Nos amis nationaux de FREITOT nous confirmaient il y a peu via leur premier LP éponyme toute l’importance de la scène Death scandinave des années 90, se rangeant donc du côté des nostalgiques de la brutalité des origines…Il faut reconnaître qu’ils n’étaient pas les premiers à brandir l’étendard de la passion old-school, mais qu’ils ne seront pas non plus les derniers. Mais le mouvement semble prendre encore plus d’ampleur ces dernières années, dépassant même en volume de production la vague vintage Thrash pourtant toujours hyperactive. Certes, les classiques impérissables du genre permettent de revisiter à intervalles réguliers le genre, mais encore faut-il faire preuve d’un minimum de flair pour convaincre, sans tomber dans la glose stérile et futile. Et si un nom a bousculé les idées reçues et convaincu les plus sceptiques de la viabilité de ce mouvement, c’est bien celui des américains de SENTIENT HORROR, qui en 2016 nous ont gratifiés d’un premier long impressionnant de maîtrise et de sincérité, Ungodly Forms. Ce disque à la cruauté intelligente et à la barbarie efficiente empestait les caniveaux scandinaves encore jonchés des cadavres des grands héros, et nous ramenait sur les traces de Göteborg et des Sunlight studios, d’autant plus qu’on retrouvait un certain Dan Swanö à la console, ce qui en dit toujours long sur les qualités d’une œuvre. L’homme n’apportant pas sa caution à n’importe quel clampin, on savait d’avance quel genre de souffrance nous attendait, et nous ne fûmes pas déçus de nous retrouver bousculés par une déferlante de riffs morbides et de rythmiques épileptiques, dans la plus grande tradition glacée du nord. Et aujourd’hui, the winter is coming again, via un EP gentiment balancé dans le vent par les originaires de Stockholm, New-Jersey (comme quoi, c’était prédestiné…), constitué de morceaux déjà connus des fans puisque largement joués en concert, et d’une petite reprise en cadeau. The Crypts Below, tel est son nom, et vous n’avez qu’une seule chose à vous dire, c’est qu’il n’a pas été choisi par hasard…

Si les aficionados d’Ungodly Forms sont toujours en ligne, gageons qu’ils reconnaîtront la communication, puisqu’elle s’articule toujours autour des mêmes tics musicaux. Des riffs à faire pâlir l’ENTOMBED de Left Hand Path, un chant toujours aussi sourd qui n’a pas oublié les échos de GRAVE et DISMEMBER, et une section rythmique à l’image d’un AUTOPSY soudainement perturbé par une vivisection à la UNLEASHED. Le tout agrémenté de soli dont James Murphy et Chuck Schuldiner auraient pu signer la moindre note, sans oublier quelques arrangements épars destinés à glacer encore plus l’ambiance. Quelques blasts bien placés, un synthé qui vient nous chatouiller les pieds pour vérifier notre rigidité, et une technique renvoyant aux meilleurs opérations de guérison de Leprosy/Spiritual Healing (« Hell Marked », un sommet qu’il sera difficile de gravir en été), font donc de ce The Crypts Below un évènement qu’il convient de ne pas manquer, sous peine de passer à côté d’une grosse tranche de fraicheur Death salement bien coupée. La production de Dan S. est une fois de plus un modèle du genre, et parvient à combiner la magie sonore d’un Severed Survival capté au Sunlight, avec cette basse et cette batterie méchamment mixées en avant, et ces riffs en scie circulaire, qui vrombissent de plaisir dans le mixage. Un chant légèrement en retrait, pour évoquer les fameuses cryptes suggérées, mais surtout, de l’amplitude dans les fréquences, et une précision vintage qui laisse pantois, tant on a le sentiment que les morceaux ont été captés il y a une grosse vingtaine d’années. Une vingtaine, c’est aussi la durée en minutes de ce nouvel EP, qui met la bile à la bouche des cadavres, et qui schlingue la mort à six pieds sous terre, sans forcer son talent ou soudoyer les fossoyeurs. On pourrait à la rigueur reprocher au groupe d’avoir joué la facilité sur la cover du classique « Darkday » d’EDGE OF SANITY, mais ils jouent ce morceau depuis tellement longtemps on stage, qu’il en devient logique de le retrouver ici, dans une version très proche de l’originale.

Matt Moliti (chant, guitare lead), Tyler Butkovsky (basse), Evan Daniele (batterie) et Jon Lopez (guitare), assurent donc encore une fois dans les grandes largeurs, et nous livrent une copie immaculée de souillures, dont on ressent les effluves putrides dès l’entame dantesque « Enter Crypts Below », qui ressemble à s’y méprendre à un mash-up entre « Living Dead » d’ENTOMBED et « Charred Remains » d’AUTOPSY. Une entrée en matière qui ne laisse aucune place au doute, et qui rue dans les brancards, nous délivrant même un phrasé vocal aux boursouflures très DISMEMBER. Gros son, évidemment, ambiance de boxon, certainement, pour une mise en terre qui souffre d’un sol aride, très difficile à percer en hiver. Atmosphère froide comme un mois de décembre scandinave, pour une litanie d’horreur que « Bled Dry By The Night » ne vient aucunement contredire de son accélération. On se croit en pleine montée en puissance de l’époque glorieuse du DEATH de transition, qui aurait anticipé de sa Floride natale tous les débordements de l’école suédoise à venir. C’est puissant, autant qu’un Death old-school peut l’être, crédible évidemment, par passion, mais surtout aussi efficace qu’un infarctus au crépuscule d’une vie trop courte, et allusif aux tendances en vogue dans les années 90, lorsque la batterie décide de monter dans les tours sans détour. « Hatchet Crimes » calque d’ailleurs le tempo en vogue à cette époque, et nous laisse headbanguer à nous rompre les cervicales, en accumulant les clins d’œil au séminal Clandestine, dont il reprend les accents de « Blessed Be », solo compris. Vous l’aurez donc compris, avec seulement cinq morceaux, les américains de SENTIENT HORROR donnent crânement le change à bien des formations plus confirmées, et dominent du chef la vague de nostalgie qui nous engloutit depuis une bonne décennie. Une bonne façon de rappeler qu’avant les excès de la technologie, le Death était sans doute le style le plus viscéral de l’extrême et qu’il a su le rester dans le cœur des fans. Et des musiciens qui n’ont pas oublié.

