Rock & Roll Is My Religion

Dirty Rose

21/01/2021

Autoproduction

Le truc qui ne pouvait venir que d’Angleterre ou des Etats-Unis. Encore des forts en gueule totalement conscients de la domination de leur pays sur la scène Rock depuis les années 60, et qui éructent à qui veut bien l’entendre des histoires de sexe facile et fugace, d’air-guitar devant son miroir, et autres réjouissances nous ramenant à l’esprit des DOLLS il y a plus de quarante ans. Originaires du Surrey, les DIRTY ROSE sont exactement ce qu’ils annoncent, des prêtres défroqués Rock chantant, ou plutôt beuglant, le Glam comme personne, en prenant comme excuse la liberté totale du Rock n’Roll à envoyer valser les convenances. Certes, la pochette de leur album risque de finir en tête de gondole du groupe worst album covers de Facebook, mais le contenu lui est d’une autre qualité. Pas de celles qui font les chefs d’œuvres, mais dont on se souvient lorsqu’on veut ambiancer ses amis avec une musique malpolie et rude. Quatre musiciens, conscients de leurs capacités limitées, mais de leur talent de composition, pour pondre des hymnes totalement stupides et adressés à des adolescents attardés qui utilisent encore une chaussette sur leur quequette pour ne pas en mettre partout.

Centré autour du personnage haut en couleur Sven Smith, qui participa autrefois à l’émission X-Factor, au grand dam de Simon Cowell, DIRTY ROSE n’est rien de moins qu’une réunion de brats qui ont réussi à unir l’esprit de trois groupes de légende, ou presque. D’abord, et le plus évident, les STEEL PANTHER, dont ils partagent l’humour potache et bas du slip. Ensuite, les brillants STRUTS, qui connaissent aussi cette façon presque surréaliste de rendre hommage aux stars du pays via une pelletée de tubes à reprendre en chœur. Et puis, les plus obscurs LAST OF THE TEENAGE IDOLS, attifés comme des clowns de supermarché, mais balaises quand il s’agit de torcher un refrain de stade. Les trois mélangés donnent donc ce cocktail à rendre Jack Black plus Daniels que d’ordinaire, et si ce premier album abuse encore de facilités textuelles qu’on pardonne aux branleurs les plus assumés, il n’en dévoile pas moins un répertoire à faire suer les BLACKRAIN, dont il partage l’enthousiasme de débuts tapageurs.

Bien entourés par les musiciens capables Ben Draper (guitare), Rory Levell (batterie), et Jack Price (basse), Sven Smith peut donc tremper sa plume dans la testostérone des faux machos qui pensent que les groupies sont là pour se mettre à genoux. Alors, les saillies s’accumulent, pour le plus grand plaisir des fans d’American Pie, mais attention : sous ce vernis gentiment décadent se cache un groupe foncièrement Rock n’Roll qui a embrassé avec sournoiserie tous les clichés inhérent au Glam des seventies et au Sleaze des nineties. Pas question de plastronner en slip avec une guitare en mousse, mais plutôt de présenter au public un éventail de chansons immédiates, qui prennent au cœur de rockeur, et qui vous entraînent dans une nuit de débauche et de rires niais. D’ailleurs, la pendule est mise à l’heure de minuit dès « Turn It Up », qui vous enjoint de monter le volume au maximum pour faire chier les voisins et flatter les esgourdes. Et tout est là, le riff flambeur, le chant gouailleur, l’attitude bravache, et le stupre qui dégouline des enceintes.

Tous les morceaux ont été conçus pour un effet live immédiat, et si la guitare recycle avec intelligence des riffs classiques, le chant donne quant à lui dans l’opération séduction par crise de priapisme aggravée. Car Sven Smith est un personnage, haut en couleurs, et pas seulement parce qu’il a remporté le championnat d’air-guitar anglais en 2018. Pourtant, on l’imagine bien sur scène se déhancher dans le vide avec une Les Paul Custom fantôme sur du Marc Bolan, le seul à pouvoir rivaliser avec lui en termes de provocation sexuelle rétrograde. Certes, Sven n’a pas le charme animal du leader de T-Rex, mais il en a la morgue, les certitudes qui le poussent à signer des lignes totalement improbables et à faire preuve de provocation tout sauf facile. Et quand on est capable d’accélérer presque thrashy sur le final de « Step Off », c’est qu’on a toutes les armes en poche pour dégainer rapidement du caleçon et des amplis.                   

