mieux qu’eux peut résumer le parcours musical seventies du Royaume-Uni, qui est capable de composer ces hymnes teen que Marc chérissait tant du temps de sa gloire, qui d’autre est capable de défier QUEEN sur son propre terrain de grandiloquence, personne, et ce troisième album qui intervient deux ans après le hit mondial Young & Dangerous vient le rappeler de la plus troublante des façons. Il eut été facile pour le groupe de renouveler tacitement le contrat passé par leur précédent pavé, et nous resservir encore chaudes d’autres versions de « Body Talks », « Primadonna Like Me » ou « Who Am I », mais à l’inverse de leurs petits camarades, ces lads-là sont des bosseurs, et détestent se répéter, car ça leur donne l’air trop stupide. Alors, évidemment, Strange Days change légèrement la donne, ce qu’on comprend dès ce fameux premier titre à l’invité prestigieux, mais ne va pas pour autant frapper sur la tombe de Jim Morisson pour trouver son inspiration. Car son inspiration reste sur les terres de la perfide Albion, et se permet même de synthétiser encore une fois quatre décennies de domination du pays sur le monde du Rock.

Encore une fois produit par Jon Levine, ce troisième LP de la bande (Luke Spiller (chant), Adam Slack (guitare), Jed Elliott (basse) et Gethin Davies (batterie)) est moins immédiat, s’apprivoise avec plus de patience, et ne mise pas forcément tout sur les hymnes adolescents auxquels le quatuor nous avait habitués. Oh bien sûr, on en retrouve une bonne poignée, mais le son se fait plus fin, plus allusif, et les invités se multiplient, mais loin de servir de caution ou de gimmicks, ils prouvent l’allégeance du combo au patrimoine Classic Rock de son pays…mais aussi d’ailleurs. C’est sans doute pour ça que l’on valide cette étrange collaboration avec Tom « RATM » Morello sur l’incendiaire « Wild Child », plus proche de DEF LEPARD que de Zach de la Rocha, et sur laquelle Tom est venu plaquer quelques riffs zeppeliniens, donnant une touche plus brute à ce troisième chapitre. Et en parlant de DEF LEPPARD, on retrouve justement deux de ses héros sur « I Hate How Much I Want You », avec Phil Collen & Joe Elliott venus s’éclater sur un tube boogie que leur héros commun T-REX aurait pu populariser sur le plateau de Top of the Pops dans les années 70. On constate donc de la variété dans l’approche, une volonté de diversité et d’ouverture, de ne plus se contenter de slogans faciles qui font vibrer les fans, et d’approfondir le background musical pour sonner non plus mature, puisque les STRUTS resteront à jamais ces indécrottables branleurs, mais pour offrir au public un peu plus d’écho, et une visite guidé des coffres forts de la musique anglaise. Et une fois encore, entre ces giclées de riffs stoniens, cette rythmique souple et polyvalente, ce sont les lignes vocales du fantasque Luke Spiller qu’on remarque le plus. Lui, le dégingandé, le frimeur, le shampouiné, le fardé et bouclé, qui s’amuse encore à singer Bolan, Bowie, Mercury, Jagger et même Tom Jones parfois, et qui en rajoute des couches, en fait des caisses, et roule les r comme un John Lydon au regard perçant.

Le groupe est donc toujours aussi détendu, mais plus performant sur la durée, et nous a concocté un album qui va prendre du temps à être digéré et disséqué. D’ailleurs, les quatre potes n’ont pas hésité au moment de se lâcher, osant des morceaux de plus de six minutes reposant sur des gimmicks de basse et du scat vocal, avec le très Keith Richards « Cool », qui tient la rampe et garde son souffle même après un effort sur le chrono. Mais même si le groupe l’est, j’ai toujours autant de mal à le qualifier de cool, puisque son attitude est trop sincère et bravache pour accepter un tel raccourci. Alors non, les STRUTS ne sont pas cool, ils sont rigoureux, soignent tous les détails, la moindre blague, pour signer l’opus le plus personnel de leur carrière, et celui qui trahit de plus en plus leur passion pour la culture anglaise depuis leurs débuts. C’est d’ailleurs sur Strange Days que le travail incroyable de Jed Elliott à la basse apparaît le plus solide et creusé, avec ces boucles typiquement seventies qu’il réactualise 2K, ce qu’on remarque sur le bluesy « Burn It Down ». Le bassiste se rapproche donc parfois de ses modèles John Deacon et John Entwistle, qui en plus du rôle de pivot, acceptaient souvent celui d’arrangeur de la musique, pour lui permettre plus de mélodies et de souplesse. Et en parlant de génération justement, les STRUTS se confrontent à la leur en ouvrant la porte à Albert Hammond Jr, leader des STROKES, mais aussi auteur d’une pelletée d’albums en solo, et venu serrer des mains sur l’irrésistible « Another Hit Of Showmanship », plus nostalgique que le reste des entrées.