Pénétrez cette crypte à vos risques et plaisirs. Elle est sombre, humide, glauque, mais on en ressort transcendé. Et mortifié, évidemment.


Titres de l'album:

  1. Enter Crypts Below
  2. Bled Dry by the Night
  3. Hatchet Crimes
  4. Hell Marked
  5. Darkday

Facebook officiel


par mortne2001 le 21/04/2018 à 14:59
92 %    198

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Snake Bite Whisky

This Side of Hell

Fusion Bomb

Concrete Jungle

Wolf Counsel

Destination Void

Mörglbl

The Story Of Scott Rötti

Meridian

Margin Of Error

Véhémence

Par le Sang Versé

A Pale Horse Named Death

When The World Becomes Undone

Jetboy

Born To Fly

Lugnet

Nightwalker

Insanity Alert

666-Pack

Triste Terre

Grand Oeuvre

Flotsam And Jetsam

The End of Chaos

Necrogosto

Necrogosto

Mayhem

De Mysteriis Dom Sathanas

Horrisonous

A Culinary Cacophony

Dust Bolt

Trapped in Chaos

Pissgrave

Posthumous Humiliation

Aberracion

Nadie Esta Libre

Malevolent Creation

The 13th Beast

Brutality Over Belgium - South Edition III

Mold_Putrefaction / 23/03/2019
Brutal Death Metal

Interview avec AMON AMARTH

Acid / 20/03/2019
Amon Amarth

Liévin Metal Fest #4 (samedi)

JérémBVL / 18/03/2019
Benighted

Cernunnos Pagan Fest 2019

Simony / 12/03/2019
Celtic Metal

Concerts à 7 jours

Defenestration + Hexecutor

30/03 : La Scène Michelet, Nantes (44)

+ No Return + Lodz

30/03 : Le Contrepoint, Chalons-en-champagne (51)

Photo Stream

Derniers coms

Quelqu'un sait quand le film sortira en France ?


En effet c'est sur amazon que j'avais trouvé ça.


@LeMoustre
https://www.amazon.com/Murder-Front-Row-Thrash-Epicenter/dp/1935950037


Les gars, vous savez où il se trouve encore, ce bouquin ?


Hellhammer et Manowar en même temps, la blague... N'importe quoi !


A savoir jeunes impatients que le running order du samedi sera visible demain.
Et celui de dimanche...
Bah dimanche prochain pardi.


J'avais peur que MANOWAR et KING DIAMOND se chevauche...
Bah heureusement non... ... ...
Mais c'est MANOWAR et HELLHAMMER qui jouent en même temps bordel de dieu !
Fait chier ce HELLFEST merde ! (sic)
Sinon, à partir de 17 h, la TEMPLE c'est vraiment "The place to be"...


ca a toujours été un groupe de pur black metal et aujourd'hui plus que jamais


merci pour la decouverte ! mais pas merci car je vais encore claquer des sous a cause de vous ;)


@Jus de cadavre : je plussois pour le livre ! Un véritable petit bijou !

Concernant ce documentaire, j'ai hâte de le voir, en espérant autre chose que du Get Thrashed # 2. Get Thrashed était un excellent docu sur la scène Thrash US (principalement), pas utile qu'un autre documentai(...)


Le bouquin est terrible en tout cas : bourré de photos bien rares (que je n'avais jamais vu ailleurs, et pourtant on parle de gros groupes !). C'est vraiment les tous premiers jours de la scène de Bay Area en image. Un livre d'histoire quoi ! :D


Itou.


Sympa !


Excellente nouvelle. Fan de toutes les périodes des norvégiens.


C'est pas le même illustrateur que les albums précédents et pourtant on trouve une continuité très forte sur l'ensemble des albums de la nouvelle ère du duo (depuis qu'ils mettent plus en lumière un Metal old-school très 80's plutôt qu'un Black Metal des débuts)


J'attends d'écouter ça avec fébrilité.
D'ores et déjà, un constat peut-être porté : La pochette est extraordinaire.


Ouaip... J'ai juste eu l'impression d'écouter x fois le même morceau. Même le batteur ne se fait pas chier et démarre les compos toujours de la même façon. Je passe mon tour sans regret.


(Quel naze ! Le nom exact de l'album est "Twilight Of The Thunder God", bien sûr...)


@humungus : C'est vrai, héhé ! A ta décharge, on ne peut pas nier que le groupe connait un certain polissage depuis quelques années, avec une tournure beaucoup plus Heavy (apparu avec "Thunder Of The God" je dirais, que j'adore pourtant, les ayant découvert avec cet album). Mais leur début de (...)


Encore une bonne interview pour un excellent label par et pour des passionnés. Merci à Infernö et à Metalnews !