En cette fin de lundi, nous voici donc entre gens de bonne compagnie. Les enfants dans ma région étant en congés, je me permets donc quelques libertés, en espérant que les accros à la tripaille bien découpée soient attentifs, puisque c’est surtout à eux que je vais m’adresser. N’ayant jamais été vraiment porté sur la chose Brutal Death, je m’autorise donc une exception aujourd’hui en forme de pied de nez en ris de veau, puisque mes amis mexicains du jour ne sont pas du genre tendre, sans être non plus taillés dans les nerfs les plus résistants. On sait la scène locale très portée sur la brutalité outrancière, qu’elle soit Black, Blackened Thrash ou Death, et les agressifs RAVENOUS DEATH ne font pas exception à la règle comme leur patronyme l’indique en toute franchise. Nous en venant de Guadalajara, Colima, Estado de México, ces preux chevaliers de l’ignominie sonore existent depuis trois ans, et se sont déjà permis un premier EP qui définissait parfaitement de son intitulé leur démarche sauvage. C’est donc en 2017 qu’Ominous Deathcult fit son apparition sur le marché, mettant en exergue certains concepts de Death Grind à tendance légèrement Gore parfaitement crédibles, ce que confirme ce premier long qui ne passe pas par quatre chemins pour asséner ses quatre vérités au romantisme musical. Fan de brutalité maximale, d’accélérations fatales et de riffs en coulée glaciale, soyez donc heureux, puisque vous allez prendre votre pied pendant presque quarante minutes, mais autant vous prévenir que sous des atours plus ou moins primaires, ces musiciens sont tout sauf des bourrins incapables de faire la différence entre une croche pointée et une crotte de nez. Dotés d’une technique très affutée, ces grogneurs de l’absurde parviennent sans peine à nous convaincre de la pertinence de leur démarche, sans chercher à révolutionner leur créneau. En résulte un album solide, compact, qui recèle son lit d’idées séduisantes, à défaut d’être franchement innovantes.

Chapters Of An Evil Transition est donc le fruit des réflexions d’un quatuor (Esteban Salcedo - batterie, Enrique Fray - guitare, Miguel Angel - chant/guitare et Victor Mercado - chant) très au fait de la cause Death/Grind, et qui a largement eu le temps de peaufiner son optique. Se réclamant d’influences globales qu’elle nomme en partie (VOMITORY, TORTURE DIVISION, DISMEMBER, CUT-UP, INCANTATION, MORBID ANGEL, SINISTER, DEAD CONGREGATION, IMMOLATION), l’entité bestiale RAVENOUS DEATH est du genre à ne pas faire de cadeau ni de génuflexion, et à imposer son barouf sans autre raison que de vous faire perdre la vôtre. Et ce premier long est de ceux qu’il est parfaitement inutile de décrire en détail, puisqu’il se conforme à une norme excessive connue depuis la nuit des temps de la barbarie, mais qui reste suffisamment détaillé dans les faits pour se faire une place au soleil de la mort. Et sans atteindre les sommets autrefois conquis par les SUFFOCATION, Chapters Of An Evil Transition reste une sacrée bête de compétition, grâce à une rythmique qui n’épargne pas ses efforts, et qui blaste sans remord. Mais en pouvant aussi se reposer sur des guitaristes qui connaissent leur affaire, le groupe dispose d’un excellent bagage, qui permet quelques fioritures en soli pas sortis des ordures, et en breaks éléphantesques qui permettent de renifler de plus près les égouts les plus immondes de l’underground national. C’est donc une affaire très sud-américaine qui vous attend, quoique les méandres de cette œuvre laisseraient parfois à croire que l’inspiration est allé traîner du côté de l’Amérique du Nord, avec ces riffs coupés au cordeau et cette précision de percussion que les plus grands leaders US ont quasiment inventé à eux seuls.