Tout y passe, mais avec classe. Les obsessions amoureuses de jeunes pubères encore affligés d’une acné prononcée (« Boyfriend », et son vers classe « I'm not trying to flex, but what's wrong with one time sex? »), les fêtes d’anniversaire avec la stéréo à fond pour s’en coller derrière le ballon (« Birthday »), l’ode au Heavy Metal, la seule musique digne d’intérêt dans ce monde trop sérieux (« Heavy Metal Train »), et évidemment, les murges sauvages du samedi soir, quand le coffre est plein de bière et que les estomacs sont préparés à un trop-plein à venir (« Heavy Metal Train »). C’est du cousu sur-mesure, du cheap de luxe, un appart pour donzelles perdues entre deux parties, et évidemment, une déclaration d’amour aux eighties, la décade de tous les excès (« 80’s Baby »). Des chœurs qui rappellent les HANOÏ ROCKS, mais aussi une musique rude qui emprunte deux ou trois trucs aux BACKYARD BABIES, une tendance à s’énerver pour rappeler qu’on est là pour jouer du vrai Metal, et pas de la Pop déguisée (le boogie infernal de « Don't Wake Your Parents Up »), des rires, des riffs d’acier, une propension à utiliser la cowbell et les comparaisons avec les grands frères d’AC/DC et KIX (« Born to Break My Heart »), et puis finalement, l’esprit primal du Rock n’Roll le plus cathartique dans une période de désespoir et de confinement insupportable. Mais le temps passe plus vite en compagnie des DIRTY ROSE, parce qu’ils sont exactement les potes dont on a besoin pour supporter cette normalité déviante. 

Ils l’avouent eux-mêmes, entre LED ZEP et l’UGLY KID JOE de « Cats in the Cradle » sur « Just Having Some Fun », ils sont là pour prendre leur pied et nous le donner aussi. Entre Hard-Rock méchamment fardé et permanenté, les anglais ne sont rien d‘autre qu’un party-band plus efficace que la moyenne, de ceux qu’on embauche pour mettre l’ambiance, et qui repartent avec les copines parce qu’ils sont trop sexy. Attention avant de passer leur musique sur votre petit pick-up, elle est dangereuse et super addictive. Mais une fois accro, le plaisir est décuplé, et l’accoutumance douce. Il faut juste y revenir régulièrement, et s’injecter des doses toujours plus importantes. Mais les seuls effets secondaires sont un sourire permanent sur le visage et une propension à oublier son peigne quelque part dans la salle de bains.

         

       

                                               

Titres de l’album:

01. Turn It Up

02. Step Off  

03. Boyfriend

04. Birthday (feat. Hugo Knight of Break Fifty)    

05. Heavy Metal Train

06. Saturday Night    

07. 80’s Baby

08. Don't Wake Your Parents Up

09. Born to Break My Heart

10. Just Having Some Fun

11. Air Guitar Hero


Site officiel

Facebook officiel


par mortne2001 le 02/05/2021 à 17:38
88 %    117

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Derniers articles

Fuzz in Champagne - épisode 1

Simony 26/10/2021

Live Report

Fange + Pilori + Skullstorm

RBD 25/10/2021

Live Report

Voyage au centre de la scène : SUPURATION

Jus de cadavre 17/10/2021

Vidéos

Déluge + Dvne

RBD 29/09/2021

Live Report

Blood Sugar Sex Magik

mortne2001 25/09/2021

From the past

Benighted + Shaârghot + Svart Crown

RBD 22/09/2021

Live Report

Use Your Illusion I & II

mortne2001 18/09/2021

From the past

Witchfuck : le contre-pouvoir en Pologne

Simony 14/09/2021

Interview
Concerts à 7 jours
Tags
Photos stream
Derniers commentaires
pierre2

Ca transpire en effet le Napalm !!! 

28/10/2021, 08:03

Stench

En fait, cette remarque sur les pochettes, c'est ce que je me disais souvent à propos des groupes signés chez Holy records. Autant musicalement c'était souvent excellent, novateur ou au moins original, autant les pochettes étaient souvent plus que moyennes. C(...)

