En cette fin de lundi, nous voici donc entre gens de bonne compagnie. Les enfants dans ma région étant en congés, je me permets donc quelques libertés, en espérant que les accros à la tripaille bien découpée soient attentifs, puisque c’est surtout à eux que je vais m’adresser. N’ayant jamais été vraiment porté sur la chose Brutal Death, je m’autorise donc une exception aujourd’hui en forme de pied de nez en ris de veau, puisque mes amis mexicains du jour ne sont pas du genre tendre, sans être non plus taillés dans les nerfs les plus résistants. On sait la scène locale très portée sur la brutalité outrancière, qu’elle soit Black, Blackened Thrash ou Death, et les agressifs RAVENOUS DEATH ne font pas exception à la règle comme leur patronyme l’indique en toute franchise. Nous en venant de Guadalajara, Colima, Estado de México, ces preux chevaliers de l’ignominie sonore existent depuis trois ans, et se sont déjà permis un premier EP qui définissait parfaitement de son intitulé leur démarche sauvage. C’est donc en 2017 qu’Ominous Deathcult fit son apparition sur le marché, mettant en exergue certains concepts de Death Grind à tendance légèrement Gore parfaitement crédibles, ce que confirme ce premier long qui ne passe pas par quatre chemins pour asséner ses quatre vérités au romantisme musical. Fan de brutalité maximale, d’accélérations fatales et de riffs en coulée glaciale, soyez donc heureux, puisque vous allez prendre votre pied pendant presque quarante minutes, mais autant vous prévenir que sous des atours plus ou moins primaires, ces musiciens sont tout sauf des bourrins incapables de faire la différence entre une croche pointée et une crotte de nez. Dotés d’une technique très affutée, ces grogneurs de l’absurde parviennent sans peine à nous convaincre de la pertinence de leur démarche, sans chercher à révolutionner leur créneau. En résulte un album solide, compact, qui recèle son lit d’idées séduisantes, à défaut d’être franchement innovantes.

Chapters Of An Evil Transition est donc le fruit des réflexions d’un quatuor (Esteban Salcedo - batterie, Enrique Fray - guitare, Miguel Angel - chant/guitare et Victor Mercado - chant) très au fait de la cause Death/Grind, et qui a largement eu le temps de peaufiner son optique. Se réclamant d’influences globales qu’elle nomme en partie (VOMITORY, TORTURE DIVISION, DISMEMBER, CUT-UP, INCANTATION, MORBID ANGEL, SINISTER, DEAD CONGREGATION, IMMOLATION), l’entité bestiale RAVENOUS DEATH est du genre à ne pas faire de cadeau ni de génuflexion, et à imposer son barouf sans autre raison que de vous faire perdre la vôtre. Et ce premier long est de ceux qu’il est parfaitement inutile de décrire en détail, puisqu’il se conforme à une norme excessive connue depuis la nuit des temps de la barbarie, mais qui reste suffisamment détaillé dans les faits pour se faire une place au soleil de la mort. Et sans atteindre les sommets autrefois conquis par les SUFFOCATION, Chapters Of An Evil Transition reste une sacrée bête de compétition, grâce à une rythmique qui n’épargne pas ses efforts, et qui blaste sans remord. Mais en pouvant aussi se reposer sur des guitaristes qui connaissent leur affaire, le groupe dispose d’un excellent bagage, qui permet quelques fioritures en soli pas sortis des ordures, et en breaks éléphantesques qui permettent de renifler de plus près les égouts les plus immondes de l’underground national. C’est donc une affaire très sud-américaine qui vous attend, quoique les méandres de cette œuvre laisseraient parfois à croire que l’inspiration est allé traîner du côté de l’Amérique du Nord, avec ces riffs coupés au cordeau et cette précision de percussion que les plus grands leaders US ont quasiment inventé à eux seuls.

Et finalement, le crossover SUFFOCATION, MORBID ANGEL et DEATHBOUND semble le raccourci le plus facile pour décrire ce massacre en règle, qui unit dans un même désir nécrophile les tendances les moins avouables de la seconde vague Death US des années 90, et le stupre en snuff du Mexique des années 2000. Doté d’une production sèche qui affute les deux guitares, et qui confère au chant un grain primitif, Chapters Of An Evil Transition n’est pas qu’une stupide course effrénée contre la montre, et fait montre de qualités de temporisation, et de flair de composition, comme le laisse présager la superbe intro funeste « Prelude To Evilness ». Car pour une fois qu’une entame d’album ne sert pas uniquement de décoration, il convient de le souligner, et cette poignée de secondes nous plonge dans le bain sans ménager les effets caverneux, les arrangements souffreteux, assombrissant le ciel avant même que la pluie de décibels ne commence à tomber. Et cette pluie répand ses premières gouttes avec générosité sur « Doomed To Exist », certificat de décès tout à fait crédible, qui étale les cadavres sur la table et les intestins sur le sol. C’est évidemment très gras, très sombre, très rapide, mais aussi millimétré, sans tomber dans la perfection stérile des efforts les plus calibrés. On sent que la mort proposée par les RAVENOUS DEATH est rapide, mais artisanale, comme le démontrent ces boucles de riffs qui tournoient comme des couperets, et qui finissent par s’abattre sur une batterie en pleine crise de démence et pressée d’en découdre. Evidemment, et en toute objectivité, impossible de passer sous silence le caractère assez linéaire du dossier, malgré des tentatives plus élaborées et variées, tel « The Sinister Being », glauque comme un home movie qui tourne mal chez des psychopathes en devenir. Lourdeur, astuces mélodiques vénéneuses, brio instrumental, tels sont les points communs de ces dix morceaux plus approfondis qu’on aurait pu le soupçonner, et qui permettent au quatuor de se hisser hors de la masse grouillante des cavaleurs sans queue ni tête.

