I: Wesenwille & Live at Roadburn

Wesenwille

15/04/2022

Les Acteurs De L'ombre Productions

Un an à peine après son deuxième album, WESENWILLE revient non avec une suite, mais avec une sorte de pause dans le temps, et une compilation qui n’en est pas vraiment une. Comme son titre l’indique, I: Wesenwille & Live at Roadburn est tout simplement l’addition du premier album du groupe, paru en 2017 sur Redefining Darkness Records, et un rendu en format redux d’un concert donné l’année dernière au célèbre Roadburn festival des Pays-Bas. On peut légitimement s’interroger sur la pertinence de ce format, un live exhaustif ayant certainement été préférable, mais ce volume proposé par les Acteurs a le mérite de revenir sur les débuts du groupe hollandais.

Plus d’une heure et vingt minutes de musique, connue, mais toujours appréciable. Vous ayant entretenu du caractère unique de II: A Material God en ces colonnes l’année dernière, je suis ravi de pouvoir revenir sur son prédécesseur, qui plantait déjà les jalons de la discorde à venir. Car WESENWILLE, bien qu’étiqueté Black Metal par facilité, est beaucoup plus difficile à définir dans les faits, tant sa musique déviante et dissonante peut évoquer le Post-Punk, le Post-Hardcore, et toutes sortes de digressions Post qu’on se refusera à définir avec trop de précision…qui de toute façon n’en sera pas vraiment.

Sous un packaging digipack trois volets, superbe comme d’habitude, se cache donc une grosse partie de l’œuvre du groupe d’Utrecht, et avant de se plonger dans la version live, il vaut mieux encaisser et essayer d’appréhender la réalité des faits telle qu’elle est décrite par ces cinq premiers titres, dont on retrouve la plupart en concert sur le CD suivant. Ce premier album était d’une maturité étonnante. Entre Post Black dérivant et Black Metal traité sous le prisme de l’expérimentation extrême, I: Wesenwille proposait évidemment plus qu’un simple album de Black lambda, et évoquait les plus audacieux de la scène extrême, les DEATHSPELL OMEGA, IMPERIAL TRIUMPHANT, ULCERATE ou SVART CROWN, tels que le label les utilisait et tels que je les avais introduits dans ma chronique précédente. Mais ce qui restait fascinant à propos de ce premier album était sa diversité de ton.

Le trio d’alors (M. van der Werff - basse/chant/textes, R. Schmidt - guitare/chant/textes et D. Schermann - batterie) sinuait d’un morceau à un autre, évitant soigneusement les lignes droites pour privilégier les trajectoires brisées, et la distance séparant un « The Churning Masses » de « Golden Rays of the Sun » était au moins aussi grande que celle séparant « Golden Rays of the Sun » de « From One, We Are Many ».

L’utilisation permanente de riffs dissonants, un chant en couches multiples, une rythmique évolutive, telles étaient les armes des hollandais, qui refusaient d’un côté la facilité d’un BM trop franc, et de l’autre, l’hypocrisie intellectuelle d’une avant-garde trop élitiste. Et en résumant les deux approches d’une vulgarisation très intelligente ne mettant pas à mal une personnalité unique, I: Wesenwille proposait une sorte de voyage désorganisé des Pays-Bas en version nocturne, avec passage obligé dans des clubs underground à la faune interlope, friches industrielles, ruines urbaines défraichies mais symptomatiques d’un passé pas si lointain, avant de finir dans un espace gigantesque, aux frontières floues et aux reliefs aplatis.

La violence sourde de « Rising Tides », et ses blasts cathartiques, ce chant sous-mixé semblant hurler d’une ville voisine, ces changements de rythme soudains et ces discordances à la guitare pouvaient irriter, mais forçaient à réfléchir : Quelle marge de manouvre avait encore le Black Metal pour continuer de nous surprendre et de nous bousculer, et son incarnation live pouvait-elle se montrer à la hauteur de son pendant studio ?

Live at Roadburn répond justement à cette question, avec un panaché des deux albums. Et la restitution de tous ces titres studio est tout simplement époustouflante de colère et de justesse. La précision avec laquelle WESENWILLE reconstruit les ambiances développées par ses deux albums est incroyable, à tel point que l’auditeur pourrait penser à un live retouché, tant aucune erreur ne vient émailler l’interprétation. A ce titre, chaque morceau prend une nouvelle dimension, à l’image de cet introductif « The Churning Masses », totalement apocalyptique, et digne d’une rencontre sur scène entre NEUROSIS et DODECAHEDRON.

Il était donc assez juste de permettre aux fans de découvrir cette performance, qui assurément en est une. On pourra reprocher au son d’être un peu clinique et froid, mais le mixage très équilibré nous donne vraiment le sentiment d’avoir été là, témoin privilégié d’une musique qui prend vie dans un cadre pourtant déshumanisé d’énorme festival.

Le mélange des deux albums, permet aussi de jauger la marge de progression du groupe, et la cohérence de son œuvre. Ainsi, l’enchainement entre « The Churning Masses » et « The Descent » semble couler de source, comme si les deux titres faisaient partie du même concept. Le line-up live (Galgenvot - chant, N. van Noort - guitare, D. Schermann - batterie, R. Schmidt - guitare/chant/textures sonores et Y. Snel - basse), soudé à l’extrême, propose donc une incarnation fidèle, mais toutefois plus sauvage que les versions album. Il est donc assez pertinent d’avoir accolé ce premier et fulgurant album à un pendant live pour comparer les deux versions, et se rendre compte que le projet de studio prend toute son ampleur en concert.