Et finalement, le crossover SUFFOCATION, MORBID ANGEL et DEATHBOUND semble le raccourci le plus facile pour décrire ce massacre en règle, qui unit dans un même désir nécrophile les tendances les moins avouables de la seconde vague Death US des années 90, et le stupre en snuff du Mexique des années 2000. Doté d’une production sèche qui affute les deux guitares, et qui confère au chant un grain primitif, Chapters Of An Evil Transition n’est pas qu’une stupide course effrénée contre la montre, et fait montre de qualités de temporisation, et de flair de composition, comme le laisse présager la superbe intro funeste « Prelude To Evilness ». Car pour une fois qu’une entame d’album ne sert pas uniquement de décoration, il convient de le souligner, et cette poignée de secondes nous plonge dans le bain sans ménager les effets caverneux, les arrangements souffreteux, assombrissant le ciel avant même que la pluie de décibels ne commence à tomber. Et cette pluie répand ses premières gouttes avec générosité sur « Doomed To Exist », certificat de décès tout à fait crédible, qui étale les cadavres sur la table et les intestins sur le sol. C’est évidemment très gras, très sombre, très rapide, mais aussi millimétré, sans tomber dans la perfection stérile des efforts les plus calibrés. On sent que la mort proposée par les RAVENOUS DEATH est rapide, mais artisanale, comme le démontrent ces boucles de riffs qui tournoient comme des couperets, et qui finissent par s’abattre sur une batterie en pleine crise de démence et pressée d’en découdre. Evidemment, et en toute objectivité, impossible de passer sous silence le caractère assez linéaire du dossier, malgré des tentatives plus élaborées et variées, tel « The Sinister Being », glauque comme un home movie qui tourne mal chez des psychopathes en devenir. Lourdeur, astuces mélodiques vénéneuses, brio instrumental, tels sont les points communs de ces dix morceaux plus approfondis qu’on aurait pu le soupçonner, et qui permettent au quatuor de se hisser hors de la masse grouillante des cavaleurs sans queue ni tête.

Au-delà de ce constat, difficile de rentrer dans les détails sans répéter la même formule de ligne en ligne. Préférant les morceaux courts aux longues digressions en sadisme majeur, les mexicains jouent l’horreur mais ne tombent pas dans le panneau de l’excès, même si certains passages font état d’un dosage sévèrement corsé (« Harvesting Hate »). Pas vraiment d’obédience suédoise, le Death assez brutal du quartet se laisse avaler à grandes goulées, et peut provoquer de méchantes fringales, spécialement lorsqu’il se rapproche des recettes d’origine, sur le lapidaire mais subtilement floridien « Awakening Of The Damned ». Chacun choisira son morceau de barbaque selon sa fringale du jour, mais j’avoue une inclinaison particulière pour le très copieux « Evil Dementia (The Voices Of The Nobodies) » et son cri d’intro sur nappes de blasts très goûtu. Batteur qui ne rechigne pas à lâcher quelques figures, chanteur monolithique mais efficace, guitaristes qui appliquent une méthode rodée, c’est classique mais déchaîné, et finalement, ça passe la barre sans trop prendre d’élan. Une visite guidée des quartiers les plus mal famés de Guadalajara, en compagnie de tour operators qui connaissent bien les mœurs de leur pays.     

  

 Titres de l'album :

                            1.Prelude To Evilness

                            2.Doomed To Exist

                            3.Harvesting Hate

                            4.Evil Dementia (The Voices Of The Nobodies)