Au-delà de ce constat, difficile de rentrer dans les détails sans répéter la même formule de ligne en ligne. Préférant les morceaux courts aux longues digressions en sadisme majeur, les mexicains jouent l’horreur mais ne tombent pas dans le panneau de l’excès, même si certains passages font état d’un dosage sévèrement corsé (« Harvesting Hate »). Pas vraiment d’obédience suédoise, le Death assez brutal du quartet se laisse avaler à grandes goulées, et peut provoquer de méchantes fringales, spécialement lorsqu’il se rapproche des recettes d’origine, sur le lapidaire mais subtilement floridien « Awakening Of The Damned ». Chacun choisira son morceau de barbaque selon sa fringale du jour, mais j’avoue une inclinaison particulière pour le très copieux « Evil Dementia (The Voices Of The Nobodies) » et son cri d’intro sur nappes de blasts très goûtu. Batteur qui ne rechigne pas à lâcher quelques figures, chanteur monolithique mais efficace, guitaristes qui appliquent une méthode rodée, c’est classique mais déchaîné, et finalement, ça passe la barre sans trop prendre d’élan. Une visite guidée des quartiers les plus mal famés de Guadalajara, en compagnie de tour operators qui connaissent bien les mœurs de leur pays.     

  

 Titres de l'album :

                            1.Prelude To Evilness

                            2.Doomed To Exist

                            3.Harvesting Hate

                            4.Evil Dementia (The Voices Of The Nobodies)

                            5.Awakening Of The Damned

                            6.Cursed Origin

                            7.Initiation Ritual

                            8.The Sinister Being

                            9.Massacre Cult

                           10.Soul Consumes By The Occult

Facebook officiel

Bandcamp officiel


par mortne2001 le 11/08/2019 à 14:19
78 %    185

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Slave One

Omega Disciples

Adx

Bestial

Alerta

Tu Decides El Final

Metalite

Biomechanicals

Kludde

In De Kwelm

Equilibrium

Renegades

Darktribe

Voici l’Homme

Depraved

Raped Innoncence

High Command

Beyond the Wall of Desolation

Poppy

I Disagree

7 Weeks

Sisyphus

Engulf

Transcend

Witchgrove

Goetic Songs

Aerodyne

Damnation

Assassin's Blade

Gather Darkness

Heathen

Evolution In Chaos

Kmfdm

Paradise

Elfika

Secretum Secretorum

Melechesh + W.E.B. + Selvans

RBD / 21/01/2020
Black Death Metal

Godspeed You ! Black Emperor

RBD / 25/11/2019
Drone

BEHIND THE DEVIL #12 Interview avec David de SHARE YOUR PAIN RECORDS

L'Apache / 20/11/2019
Depressive Black Metal

Concerts à 7 jours

Gloryhammer + Nekrogoblikon + Wind Rose

01/02 : Ninkasi Kao, Lyon (69)

Gloryhammer + Nekrogoblikon + Wind Rose

28/01 : Le Trabendo, Paris (75)

Gloryhammer + Nekrogoblikon + Wind Rose

29/01 : Le Metronum, Toulouse (31)

+ Father Merrin + Ataraxie

31/01 : Le Klub, Paris (75)

Photo Stream

Derniers coms

Mais non... C'est quoi ce debut d'année pourri.


Bizarre, le communiqué a disparu des réseaux sociaux depuis...


Même si ce n'est pas franchement une surprise, c'est tout de même une bien triste nouvelle, Absu étant un groupe cher à mon cœur... Ne reste plus qu'à espérer que le dernier album verra quand même le jour.


Rammstein pas nommé ?


Pour la musique comme pour le sport, ce dimanche était vraiment une journée de merde.


Il vaut mieux en rire...


C'était vraiment un batteur exceptionnel et novateur.
Il n'a peut-être pas fait la carrière à laquelle il aurait pu aspirer (à cause de l'instabilité de ses groupes) mais je suis convaincu qu'il laisse un héritage important


Houff... bien que je sois beaucoup plus fan de Death que de Cynic, ça fait un choc. Je l'avais vu en 2008 avec Cynic quand ils tournaient avec Opeth, le premier album après reformation venait de sortir.


Oui très impressionnant sur scène, il faisait tous les backing vocals en plus. Il n'avait que 20 ans à l'époque. Un tueur.


Vu sur scène avec Nile à l'époque : ce mec était un monstre avec son instrument ! Pour son premier concert avec le groupe il avait appris les morceaux de la setlist en seulement 3 jours...


le renouveau de la merde musicale


Achat obligatoire prochain !


Pas particulièrement convaincu. Peut-être à ré écouter...


J'ai pas tenue plus d'une minute, pourtant comme bien d'autres parmi nous je suis plutôt éclectique et assez bon public, mais là je suis comme les mecs dans le clip, c'est ennuyeux...


"le premier vecteur d’appréciation d’une œuvre, c’est sa capacité à déranger et à bousculer."
Ah bon ?
Si Bach avait su ça il se serait pas fait chier avec ses contrepoints


C'est effectivement très court, mais ça semble bien sonner à mes oreilles de néo-amateur du groupe. J'attends la suite !


Superbe pochette !!


Comme toi Fabrice, et billet en poche.


Trop peut pour ce faire une idée, bon ça ressemble a du Nightwish classique, on va devoir encore attendre.


Initiative à supporter !