Très finement pensé, Strange Days montre que les STRUTS ont bien compris qu’ils ne pouvaient plus tabler sur l’étiquette de révélation, mais qu’ils devaient maintenant assumer leur statut de groupe majeur. Après tout, après des tournées en support de FOO FIGHTERS, des ROLLING STONES, des WHO, ou de MÖTLEY CRÜE et beaucoup d’autres, il fallait bien prendre son envol en tant que tête d’affiche, ce qui n’a pas empêché les anglais de nous refaire le coup du boogie hot à la « Body Talk » avec l’imparable « Can’t Sleep », leur marque de fabrique. Et c’est ainsi que les chansons défilent, à bonne vitesse, nous révélant la richesse d’un LP qui ne ménage pas ses efforts pour sonner plus adulte, sans perdre cette indispensable énergie juvénile. En clôture, nous avons même droit au velours et à la soie, avec « Am I Talking To The Champagne (Or Talking To You) », débordant de stupre et invitant à un after qui s’annonce pour le moins chaud. Le son de l’album est lui aussi plus profond, moins direct, les basses caressent dans le sens du poil, la guitare sonne cristalline, et le chant de Spiller, sans perdre de son caractère gouailleur, accepte aussi ce vieillissement. Mais qui dit vieillissement ne dit pas accalmie, et Strange Days est encore loin du triple LP conceptuel et de Quadrophenia. Mais il est le plus digne successeur de Young & Dangerous que le quatuor de Derby pouvait nous offrir, restant jeune, toujours aussi dangereux, mais plus réfléchi et sournois.                  

  

                                                                                                                   

Titres de l’album:

01. Strange Days (feat. Robbie Williams)

02. All Dressed Up (With Nowhere To Go)

03. Do You Love Me

04. I Hate How Much I Want You (feat. Phil Collen & Joe Elliott)

05. Wild Child (feat. Tom Morello)

06. Cool

07. Burn It Down

08. Another Hit Of Showmanship (feat. Albert Hammond Jr.)

09. Can’t Sleep

10. Am I Talking To The Champagne (Or Talking To You)


Site officiel

Facebook officiel


par mortne2001 le 09/11/2020 à 15:48
90 %    346

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Derniers articles

Electric Wizard + Verdun 2011

RBD 04/06/2021

Live Report

Voyage au centre de la scène : ENDLESS DIATRIBE

Jus de cadavre 30/05/2021

Vidéos

Open Bar Vol2 : Antoine Perron

Baxter 20/04/2021

Interview

Dirge + Spinning Heads 2005

RBD 05/04/2021

Live Report

Voyage au centre de la scène : Frank Arnaud

Jus de cadavre 21/03/2021

Vidéos

Nile + Krisiun + Grave + Ulcerate 2009

RBD 03/03/2021

Live Report
Concerts à 7 jours
Tags
Photos stream
Derniers commentaires
lolipop

Ce melo death groove moderne est bien poussif...

19/06/2021, 20:47

lolipop

Tant qu'ils laissent la tente avec les tapis pour la prière il y aura du monde.

19/06/2021, 20:46

kiloa

A chier des extraits. Ils auraient du arreter apres Surgical Steel.

19/06/2021, 20:43

Mdski

Surgical Steel était très bon. Les extraits de celui ci sont bon pour cet extrait et mauvais pour les autres. 

19/06/2021, 20:40

Ronchon

Frais et fun, un album réussi. La nouvelle voix claire amène un bon renouveau au style du groupe.

19/06/2021, 17:22

Jus de cadavre

Dans la continuité de Surgical Steel, même si on note une touche un peu plus old-school je trouve.

19/06/2021, 12:47

Kairos

Elle est loin la pochette de reek of putrefaction

19/06/2021, 11:33

Bones

A mais c'est clair, on parle d'un w-e qui revient vite à 400 boules tout compris. Pour faire la queue partout, se marcher sur les arpions et repartir le dimanche soir en détestant son prochain.   :-))))Je préfère me taper 10 concerts locaux pour c(...)

19/06/2021, 10:46

Oliv

trop chère pour moi 289 + trajet et tout le reste je serai bien content deja de retourner en concert en salle pres de chez moi 

19/06/2021, 00:58

Simony

@Amer Smashed Pils : j'avais prévenu... âmes sensibles...

18/06/2021, 12:58

Capsf1team

Un peu étonné par contre du système de billetterie. Ceux qui en ont déjà pour 2020 ne seront-ils pas tentés de prendre des 2022 même s'ils ne peuvent pas s'y rendre, et faire ainsi un peu de spécul ?... Les pass sont vendus en une j(...)

18/06/2021, 12:31

Amer Smashed Pils

C’est effrayant toute cette verdure et ce ciel bleu, ça m’a mis la gerbe 

18/06/2021, 11:15

grinder92

Alors, c'est certain qu'il n'ont absolument rien inventé !Mais bordel que c'est bon ! 

18/06/2021, 10:11

rasdq

copycat médiocre et sans aucun interet

18/06/2021, 09:13

steelvore 666

C'est bon ça ! Un groupe que j'aime beaucoup.

18/06/2021, 09:03

Humungus

Effectivement...Y'a du lourd...Je rejoins totalement Simony sur le fait que le HELLFEST, bah ce sont des cadors point barre.@Kerry King, dans mon souvenir KING DIAMOND a déjà joué au HELLFEST sous une tente il y a quelques années de(...)

18/06/2021, 08:55

Buck Dancer.

Fallait au moins ça pour rattraper les deux années de perte 

17/06/2021, 22:41

Simony

Réunir un tel line-up en tout cas, bravo ! Ce n'est pas fait pour moi,  je suis trop vieux pour ces conneries comme disait l'autre... mais il faut savoir reconnaitre le travail des équipes du Hellfest.

17/06/2021, 21:21

Kerry King

Mercyful Fate pas en Mainstage...Hum c'est un cador absolu du genre pour une ultime réformation.Le reste rien à dire chapeau. 

17/06/2021, 20:02

Simony

L'annonce de Metallica est parue avant celle du Hellfest donc oui c'est à supposer que les parties se sont mis d'accord pour une communication du festival en premier.

17/06/2021, 18:40