                            5.Awakening Of The Damned

                            6.Cursed Origin

                            7.Initiation Ritual

                            8.The Sinister Being

                            9.Massacre Cult

                           10.Soul Consumes By The Occult

Facebook officiel

Bandcamp officiel


par mortne2001 le 11/08/2019 à 14:19
78 %    66

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Vak

Loud Wind

Ascend The Hollow

Echoes Of Existence

Aziza

The Root Of Demise

Twilight Force

Dawn Of The Dragonstar

Perpetual Among Us

Thy Will Be Done

Fuming Mouth

The Grand Descent

Endimion

Latmus

Unruly Child

Big Blue World

Hellnite

Midnight Terrors

Nucleus

Entity

Slipknot

Slipknot

Warrior Soul

Rock n’ Roll Disease

Hammerfall

Dominion

Iron Bastards

Cobra Cadabra

Summery Mind

Color

Destruction

Born to Perish

Lingua Ignota

Caligula

Volbeat

Rewind, Replay, Rebound

Obturate

The Bleeding Mask of Dread

Skeletal Remains + Black March

RBD / 21/08/2019
Beatdown Death

Tour Report : MONOLITHE + ABYSSIC / Europe avril 2019

Jus de cadavre / 15/08/2019
Abyssic

THE DIRT / Critiques du film

Jus de cadavre / 06/08/2019
Biopic

MOTOCULTOR 2019 : notre programme !

Jus de cadavre / 05/08/2019
Metalnews

Obscene Extreme - Jour 6

Mold_Putrefaction / 03/08/2019
Brutal Death Metal

Concerts à 7 jours

+ All In The Small + Dopethrone

25/08 : Le Dropkick, Reims (51)

Photo Stream

Derniers coms

Très bon report. Précis et honnête.
Et bien dommage qu'un groupe du niveau de Skeletal Remains soit si peu communicatif... c'est surtout con pour eux d'ailleurs.


@maxime : je ne comprends pas ???


Cool ! Je suis un héros ! :-)


Très chouette tour-report ! Merci ! Et du coup j'en profite pour découvrir ABYSSIC dont la musique est vraiment cool.


Merci ! Merci de rappeler qu'il suffit juste de savoir lire pour être un héros... ;-)


Celui qui arrive à lire et surtout comprendre ce pavé est un héro...


Je ralais d’être absent pour cette date mais tu m’as remonté le moral. J’ai personnellement du mal avec la non communication (voir le mépris pour certains) des groupes envers leurs fans.. surtout dans des musiques dites de niches..
Sauf erreur de ma part, leur excellent batteur est p(...)


Belle découverte!


Chronique sacrément bien torchée. Chapeau !


"Carnal knowledge prophecy!" à 15h...ok je sors :-)


Cet album m'attire, je trouve le truc ambitieux mais 'tain, pas évident de bien rentrer dans le délire !


On a pas dû écouter le même album!


Band bien guez. L'un de leurs plus mauvais albums. Les compos sont plates et le chanteur n'a plus de voix.


1) Bon j'ai dit 15 h comme ça car l'exaction a eut lieu en milieu d'après-midi. Impossible donc que cela ait pu se faire pendant INCANTATION car j'étais forcément au devant de la scène à ce moment là.
2) "Ou comment faire d'un seul riff un morcif entier"
Bah figures-toi que c'est (...)


Depuis l'éponyme, a oui quand même, le seul qui envoi lourd dans leur disco(aller on dira aussi Iowa).

Je vais tenté cet album.


marrante ton anecdote, tiens. Vers 15h, ils devaient pas aimer Incantation, preuve qu'entre le missionnaire et ça, ils devaient pas avoir beaucoup de goût.
Sinon, plus sérieusement, d'accord avec toi pour la majorité, Humungus, sauf ZURIAKKE (bon, moi et le black à capuche ça fait 2) ou (...)


Merci pour le report, très agréable à lire.
Juste en passant, une petite faute : "Beaucoup de groupes refusent de jouer ici à cause de ça, mais la moindre des choses, quand on accepte de venir, c’est de jouer le jeux." - jeu.


Bon, je sais qu'ici, c'est sur le MOTOCULTOR mais vu que LeMoustre évoque plus haut le sujet :
Effectivement, super METAL MEAN cette année encore bordel !
Comme d'habitude, une affiche du tonnerre pour pas bien cher.
Seul bémol ce week end, les trombes d'eau que l'on s'est pris (...)


Au Méan, Midnight a déchiré et a véritablement lancé le fest, avec son punk/thrash à la Venom/Motörhead survolté. Enchaîner directement avec Incantation d'ailleurs fut une bonne idée, tant les deux groupes ont excellé dans leurs styles respectifs. Je sais pas au Motoc', mais ces deux là (...)


Slips sales forever