27/10/2021, 17:25

Gargan

Les deux premiers sont absolument indispensables et subhuman vaut quand même le détour.

27/10/2021, 10:19

Nubowsky

Les dates annoncées en France pour l’année prochaine en font peut être partis ! 

27/10/2021, 07:23

Humungus

Hâte ! Hâte ! Hâte !"Legion est considéré comme une pierre angulaire du Death Metal"...Legion EST une pierre angulaire du Death Metal !

27/10/2021, 07:20

Gargan

Bof, ce n'est pas une réédition qu'on attend.

27/10/2021, 07:20

Gargan

Vous pourriez peut-être organiser un pochettethon ?

26/10/2021, 22:04

Orphan

Raccord avec tout ce qui a été ditSeul Angelus tien la routeDissymmetry en 2019 faut oser quand meme...Ca me rappel des groupes comme ORPHANAGE, pleins de talent mais &agr(...)

26/10/2021, 12:35

LeMoustre

Clair que c'est pas leur point fort, les pochettes, la dernière étant particulièrement moche. A part celle du premier album, et à la limite Anomaly, par son côté épuré, beaucoup de mauvais choix, c'est vrai.Par contre la musi(...)

25/10/2021, 10:58

LeMoustre

Excellent disque, en effet

25/10/2021, 10:55

Humungus

"Imago" une pochette à sauver ?!?!Tous les goûts sont dans la nature, mais là tout de même... Le vieux "papillon-visage" digne d'apparaître sur une chemise all print vendu en foire du premier mai... ... ...Sincèrement, (...)

25/10/2021, 08:45

RBD

Colin Richardson est plus âgé. Sa première production Metal était si je ne me trompe l'EP de Napalm Death "Mentally Murdered" en 1989, et il avait déjà presque dix ans de carrière dans le Rock. La lassitude doit venir facilem(...)

24/10/2021, 23:46

Arioch91

Même pour la thune, Jeff Loomis ne devrait pas rester dans un groupe pareil, bordel !Avoir sorti des albums aussi classe du temps de Nevermore pour finir en second couteau chez Arch Enemy, putain la loose.C'est devenu un exécutant. Quel gâchis.

24/10/2021, 18:45

totoro

Super producteur effectivement, malheureusement passé de mode. C'est dommage. Un peu comme Colin Richardson, des mecs qui ont façonné le son d'une scène et qui tombent dans un oubli un peu ingrat. Même si les productions des deux ne vieillissent pas, je(...)

24/10/2021, 13:30

totoro

C'est assez vrai. "Room 7" avec lequel j'ai découvert le groupe est peut-être mon disque préféré de SUP, mais sa pochette est douloureusement ignoble. Quelques unes sont néanmoins à sauver, "Hegemony", "Angelus&quo(...)

24/10/2021, 13:26

totoro

C'est vrai que Loomis dans Arch Enemy, c'est un putain de gâchis... C'est doublement con car je suis persuadé que s'il participait à la composition, le groupe en sortirait grandi. Mais bon, c'est le truc de Mike Amott qui préfère resservi(...)

24/10/2021, 13:18

RBD

Fredrik Nordstöm est surtout connu pour avoir produit toute la scène mélodique suédoise en ordre de marche mais aussi collaboré avec de gros groupes de styles plus ou moins voisins comme Dimmu, Opeth, Old Man's Child, Septic Flesh, Powerwolf, Architects... m&(...)

24/10/2021, 13:17

totoro

Quel sacré bon disque !!! Je suis tombé dessus par hasard, je ne savais pas que le groupe existait encore. Je suis passé directement de "The Stench Of The Swelling" avec Arno Strobl à celui-ci et me suis pris une énorme claque. L'électro Sy(...)

24/10/2021, 13:10

Simony

@Humungus / @Bones vous avez mis le doigt sur ce qui m'a freiné à succomber à ce groupe pendant de très nombreuses années. A chaque fois que j'entendais un titre, je me disais "Allez cet album, c'est l'occasion de découvrir" (...)

24/10/2021, 11:01

Bones

@ Humungus : Mais complètement ! à l'époque de la sortie d'Anomaly, je faisais du fanzinat dans un projet mort-né. J'ai reçu un exemplaire promo du digi : hallucination devant la nullité absolue de la pochette. Clairement il y a(...)

23/10/2021, 23:35