        

WESENWILLE peut donc sereinement préparer la suite de sa carrière, puisque I: Wesenwille & Live at Roadburn offre une parenthèse presque enchantée, et en tout cas, un point-virgule très crédible. Heureux seront ceux qui découvriront le groupe par ce biais et qui pourront en apprécier les deux facettes, qui se complètent à merveille. 



Titres de l’album :                                               

I :

01. The Churning Masses

02. Prosopopoeia

03. Golden Rays of the Sun

04. Rising Tides

05. From One, We Are Many

Live at Roadburn :

06. The Churning Masses

07. The Descent

08. Opulent Black Smog

09. Golden Rays of the Sun

10. Rising Tides


Facebook officiel

Bandcamp officiel


par mortne2001 le 03/05/2022 à 16:11
82 %    86

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Derniers articles

Peter Hook and The Light

RBD 24/05/2022

Live Report

Kraftwerk 3 D

RBD 14/05/2022

Live Report

Mosh Fest 7

RBD 12/05/2022

Live Report

The Exploited + Fat Society + F.O.M.

RBD 27/04/2022

Live Report

100 Albums à (re)découvrir - Chapitre 1

mortne2001 25/04/2022

La cave

DEFICIENCY : entretien avec Laurent Gisonna (guitare/chant)

Chief Rebel Angel 20/04/2022

Interview

Author and Punisher + Mvtant + HAG

RBD 10/04/2022

Live Report
Concerts à 7 jours
Kaleidobolt + Sacri Monti 24/05 : Shop , Chalons-en-champagne (51)
Tags
Photos stream
Derniers commentaires
ars

Ils auraient du arreter depuis longtemps. Les plaisanteries les plus courtes sont les meilleures.

24/05/2022, 10:32

asr

Vince Neil n'a jamais su chanter. Il a juste bousille ses cordes vocales en forcant sans aucune technique

24/05/2022, 09:38

Chief Rebel Angel

C'est la tournée qui devait avoir lieu avant le confinement il me semble. Motley Crue ont eu toutes les peines du monde pour justifier ce retour mdr

23/05/2022, 11:25

L\'Anonyme

Vince Neil sait de nouveau chanter ?

23/05/2022, 09:29

Sharon Osbourne sale putain

New Noise, c'est pour les bobos élevés au soja

21/05/2022, 19:50

Le zizi au cancer de LG Petrov

Humungus le sale assisté, c'est pas parce que t'es occupé à boire ton RSA qu'il ne faut pas aller te rencarder sur le net. Enfin, je veux dire, te rencarder pour autre chose que les dernières vidéos de Pascal OP.

21/05/2022, 19:48

Simony

Désolé Humungus !   

21/05/2022, 15:33

Chief Rebel Angel

@Humungus mieux vaut tard que jamais ;)

21/05/2022, 13:52

Humungus

Simony + 1 (comme d'hab'...).Seul bémol à tout ça : Pourquoi vous prévenez si tard du bazar ?!?!

21/05/2022, 13:10

NecroKosmos

Comparez NEW NOISE et METALLIAN et vous comprendrez tout. Et à propos de ROCKHARD, avez-vous déjà vu la version allemande ? Le jour et la nuit...

21/05/2022, 07:23

NecroKosmos

Pas faux, surtout depuis la fermeture du Mondo Bizarro.

21/05/2022, 07:18

Simony

Au-delà de la ligne éditoriale du magazine que l'on aime ou pas, moi c'est plutôt la longévité, 30 ans tout de même, lorsque l'on connait la scène Metal française, c'est une durée qui en impose. Après je parta(...)

20/05/2022, 22:46

Arioch91

J'achète Metallian de temps à autre, p'tet 2 fois par an mais guère plus.Pour moi, ça a toujours frôlé l'amateurisme, ce mag et j'aime pas leur manière de proposer autant de pages pour un gros groupe que pour un groupe net(...)

20/05/2022, 20:42

BOULOGNE WOOD NECRO TRANNY

Rennes, cette ville de clodo et de cafards.

20/05/2022, 19:37

Brutal caca

Comme quoi, on peut faire de la merde sur le long terme. Merci Merdallian!

20/05/2022, 19:36

Jus de cadavre

La scène rennaise qui continue de mettre des taloches bien comme il faut ! Terrible !

20/05/2022, 09:44

Namless

Metallian, ou le magazine non reçu 1 mois et demi après l'avoir commandé ?

20/05/2022, 08:38

Jus de cadavre

J'y trouve un petit coté Revenge aussi... Ça aussi c'est sale décidément !   

19/05/2022, 18:59

Jus de cadavre

Ah ouais   Bestial et old-school la vache ! Je sais pas ce qu'ils bouffent en Australie mais ils aiment le sale !Exce(...)

19/05/2022, 18:56

Fred

Sans parler de la partie restauration avec toutes les pénuries , vaut mieux s’abstenir des stands et apporter sa bouffe . 

19/05/2022, 17:02